Monnaie de Dernier Recours

Au milieu de la tragédie de l'invasion russe de l'Ukraine, Bitcoin agit comme une bouée de sauvetage humanitaire. | Alex Gladstein | Bitcoin Magazine

Monnaie de Dernier Recours

Autor: Alex Gladstein | Date d'Origine: 04/05/22 | Traduit par: Cyber Hornet | Bitcoin Magazine

I. FUITE DE KIEV

"Entends-tu cela?"

Gleb Naumenko a cessé de parler et m'a laissé entendre les sirènes des raids aériens retentir derrière lui dans la nuit ukrainienne, au plus profond de l'ouest du pays, près de la frontière avec la Roumanie. "Je suis censé aller dans un refuge", a-t-il dit, "mais je suis trop paresseux."

Nous avions parlé pendant des heures par chat vidéo de son évasion de Kiev et de son travail humanitaire alimenté par Bitcoin en Ukraine lorsque le gémissement électronique a percé le silence derrière lui.

Pas plus tard que la semaine dernière, dit-il, j'étais chez des amis dans la campagne voisine. Un missile hypersonique russe a fait exploser plusieurs bâtiments à quelques kilomètres seulement de l'endroit où nous dormions.

Le 18 avril 2022, d'autres missiles russes ont explosé dans la ville de Lviv, non loin de l'endroit où vivait Naumenko, faisant plusieurs morts. Aujourd'hui, nulle part en Ukraine n'est sûr. Depuis le 24 février, les forces russes ont lancé plus de 1 900 roquettes dans le pays. Le 28 avril, lors d'une visite dans la capitale ukrainienne de Kiev par le secrétaire général de l'ONU, António Guterres, l'armée de Poutine a bombardé la ville, frappant un immeuble résidentiel, blessant 10 personnes et en tuant une. Lviv et ses environs ont de nouveau été secoués par des tirs de missiles le 3 mai.

Dans les 48 heures qui ont suivi l'invasion de Poutine, Naumenko - un développeur principal de Bitcoin avec des centaines de contributions open source au cours de l'année écoulée - a pris la décision de rester en Ukraine, alors même que nombre de ses amis ont fui le pays. Au cours des premières semaines de la guerre, depuis sa cachette, il a collecté plus de 4 BTC (~ 150 000 $) pour le soutien humanitaire.

Ces fonds ont été reçus de donateurs du monde entier d'une manière qui aurait été impossible avec le système financier hérité. Avec le bitcoin, Naumenko a financé des milliers de repas pour les personnes âgées dans sa ville natale bombardée de Kharkiv ; acheté des centaines de matelas pour les personnes déplacées à Kiev ; et a même parrainé la construction d'un centre de réfugiés pour 100 personnes à l'extérieur d'Ivano-Frankivsk. Comme beaucoup d'Ukrainiens, Naumenko est maintenant un travailleur humanitaire à plein temps, et le reste de sa vie est à temps partiel.

Le mélange de Bitcoin et d'humanitarisme fait partie d'une tendance nationale plus large. En mars, lorsque le système bancaire et de paiement ukrainien est tombé en panne, le chef de l'éminent groupe de soutien "Come Back Alive" a déclaré que l'argent et la crypto-monnaie étaient les seules options pour acheter des fournitures essentielles. Mais les crypto-monnaies comme le bitcoin, a-t-il dit, étaient "plus pratiques et fiables que l'argent liquide", car elles permettaient aux travailleurs humanitaires de recevoir des dons instantanément de n'importe où dans le monde. De plus, le bitcoin ne pouvait pas être gelé, comme l'avait été la plate-forme Patreon de Come Back Alive le jour où l'attaque russe a commencé.

"Au début, je ne pensais pas qu'il y aurait une invasion", m'a dit Naumenko. Ses amis aux États-Unis lui ont envoyé un texto, lui demandant s'il allait bien, faisant référence au renforcement militaire autour de la région du Donbass, dans l'est de l'Ukraine, qu'ils regardaient à la télévision. Il a rejeté leurs préoccupations.

Dans le brouillard de la guerre à la mi-février – lorsque le Kremlin et ses partisans ont nié toute invasion possible et que les médias sociaux étaient remplis de vidéos d'un Kiev étrangement calme et normal – Naumenko était optimiste pour l'avenir. L'été dernier, il est monté à bord d'un avion pour déménager au Canada, pour changer d'avis en plein vol. Il a eu une prise de conscience de 30 000 pieds qu'il voulait aider à construire des communautés locales dans son pays natal.

"Tout s'améliorait en Ukraine", a-t-il déclaré. Après des années de guerre, de nouvelles entreprises arrivaient enfin dans les grandes villes et de nouveaux restaurants ouvraient leurs portes. La scène semblait vivante.

Naumenko a déménagé de Kharkiv (qui n'avait pas beaucoup de développeurs de crypto-monnaie) à Kiev (qui en avait beaucoup), et il a commencé à rencontrer des Bitcoiners partageant les mêmes idées sur une base hebdomadaire. Coordonnant tout sur Telegram – le média social de prédilection en Ukraine – il a rencontré de nombreux développeurs open source travaillant sur un nouveau type d'avenir financier.

L'intérêt de Naumenko pour Bitcoin a été initialement suscité en partie par l'effondrement stupéfiant de la monnaie ukrainienne, la hryvnia. Depuis que Satoshi a publié pour la première fois l'idée de Bitcoin en ligne à la fin de 2008, 100 hryvnia sont passées de 20 $ à 3 $ aujourd'hui.

En 2016, Naumenko a commencé à travailler pour Kuna, le populaire échange de crypto-monnaie ukrainien, aidant à développer leur infrastructure. Plus il en apprenait sur Bitcoin, plus il l'aimait. Il a comparé le travail sur le projet de Satoshi à une carrière chez Microsoft ou Google, où vous devez convaincre les chefs d'entreprise de faire un changement. Dans Bitcoin, il m'a dit lors de notre premier entretien à l'été 2020, "tout ce que vous avez à faire est de montrer que votre idée fonctionne. Vous n'avez pas à convaincre les maîtres.

De retour en Ukraine, Naumenko a été inspiré par la façon dont Bitcoin pourrait améliorer les libertés civiles. Cette nouvelle monnaie, m'a-t-il dit, pourrait aider les dissidents et les politiciens de l'opposition à lever des fonds malgré la volonté de l'État de les geler hors du système financier ; pourrait permettre aux personnes souffrantes d'acheter de la marijuana que le gouvernement ne voulait pas qu'elles achètent ; et pourrait empêcher la police d'espionner les comptes bancaires des travailleuses du sexe.

En 2018, Naumenko a eu la chance de travailler avec des géants du Bitcoin comme Greg Maxwell et Pieter Wuille en tant que stagiaire chez Blockstream, co-auteur finalement d'un article avec Maxwell et Wuille sur une proposition d'amélioration du Bitcoin appelée Erlay, qui pourrait rendre le réseau plus efficace et résilient. En 2021 et début 2022, les travaux de Naumenko sur le protocole Bitcoin ont franchi une nouvelle étape.

Quelques jours seulement après l'invasion, Naumenko a publié "CoinPool", une nouvelle implémentation de Bitcoin qui permettrait à de nombreux utilisateurs de partager le même "UTXO", ou morceau de bitcoin dépensable. Un compliment au Lightning Network, et quelque chose qui pourrait aider Bitcoin à mieux évoluer et à ajouter de la confidentialité, CoinPool est le résultat d'années de travail avec son collègue développeur Antoine Riard. La sortie serait une réalisation impressionnante en toutes circonstances, mais c'était un exploit scientifique étonnant au milieu d'une zone de guerre.

Le 24 février, Naumenko a été secoué d'un rêve par son téléphone qui bourdonnait. Ses amis lui envoyaient frénétiquement des textos : L'invasion était en cours. Il avait attribué une petite probabilité à cela dans son esprit, mais seulement une infime. Seulement 12 heures plus tôt, il se rendait dans un café avec son nouveau scooter électrique pour lire un livre. Le temps était gris et déprimant. Il n'y avait personne dans les rues. Il fut envahi par un sentiment étrange. Ce n'est que lorsqu'il a été réveillé en sursaut à 5 heures du matin qu'il a réalisé que la guerre était arrivée. Il a jeté un sac à dos et s'est précipité vers une station de métro à proximité, où il est descendu dans un abri anti-bombes de l'ère soviétique, construit pour résister aux attaques nucléaires.

Il a passé trois jours et deux nuits dans le bunker. Au début, lorsqu'il est entré dans la station de métro, la vieille femme au tourniquet lui a demandé de porter un masque. Il la regarda, déconcerté. Le COVID-19 était terminé et la guerre avait commencé. De plus en plus de personnes et de familles avec enfants le rejoignent, apportant des oreillers et de la nourriture, se préparant à y vivre. Le choc initial de la guerre a poussé les foules sous terre, mais après quelques jours, par nécessité, les gens ont commencé à retourner à leur vie terrestre.

Lorsque Naumenko a finalement quitté le refuge, il a retrouvé des amis et a décidé de quitter la ville dans une BMW rose. La voiture était ostentatoire mais était la seule disponible. Ils craignaient que leur trajet n'attire trop l'attention, mais décidèrent quand même de l'utiliser pour se séparer vers l'ouest. L'armée russe était dans la banlieue à l'extérieur de Kiev, tuant des civils, et ils pouvaient entendre la fusillade. Le temps était compté.

Les amis de Naumenko ont disparu en Roumanie, mais il a demandé à être déposé dans une ville ukrainienne juste avant de traverser la frontière. Il voulait rester et aider.

II. LE BILAN DE LA GUERRE DE POUTINE

Les gros titres en provenance d'Ukraine ressemblent aujourd'hui de manière troublante aux périodes les plus tragiques de l'histoire du pays : plus de dix millions de personnes déplacées. Villes aplaties. Des millions de réfugiés. Terres et récoltes saisies. Production industrielle détruite. Déportations massives. Massacres planifiés.

Le plan militaire initial de Poutine a peut-être été une décapitation rapide des dirigeants démocratiques de Kiev, suivie d'une occupation de la plupart sinon de la totalité du pays. Si tels étaient ses objectifs, son armée a échoué. Peut-être en raison d'un manque d'expérience, d'un manque de moral, d'un manque d'entraînement, d'une réponse plus forte que prévu de la défense ukrainienne, de la corruption dans la gestion militaire, d'anciens équipements de l'ère soviétique ou d'une combinaison de ces facteurs, Poutine a été incapable de prendre Kiev.

Selon l'historien russe Kamil Galeev, le Kremlin "n'avait pas prévu de guerre, il prévoyait de" libérer "l'Ukraine... mais il s'est avéré que les Ukrainiens ne voulaient pas être sauvés". Galeev a écrit que l'invasion de Poutine était en fait envisagée et planifiée comme un "cadeau ou une opération humanitaire", c'est pourquoi la résistance féroce a été si choquante pour les troupes étrangères. "L'ingratitude et le refus de l'Ukraine de devenir russe", soutient-il, expliquent pourquoi l'armée russe a été si terriblement brutale.

Les forces de Poutine ont calé dans leur poussée initiale vers l'ouest à la fin du mois de mars et ont commencé à battre en retraite vers l'est. Contre toute attente, les forces ukrainiennes ont remporté la bataille de Kiev. Début avril, une série de villes et de citoyens précédemment détenus par la Russie ont commencé à être libérés. Le 2 avril, des images ont émergé du sillage de la retraite russe : des centaines d'exécutions, souvent des personnes aux mains liées derrière le dos, jonchent les rues de cadavres en tas. Dans la ville de Bucha, selon les autorités locales, un citoyen sur cinq qui restait a été assassiné par les troupes russes.

Alors même qu'elle infligeait une brutalité maximale, l'armée russe a subi des pertes ahurissantes au cours des deux premiers mois de sa campagne. Les décès de soldats vont de chiffres russes "officiels" compris entre 1 000 et 2 000 à des chiffres russes divulgués bien au-delà de 20 000. Ce serait, pour le contexte, plus de morts que les Soviétiques ont rencontré en Afghanistan, et près de trois fois ce que les armées américaines ont subi en 20 ans de combats en Afghanistan et en Irak. La destruction des infrastructures a été tout aussi stupéfiante. Des enquêteurs open source ont suivi les pertes russes de plus de 3 200 pièces d'équipement militaire, dont près de 600 chars, 100 APC et 25 avions. Mi-avril, des missiles ukrainiens ont coulé le Moscova, navire amiral de la flotte russe de la mer Noire. C'était le plus gros navire coulé au combat depuis la Seconde Guerre mondiale.

Début avril, l'armée russe a commencé à se regrouper dans l'est et le sud-est de l'Ukraine. L'armée a également changé sa stratégie, passant de l'occupation à la guerre de siège et à la destruction : des villes comme Mariupol et Kharkiv ont été décimées par les airs (les troupes de Poutine avaient pratiqué de nombreuses destructions aériennes en Syrie) et des villes comme Tchernihiv, incapables d'être saisies, ont été bouclées. le monde extérieur.

Les récits de première main de l'intérieur du siège de Tchernihiv sont brutaux à lire : pas d'eau, pas d'électricité, pas de signal cellulaire, diminution de la nourriture et des fournitures médicales, et bombardements constants des Russes, tuant lentement ceux qui sont restés. Une situation tout aussi sombre se déroule aujourd'hui à Marioupol, où l'Associated Press a rapporté que des frappes aériennes russes avaient tué 600 personnes cherchant refuge dans un théâtre. Dans toute l'Ukraine, l'armée russe a commis une litanie de crimes de guerre, ciblant effrontément des civils en violation des Conventions de Genève.

Depuis la publication de cet article, la guerre s'est déplacée vers la bataille du Donbass, les forces de Poutine tentant d'encercler et de repousser les Ukrainiens. Pas moins de 70 % de la population des régions autour de Donetsk et Louhansk a fui depuis février. Pendant ce temps, l'armée ukrainienne lance une contre-offensive et cherche à récupérer des territoires à Kherson, Soumy et Kharkiv. À l'avenir, l'armée ukrainienne s'attend à ce qu'une politique de « terre brûlée » vienne des futures attaques militaires russes : artillerie et frappes aériennes, suivies d'invasions terrestres. Le nouvel objectif de Poutine semble être le contrôle du Donbass et du sud de l'Ukraine, où la Transnistrie pourrait être utilisée comme base pour une poussée visant à prendre Odessa. Avec le contrôle de l'est et du sud de l'Ukraine, Poutine contrôlerait une grande partie de la production mondiale de matériaux essentiels comme l'acier et le néon.

La violence en cours rend le régime de Poutine moins populaire parmi les Ukrainiens russophones du Donbass, selon des responsables et des travailleurs humanitaires. Le siège en cours de Marioupol – où jusqu'à 20 000 citoyens ont peut-être péri – a changé les mentalités. Selon le maire de Kramatorsk, situé au nord de Marioupol, 60 % de la ville aurait pu être pro-russe en 2014, mais il estime aujourd'hui que le soutien est tombé à 15 %.

Les Européens et les Américains étaient, dans l'ensemble, horrifiés par l'invasion de Poutine, mais les Brésiliens, les Indiens et les Chinois l'étaient moins, poussant même parfois le récit selon lequel Poutine était victime de l'agression de l'Occident et qu'il n'avait d'autre choix que d'envahir. À l'intérieur de la Russie, les citoyens ont été nourris de propagande constante et beaucoup se sont ralliés à Poutine. On leur dit que l'armée russe combat les nazis qui ont tenté d'attaquer le Donbass. Ou encore plus extrême, que les États-Unis avaient installé des laboratoires biologiques en Ukraine pour créer de nouveaux types d'armes pour tuer les Slaves.

Au cours des premières semaines de la guerre, les marchés boursiers et obligataires russes se sont effondrés, le rouble a cratéré et plus de 400 milliards de dollars des réserves non-or de la banque centrale ont été gelés par les pays du G7. Un programme de sanctions complet a été imposé à Poutine et à ses dirigeants, y compris des saisies d'actifs en Occident. Mais début avril, la Russie s'était partiellement remise.

L'Allemagne et l'Europe au sens large ont été incapables d'arrêter d'acheter du gaz à Poutine, lui donnant l'argent dont il a besoin pour soutenir la guerre. L'Allemagne a payé à Poutine environ 200 millions de dollars par jour pour l'énergie alors que son fournisseur commettait des crimes de guerre. Au 30 avril, l'UE avait versé à Moscou la somme stupéfiante de 43 milliards d'euros pour les combustibles fossiles depuis l'invasion. Malgré l'exclusion de la Russie du réseau SWIFT, malgré le gel par le G7 de son épargne nationale et malgré le refus de nombreuses grandes entreprises internationales de faire des affaires en Russie, les achats européens d'énergie devraient pouvoir soutenir la guerre de Moscou pendant les deux prochaines années.

Les États-Unis ont également autorisé Poutine à effectuer des paiements obligataires par l'intermédiaire de ses banques à New York, contribuant ainsi à soutenir la dette souveraine russe. Poutine a commencé à forcer les étrangers à acheter les exportations russes en roubles – et a forcé les entreprises russes à vendre leurs devises étrangères contre des roubles – générant une demande artificielle et ramenant le rouble à sa valeur d'avant-guerre dès la première semaine d'avril.

Cependant, les perspectives économiques restent sombres pour l'ensemble de la population russe. La chef de la banque centrale, Elvira Nabiullina, a récemment expliqué à quel point le blocus logistique "fait encore plus mal que les sanctions financières... les chaînes d'approvisionnement sont brisées, les stocks vont bientôt s'épuiser et l'inflation va monter en flèche". Le maire de Moscou a déclaré que 200 000 personnes risquaient de perdre leur emploi rien qu'à Moscou. L'inflation des prix a dépassé les 20 %. Le vice-Premier ministre russe a déclaré que les mesures de relance économique pour lutter contre la crise sans provoquer de nouvelle inflation étaient limitées à 8 000 milliards de roubles, mais qu'elles avaient déjà atteint ce montant à la mi-avril.

De l'autre côté, l'Ukraine a été dévastée. L'industrie de la défense du pays a été en grande partie détruite, tout comme une grande partie de son infrastructure de base et médicale. Le blocus russe des ports ukrainiens étrangle l'économie du pays. Dans des villes comme Marioupol et Tchernihiv, l'électricité, l'eau et Internet ont été anéantis. L'armée a également subi des pertes militaires inconnues mais lourdes, avec des milliers de morts. Les civils ont payé le prix le plus élevé, des dizaines de milliers de personnes ayant péri sur les lignes de front.

À la mi-avril, l'invasion de Poutine a créé plus de 6,5 millions d'Ukrainiens déplacés à l'intérieur du pays et 5,3 millions de réfugiés ukrainiens, vivant maintenant en Pologne, en Roumanie, en Allemagne, en Russie et ailleurs. Au total, pas moins de 30 % des Ukrainiens ont fui leur foyer. La crise des réfugiés est d'une ampleur comparable ou même plus importante que des crises similaires en Syrie, en Somalie ou au Venezuela, mais elle se déroule en quelques jours et semaines, et non en années.

Les perspectives de valeur de la hryvnia après la guerre sont faibles. Comme l'a souligné l'historien financier Adam Tooze, les banques européennes ne veulent pas assumer de passif en hryvnia, pensant qu'il pourrait tendre vers zéro. Au cours des six premières semaines de la guerre, les dommages causés à l'économie ukrainienne ont dépassé les 500 milliards de dollars. Sur le front oriental, les forces russes pratiquent l'impérialisme monétaire, tentant de remplacer la hryvnia par le rouble ville par ville.

Bien que réticents au début, l'UE et les États-Unis ont déployé plus de 10 milliards de dollars d'aide et d'armes de haute technologie à l'armée ukrainienne. Kiev a également pu acheter des drones armés Bayraktar TB2 très efficaces à la Turquie malgré les plaintes russes. Les javelots et les drones ont très bien réussi à détruire les chars russes, que l'on voit joncher le sol dans l'est de l'Ukraine sur les images satellite.

À la suite de sa défense étonnamment vaillante, le président Volodymyr Zelenskyy lui-même est maintenant sans doute le dirigeant européen le plus populaire depuis Winston Churchill, acquérant un statut quasi mythique parmi de grandes parties du continent pour sa décision de rester en Ukraine et de commander la défense de son pays depuis les lignes de front. Poutine, en revanche, même avec le soutien de certains gouvernements, est devenu un paria. Alors que les autorités turques, kazakhes et chinoises remettent en question son invasion ou travaillent d'une manière ou d'une autre avec l'Ukraine, certains de ses plus proches alliés l'ont abandonné. Il a toujours la Biélorussie – pour l'instant, malgré l'opposition de la quasi-totalité de la population biélorusse – mais même son fidèle serviteur tchétchène Ramzan Kadyrov a publiquement critiqué la stratégie de guerre russe, un crime qui serait désormais illégal à Moscou.

À l'intérieur de la Russie, le pays a viré au totalitarisme. Une vague de dissidence initiale contre la guerre s'est éteinte lorsque Poutine a écrasé la société civile : les médias indépendants, les groupes de défense des droits de l'homme et les organisations d'opposition ont été fermés. Des dizaines de milliers ont été arrêtés. Tous les principaux médias indépendants et organisations de défense des droits de l'homme ont été fermés au début de la guerre, laissant la propagande d'État comme principale source d'information.

À la mi-avril, dans une série de plus de 100 entretiens de rue avec différents types de personnes à Moscou, un correspondant a constaté que 50 % soutenaient toujours la guerre. L'un des résultats de sanctions strictes est que les Russes, comme beaucoup dans des pays comme Cuba ou l'Iran, peuvent « haïr l'Occident et se consolider ». Des centaines de milliers de citoyens russes, quant à eux, ont fui vers la Géorgie, l'Arménie, la Turquie, les Émirats arabes unis et au-delà, à la recherche d'un travail et d'une connexion continue avec le monde extérieur alors que leur patrie est bouclée. On estime que jusqu'à 170 000 travailleurs de la technologie ont fui ou vont bientôt fuir.

Au fur et à mesure que le conflit se poursuit, le bitcoin et d'autres crypto-monnaies telles que Tether jouent un rôle croissant, fournissant un «plan B» où le système financier hérité est défaillant. Pour les Ukrainiens qui ont fui en Europe, Bitcoin pourrait être une technologie précieuse pour les réfugiés, leur permettant d'apporter leur richesse avec eux ou leur permettant de recevoir de la valeur directement de leurs amis et de leur famille en Amérique. Pour le gouvernement ukrainien, la crypto-monnaie agit comme une bouée de sauvetage utile, fournissant plus de 100 millions de dollars pour des gilets pare-balles, des lunettes de vision nocturne et des fournitures médicales indispensables. Pour les Russes coupés du monde extérieur, ou pour les centaines de milliers de Russes qui ont fui leur pays, le Bitcoin peut être un pont vers les affaires et la famille à l'étranger. Quant au gouvernement russe, son utilisation du Bitcoin reste un sujet de spéculation. Mais fin mars, le chef du comité de la Douma d'État russe sur l'énergie a déclaré que le pays envisagerait d'accepter des paiements en bitcoins en échange de pétrole.

Les Crimées et les Ukrainiens russophones vivant dans le Donbass occupé ne font pas tellement l'actualité ces jours-ci. Pour cette histoire, j'ai pu parler à un éducateur de Crimean Bitcoin vivant à Luhansk. Il a pu aider à faire la lumière sur le rôle unique que joue Bitcoin, même dans l'un des endroits les plus chaotiques de la planète.

III. BITCOIN EN PREMIÈRE LIGNE

Aleksey est de Crimée de naissance mais me parle début avril lors d'un appel Telegram depuis Luhansk, où il vit à quelques minutes en voiture de la frontière russe. Il s'occupe de la mère âgée de sa femme et vit sous le régime séparatiste de la République populaire de Lougansk (RPL). Il est contre la guerre de Poutine mais ne pense pas que le dictateur soit le seul responsable de la souffrance.

Aleksey est né en URSS mais n'avait que quatre ans quand il s'est effondré. Il est né dans une communauté de russophones. À l'été 2008, sous le président Viktor Iouchtchenko, il a déclaré que les cinémas de Crimée avaient commencé à diffuser des films en ukrainien, alors que tout était en russe.

Il a déclaré qu'à Donetsk et à Louhansk, les autorités avaient commencé à transférer les écoles publiques vers des écoles exclusivement ukrainiennes, sans options russes. Vous pouviez toujours envoyer vos enfants dans une école privée russophone, mais dans une école publique, l'ukrainien était la seule option.

"Je me disais, qu'est-ce qui se passait?" il m'a dit. Il parlait et comprenait l'ukrainien, mais ces changements lui semblaient étranges. À cette époque, Aleksey a décidé de poursuivre une carrière à l'étranger, travaillant sur des navires de croisière aux États-Unis et aux Émirats arabes unis, il n'était donc pas en Crimée pour l'invasion de 2014. Ses parents – qui venaient d'un milieu orthodoxe russe – ont voté pour rejoindre la Russie lors du référendum controversé.

En grandissant, Aleksey a senti qu'il y avait toujours des tensions entre l'est et l'ouest de l'Ukraine. "Par exemple, si vous alliez à Lviv, certaines personnes ne vous parleraient même pas si vous parliez russe." Cette tension trouve ses racines dans des centaines d'années de conflit et d'histoire.

Malgré ses antécédents, Aleksey considérait Viktor Ianoukovitch comme la marionnette de Poutine. Le Donbass était manifestement pro-Ianoukovitch, mais Aleksey ne savait pas trop dans quel sens la Crimée penchait. « Nous étions une république autonome et avions notre propre mini-leader. Nous aimerions prendre nos propres décisions », a-t-il déclaré.

"J'ai toujours essayé de m'éloigner de la politique", m'a-t-il dit. "C'est impossible à faire aujourd'hui, mais j'ai essayé de le faire à l'époque. Je n'ai jamais eu l'impression de pouvoir vraiment connaître la vérité, alors j'ai essayé de rester silencieux.

Aleksey avait des connaissances des deux côtés des barricades du Maïdan de Kiev lors des manifestations de 2013-2014. L'un de ses bons amis était un policier qui avait été envoyé là-bas pour faire respecter l'ordre, et quelques autres le repoussaient en criant pour la démocratie. Ceux du côté du régime, a déclaré Aleksey, ne voulaient pas vraiment attaquer leurs compatriotes, mais ils avaient des ordres.

"Je suis très en colère et bouleversé contre les personnes qui ont initié ce conflit", m'a-t-il dit. "Les deux gouvernements", a-t-il dit, "sont coupables de gâcher la vie des gens".

En 2016, il est retourné en Crimée. Beaucoup de gens, a-t-il dit, étaient en fait satisfaits de la nouvelle règle russe en raison de l'amélioration des infrastructures. Poutine y a dépensé des sommes importantes pour moderniser les choses. De plus, a déclaré Aleksey, lorsque la partie ukrainienne a coupé l'approvisionnement en eau de la Crimée, cela a permis à Poutine de créer l'image d'avoir le dos des gens.

Lorsque la pandémie de COVID-19 et les fermetures ont commencé, la femme d'Aleksey a perdu son emploi à Abu Dhabi. Ils s'étaient rencontrés là-bas, travaillant à l'étranger, mais à l'été 2020, ils sont revenus au domicile de sa mère âgée à Lougansk pour s'occuper d'elle. Il était impossible d'obtenir un vol pour l'Ukraine, alors ils se sont envolés pour une ville voisine en Russie, se sont rendus à la frontière et ont traversé à pied. Depuis un an et demi, il travaille en freelance en ligne pour le travail.

"Je suis ici à Louhansk", m'a-t-il dit alors que nous entamions notre conversation, "à 10 miles de la frontière russe". Même s'il est en première ligne, il a dit qu'il ne savait pas avant le 25 février qu'il y aurait une grande guerre. Il était habitué aux bombardements et aux coups de feu, qui se produisaient principalement au sud de l'endroit où il se trouvait dans la ville de Louhansk. Le centre-ville, a-t-il dit, était plutôt bien.

Il m'a raconté ce que c'était que de vivre sous les autorités séparatistes de la LPR. La conscription avait commencé : de nombreuses personnes furent emmenées combattre dans l'ouest. Aleksey lui-même n'a pas été militarisé, car il n'a pas de passeport LPR. Mais les habitants doivent faire ce que dit Poutine. Il n'était pas sûr qu'il y ait eu des élections locales récemment : « Je vais devoir demander à ma femme », a-t-il dit.

Louhansk et sa riche histoire, comme beaucoup d'autres villes de la région, sont victimes du conflit. Avant, a-t-il dit, la ville était pleine à craquer d'étudiants, dont beaucoup venaient d'aussi loin que l'Inde et le Nigeria. Mais plus maintenant. "La ville a l'air", a-t-il dit, "comme si elle s'effaçait."

Aleksey a déclaré que toute personne de plus de 45 ans ne suit que les médias russes et est « à 100% unilatérale » dans sa vision du conflit. Les chaînes indépendantes, qui affichaient une perspective plus pro-européenne, ont été chassées de la télévision dès le début de la guerre.

Les voisins d'Aleksey croient que les nazis contrôlent le gouvernement ukrainien, tirant les ficelles derrière Zelenskyy. Si la Russie ne faisait rien, alors ces nazis prendraient le Donbass et attaqueraient la Russie. Ainsi, en envahissant, Poutine joue un noble rôle dans l'arrêt de l'attaque nazie.

Pour mieux comprendre le monde extérieur, Aleksey essaie d'équilibrer ses sources d'information. Il lit les côtés russe et ukrainien. Il suit le parti libertarien anti-guerre en Russie sur Telegram, ainsi que Bloomberg et la BBC. Et du côté de Moscou ? "Ce n'est pas difficile à trouver", a-t-il dit en riant.

Malgré ses antécédents et son scepticisme à l'égard de Kiev, ses opinions sont plus proches de l'Occident que de Poutine. Il a dit que cela faisait de lui une infime minorité dans la LPR. "Dans ces régions", a-t-il dit, "les gens soutiennent le modèle de Moscou".

À l'été 2017, alors qu'il était à Dubaï, Aleksey est tombé par hasard sur Bitcoin. Il avait obtenu une maîtrise en économie en Crimée (enseignement keynésien, pas marxiste, plaisantait-il) mais n'était pas satisfait du cadre qu'il offrait. Aleksey est un grand fan des podcasts de Stephan Livera, qui se concentrent sur l'économie autrichienne et l'anarcho-capitalisme. Cependant, il pense que ce sont des idéaux utopiques et impossibles à atteindre. Il serait heureux de certains progrès dans cette direction, vers le minarchisme et un gouvernement plus petit.

Quand Aleksey a découvert Bitcoin, il s'est rendu compte que cela pourrait être une solution à de nombreux problèmes auxquels des gens comme lui étaient confrontés. Il est devenu accro, passant tout son temps libre pendant près de deux ans à lire sur Bitcoin. Un jour, il a partagé l'un des essais "Gradually, then Soudain" de Parker Lewis avec un ami en Crimée, mais son ami ne pouvait pas le comprendre. "Nous étudions l'anglais en Crimée", a déclaré Aleksey, "mais la plupart des gens ne parlent pas couramment." Il a donc décidé de traduire les articles Bitcoin en russe. Il a commencé avec l'un des écrits de Parker et un autre du modèle de prix Plan B.

Il attribue à sa mère et à sa grand-mère son désir d'éduquer le public. "C'est dans mon sang : je voulais partager des informations pour les gens. J'en ai vu tellement qui ne connaissaient pas le Bitcoin, ni quelle était sa valeur, et je voulais changer cela. Aujourd'hui, le site Web d'Aleksey, 21ideas.org, est la ressource Bitcoin en langue russe la plus complète sur Internet, gérée de manière impressionnante depuis l'un des endroits les plus improbables de la planète.

Aleksey souligne que la hryvnia et le rouble ont perdu énormément de valeur par rapport au dollar au cours de la dernière décennie, ce qui, selon lui, incitera davantage de personnes à se tourner vers Bitcoin. Avant cela, dit-il, les années 1990 « ont été un désastre pour nous tous. Le pouvoir d'achat a été aspiré hors de notre monnaie. Tout le monde était millionnaire. mais ça ne voulait rien dire. Le fiat local, a-t-il dit, a perdu la moitié de son pouvoir d'achat depuis août. Et il y a aussi l'inflation spécifique à Louhansk. À l'intérieur du LPR, le thé peut coûter 200 roubles, mais en Russie, à quelques minutes de là, il peut coûter 120.

À l'heure actuelle, a déclaré Aleksey, il est en fait facile en Crimée et en Russie d'échanger des bitcoins contre des roubles via une variété de services. "Mais à Lougansk", a-t-il dit, "nous sommes coincés". L'autre jour, il a vu une femme de 80 ans, avec un drap de lit rempli de billets de hryvnia en papier, faire la queue devant une banque, essayant de l'échanger contre des roubles. Le public a eu tellement pitié d'elle que personne n'a essayé de voler. Il a dit que les gens du LPR sont des "préparateurs" et économisent pour les mauvais moments. "Bitcoin", a-t-il dit, "sera un choix naturel pour eux."

Si Aleksey veut acheter du bitcoin, il peut utiliser n'importe lequel des services trouvés sur le site de classement Bestchange.ru, qui associe acheteurs et vendeurs, qui échangent des virements bancaires et du bitcoin. Mais s'il veut dépenser du bitcoin, il doit se rendre en Russie pour l'échanger contre de l'argent. De nombreux produits clés – comme les médicaments, les produits féminins, les aliments pour animaux de compagnie – ont disparu à Louhansk. Sa femme, a-t-il dit, était en fait dans la voiture en route pour la Russie pour obtenir certaines de ces choses pendant que nous parlions.

Interrogé sur l'utilisation du bitcoin par les gouvernements ukrainien et potentiellement russe, Aleksey a déclaré qu'il "n'était pas surpris" que les Ukrainiens aient collecté des fonds via la crypto-monnaie, mais a déclaré qu'il ne pensait pas que le bitcoin correspondait aux objectifs de Poutine. "Nous nous rapprochons du totalitarisme en Russie", a-t-il déclaré, "et Bitcoin ne correspond pas à ce cadre."

Peut-être, a déclaré Aleksey, Poutine pourrait forcer les gens à utiliser un portefeuille gouvernemental, avec une politique « KYC » obligatoire, où les utilisateurs devraient lier leur carte d'identité à leurs comptes, ce qui en ferait une machine de surveillance efficace. Mais il ne pense pas qu'un tel plan fonctionnerait. Aujourd'hui, par exemple, en Russie, il est interdit d'accepter des bitcoins ou toute autre crypto-monnaie en échange de biens ou de services. Seul le rouble a cours légal. Mais il existe toujours des marchés gris et des personnes qui interagissent de pair à pair. "La vie", a-t-il dit, "trouve un chemin."

"Bitcoin donnera plus de liberté aux gens en Russie", a-t-il souligné. « Regarde-moi, ici à Lougansk. J'ai plus de liberté aujourd'hui grâce au Bitcoin. Je ne panique pas pour mon compte bancaire. Je sais comment protéger mes économies.

Aleksey a mentionné un voisin, dont l'enfant travaille à l'étranger et a essayé d'envoyer de l'argent chez lui. Un virement bancaire était impossible, et ils ont abandonné après avoir essayé de trouver une «mule» prête à faire l'affaire. Dans un autre exemple, il a essayé d'envoyer de l'argent à l'ami de sa femme à Kharkiv mais n'a pas réussi à faire fonctionner le système bancaire. Il ajoute également que le Service fédéral de sécurité de la Fédération de Russie (FSB) commence à suivre et à détenir les personnes qui envoient de l'argent de Russie vers l'Ukraine. "Bitcoin", a-t-il dit, "transcend tout cela."

"Je ne veux pas que cela ressemble à du communisme", a-t-il déclaré, "mais Bitcoin est similaire en ce sens qu'il peut unir de nombreux types de personnes. Vous mettez deux Bitcoiners dans la même pièce, l'un un neurochirurgien et l'autre un chercheur d'or, et ils trouveront toujours un terrain d'entente.

Aujourd'hui, des milliers de personnes ont découvert l'autonomisation financière grâce à 21ideas.org, qu'Aleksey continue de parcourir depuis sa cachette à Louhansk. Le site Web, à proprement parler, n'existerait pas sans Bitcoin. Son ancien service d'hébergement Ghost n'accepte pas le bitcoin et n'accepte plus les cartes de crédit russes en raison des sanctions occidentales. Mais le service d'hébergement Njalla accepte le bitcoin, donc sa ressource perdure, aidant les gens à apprendre à échapper à la répression financière.

"La maison de ma femme a brûlé en 2014", a-t-il dit, alors que nous arrivions à la fin de notre conversation. "Ce n'était pas un coup direct d'un missile, mais un problème d'électricité dû à une surtension liée à l'armée. Nous avons tout perdu.

"Mais si nous devions fuir aujourd'hui", a-t-il dit, "même si notre maison brûlait, tout irait bien. J'ai ma phrase de départ dans la tête. J'ai mémorisé les 12 mots sacrés. Je détiens la clé de notre avenir.

IV. NOUS ALLONS AU PARADIS, ET ILS MOURRONT SIMPLEMENT

Il convient de noter que Gleb Naumenko est loin d'être le seul développeur Bitcoin pris dans le conflit actuel. Un développeur russe basé à Moscou nommé Anton – qui a créé Lnurl-pay, un moyen de dépenser Lightning et de payer en roubles ou en hryvnia – a récemment été arrêté à Moscou pour avoir protesté contre la guerre et a écrit un article cinglant condamnant l'invasion. Le créateur du populaire Simple Bitcoin Wallet, Anton Kumaigorodski, est un développeur ukrainien qui a pris les armes pour défendre son pays. Hennadii Stepanov, un développeur soutenu par Brink, une organisation à but non lucratif basée à Londres, est également originaire d'Ukraine.

Les Bitcoiners de Russie ou d'Ukraine - ou même ceux qui ont des amis ou de la famille dans la région - ont tendance à être ardemment contre Poutine et sa guerre. Mais certains Bitcoiners en Occident prennent – ​​ou du moins ont pris, dans les semaines qui ont suivi l'invasion – la ligne du Kremlin selon laquelle la guerre était en quelque sorte la faute de l'OTAN.

Le lendemain de l'invasion, Naumenko a tweeté un lien pour soutenir l'armée ukrainienne avec du bitcoin et de la crypto-monnaie. Il a reçu de nombreuses réponses, dont plus d'une l'ont traité de fauteur de guerre.

Naumenko a plus de soucis que de miettes sur Twitter. "Lorsque j'étais dans l'abri anti-aérien, entouré d'envahisseurs étrangers, j'ai supprimé mon nom de mon compte Twitter et verrouillé mon compte. J'ai supprimé l'application Twitter de mon téléphone. Je ne voulais pas que les soldats voient qui j'étais si j'étais pris. Cela aurait pu être ma fin s'ils m'avaient arrêté et vu mon poste de soutien à l'armée ukrainienne.

Mais quand même, il m'a dit qu'il voulait être très clair sur quelque chose : « Ce qui s'est passé est une invasion flagrante et illégale. Je suis fatigué d'entendre à quel point la libération de l'Ukraine de la Russie est une opération de renseignement américaine et à quel point aider l'Ukraine à se défendre est mauvais », a-t-il déclaré. "A mes amis américains, rappelez-vous que l'oppression russe de l'Ukraine est une histoire beaucoup plus longue que l'existence de votre pays tout entier. Même en tant que libertaire, vous êtes censé défendre le droit des autres à se défendre. Cette compréhension a été perdue.

"Je connais beaucoup de libertaires en Ukraine et en Russie", a poursuivi Naumenko, "et ils s'opposent TOUS à l'invasion et ne présentent pas d'arguments d'excuses. Ils pensent que soutenir l'Ukraine, c'est bien. Les libertaires russes soutiennent même la fourniture d'armes à l'Ukraine. Ils savent ce qu'est Poutine. On peut être un libertaire dogmatique ou un anarcho-capitaliste, a-t-il dit, mais cela ne fonctionne que si votre pays n'est pas en danger. Pour paraphraser Mike Tyson, "Tout le monde a une idéologie jusqu'à ce qu'il reçoive un coup de poing dans la bouche."

L'angle étonnamment courant dans la communauté Bitcoin selon lequel la guerre n'est pas la faute de Poutine est important à aborder. Aux fins de cet essai, un bref aperçu de l'histoire de l'Ukraine sera utile pour établir le fait que l'Ukraine est en train de construire son État - et de résister aux attaques, invasions et occupations étrangères - depuis près de 1 000 ans. Cette réalité est enfermée dans l'hymne national du pays, qui commence par les mots : "L'Ukraine n'a pas encore péri".

Il y a quelques semaines, l'un des plus grands fabricants russes de manuels scolaires (nommé Prosveshcheniye, ou "éducation") a ordonné une purge de toutes les références à l'Ukraine dans les manuels scolaires d'histoire, de littérature et de géographie. Pourquoi le régime de Poutine aurait-il si peur de l'histoire ? Dans son livre, "Les portes de l'Europe", le chercheur et historien de Harvard Serhii Plokhy explique pourquoi.

Le livre de Plokhy donne un aperçu détaillé de l'Ukraine depuis l'époque des Grecs et des Romains jusqu'à aujourd'hui. Il peint la riche histoire de l'Ukraine, liée mais distincte de la Russie, incontestablement sa propre identité nationale au carrefour de l'Europe et de l'Asie. Il retrace le parcours de la nation ukrainienne alors qu'elle va et vient à travers ce qui semble être une tragédie après une tragédie au cours du dernier millénaire.

Remontant aux débuts de l'histoire enregistrée, Plokhy commence par la géographie du fleuve Dnipro, symbole de la nation, mentionné dans l'hymne national de l'Ukraine. Quatrième plus long fleuve d'Europe, ses eaux et son riche bassin ont planté les graines de l'Ukraine. Ses rives droite et gauche ont souvent constitué la frontière entre l'est et l'ouest.

Le sol fertile du Dnipro en a toujours fait un grenier pour le commerce et l'agriculture. Plokhy décrit comment les dynasties cimmériennes, scythes et sarmates ont échangé et combattu dans la région avec les empires méditerranéens, cédant finalement la place à la domination viking. Kiev a prospéré au haut Moyen Âge, sous le nom de "Kyivan Rus", en particulier sous les dirigeants d'origine nordique comme Yaroslav le Sage, jusqu'à ce qu'elle soit brutalement conquise par les Mongols en 1240. Kiev ne se remettra pas de l'attaque des fils de Gengis Khan , économiquement ou politiquement, depuis des siècles.

Un thème central du livre de Plokhy est que depuis le début du Moyen Âge, Kiev a continué à tomber sous diverses influences étrangères. Par exemple, les empires polonais et lituanien ont régné en Ukraine pendant des siècles, laissant leur propre marque indélébile. Plus tard, les habitants sont entrés en conflit avec l'Empire ottoman et sa pernicieuse traite des esclaves. Aux XVIe et XVIIe siècles, pas moins de 3 millions d'Ukrainiens et de Russes ont été vendus comme esclaves sur la côte de la mer Noire.

Les cosaques - qui jouent un rôle important dans l'histoire de l'identité nationale ukrainienne - se sont rebellés contre les Turcs et leurs alliés tartares, s'alliant aux Polonais pour chasser les Ottomans. Finalement, les Cosaques se sont retournés et ont évincé les Polonais, façonnant l'État « Hetman » en 1648, la base de l'Ukraine moderne. Cela a préparé le terrain pour le demi-siècle suivant, une période connue sous le nom de "La Ruine", remplie de combats constants entre les forces orientales et occidentales de chaque côté du Dnipro. Vers la fin des conflits en 1710, le chef cosaque Pylyp Orlyk a rédigé la première constitution ukrainienne, qui établissait une séparation des pouvoirs entre les pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire plus d'un demi-siècle avant que de tels événements ne se produisent en Amérique.

Ce n'est qu'à la fin du XVIIIe siècle, avec Catherine la Grande, que l'Empire russe a finalement conquis la majeure partie de l'Ukraine. Ses forces ont commencé plusieurs centaines d'années de règne direct depuis Moscou. L'Ukraine est devenue une pièce économiquement critique de l'Empire russe, représentant jusqu'à 75% de toutes les exportations russes au milieu du XIXe siècle. Moscou a tenté de consolider son contrôle sur la région ukrainienne mais s'est embourbé dans un conflit avec l'empire autrichien.

Dans les régions occidentales de Galice et de Lviv, Plokhy explique que l'Empire autrichien a laissé un espace à la pensée, à la recherche et à la culture ukrainiennes - non par empathie mais par rivalité géopolitique, voulant affaiblir l'influence russe dans la région. Le poète ukrainien Taras Shevchenko a poussé un récit concurrent de l'indépendance contre le récit culturel dominant du poète russe Alexandre Pouchkine, qui a poussé à l'asservissement.

Les dirigeants russes considéraient une Ukraine indépendante comme une menace pour leur propre empire. Un clivage linguistique et religieux s'est établi, entre les catholiques ukrainiens à l'ouest et les orthodoxes russophones à l'est, qui reste d'actualité à ce jour.

Alors que le conflit austro-russe se poursuivait au XIXe siècle, l'industrialisation est devenue une force importante. Les usines du sud de l'Ukraine ont créé une énorme quantité de croissance économique et d'emplois. Les chemins de fer de Saint-Pétersbourg et de Moscou reliaient la Crimée et Odessa, faisant de la mer Noire une destination populaire pour les élites russes.

En octobre 1905, plus de 2 millions de Russes et d'Ukrainiens se sont mis en grève contre le tsar, qui a ainsi concédé quelques libertés civiles, créé un organe parlementaire et levé les restrictions sur la langue ukrainienne. Les libéraux ukrainiens, basés dans la région de Lviv, ont commencé à publier leurs propres médias.

La Première Guerre mondiale, cependant, a stoppé tout progrès positif. Une fois les forces autrichiennes effondrées, l'Armée rouge a envahi par l'Est, les Polonais ont repoussé avec une force ukrainienne et l'Armée blanche a combattu dans le sud. Pendant ce temps, une quatrième armée invisible, le typhus, a attaqué tout le monde.

L'Armée rouge a réussi à pénétrer dans la Pologne actuelle, mais a été arrêtée juste avant Varsovie. L'Ukraine a eu une indépendance de courte durée en tant que "République populaire ukrainienne" de 1918 à 1921, avant que Moscou ne transforme l'Ukraine en une république soviétique. Des Ukrainiens du monde entier sont rentrés chez eux pour aider à construire une nouvelle nation, mais, comme ils l'ont vite découvert, leurs espoirs d'une véritable indépendance ont été de courte durée.

En 1929, Joseph Staline a commencé à purger des milliers d'élites ukrainiennes. Il a également poussé une politique de collectivisation forcée - qui a nationalisé 99% des terres agricoles ukrainiennes - provoquant une famine massive, où jusqu'à 2 millions de personnes sont mortes alors que la production alimentaire passait des mains d'unités agricoles individuelles à un appareil étatique défectueux. Comme le détaille Plokhy, un Ukrainien sur huit est mort dans cet épisode, connu sous le nom d'Holodomor, qui a depuis été classé comme un génocide.

En 1937 et 1938, Staline a purgé 270 000 intellectuels et dissidents. La moitié ont été exécutés. La combinaison de la famine et de la destruction du leadership humain a affaibli la souveraineté ukrainienne pendant des décennies. Entre 1929 et 1939, la population de l'Ukraine est passée de 29 à 26,5 millions. La police secrète soviétique a déporté 1,25 million d'Ukrainiens supplémentaires lors du déclenchement de la Seconde Guerre mondiale.

L'Ukraine était le centre tragique de la vision d'Hitler du "lebensraum" - un endroit pour loger et nourrir le peuple allemand. Lorsque les nazis sont arrivés en Ukraine, certains habitants avaient bon espoir : Staline avait été si horrible. Mais les nazis étaient tout aussi mauvais, sinon pires. Sous l'occupation allemande, l'Ukraine perdrait 7 millions de citoyens, dont 1 million de Juifs. Un Juif sur six décédé pendant l'Holocauste venait d'Ukraine.

Un exemple de l'ampleur de la violence nazie était un massacre à Babi Yar, juste à l'extérieur de Kiev. Les Juifs ont été alignés la veille de Yom Kippour, pensant qu'ils étaient réinstallés, mais ils ont été abattus à la place et jetés dans des fosses communes. Au total, 33 761 civils ont été assassinés en seulement deux jours. Les nazis ont affamé les villes ukrainiennes, forçant les gens à se diriger vers les zones agricoles pour cultiver et alimenter leur machine de guerre. Un nombre impressionnant de 2,2 millions d'Ukrainiens ont également été capturés et réduits en esclavage pour travailler en Allemagne, où beaucoup sont morts.

Les Soviétiques - qui avaient tué des millions d'Ukrainiens dans les années 1930 - ont été accueillis comme des libérateurs lorsqu'ils ont finalement chassé les nazis en 1943 et 1944. Même après la guerre, le conflit a continué de déchirer l'Ukraine : plus de 750 000 Polonais et Juifs ont été déportés vers l'Ouest. . En Crimée en 1944, le Commissariat du peuple aux affaires intérieures (NKVD) est allé de maison en maison, expulsant 180 000 Tartares de leurs maisons et 40% mourraient dans les cinq premières années d'exil.

Le bilan de la Seconde Guerre mondiale sur l'Ukraine a été lourd : Plokhy estime que 15 % de la population ont péri et 10 millions ont perdu leurs maisons. Environ 700 villes et 28 000 villages ont été anéantis, ainsi que 40 % de la richesse nationale et 80 % de ses infrastructures industrielles et agricoles. La nation écrasée ne pouvait produire que 25% de sa production industrielle d'avant-guerre. Les famines ont de nouveau frappé l'Ukraine en 1946 et 1947, et près d'un million d'autres ont péri, une tragédie aggravée par l'insistance de Staline pour que l'Ukraine exporte les céréales dont elle avait cruellement besoin pour nourrir sa population locale.

L'ère Khrouchtchev a été meilleure pour l'Ukraine : des centaines de milliers de « terroristes » ont été réhabilités et Moscou a acheté plus de céréales à l'étranger au lieu de les exproprier à l'Ukraine. Mais l'inflation des prix a persisté dans les années 1960. Et les contrôles de l'ère stalinienne sur les droits de l'homme sont revenus avec Leonid Brejnev, ainsi que les camps de travail pour les libres penseurs. Entre 1966 et 1985, le taux de croissance industrielle de l'Ukraine est passé de 8,4% à 3,5%, tandis que la croissance agricole a ralenti de 3,2% à 0,5%. Ceux-ci, bien sûr, étaient les chiffres officiels. La réalité était pire.

Pendant l'ère soviétique, Moscou est devenue de plus en plus dépendante des devises fortes de l'étranger et a vendu du gaz ukrainien pour l'obtenir. Les bureaucrates communistes ont dépensé les précieuses ressources de l'Ukraine pour financer leurs desseins impériaux, volant la richesse des générations futures du pays.

En avril 1986, la pire catastrophe nucléaire de l'histoire s'est produite en Ukraine, à moins de 70 miles au nord de Kiev, à Tchernobyl. L'usine était en grande partie dirigée par des apparatchiks russes, et non par des ingénieurs ukrainiens. Leur négligence a conduit à un effondrement. Comme le raconte Plokhy, l'explosion a libéré 50 millions de curies de rayonnement, l'équivalent de 500 bombes d'Hiroshima. Un territoire plus grand que la Belgique a été contaminé. La ville de Pripyat, qui abritait 50 000 ouvriers à proximité de la centrale électrique, est devenue une Pompéi des temps modernes, figée dans le temps.

Les dirigeants ukrainiens n'ont pas été autorisés à informer le public de l'accident. Le 1er mai, Mikhaïl Gorbatchev a organisé un défilé du 1er mai à Kiev, même si le nuage radioactif soufflait à travers la ville. Plus de 3 millions de personnes ont été touchées. Les forêts voisines, qui avaient été historiquement un atout si riche pour le peuple ukrainien, sont devenues radioactives.

Le seul bon côté de Tchernobyl, dit Plokhy, est que la colère du public face à l'accident a déclenché un nouveau mouvement d'indépendance. Les dissidents des années 1960 et 1970, désormais sortis des goulags, ont profité des nouvelles libertés civiles émergeant sous l'ouverture politique de Gorbatchev, connues sous le nom de glasnost. L'Église catholique ukrainienne a été légalisée et le récit de l'État cosaque a été relancé. Des vérités ont été dites sur la Grande Purge, la Grande Famine et les combattants de la résistance qui ont combattu les Soviétiques dans les années 1940 et 1950. La Société de la langue ukrainienne a atteint des centaines de milliers de membres.

En octobre 1990, une grève de la faim étudiante contre les restrictions de protestation à Kiev a éclaté en un mouvement à l'échelle de la ville : la « Révolution sur le granit ». George H. W. Bush a prononcé son tristement célèbre discours « Chicken Kiev » en 1991, mettant en garde contre le « nationalisme suicidaire », mais il n'a pas pu arrêter le cours de l'histoire. Le 19 août 1991, le parlement ukrainien a tenu un vote sur le dos d'une "tradition millénaire de construction de l'État" après un discours du plus ancien prisonnier du goulag, Levko Lukianenko, aujourd'hui député. Le vote a été un choquant 346 oui, avec seulement deux contre.

Les efforts précédents d'indépendance avaient échoué, mais maintenant l'Ukraine était enfin un pays. Le gouvernement de Boris Eltsine à l'époque a tenté de clarifier que la Crimée et la région du Donbass étaient des "zones de discorde", présageant les conflits d'aujourd'hui. Mais le 1er décembre 1991, 90 % des Ukrainiens soutiennent l'indépendance, dont 99 % en Ukraine occidentale, mais 83 % à Donetsk et même 54 % en Crimée. C'était la fin de l'Union soviétique. Gorbatchev démissionne le 25 décembre 1991. Le drapeau de l'URSS est descendu à Moscou et le drapeau tricolore russe est hissé.

En 1994, l'Ukraine a été persuadée de renoncer au troisième plus grand arsenal nucléaire du monde. La Russie, les États-Unis et le Royaume-Uni ont donné des garanties de sécurité et l'Ukraine est devenue le troisième bénéficiaire de l'aide américaine après Israël et l'Égypte. Mais l'indépendance n'a pas été facile : l'Ukraine a subi un déclin économique catastrophique. Contrairement à la Russie, Kiev n'avait pas de pétrole pour amortir le choc de la transition. L'industrie métallurgique dépendait du gaz naturel russe qui devenait beaucoup plus cher. Les entreprises planifiées par l'État ont continué à être subventionnées, épuisant les réserves nationales, et l'hyperinflation a culminé à 2 500 % en 1992.

Entre 1991 et 1997, la production industrielle ukrainienne a chuté de 48 % et le PIB de 60 %. C'était pire que les pertes économiques américaines pendant la Grande Dépression, où la production industrielle a chuté de 45% et le PIB de 30%. En 1999, dit Plokhy, seulement la moitié des Ukrainiens avaient assez d'argent pour manger. Seuls 2 à 3 % étaient à l'aise. En raison d'une mortalité élevée et d'un faible taux de natalité, le pays a perdu près de 3 millions d'habitants entre 1989 et 2001.

Dans les années 2000, les oligarques sous Leonid Kuchma ont donné vie à l'économie ukrainienne, le PIB doublant grâce aux exportations comme l'acier (l'Ukraine abrite deux des plus grandes aciéries du monde, dont l'Azovstal actuellement assiégée). Mais la population était fatiguée de la corruption. Comme le détaille Plokhy, "Kuchmagate" a révélé un président qui était définitivement un voleur et peut-être un tueur. En 2004, Iouchtchenko a survécu à un empoisonnement à la dioxine et à des élections truquées et, avec le soutien de manifestations massives, est devenu président lors de la révolution orange.

Mais Iouchtchenko n'a pas pu résoudre les problèmes de corruption, qui n'ont fait qu'empirer sous son successeur Ianoukovitch, qui a gouverné à l'image de Poutine et s'est concentré sur la construction d'un État autoritaire. Ianoukovitch a réécrit la constitution, emprisonné son principal adversaire et volé jusqu'à 70 milliards de dollars.

En novembre 2013, des centaines de milliers de personnes ont afflué à Kiev pour exiger la fin de la corruption et des liens plus étroits avec l'UE. Les manifestations ont secoué la capitale pendant trois mois, culminant en février avec une violence choquante, lorsque des tireurs d'élite ont tiré sur des manifestants. « Les Cent Célestes » ont été des martyrs pour une Ukraine libre et ont marqué la fin de 22 ans de politique ukrainienne non violente.

Le 21 février 2014, Ianoukovitch s'est enfui, laissant derrière lui une vaste et littérale trace écrite de corruption. Le lendemain, Poutine a décidé de « rendre » la Crimée à la Russie. Le 26 février, les services secrets russes installent un nouveau dirigeant pro-russe (qui n'avait obtenu que 4 % des voix lors d'une précédente élection) et coupent les médias indépendants. Lors du référendum sur l'indépendance auquel les parents d'Aleksey ont voté, la manipulation des élections était répandue. A Sébastopol, par exemple, le vote pro-Russie était de 123%.

Ce printemps-là, l'opération Donbass a commencé. Les Républiques populaires de Donetsk et Louhansk ont ​​déclaré leur indépendance avec le soutien de Moscou. En juillet 2014, des séparatistes russes ont abattu le vol 17 de Malaysia Airlines, tuant les 283 passagers et 15 membres d'équipage à bord. Cela a mobilisé un soutien mondial et national contre les opérations de Poutine en Ukraine, mais le bilan du conflit sur les citoyens est resté énorme. En 2014, le PIB de l'Ukraine a diminué de 6,6 % et de 10 % supplémentaires en 2015. La guerre dans le Donbass a fait plus de 14 000 morts avant février 2022.

Il est important de garder à l'esprit la longue et torturée histoire de l'Ukraine. Il y a des raisons historiques légitimes pour que les Ukrainiens russophones, comme Aleksey et sa famille, se sentent plus proches de Moscou et se méfient de Kiev. Ces raisons ont des racines dans des centaines d'années d'histoire. Mais il n'y a aucune excuse pour la guerre de Poutine, dans ce qui marque la première fois qu'une grande puissance européenne attaque un voisin plus faible depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Et ce n'est pas seulement Poutine qui est à blâmer : de nombreuses élites économiques, culturelles et médiatiques russes encouragent la guerre depuis des mois. Fin avril, à la télévision d'État russe, des invités ont ouvertement songé à l'idée d'anéantir l'Ukraine avec des armes nucléaires. "Nous irons au paradis", a déclaré une tête parlante, "et ils mourront tout simplement", faisant écho à une phrase inventée par Poutine pour déshumaniser ses adversaires.

Dans cet environnement désastreux, l'administration de Zelenskyy - confrontée à un risque existentiel et soumise à des assauts continus - est devenue le premier gouvernement au monde à demander de l'aide sous la forme de Bitcoin.

V. L'ADOPTION DU BITCOIN EN UKRAINE

Dans les jours qui ont immédiatement suivi l'invasion, le gouvernement de Zelenskyy s'est allié à l'entrepreneur ukrainien Michael Chobanian pour lancer un effort historique de collecte de fonds en bitcoin et en crypto-monnaie. L'initiative a été publiée par le compte Twitter officiel @Ukraine du gouvernement le 26 février 2022 et finirait par attirer des dizaines de millions de dollars de devises numériques. Chobanian – récemment décrit par Bloomberg comme "prenant Bitcoin au lieu de prendre des fusils" – est le fondateur de Kuna, l'échange de crypto-monnaie qui a aidé à démarrer la carrière Bitcoin de Gleb Naumenko.

Chobanian a travaillé avec le sous-ministre de la transformation numérique Alex Bornyakov pour lever plus de 110 millions de dollars de crypto-monnaie pour l'effort de défense de leur pays. Les fonds ont financé des milliers de gilets pare-balles, de casques, de lunettes de vision nocturne et de grandes quantités de médicaments et d'autres aides. Lorsque j'ai parlé à Bornyakov début avril, il m'a dit que l'aide commençait à arriver via le bitcoin et d'autres crypto-monnaies de la part d'individus du monde entier plus rapidement que l'aide de n'importe quel gouvernement. Il a dit que 20 millions de dollars avaient été levés en moins de deux jours.

Dans le domaine de la guerre, Chobanian pense que le bitcoin est une amélioration monétaire sérieuse. Comme il l'a dit à Bloomberg, "Il faut 10 minutes pour qu'un bloc Bitcoin se ferme. Et il faut environ trois jours pour faire la même chose via le système bancaire, car nous devons d'abord recevoir des dollars américains sur un compte bancaire, c'est-à-dire au moins un jour. Le deuxième jour, la banque s'assure qu'elle a bien reçu l'argent sur le compte, puis il faut un autre jour pour que le paiement SWIFT parvienne effectivement au fournisseur, quel qu'il soit."

"Donc, trois jours contre 10 minutes", a conclu Chobanian. Par conséquent, nous préférons la crypto. Et vous pouvez comprendre que le temps c'est de l'argent pour mon pays en ce moment. Donc, si nous pouvons gagner une minute, cela signifie que nous pouvons sauver au moins la vie de quelqu'un, nous essayons donc d'accélérer le processus et la crypto nous aide ici.

Je peux personnellement témoigner de cette utilité, car la Fondation des droits de l'homme (où je suis directeur de la stratégie) a mené une opération humanitaire sur le terrain en Ukraine quelques jours après l'invasion. Dans un cas, début avril, je me souviens avoir aidé à envoyer de l'argent à un contact en Pologne pour acheter des téléphones satellites. C'était vendredi soir en Europe de l'Est et un virement bancaire n'allait pas faire le travail. Nous avons donc envoyé Bitcoin et les téléphones ont été achetés et en route vers l'Ukraine dimanche matin. Pour réitérer : cela aurait été impossible à faire avec le système bancaire hérité.

Selon un rapport de 2020, l'Ukraine était le premier pays au monde en termes d'adoption de crypto-monnaie par habitant. Il était quatrième au monde selon un rapport de l'industrie de 2021 publié juste avant la guerre. Dans un témoignage virtuel devant le Congrès américain le 17 mars, Chobanian est apparu dans un t-shirt qui, selon lui, était l'un des seuls biens qu'il lui restait. Il se cachait, comme Naumenko, orchestrer l'aide d'un endroit non divulgué. Pendant des semaines, a-t-il dit, les Ukrainiens ont attendu des jours entiers pour les virements bancaires. "Les gens sont sans nourriture, sans casques, sans trousses de premiers secours, sans garrots", a-t-il déclaré. "Mais avec la crypto-monnaie, l'aide vient tout de suite. Le temps est vital et la cryptographie est la meilleure alternative.

"L'argent liquide et les dollars américains en Ukraine sont pratiquement inutiles", a-t-il déclaré. "Personne n'en veut… maintenant, la forme d'argent la plus précieuse en Ukraine", a-t-il déclaré, "est la cryptographie. Tout le monde veut la crypto parce que c'est le moyen le plus rapide, le plus flexible, le plus simple et le moins bureaucratique de stocker et de dépenser votre argent. La crypto est le nouveau roi de l'argent en Ukraine. Comme le dit la page de destination de Kuna, "En crypto, nous avons confiance, pour l'Ukraine, nous prions."

Bornyakov n'est pas allé aussi loin dans notre conversation, mais il a dit qu'il pensait que la croissance de l'utilisation du Bitcoin et de la crypto-monnaie en Ukraine en temps de guerre était la lueur d'un nouvel avenir mondial.

"Le système financier traditionnel est pratique pour la plupart des gens car il est facile à utiliser. Mais ce n'était pas comme ça il y a 40 ans », a-t-il déclaré. "Un système financier basé sur la crypto-monnaie n'est pas encore prêt, peut-être pour l'homme simple ou les citoyens ordinaires, mais ce n'est qu'une question de temps."

Bornyakov pense que le changement a été accéléré en Ukraine en raison de certains facteurs culturels. Les citoyens sont déjà habitués à utiliser des "secouer les téléphones" ou des applications, où ils mettent les téléphones en contact pour effectuer des paiements, au lieu des cartes, a-t-il déclaré. En d'autres termes, les locaux sont prêts pour l'innovation financière.

Il y a quelques décennies, Bornyakov était un développeur qui a commencé une carrière dans la gestion de produits. Il est devenu PDG d'une société informatique, puis a créé sa propre entreprise dans le domaine du marketing numérique et de la technologie publicitaire. En 2012, il a entendu parler de Bitcoin. Il était curieux. Le taux de change n'était que de 5 $ par BTC à l'époque. Son entreprise a commencé à exploiter ses serveurs, générant des milliers de BTC.

"J'ai réalisé que Bitcoin est un système génial d'un point de vue technique", a-t-il déclaré. Il s'est également intéressé au monde plus large des crypto-monnaies, participant à des ICO en 2017. Il m'a dit qu'en 2016, il avait eu du mal à rendre son entreprise publique, donc pour lui, les monnaies numériques "offraient une nouvelle version de la façon dont nous pouvons établir des relations dans le monde de l'investissement.

À l'époque, il était diplômé de l'Université de Columbia avec une maîtrise en administration publique. Il savait déjà qu'il voulait servir son pays. "Le travail dans le secteur privé", a-t-il dit, "ne m'apportait tout simplement pas autant de joie qu'avant."

En 2019, Zelenskyy a remporté les élections et Bornyakov a obtenu son diplôme. « J'ai reçu un appel d'une agence RH, à la recherche de quelqu'un pour combler un poste. Le nouveau ministre de la Transformation numérique, Mikhail Federov, cherchait un sous-ministre. Dans l'interview, Federov a demandé à Bornyakov de préparer une vision de ce qu'il allait faire s'il obtenait le poste. Il a donc créé une présentation. "La crypto-monnaie", m'a-t-il dit, "a été incluse dès le premier jour".

"Pour augmenter le PIB de l'Ukraine", a-t-il déclaré, "nous devons légaliser et utiliser le bitcoin et les crypto-monnaies, nous avons donc adopté une loi permettant aux entreprises de s'impliquer". Il a dit que "des millions" d'Ukrainiens utilisent la crypto-monnaie. Au-delà d'un secteur informatique robuste, la principale raison de cette tendance à la hausse, a-t-il dit, est la "complexité du système bancaire en Ukraine en ce qui concerne les transferts internationaux".

"Nous n'avions pas PayPal ou Revolut depuis longtemps", a-t-il déclaré, "nous avions donc besoin d'un autre moyen." Bornyakov attribue à "l'inefficacité du système bancaire" le succès de Bitcoin en Ukraine.

Le deuxième jour de la guerre, Federov a appelé Bornyakov et lui a dit que la situation était pire que prévu, que le gouvernement devait acheter beaucoup de choses et rapidement. « Nous avons compris que la Russie préparait une opération », a déclaré Bornyakov, « mais pas à cette échelle. Nous ne savions pas qu'ils essaieraient d'entrer sous autant d'angles. Il savait également que le système financier hérité ne suffirait pas.

"J'ai appelé Chobanian, et il a aidé à créer la première version de la page de collecte de fonds. Nous avons affiché des adresses et les fonds ont commencé à affluer. Au moment de notre entrevue, le gouvernement avait levé environ 71 millions de dollars. Aujourd'hui, il dépasse les 110 millions de dollars. Bornyakov a qualifié cela de "au-delà de nos attentes". Il a déclaré que 40% des fonds dépensés ont été effectués directement en bitcoin, stablecoins, ethereum ou autres crypto-monnaies. Il estime que plus de 100 000 Ukrainiens ont quitté le pays avec la crypto-monnaie et reconnaît son utilité en tant que technologie pour les réfugiés.

Fin avril, cependant, le gouvernement ukrainien a imposé de nouvelles restrictions à l'utilisation du bitcoin en Ukraine. Il était interdit aux citoyens d'échanger de grandes quantités de hryvnia en bitcoin.

Bien que publié en contradiction directe avec la philosophie de Bitcoin, Naumenko m'a dit qu'il pensait que ce règlement n'était pas extrêmement important et a expliqué qu'il pensait que cela rendrait, dans le pire des cas, l'achat de bitcoin un peu plus difficile et moins pratique. Il a expliqué que de tels mouvements étaient inévitables dans les systèmes monétaires fiduciaires mourants comme la hryvnia, alors que les responsables gouvernementaux luttent avec les citoyens qui tentent de convertir de l'argent doux en argent plus dur.

"J'espère que les Ukrainiens souffrant de ces restrictions veilleront à stocker leurs économies en Bitcoin après la guerre, une fois que Poutine sera chassé du pays", a-t-il déclaré. "J'espère qu'ils réaliseront aussi à quel point l'étatisme est mauvais."

En ce qui concerne M. Poutine, Bornyakov allègue que le gouvernement russe utilise la crypto-monnaie pour éviter les sanctions, mais pas de manière importante. Il voit beaucoup plus de bien sortir de la technologie que de mal.

"Comment les dictateurs vont-ils contrôler Bitcoin?" Il a demandé. Après une courte pause, il a répondu à sa propre question : « Ils ne le feront pas. Ils le craindront.

VI. RUSSES CONTRE LA GUERRE

La plupart des militants des droits humains ne grandissent pas en voulant devenir des militants des droits humains. C'est quelque chose qui leur arrive, souvent par accident. Cela est particulièrement vrai dans l'histoire d'Anna Chekhovich.

Au printemps 2017, Chekhovich avait 24 ans et travaillait dans une entreprise de chaussures en Russie, faisant de la logistique. Elle ne pensait pas trop à la politique. Elle était bien sûr au courant, par exemple, de la prise de la Crimée par le Kremlin en 2014, et même alors elle s'y opposait personnellement, comme beaucoup de ses amis. Mais elle n'a pas analysé en profondeur ces événements politiques. « Quand on ne sait rien, me dit-elle, c'est difficile de commencer.

Tout a changé en mars, lorsqu'un de ses amis l'a invitée à assister à une grande manifestation à Moscou. Au début, elle ne savait pas de quoi il s'agissait. Elle a entendu dire qu'il y avait "un politicien nommé Navalny qui a publié une vidéo sur Dmitri Medvedev", qui était président de la Russie.

En 2011, le politicien de l'opposition Alexei Navalny a fondé la Fondation anti-corruption (FBK, en abrégé) pour mettre en lumière la corruption en Russie. Depuis lors, lui et son équipe ont publié des centaines de rapports d'enquête sur les relations corrompues entre le Kremlin et les oligarques. Une vidéo, par exemple, expose un palais d'un milliard de dollars appartenant à Poutine et a accumulé plus de 120 millions de vues. Les principales enquêtes du FBK déclenchent régulièrement des manifestations dans toute la Russie.

En août 2020, Navalny a été empoisonné avec du gaz neurotoxique Novichok lors d'un vol de Tomsk à Moscou. Il est tombé dans le coma après un atterrissage d'urgence et a finalement été évacué vers Berlin. Il a survécu à l'attaque, mais a ensuite été arrêté par la police russe et purge aujourd'hui une peine de neuf ans de prison dans une colonie pénitentiaire pour vol présumé de dons à ses organisations désormais interdites.

Dans une récente déclaration publique du 19 avril, Navalny a déploré la mort d'un homme tué dans le village ukrainien de Bucha, du nom de Navalny, évidemment tué à cause du sort de partager un nom de famille. Son message au peuple russe était clair : « Manifestez où et comme vous le pouvez. Agitez comme vous pouvez et qui vous pouvez. L'inaction est la pire des choses. Et maintenant sa conséquence est la mort.

La vidéo que Chekhovich a vue en 2017 - "Ne l'appelez pas un démon" - avait été produite par l'équipe de Navalny et accusait Medvedev d'avoir acheminé des pots-de-vin via son réseau d'amis. Il est devenu viral, atteignant même des personnes apolitiques comme Chekhovich, imprégnant la société et déclenchant des protestations à travers le pays.

On estime que plus de 10 000 personnes se sont rassemblées lors de la manifestation à laquelle Chekhovich a assisté à Moscou pour se rassembler contre la corruption du régime. Elle a dit que c'était la plus grande manifestation qu'elle ait jamais vue. Au milieu de la foule, les gens scandaient des slogans : « Non à Poutine, non à la corruption ». Cela a profondément choqué Chekhovich, m'a-t-elle dit, de voir la police et les forces spéciales trouver et extraire ces chanteurs de la foule, les battre sauvagement avec des matraques et les enlever, traitant ses paisibles compatriotes et compatriotes comme des animaux.

"À ce moment-là", a-t-elle déclaré, "j'ai réalisé que ma vie avait changé."

Elle a réussi à échapper à la manifestation avec des amis sans dommage. Dès son retour à son appartement, elle décide de tout apprendre sur la politique russe et la corruption. "Le lendemain", a-t-elle déclaré, elle a décidé de quitter son emploi et de consacrer sa vie à défier le régime de Poutine.

Chekhovich a été frappée par la puissance de la vidéo de Medvedev que la FBK avait publiée et a décidé ce jour-là d'envoyer son CV pour un emploi à la FBK. Il n'y avait pas d'ouverture : elle a simplement postulé en disant qu'elle ne pouvait pas imaginer faire autre chose après la manifestation et qu'elle ferait n'importe quel type de travail.

Deux semaines se sont écoulées et ses espoirs se sont estompés. Il s'est avéré que le représentant des RH de la FBK avait été arrêté lors de la manifestation et que leurs e-mails s'étaient accumulés. Lorsque le représentant a été libéré, Chekhovich a obtenu son entretien et a obtenu le poste.

Pendant ses deux premières années à la FBK, Chekhovich a vécu et travaillé à Moscou. Après avoir fait du bric-à-brac, elle a fini par diriger l'équipe financière et occupe maintenant le poste de directrice financière de l'organisation. En 2019, l'État russe a engagé une procédure pénale contre la FBK, accusant Navalny et son équipe de blanchiment d'argent et de fraude.

À cette époque, a déclaré Chekhovich, "des étrangers ont commencé à me suivre chez moi après le travail". Ils ont commencé à pirater ses réseaux sociaux et ont même compromis le compte Telegram de sa mère. « Ils essayaient de me dire quelque chose », a-t-elle dit : nous savons où vous habitez.

Alors Chekhovich a quitté le pays. Elle a dit que c'était l'objectif du régime, qui ne voulait pas faire face au désordre autour d'une arrestation. Deux mois après sa fuite, la police est venue et a fouillé son appartement. Ses amis, qui occupaient son appartement, lui ont tout raconté. Quand j'ai demandé à Chekhovich si elle pouvait rentrer chez elle en Russie, elle a dit – avec l'incrédulité dans sa voix que je poserais même la question – non, bien sûr que non. "Pas avant que le régime ne change", a-t-elle déclaré.

Pourquoi Poutine et ses copains avaient-ils si peur d'elle, ai-je demandé ?

Pour commencer, a-t-elle dit, la FBK a lancé un réseau national de bureaux régionaux, et chaque bureau a mené des enquêtes indépendantes sur la corruption locale. En tant que mouvement populaire, le FBK a fait une « énorme différence » dans la perception publique du gouvernement. En conséquence, dit-elle, les gens "ont découvert qu'ils avaient des droits et découvert qu'ils pouvaient avoir une vie meilleure". Elle m'a également parlé du succès de la campagne présidentielle de Navalny, qui a débuté fin 2016, et a profondément secoué le régime.

Au fil du temps, elle a déclaré que le Kremlin s'était rendu compte qu '"en détruisant l'infrastructure financière de la FBK, ils pourraient détruire l'organisation". Chekhovich m'a dit qu'elle avait pris de nombreuses notes avant notre entretien car la FBK avait subi tellement d'attaques différentes sur ses comptes bancaires au fil des ans qu'elle avait peur de perdre le fil.

En 2016, la FBK a décidé de scinder son travail en deux entités à décentraliser : une entité juridique pour travailler à Moscou sur les enquêtes de corruption et l'autre pour se concentrer sur les projets politiques et la campagne présidentielle. Cela semblait fonctionner, au moins jusqu'en janvier 2018.

Elle se souvient très bien de la première fois où le gouvernement a gelé le compte bancaire de la FBK : « C'était une journée de travail habituelle. Je suis arrivé à mon bureau, je me suis connecté et j'ai vérifié notre compte : ce que j'y ai vu m'a fait tomber de ma chaise sur le sol. Il a montré un solde négatif de 1 milliard de roubles.

Elle a appelé la banque, mais personne ne répondait. Elle est allée à la banque en personne, mais les employés n'ont toujours rien dit. Finalement, ils lui ont montré un document d'ordonnance de gel, qui avait été délivré sans aucune décision de justice. L'État russe a simplement décidé de liquider la fondation. Maintenant, le FBK s'est rendu compte que leurs fonds pouvaient être gelés à tout moment. Les entreprises, a déclaré Chekhovich, étaient déjà sceptiques à l'idée de travailler avec quiconque de l'équipe de Navalny, mais sans compte bancaire officiel, c'était hors de propos.

En 2019, l'État a de nouveau gelé les fonds FBK. Cette fois, -75 millions de roubles était le nouveau bilan. C'était, a-t-elle dit, le montant que l'État accusait le FBK de blanchiment. Le gouvernement a commencé à bloquer les comptes bancaires de diverses fondations, même celles qui n'étaient que très vaguement liées à la FBK. Aux yeux de Poutine, toutes ces institutions appartenaient à Navalny, même s'il n'y a jamais travaillé, financé ou reçu de l'argent de leur part. Le régime s'est rendu compte, a déclaré Chekhovich, que les affaires criminelles fabriquées étaient des moyens faciles de justifier des comptes bancaires gelés. Navalny et sa famille ont également vu leurs comptes personnels gelés, à la suite de telles accusations, tout comme de nombreuses personnes qui travaillaient dans l'équipe FBK.

Plus tard en 2019, un étranger a fait un don à la FBK. Chekhovich a personnellement tenté de rendre l'argent, mais il était trop tard. Le Kremlin a immédiatement désigné le FBK comme agent étranger. Cela signifiait qu'ils étaient sous une loupe encore plus étroite. « Toute erreur », a-t-elle dit, « suffirait à liquider les fonds du compte de la fondation ».

Enfin, en 2021, le FSB a eu recours à ce que Tchekhovich a appelé son « arme ultime » : désigner le FBK comme organisation extrémiste. Le groupe a été contraint d'arrêter toutes les activités financières officielles. Il n'était plus possible d'effectuer des transactions à l'intérieur du système bancaire.

Aujourd'hui, l'équipe a des comptes à l'étranger et n'a aucune entité officielle en Russie. En raison des sanctions, il leur est impossible d'utiliser des cartes de crédit russes à l'étranger. « Le but du régime », a-t-elle dit, « était de nous chasser. Mais ils n'ont pas compris que cela ne nous arrêterait pas.

Le collègue de Chekovich, Leonid Volkov, a eu une idée, dès 2015, pour aider à surmonter la répression financière : utiliser Bitcoin. Lorsqu'elle a rejoint la FBK, elle acceptait déjà les dons en bitcoins, principalement de personnes qui ne voulaient pas virer de fonds de leurs comptes bancaires personnels et susciter des questions de l'État.

Bitcoin a joué un rôle "très important" pour les militants, a déclaré Chekhovich, "en particulier pour des organisations comme notre fondation". Elle a déclaré que la technologie n'était ni bonne ni mauvaise, mais neutre : "C'est un outil pour tout le monde." Dans ce contexte, elle se réjouit que la FBK ait commencé à l'utiliser il y a sept ans, devant les autorités russes.

Fin avril 2022, le FBK avait reçu 658 BTC au total et de plus petites quantités d'une variété d'autres crypto-monnaies. En moyenne, ces dons ont représenté environ 10 à 15 % de tous les dons mensuels de FBK. Récemment, l'équipe de Navalny a également lancé un "suivi de l'inflation", pour montrer comment les prix des biens ont monté en flèche en Russie ces derniers mois. Le programme est conçu pour sensibiliser le public à ce qui se passe (où les prix des produits alimentaires de base ont augmenté de 60 % au cours des deux derniers mois) et peut également accroître la sensibilisation à l'alternative à l'épreuve de l'avilissement du bitcoin.

Chekhovich a déclaré qu'elle "ne comprenait pas" comment Poutine contournerait les sanctions avec le bitcoin, malgré les avertissements de dirigeants occidentaux comme Hillary Clinton et Elizabeth Warren. Au lieu de cela, elle pense que Poutine a peur du Bitcoin, tout comme il a peur de tout ce qu'il ne peut pas contrôler. Il existe un nouveau projet de loi en Russie, qui vise à autoriser uniquement l'utilisation du bitcoin et de la crypto-monnaie via des plateformes qui collectent les informations personnelles des utilisateurs. Le FSB a fait pression sur la banque centrale pour ralentir la propagation de la crypto-monnaie. "Ils ont déployé tant d'efforts pour contrôler nos flux d'argent", a déclaré Chekhovich, "ils ne peuvent donc pas laisser cela réussir."

"Peut-être", a-t-elle dit, "ils vont créer un Chivo et forcer les gens à l'utiliser", se référant à l'application Bitcoin gérée par l'État salvadorien, qui nécessite une pièce d'identité et a soulevé des questions de surveillance et d'impression d'argent.

"Ils ne laisseront jamais le public utiliser pleinement une monnaie que l'État ne contrôle pas", a-t-elle déclaré. "Ils ont réalisé que la crypto-monnaie est une arme entre les mains des médias et des militants indépendants et qu'elle peut aider à ruiner le régime", a-t-elle ajouté.

Des centaines de milliers de Russes ont fui leur pays depuis l'invasion. Leurs liens avec le système financier international ont été largement coupés. Ils se sont enfuis dans des endroits comme la Turquie, l'Arménie et la Géorgie, où Chechovich se trouve maintenant.

Comme l'a écrit la journaliste Masha Gessen dans un portrait de cet exode russe dans le New Yorker, ces nouveaux pays discriminent souvent les Russes, rendant difficile l'ouverture de nouveaux comptes bancaires : « La Banque de Géorgie a commencé à exiger des clients potentiels qui sont citoyens russes », a écrit, « de signer une déclaration déclarant que la Russie est une puissance occupante agressive et s'engageant à ne pas diffuser de propagande russe. Venyavkin, l'historien stalinien, était heureux de signer, mais la banque a quand même rejeté sa candidature.

Lorsque Chekhovich a demandé à un ami en Géorgie quelle était la meilleure option pour recevoir des revenus de l'intérieur de la Russie, la réponse est revenue en un mot : crypto-monnaie. Elle s'est rendu compte que beaucoup de gens restent en Russie, bien qu'ils veuillent partir, parce qu'ils ne savent pas comment obtenir leur argent à l'étranger. L'éducation sur Bitcoin pourrait changer cela. "La connaissance", a-t-elle dit, "peut être le pouvoir."

Concernant l'effort de collecte de fonds de Kyiv pour la crypto-monnaie, elle a déclaré que "la défense de l'Ukraine est la chose la plus importante au monde, et la crypto-monnaie joue un rôle clé à cet égard. Cela peut sauver des vies même lorsque toutes les autres infrastructures tombent en panne.

De nombreux dons de bitcoins et de crypto-monnaies au fonds de défense ukrainien, m'a-t-elle informé, proviennent de Russes et de Biélorusses, qui ont honte des crimes de leur gouvernement. Ils veulent soutenir les victimes ukrainiennes et n'ont pas d'autre moyen. Faisant référence aux détracteurs de Bitcoin, elle a déclaré, compte tenu de son utilisation par le gouvernement ukrainien, le peuple ukrainien et le peuple russe : « Comment pouvons-nous douter de son importance maintenant ?

Chekhovich a laissé sa mère et sa sœur en Russie. "Je ne peux pas les aider, je ne peux pas envoyer d'argent en Russie. Je n'ai pas de compte bancaire russe. Je suis considéré comme un extrémiste.

"Pour des gens comme moi", a-t-elle déclaré, "Bitcoin pourrait être le seul moyen."

VII. BRETTON WOODS III

Le bitcoin est utilisé au niveau micro par les Russes et les Ukrainiens. Il est également susceptible de jouer un rôle majeur dans l'évolution du système financier mondial au niveau macro, en conséquence directe de l'invasion de Poutine.

Lorsque les pays du G7 ont gelé près de 400 milliards de dollars de réserves de la banque centrale russe, l'ordre financier mondial a commencé à changer. C'était un signal d'alarme pour le monde que "l'argent interne" (comme les bons du Trésor américain, qui sont la responsabilité d'un émetteur, par opposition à l'argent actif "externe" comme l'or ou le bitcoin) n'était pas assez bon.

Si un pays épargne dans un instrument financier que quelqu'un d'autre peut geler, alors il n'a pas vraiment d'épargne, comme l'a appris le gouvernement afghan en 2021. La volonté des pays du G7 de militariser le dollar et l'euro marque le début d'une grande transition d'un monde où les bons du Trésor américain fonctionnent comme l'actif d'épargne primordial et dominant, la garantie financière et le numéraire de l'énergie. À l'avenir, les gouvernements se diversifieront pour s'éloigner de la dépendance à l'égard de la dette américaine.

L'analyste du Credit Suisse et expert du marché monétaire Zoltan Pozsar a appelé cette nouvelle ère Bretton Woods III, en l'opposant à Bretton Woods I et II. La première ère s'est déroulée entre 1944 et 1971, lorsque le monde a économisé en dollars américains, soutenu par de l'or à un taux remboursable de 35 dollars l'once. La deuxième période était de 1971 à 2022, lorsque le monde a économisé quand il le pouvait dans les bons du Trésor américain, avec une demande insatiable d'instruments financiers américains stimulée par les systèmes du pétrodollar et de l'eurodollar. La troisième ère, selon Pozsar, sera marquée par l'abandon par les gouvernements d'une dépendance vis-à-vis du dollar, tant du point de vue des stocks que des flux.

D'un point de vue « stock », les banques centrales étrangères diversifieront leurs réserves. Cela fait partie d'une tendance existante : au cours des huit dernières années, les banques centrales étrangères ont acheté trois fois plus d'or que les bons du Trésor américain (UST). Désormais, la demande étrangère pour les UST continuera de s'affaiblir, obligeant le gouvernement américain à continuer d'intervenir et d'agir en tant qu'acheteur de dernier recours. À titre d'exemple, Israël, l'un des principaux alliés de l'Amérique, a vendu il y a quelques semaines une partie de ses réserves en dollars en échange de la dette chinoise. Probablement pas parce que le gouvernement israélien cherche une alliance avec la Chine, mais simplement par prudence financière. Pozsar pense que les grandes puissances se diversifieront dans l'or, les devises non membres du G7, les matières premières (comme le blé et le pétrole) et – si cela survit, a-t-il dit – peut-être le bitcoin.

Du point de vue des "flux", Pozsar affirme que les marchés de l'énergie commenceront à être évalués dans d'autres devises. La Chine et l'Inde ont toutes deux discuté de la tarification des ventes d'énergie en yuans et en roupies, et les exigences de la Russie pour que son énergie soit achetée en roubles, bien qu'elles ne soient pas entièrement efficaces, sont importantes. Comme le soutient Pozsar, une fois que la transaction elle-même est tarifée dans une autre devise, les contrats, les assurances et les produits dérivés connexes commencent également à être tarifés dans d'autres devises. Cela affaiblira l'effet de réseau mondial du dollar.

Le déclin de l'hégémonie du dollar et la hausse des taux sur la dette américaine entraîneront probablement une décennie de taux d'intérêt plus élevés et une inflation des prix plus élevée. Au cours de la prochaine décennie, les instruments en dollars perdront un pouvoir d'achat important (l'inflation est déjà à 8,5 % aux États-Unis) et les matières premières rares comme le pétrole, la viande et surtout le bitcoin risquent de devenir plus chères en dollars.

Comme l'a récemment écrit le fondateur de BitMEX, Arthur Hayes, une réduction de la demande étrangère pour la dette américaine conduira presque certainement à un contrôle de la courbe des taux (YCC), qui a été utilisé pour la dernière fois par le gouvernement américain pendant la Seconde Guerre mondiale. YCC, c'est quand la banque centrale supprime le taux d'intérêt sur les bons du Trésor en dessous d'un certain niveau en achetant simplement tout ce qu'il faut pour maintenir à flot la demande perçue. Le résultat est la répression financière : une inflation bien supérieure aux taux d'intérêt, ce que nous constatons déjà aux États-Unis et dans l'UE, et qui détruit la valeur des liquidités et de l'épargne.

L'UE, comme le souligne Hayes, sera également obligée d'employer YCC pour des raisons énergétiques. Au cours de la dernière décennie, les Européens ont profité du gaz russe bon marché. Ce ne sera plus le cas, ce qui rend beaucoup plus difficile la manipulation du marché des obligations d'État sans inflation des prix à la consommation. Dans son dernier essai du 29 avril, Pozsar a fait valoir que les forces russes – ayant déjà capturé Marioupol et menaçant de prendre Odessa – pourraient prendre le contrôle de la moitié de la production mondiale de néon, un ingrédient clé des semi-conducteurs. Il a utilisé cet exemple pour prouver un point sur les pénuries d'approvisionnement en matériaux et technologies clés, qui feront monter les prix et obligeront les banques centrales à poursuivre une politique monétaire accommodante.

Dans les années 1940, à la suite du décret exécutif 6102 du FDR, il était illégal pour les Américains de posséder de l'or, de sorte qu'ils ne pouvaient pas facilement économiser dans une meilleure monnaie. Mais aujourd'hui, le bitcoin appartient à des dizaines de millions d'Américains - un adulte américain sur cinq, ou 50 millions de personnes ont possédé ou utilisé des crypto-monnaies selon un récent sondage CNBC - et est largement disponible sur les applications téléphoniques populaires comme Cash App. Si la répression financière continue de persister, la valeur continuera à circuler dans la direction du bitcoin. Cela deviendra particulièrement prononcé dans les marchés émergents et les régimes autoritaires, dont les devises sont beaucoup plus faibles et moins dignes de confiance des marchés obligataires internationaux que le dollar.

D'un point de vue moral, cela valait peut-être la peine pour l'Amérique et le G7 de sacrifier le dollar pour mettre fin à la guerre. Ce que l'armée russe commet en ce moment en Ukraine, ce sont les pires abus observés sur le continent européen depuis le génocide des Balkans, sinon depuis les atrocités de Staline et d'Hitler. Tout ce qu'il faut pour mettre fin au meurtre en vaut probablement la peine. Mais militariser le dollar a un coût inévitable : les États-Unis perdent progressivement ce pouvoir alors que d'autres nations choisissent de travailler dans d'autres systèmes.

Ainsi, alors que les technologues ukrainiens, les éducateurs de Crimée et les militants russes affluent de plus en plus vers Bitcoin, ils pourraient être les premiers et principaux bénéficiaires d'un grand changement mondial aux dépens des pouvoirs en place. En fin de compte, la propagation de Bitcoin dans le monde remet le pouvoir entre les mains des individus et le retire aux gouvernements et aux entreprises.

Cette prise de conscience est ce qui maintient Gleb Naumenko concentré sur Bitcoin, alors même que le monde s'effondre autour de lui.

VIII. QUAND TOUT LE RESTE CESSAIT DE FONCTIONNER, BITCOIN ÉTAIT LÀ POUR NOUS

"J'ai eu beaucoup de chance d'avoir Bitcoin", a déclaré Naumenko, se souvenant des premières minutes et heures après avoir appris l'attaque russe et s'être caché.

«Je n'avais pas à me soucier de transporter de l'argent ou de gérer la hryvnia. J'ai quelques milliers de dollars de fiat locaux, et tout le reste est en Bitcoin », a-t-il déclaré. "Je n'ai pas eu à perdre le sommeil à cause du verrouillage de mon compte bancaire, ou de la chute de ma devise à zéro, ou d'un nouveau pays qui n'accepte pas mon argent."

Il a souligné que depuis 2014, la hryvnia a perdu 300 % de sa valeur face au dollar. Avant l'annexion de la Crimée, il fallait échanger 8 hryvnia pour obtenir un dollar. Aujourd'hui, il vous en faut 30. Le gouvernement vend de l'or pour essayer de maintenir la monnaie à flot, mais il ne pense pas que ce soit durable.

Naumenko a donné quelques conseils aux utilisateurs de Bitcoin du monde entier qui pourraient lire cet article : Et si vous vous réveilliez demain et que vous deviez soudainement quitter votre maison ? Préparez-vous en conséquence, même si le scénario semble tiré par les cheveux. "Ma configuration pour Bitcoin n'était pas tout à fait prête pour la guerre. Je pensais toujours à un hacker ou à quelqu'un qui s'introduisait chez moi", a-t-il dit, "pas à quelqu'un qui s'introduisait dans mon pays".

Son conseil : stocker plus de clés multisignatures à l'étranger. "Si vous avez deux de vos trois clés multisig dans deux appartements différents, mais qu'elles sont toutes les deux détruites par des roquettes", a-t-il souligné, "alors vous allez perdre tout votre bitcoin."

Heureusement, cette fois, Naumenko a réussi et a pu emporter ses économies avec lui lorsqu'il a fui sa maison et lorsque ses comptes bancaires se sont arrêtés. Aujourd'hui, en Ukraine, a-t-il dit, il est très facile, même au milieu d'une zone de guerre, d'acheter et de vendre des bitcoins en hryvnia. « Cela prend 10 minutes.

Il m'a montré un bot Telegram appelé Alice-Bob, un frontal pour un marché peer-to-peer. Pour vous inscrire, vous pouvez simplement utiliser un e-mail de brûleur. Il n'y a pas de processus KYC, et cela simplifie l'échange de bitcoin ou de Tether contre de la hryvnia. Ensuite, il y a les nombreux marchés P2P. "Cinq fois par jour", a-t-il déclaré, "je vois un message dans l'une de mes discussions de groupe disant : quelqu'un peut-il me donner 5 000 $ en espèces pour Tether à Kiev ?"

Au cours des derniers mois, Naumenko s'est lancé dans plus de travail humanitaire qu'il ne pensait en faire de toute sa vie. "C'est mon problème", a-t-il dit. « Je suis toujours très positif. J'estime qu'un objectif ambitieux sera facile et rapide. Comme ça, je le fais. Si je me disais qu'un projet Bitcoin prendrait trois années entières, alors je devrais vraiment me persuader de m'engager et je pourrais ne pas continuer. Parfois, je dois me tromper.

Dans ce cas, l'optimisme de Naumenko a été fructueux, et il a fait plus qu'il ne le pensait possible. «Nous avons collecté environ 4 BTC via mon compte Twitter et un article de Bitcoin Magazine. Je ne peux pas imaginer collecter cela par virement bancaire, ce qui était difficile avant l'invasion, et probablement encore plus difficile maintenant.

Naumenko a déclaré qu'il était capable de dépenser environ 20% de cela directement en Bitcoin, sans conversion en fiat. Au départ, dans les premiers jours de la guerre, alors que l'aide étrangère n'était pas encore arrivée, lui et son équipe ont acheté des voitures en Pologne avec des bitcoins pour que des volontaires transportent des marchandises à Kiev. À cette époque, a-t-il dit, il y avait un manque de nourriture et de fournitures médicales de base. Ça va mieux maintenant, a-t-il dit, et les organisations d'aide occidentales se sont adaptées, mais quand les temps étaient les plus sombres, Bitcoin a rendu l'aide possible. "Quand tout le reste a cessé de fonctionner", a-t-il déclaré, "Bitcoin était là pour nous."

Naumenko a récemment aidé CNBC à envoyer un don en bitcoins de Miami à un réfugié ukrainien en Pologne en moins de trois minutes. Le processus a été capturé sur vidéo et partagé avec le monde entier pour montrer la puissance de l'aide entre pairs.

Naumenko pense que ce type de travail humanitaire innovant fera partie de sa vie pendant longtemps. "Même si nous désoccupons, la destruction mettra du temps à guérir." Dans sa ville natale de Kharkiv, il a utilisé des dons en bitcoins pour financer des milliers de repas via un fast-food asiatique, s'adressant aux personnes âgées qui n'ont pas pu s'échapper.

L'un des frères de son ami a été enrôlé comme médecin, mais il n'avait pas d'équipement. "Nous avons donc acheté pour lui un laboratoire rempli de 20 000 dollars de fournitures médicales", a-t-il déclaré, "afin qu'il puisse opérer des personnes blessées par la guerre".

Avant l'invasion, Naumenko était impliqué dans un tas de rencontres Bitcoin et startup à Kiev. Chacun avait un groupe Telegram, et il est émerveillé de voir à quel point presque tout le monde dans ces groupes est devenu un travailleur humanitaire. "Personne n'est payé pour ça", a-t-il dit, "ils le font juste." Il a dit que la Croix-Rouge est inefficace et corrompue (ils "serrent la main avec Lavrov", comme il le dit), donc il vaut mieux, dit-il, soutenir les initiatives locales.

« Personnellement, j'ai eu la chance d'avoir des économies et un travail à distance. Être payé en bitcoin me convient », a-t-il déclaré. "Je suis peut-être un peu mal à l'aise de rester dans l'appartement de quelqu'un d'autre, mais c'est ma plus grande plainte. Pour la plupart des Ukrainiens, ils ont des problèmes bien plus importants.

« Regardez mes parents », dit-il. « Ils ont perdu leur emploi. Ils avaient des carrières conventionnelles à Kharkiv. Maintenant, ils sont déplacés dans l'ouest de l'Ukraine dans un village, sans revenu. C'est maintenant le cas pour des millions de personnes.

"J'étais très impliqué dans Bitcoin avant l'invasion", a déclaré Naumenko. "Mais maintenant, je dois faire de la place dans mon cœur pour les étrangers et les voisins autour de moi."

Cela signifie probablement qu'il passera un peu moins de temps sur Bitcoin, mais il s'est engagé à trouver des moyens de continuer à faire les deux. "Je trouverai un moyen de combiner les deux", a-t-il déclaré. "Je peux aider à reconstruire l'Ukraine tout en contribuant à ouvrir de l'argent pour le monde."


Cet article a été initialement publié sur Bitcoin Magazine, par Alex Gladstein. Les opinions exprimées sont entièrement les leurs et ne reflètent pas nécessairement celles de l'initiative European Bitcoiners.