Je finance la Nouvelle Tendance

"ESG", Big Finance, et une merde de catégorie 5 de la réalité économique | Allen Farrington

Je finance la Nouvelle Tendance

Autor: Allen Farrington | Date d'Origine: 23/04/22 | Traduit par: Cyber Hornet | Lien

VOUS SOUTENEZ LA CHOSE ACTUELLE ?

Je l'espère sincèrement, cher lecteur. J'espère que vous faîtes au moins semblant de soutenir La Nouvelle Tendance de manière suffisamment convaincante pour éloigner les innombrables militants sociaux de votre dos. Comme le signe de Havel dans la vitrine du marchand de légumes, vous êtes sûrement fondamentalement indifférent au contenu sémantique de la nouvelle tendance. Vous faites semblant parce que "ces choses doivent être faites si l'on veut s'en sortir dans la vie". Verbalement, comme l'observe Havel, quel que soit le slogan, il pourrait être exprimé plus honnêtement de cette façon,

"Moi, le marchand de légumes, XY, j'habite ici et je sais ce que je dois faire. Je me comporte de la manière qu'on attend de moi. On peut compter sur moi et je suis irréprochable. Je suis obéissant et j'ai donc le droit d'être laissé en paix."

Il y a une différence cruciale, cependant; Dans la Tchécoslovaquie communiste, qualifier La Nouvelle Tendance de "courant" aurait été soit un non séquentiel, soit une sombre ironie. Il n'y avait qu'une chose. Déjà. En tant que Bulgare honoraire par un futur mariage, j'ai une théorie favorite selon laquelle c'est pourquoi la dissidence communiste était capable d'être si puissante et si durable ; les grands-parents disaient à leurs petits-enfants (en secret, bien sûr) à quoi ressemblait la seule chose à leur époque. Qu'est-ce qu'ils auraient donné pour l'excitation de la nouvelle tendance changeant toutes les deux semaines !

Dans la Big Finance, cependant, nous trouvons encore une autre variante. Plus dynamique que le communisme, moins que les réseaux sociaux, le nouveau cycle des tendance s'étale sur des décennies. Le lecteur est probablement bien conscient, cependant, que ce cycle approche sûrement de son amplitude maximale, ce qui a conduit de nombreux acteurs de l'industrie à professer leur amour passionné pour les préoccupations environnementales, sociales et de gouvernance. S'ils sont vraiment enthousiastes à l'idée de sauver le monde, il n'est pas rare que ces concepts (entièrement indépendants) se transforment, comme Power Rangers, en un seul MegaConcept : le redoutable "ESG".

J'ai mis en majuscules les mots constitutifs, et je continuerai à le faire, pour souligner qu'il ne s'agit pas tant de mots que de slogans. Quand quelqu'un utilise les mots ou l'acronyme Megazord, il dit "l'équivalent de la grande finance, les travailleurs du monde s'unissent!" Ils n'utilisent pas le sens réel de ces mots, comme nous le verrons. Si vous êtes tenté de commencer votre riposte en disant quelque chose comme " mais ce sont en fin de compte des questions éthiques pour lesquelles il est impossible de déduire ou de dicter des approches objectivement correctes… ", alors j'ai bien peur que vous manquiez complètement le point. Personne ne s'en soucie, douce enfant innocente. C'est une question de pouvoir.

Ce pouvoir est devenu un problème si évident que les gens dont la politique est définie presque entièrement en opposition aux wokeratti ont eux-mêmes commencé à fulminer et à s'extasier sur les complots mondialistes pour nous transformer tous en serfs du PCC. Vous connaissez le type — les gens qui s'opposent à la nouvelle tendance. Maintenant, pour être clair, s'opposer à la nouvelle tendance est une heuristique à la fois utile et hilarante. Mais c'est quand même une heuristique. Ce n'est pas une explication.

Une telle diatribe furieuse ces derniers temps a été livrée par un psychopathe calculateur, rarement, voire jamais, à propos de choses lointaines, très lointaines, Peter Thiel, lors de la conférence Bitcoin à Miami.

Entre autres délicieuses friandises, Thiel a déclaré que lorsque vous entendez "ESG", vous devriez penser "CCP". Bien que j'apprécie d'utiliser le choquant et le troublant pour attirer l'attention sur ce problème, je crains que cela ne soit inutile comme explication car il cache les véritables mécanismes en jeu.

Sûrement personne avec le moindre respect de soi et sans aucun compromis commercial ne continue à nier que le PCC est pervers ? Mais l'ESG est-il mauvais ? Je ne voudrais pas nier catégoriquement cela car cela semble être une pente glissante, mais je pense que c'est une question de degré. Aussi incohérente que puisse parfois être la justification ESG, je ne peux vraiment pas imaginer qu'elle sera jamais utilisée pour approuver explicitement le génocide ou le travail des esclaves, par exemple (bien qu'implicitement, bien sûr, comme nous le verrons ci-dessous). C'est là que réside la clé pour démêler ce tissu de mensonges : le mal de l'ESG est Arendtien dans sa banalité. C'est téléologique, pas normatif. C'est un moyen, pas une fin. Il sert un objectif plus minable.

Mais dans quel but ? Ou, mieux encore, de qui ? Contrairement aux diatribes et aux délires contre La Nouvelle Tendance, je crois que l'explication est plutôt plus simple. Je ne nie pas que l'ESG a un caractère politique évident qui est, à tout le moins, profondément suspect dans son alignement permanent avec La Nouvelle Tendance, et qui semble prendre sa propre vie dangereuse. Mais je crois que c'est une propriété émergente qui n'est devenue attirée par le mouvement qu'après qu'il était clair qu'il ne s'en allait pas. Le but qu'il sert est antérieur à l'émergence bizarre du capital éveillé, et ceux qu'il sert sont inimaginablement plus puissants que les guerriers de la culture et les militants de La Nouvelle Tendance.

Bref, il sert la Big Finance elle-même.

Tu peux répéter s'il te plait? Je pensais qu'il s'agissait d'attaquer la finance ! Je pensais que nous étions en train de le nettoyer et de le rendre moral et de le rendre attentionné ? "lol," dit le Scorpion, "LMAO." Si vous croyez cela, j'ai un NFT à vous vendre. C'est un NFT de ce post très moyen, et cela servira d'excellent rappel du moment où vous avez réalisé que vous n'avez aucune idée de la façon dont le pouvoir fonctionne dans le monde réel. Prenez une chaise et je vous raconterai une histoire avant que je sois annulé et vous ne pouvez me trouver que sur Mastodon.

Les revenus de l'industrie mondiale de la gestion d'actifs sont presque entièrement fonction du volume d'actifs qu'une entreprise donnée gère (ou « AUM » pour « actifs sous gestion » dans le jargon de l'industrie). Il est alarmant de constater que peu de choses reflètent le succès avec lequel ces actifs sont gérés (ou "performance"). Cela crée un problème principal/agent désastreux (comme si le simple fait de "gérer des actifs" n'était pas assez grave à cet égard) dans la mesure où la motivation d'un gestionnaire d'actifs est avant tout de ne pas perdre d'actifs au profit d'un concurrent.

Le compromis risque/récompense oblige à cette attitude. Si un gestionnaire prend des risques et fait quelque chose de fou (comme, oh je ne sais pas, investit dans quelque chose qu'il pense être mal évalué et qui augmentera beaucoup s'il reçoit du capital), il y a deux résultats possibles : il a raison, il augmente beaucoup, et ils sont payés un tout petit peu plus. Ou, ils ont tort, ça descend beaucoup, ils ont l'air d'idiots, ils se font virer et ils ne sont pas payés.

C'est ainsi que nous nous retrouvons avec la parodie de l'investissement passif, qui, pour le profane, signifie essentiellement investir dans absolument tout ce qui est déjà grand. L'investissement passif est une farce absolue si l'objectif est, comme il se doit, l'allocation efficace, efficiente, créative et différenciée du capital. Je n'exagère pas le moins du monde quand je dis que c'est presque communiste : sur la prémisse douteuse que nous devrions réduire le bruit et le gaspillage d'une stupide vieille concurrence, le capital est entièrement alloué de manière centralisée. Dans un sens, c'est encore plus propre que le communisme parce qu'il n'y a pas un répartiteur, ou un comité, ou quoi que ce soit d'autre ; il y a zéro. L'attribution est algorithmique. Les entreprises obtiennent des capitaux proportionnellement à leur taille déjà, à condition qu'elles soient déjà assez grandes pour commencer. Schumpeter serait si fier.

L'investissement passif est le plus souvent célébré comme une merveille de combinaison risque/récompense pour l'investisseur de détail, qui n'a sûrement pas le temps ni l'énergie pour faire le travail d'un répartiteur de capital professionnel. C'est une hypothèse juste qu'ils ont leur propre travail à faire quelque chose de productif dans l'économie réelle. Cet arrangement vaut-il la peine d'être sacrifié ? Le sacrifier serait-il favorable à l'ESG ? Oui, tout à fait, mais nous y reviendrons plus loin.

L'investissement passif repose sur la notion d'indice, ou sur une pondération numérique de chaque société cotée en bourse dans une zone géographique donnée, au-dessus d'une certaine taille, etc., qui est déterminée par la taille relative et exprimée en pourcentage de l'ensemble. Si la valeur de toutes les actions en circulation multipliée par leur prix de marché actuel (ou « capitalisation boursière ») de la société A est de 1 % du total de toutes les sociétés d'un indice, alors elle représente 1 % de cet indice, et son les actions représentent 1% de celles détenues par un instrument d'investissement passif.

L'existence d'indices est le fléau de l'expérience vécue des professionnels de l'investissement qui prennent Schumpeter un peu plus au sérieux et n'allouent pas par algorithme mais par analyse des fondamentaux des entreprises. La « performance » est mesurée par rapport à un indice, sur la prise de conscience compréhensible mais perverse que l'investissement indiciel, qui ne repose que sur un algorithme, est beaucoup moins cher pour le client. Si votre gestionnaire non passif (ou « actif ») vous a rapporté 50 %, vous pourriez penser que c'est fantastique, mais si l'indice a augmenté de 60 %, vous n'avez rien payé. En fait, techniquement, ils ont sous-performé de 10 %. Pas de commission de performance — même sur 50 % ! – et probablement aussi viré.

Tout cela incite les gestionnaires actifs (ce qui, soit dit en passant, est un euphémisme étrange pour les vrais investisseurs) à ne pas bien faire, ou même à essayer de bien faire – ou même à risquer de bien faire – mais plutôt à faire aussi moyennement que possible ! Ils doivent imiter la plaisanterie tragique de l'investissement passif tout en prétendant furieusement le contraire pour les frais non passifs, et ils doivent se rapprocher le plus possible de l'indice, sinon les actifs disparaissent.

La pire chose qui puisse arriver pour faire éclater ce racket serait un véritable investisseur, qui souhaite fournir des capitaux aux entreprises non pas parce qu'elles sont déjà grandes, mais parce qu'elles sont petites et pourraient grossir, entrer en scène et faire le les titulaires ressemblent aux parasites qu'ils ont toujours été.

Si seulement il y avait un moyen d'imaginer des coûts de conformité merdiques pour éloigner de tels voleurs arrogants, hein ? Et pouvez-vous imaginer, cher lecteur, si de telles conneries pouvaient être commercialisées non seulement sans attirer l'attention sur le privilège cantillionnaire à la recherche de rente qu'elles sont, mais aussi juste et équitable et vraie et bonne ? Et pouvez-vous imaginer, cher lecteur, si ces mêmes conneries justes et équitables et bla bla bla pouvaient être réutilisées pour justifier des frais autrement suspects sur la base du fait qu'il s'agit encore plus de "travail" (entièrement non compétitif) que tout le monde dans ce racket attribue eux-mêmes?

Et même si vous saviez que c'était des conneries complètes et totales, et qu'être un agent et non un principal vous empêche éthiquement et légalement de prétendre que votre politique est votre travail, pouvez-vous imaginer, chers lecteurs, votre priorité absolue à tout moment étant de sembler légèrement différent de tous vos concurrents et donc imiter les conneries stupides qu'ils débitent, même si un seul de ces débits a un iota de sens ?

Vous venez d'imaginer l'ESG.

L'ESG est un obstacle de conformité amorcé pour empêcher, ou du moins réduire, quiconque ruine le parti du cartel passif en investissant réellement, en surperformant constamment l'indice et en soulevant des questions sur la raison pour laquelle des dizaines de milliards de dollars de frais vont aux personnes qui le font. absolument rien pour vivre. L'ESG sent l'argent, et il s'ensuit donc par syllogisme que le calmar vampire se bloque sans relâche dans son entonnoir sanguin. Si vous pensez, par exemple, que Larry Fink se fout du changement climatique, j'ai une collection NFT à vous vendre.

Mais non, je le reprends. Ces gens ne font rien. Ils font moins que rien, parce que, comme on le dit beaucoup plus souvent, l'ESG est manifestement politique, ce qui a attiré l'attention de l'opposition, la foule de la nouvelle tendance en premier lieu. Mais ces militants politiques sont des idiots utiles. Ils sont attirés par le pouvoir, mais le pouvoir devait d'abord exister en tant qu'attraction.

Le perma-alignement avec La Nouvelle Tendance n'est pas aléatoire, et la vacuité des non-mots-mais-slogans nécessairement en majuscules ne devrait pas être frustrante si elle est comprise dans le contexte approprié : c'est une mascarade de la part de la Big Finance de s'attribuer encore plus de pouvoir. La seule raison pour laquelle l'objet de ces conneries n'est pas le prolétariat est que la grande finance n'est pas (tout à fait) souveraine, a encore besoin de s'interfacer avec l'establishment médiatique et existe toujours au sein d'un régime dans lequel « le prolétariat » n'est pas La Nouvelle Tendance.

C'est ainsi que nous expliquons que même si aucune industrie n'aime être musclée par l'État et forcée de mettre en œuvre des absurdités politisées, rien de tout cela n'est une obligation légale et pourtant la grande finance adore ça.

Personne ne s'en soucie, douce enfant innocente. C'est une question de pouvoir.

La présence des militants et leur ingérence est un effet, mais ce n'est pas la cause. C'est juste un effet stupide et agaçant qui oblige à mettre en majuscules Environnement, Social et Gouvernance pour distinguer les slogans des mots.

En tant que mots, ce sont des éléments cruciaux d'un investissement sérieux. Pour introduire le jargon technique le plus intimidant de cet article, ils représentent ce que les professionnels de la finance appellent : les risques. Une entreprise qui pollue une rivière, ou opprime un groupe minoritaire, ou détourne des fonds au niveau du conseil d'administration, n'est presque certainement pas un bon investissement. Rien de tout cela n'est compliqué.

Mais, hilarant, cela place ceux qui la prennent au sérieux dans une position étrange vis-à-vis de l'ESG : ils sont de plus en plus tenus d'expliquer leur « politique ESG » aux prospects et, en toute honnêteté, il n'y a pas de réponse politiquement correcte. La réponse réellement correcte est « nous ne sommes pas des crétins », sauf qu'ils ne peuvent pas dire cela parce que cela implique que le client est un crétin. Le client intermédiaire, c'est-à-dire. L'un des nombreux, très nombreux clients intermédiaires totalement inutiles, étant donné qu'aucune personne réelle avec un vrai travail et de vraies économies dignes d'intérêt ne poserait jamais une question aussi stupide.

Et si vous prenez du recul, une inférence subtile de tout cela est que votre mégacorporation d'investissement passif de choix ne se soucie pas non plus de la pollution, de l'oppression ou du détournement de fonds, mais peut maintenant expliquer cela. Ils ont une politique ESG. Regardez, c'est juste là sur leur site Web. C'est bien mieux que de faire n'importe quoi.

Qu'est-ce qui pourrait être dans cette politique, demandez-vous? Eh bien, La Nouvelle Tendance, naturellement :

Mais si vous creusez un peu plus, cher lecteur, vous réalisez à quel point c'est insidieux - à quel point c'est mal, même de la manière la plus banale qu'on puisse imaginer. Car, rappelons-le, ce n'est pas leur argent. C'est votre argent ! C'est l'argent de l'investisseur de détail qui a un travail productif dans l'économie réelle et n'a pas le temps de faire également du LARP en tant que maître de l'univers. Appuient-ils La Nouvelle Tendance ?

S'ils ne le font pas, alors je dis au lecteur avec un sérieux mortel que toute cette entreprise est criminelle. C'est une violation flagrante de la responsabilité fiduciaire. Les gens devraient aller en prison et partager des cellules avec des personnes condamnées à perpétuité pour avoir reconditionné frauduleusement des MBS et exposé l'exposition aux fonds de pension avec des passifs sous la forme de retraités d'emplois productifs dans l'économie réelle. Combien y en a-t-il, déjà ?

Même s'il n'en est pas la cause première, le caractère politique de l'ESG doit bien entendu être pris au sérieux. Si la cause est essentiellement la corruption, alors l'effet de la capture réglementaire peut finir par s'avérer encore plus dangereux. L'ESG est incontestablement devenu un vecteur d'attaque politique sur le fonctionnement des marchés de capitaux. Si les États-Unis veulent conserver leur position privilégiée en tant que lieu des principaux marchés de capitaux du monde, dans presque toutes les classes d'actifs, ils doivent éliminer chirurgicalement ce cancer dès que cela est humainement possible. Ce n'est pas bénin. C'est métastasé.

Lorsque la commissaire de la SEC, Hester Peirce, a récemment exprimé son désaccord contre l'inclusion des «risques climatiques» dans les prospectus des entreprises, son argument était essentiellement le mien ci-dessus: ce sont des risques. Bien que le concept soit incroyablement impliqué techniquement, les vrais investisseurs savent comment gérer les risques et n'ont pas besoin d'être condescendants à propos de ceux qui méritent leur attention plus que d'autres. "Nous ne sommes pas la commission des valeurs mobilières et de l'environnement", a averti Peirce, ajoutant, "du moins pas encore". Très bien. J'espère que jamais si l'état de droit doit être pris au sérieux, et exactement ce type de capture réglementaire via l'application de la conformité par la porte dérobée de la signalisation de la vertu doit cesser.

Mais pourrions-nous creuser encore plus profondément ? L'ESG est un vecteur d'attaque, mais quelle est la surface d'attaque ? Sans vouloir être désinvolte, je pense qu'il s'agit de centralisation. Les marchés de capitaux sont des institutions centralisées et ils sont attaqués. Jusqu'ici, si sombre. Pouvons-nous faire quelque chose à ce sujet? Et de quoi parlait réellement Thiel, encore une fois?

Thiel, bien sûr, parlait probablement de la seule chose que nous puissions faire, à ce stade. Il nous disait que Bitcoin corrige cela.

Étant donné que tout mon shtick sur les interwebs est de signaler des problèmes aléatoires et de dire, Bitcoin fixe ceci, oui, nous y voilà. Mais mon shtick est aussi de le dire! Si le lecteur s'en fiche, il est libre d'arrêter de lire maintenant et de recommencer à anticiper l'implosion du capital éveillé. Mais si elle se soucie de la vérité, de la justice et de la manière américaine ; si elle se soucie des arcs-en-ciel et des chiots et du bon fonctionnement des marchés de capitaux, permettez-moi de conclure cet article en brossant un tableau de l'ascension de la civilisation. L'avenir est prometteur. L'avenir est orange.

Si vous êtes honnête avec vous-même, cher lecteur, et que vous n'êtes pas déjà bourré d'orange, que vous avez un travail productif dans l'économie réelle et que vous ne pensez pas à toutes ces conneries pour gagner votre vie, il est très probable que le La seule raison pour laquelle vous "investissez" en premier lieu est à cause de l'inflation. Si l'argent conservait sa valeur, ou même gagnait de la valeur (conformément au rendement réinvesti moyen pondéré sur le capital utilisé, par exemple), alors vous pourriez dissocier l'épargne de l'investissement et vous reposer tranquillement pour… eh bien, le reste de votre vie.

Malheureusement, ce n'est pas le monde dans lequel nous vivons. Votre argent perd de la valeur chaque fois que Poutine envahit l'Ukraine et chaque fois que les chaînes d'approvisionnement font ce que font les chaînes d'approvisionnement.

Si vous ne saviez pas que la phrase précédente était une blague, alors je crains que vous ne soyez pas prêt, que ce soit pour les derniers paragraphes de cet article ou pour la merde de catégorie 5 de la réalité économique qui se profile à l'horizon. Votre argent perd de la valeur chaque seconde de chaque jour car il est littéralement défini comme le produit d'une expansion de crédit non garantie. Il s'agit d'un passif panbancaire fongible correspondant à l'actif d'un prêt toxique mal évalué.

Enders Game - Unchained Capital
Sign up to get notified for future blog articles.

Mais si, dans le cas hautement improbable mais sacrément beau où une forme de monnaie devait être inventée qui obviait à cet engagement structurellement nécessaire à l'inflation permanente via une monétisation sans fin de la dette, la gestion d'actifs mondiale serait définitivement foutue. La demande pour son service provient en premier lieu de la poursuite désespérée et perpétuelle du rendement que l'argent inflationniste inflige à ceux qui sont de plus en plus éloignés du robinet fiat.

Vous enlevez cela et le gabarit est en place. La gestion d'actifs mondiale passe à 10 % de sa taille actuelle, la différence étant compensée par un financement skin-in-the-game plus local, mieux informé et axé sur les capitaux propres ; le genre actuellement évincé par le tuyau d'incendie du copinage à Wall Street qui aspire presque tout dans son orbite et pousse le reste sur Robinhood et Coinbase.

Ce qui reste sera… un investissement réel. Allouer des capitaux aux projets d'investissement parce qu'ils sont petits, mal évalués et susceptibles de grossir s'ils sont financés de manière appropriée. Et qui sait, ce faisant, ils peuvent bénéficier à l'environnement et à la société d'une bonne ou d'une bonne gouvernance. En minuscules, c'est-à-dire parce que nous parlons en anglais et non en slogans.

Si je peux être assez audacieux pour citer mon livre récemment publié, co-écrit avec Sacha Meyers, Bitcoin is Venice,

La finance telle qu'elle existe aujourd'hui est un point d'étranglement pour les attaques politiques extra-légales et supra-démocratiques, dans le sens d'activistes poussant des agendas hautement modernistes via la nécessité pratique absolue pour les entreprises d'avoir au moins une banque commerciale, sinon un accès aux marchés des capitaux . La menace imminente des régulateurs, des «répartiteurs» de capitaux goliath ou même des banques individuelles coupant les entreprises de la capacité de se financer – avec des capitaux artificiellement bon marché, politiquement préférentiels ou autrement – ​​est la raison pour laquelle les multinationales signalent la vertu des droits LGBTQ + au Royaume-Uni mais n'osent pas le faire en Arabie saoudite, et pour Black Lives Matter aux États-Unis, mais ignorent commodément le travail des esclaves et le génocide en Chine.
La clientèle de Nike, McDonald's ou qui que ce soit, et les bénéficiaires des actifs gérés par BlackRock, ou qui que ce soit d'autre, peuvent ou non se soucier de ces causes. Mais cela n'a pas d'importance : ce n'est pas une tentative maladroite de marketing. Ou plutôt, c'est le cas, mais le client est l'État collecteur d'impôts, le cartel bancaire à la recherche de rente nécessaire sur le plan opérationnel et la caste sociale des narcissiques qui peuplent les deux rangs, alternent entre les rôles, et dont les décideurs souhaitent ne pas être excommunié. Ce ne sont pas des consommateurs ou des épargnants individuels.
C'est peut-être la manière la plus claire de décrire comment le marchand contre-attaque. Une grande partie de ses nécessités financières et de ses actions seront entièrement sous son contrôle. Elle reviendra à un état où elle n'aura qu'un seul client : le client.
Bitcoin Is Venice: Essays on the Past and Future of Capitalism: Farrington, Allen, Meyers, Sacha, Gladstein, Alex: 9798985728903: Books
Bitcoin Is Venice: Essays on the Past and Future of Capitalism [Farrington, Allen, Meyers, Sacha, Gladstein, Alex] on Amazon.com. *FREE* shipping on qualifying offers. Bitcoin Is Venice: Essays on the Past and Future of Capitalism

Soutenez-vous La Nouvelle Tendance ? Oui? Non? Quelle que soit votre réponse, super, mais allez la soutenir par vous-même. Infligez-le à vos propres clients et voyez comment ils l'aiment. Laissez-nous tranquilles.

Ou … être #brisé. La tempête approche et vos slogans ne vous sauveront pas.


Cet article a été écrit par Allen Farrington avec des contributions de Sven Schnieders et Nic Carter.