La mine à Ciel Ouvert du Capital Financier

Effet de levier, connaissances et décapitalisation de l'Amérique | Allen Farrington

La mine à Ciel Ouvert du Capital Financier

Autor: Allen Farrington | Date d'Origine: 16/01/21 | Traduit par: Sovereign Monk | Lien

Le mensonge le plus flagrant sur la santé économique qui est pourtant largement répandu est sûrement qu'il faut la mesurer à l'ampleur des biens et services consommés. C'est un non-sens dangereux. La consommation est le résultat d'un réseau complexe d'engagements individuels de temps et d'énergie à des fins incertaines. Le résultat est retardé, et plus la complexité est grande, plus l'incertitude est grande, plus le retard est grand et plus le résultat est susceptible d'être abondant. Mesurer la santé d'un tel mécanisme uniquement par sa production tangible et non par son fonctionnement interne revient à mesurer la santé d'un arbre par sa taille. Les petits arbres peuvent être dynamiques et les grands arbres peuvent être morts.

photo par Ivan Bandura, via Unsplash

Une meilleure analogie - peut-être l'analogie parfaite - est une ferme. Une graine plantée est une consommation perdue. L'agriculteur investit du temps et de l'énergie, rendus incertains par les aléas des ravageurs et des conditions météorologiques, pour nourrir la récolte tardive mais plus abondante. La richesse de l'agriculteur n'est pas l'ampleur de la récolte, mais la capacité de la terre à produire des récoltes indéfiniment. En effet, c'est l'origine du mot « rendement ». L'agriculteur pourrait toujours choisir de maximiser sa consommation en mangeant sa semence plutôt qu'en la plantant ; en vendant sa terre plutôt qu'en la cultivant. Mais, manifestement, cela diminuerait toute conception saine de sa richesse.

Dans The Unsettling of America, Wendell Berry déplore le changement progressif des attitudes envers l'agriculture aux États-Unis, passant de celle de nourriciers à celle d'exploiteurs :

"Je conçois un mineur à ciel ouvert comme un exploiteur modèle, et en tant que nourricier modèle, je prends l'idée ou l'idéal démodé d'un agriculteur. L'exploiteur est un spécialiste, un expert ; l'éducatrice ne l'est pas. La norme de l'exploiteur est l'efficacité ; la norme de l'éducatrice est l'attention. Le but de l'exploiteur est l'argent, le profit ; celui qui nourrit est la santé - la santé de sa terre, la sienne, celle de sa famille, celle de sa communauté, celle de son pays. Alors que l'exploiteur ne demande à un terrain que combien et à quelle vitesse on peut le faire produire, le nourricier pose une question beaucoup plus complexe et difficile : quelle est sa capacité de charge ? (C'est-à-dire : combien peut-on en tirer sans le diminuer ? que peut-il produire de manière sûre pendant un temps indéfini ?) L'exploiteur veut gagner le plus possible avec le moins de travail possible ; l'éducatrice s'attend, certes, à vivre décemment de son travail, mais son souhait caractéristique est de travailler le mieux possible."

Je soutiens qu'une transformation analogue est en train de se produire dans le stock de capital, comme Berry déplore le stock agricole ; que cela est motivé par une obsession de la consommation immédiate et quantifiable plutôt que par un investissement différé et incertain ; et que cela est alimenté par une monnaie dysfonctionnelle qui ne calibre pas la certitude et l'incertitude comme il se doit. Dans notre ignorance, notre impatience et notre arrogance, pas à pas, nous transformons la ferme en une mine à ciel ouvert.

Dans la première partie de cette série, L'argent de Wittgenstein, j'ai exploré les conséquences de ne pas apprécier le rôle du temps, de l'ignorance et de l'incertitude dans la compréhension de la fonction de l'argent, et comment sa fonction peut changer. J'ai poussé le raisonnement à embrasser le rôle du capital : que la certitude fournie par l'argent permet des efforts de plus en plus incertains pour créer des outils et des organisations de plus en plus compliqués, et la mesure dans laquelle la création de capital réussit ouvre la voie à une plus grande incertitude économique. toujours. Plus nous accumulons de capital, plus nous sommes incités à nous spécialiser dans notre propre contribution économique, ce qui augmente notre vulnérabilité aux changements imprévisibles de toutes les autres offres et demandes. En outre, plus nous sommes susceptibles de créer un surplus, dont une partie peut être détournée vers de nouvelles expérimentations, ce qui rend encore plus imprévisibles les variations de l'offre et de la demande. Cela rend l'argent qui fonctionne réellement comme ses utilisateurs l'attendent d'autant plus précieux. L'argent émerge de l'incertitude, le capital émerge de l'argent et l'incertitude émerge du capital.

Dans cet essai, j'explorerai ce que nous pouvons attendre de ce cycle potentiellement vertueux si nous ignorons le lien entre l'argent et l'incertitude ; si nous ne parvenons pas à saisir l'importance du capital et supposons que la maximisation de la consommation est notre objectif collectif le plus important ; et si nous sommes indifférents à ce que la monnaie sous-jacente au cycle devienne très incertaine et dysfonctionnelle. La théorie sémantique de l'argent que j'ai articulée de manière satirique dans la première partie a ici une contrepartie spirituelle : que par toutes sortes de contorsions sémantiques, nous pouvons nous convaincre que nous pouvons consommer plus que nous produisons, récolter plus que nous semons, emprunter plus que nous ne remboursons. Comme le disait Wittgenstein dans Philosophical Investigations, « la philosophie est une bataille contre l'envoûtement de notre intelligence par le langage ». Ne soyons pas si ensorcelés, mais débarrassons-nous de ces absurdités et appelons un chat un chat.

Dans la troisième partie, Bitcoin Is Venice, je serai un peu plus enthousiaste à l'idée de mettre tout cela derrière nous. Mais pour l'instant, sachons-nous les mains.

Comment augmenter la consommation

photo par the blowup, via Unsplash

Il existe trois façons d'augmenter la consommation. L'une consiste à consacrer plus de temps et d'énergie à produire des choses à consommer. Une autre est de consommer le capital existant plutôt que de l'utiliser. De toute évidence, aucune de ces deux premières options n'est durable. Il y a un maximum de temps et d'énergie qu'il est possible d'engager, et un point bien en dessous du maximum au-delà duquel il n'est pas souhaitable de s'engager davantage. Et il existe un stock fini de capital qui, s'il est consommé plutôt qu'utilisé, finira par s'épuiser.

La seule façon absolue d'augmenter durablement la production économique disponible pour la consommation est de faire croître le stock de capital au-dessus de son taux naturel de dépréciation. Si nous avons plus de capital, la même quantité de temps et d'énergie humaine créera une plus grande production disponible pour la consommation. Il faudrait donc moins de temps et d'énergie humaine pour échanger une proportion donnée de cette production.

Le problème avec la croissance du stock de capital est qu'il s'agit par nature d'un processus incertain. Elle ne peut être automatisée, ni réduite à un algorithme. C'est forcément expérimental. C'est pourquoi l'argent est si important pour les efforts de création de capital : ces efforts eux-mêmes prennent du temps et de l'énergie qui, autrement, auraient pu être consacrés à des voies de production plus certaines. Seul un petit groupe peut avoir les connaissances et les compétences nécessaires pour expérimenter de manière crédible la création d'un nouvel outil particulier ou d'une nouvelle organisation, et ils peuvent ne pas être disposés à prendre les risques requis. Un autre groupe peut avoir la volonté de prendre des risques, mais pas les connaissances ou les compétences pour le faire. L'argent fournit un moyen de coordonner les risques d'une tentative de création de capital de sorte que ceux qui contribuent à la prise de risque ne soient pas nécessairement ceux qui supportent les risques.

En dissociant le support du risque de son exécution, nous incitons ceux qui sont prêts à supporter le risque à rechercher les risques dont la récompense semble la plus grande, sans être gênés par leurs propres circonstances particulières. Nous mènerons collectivement non seulement plus d'expériences qui ont le potentiel d'augmenter notre bien-être économique, mais nous donnerons également la priorité à l'exécution des meilleures expériences. La monnaie fonctionnelle facilite tout ce morcellement et cet échange de risques. Ce qu'il faut essayer de comprendre ensuite, c'est que ce processus a des effets réflexifs sur le fonctionnement de la monnaie.

Comptabilisation du temps et des risques

photo par StellrWeb, via Unsplash

En réfléchissant au flux d'argent autour de la création de capital, je pense qu'il est utile d'être rigoureux dans le suivi des identités comptables et de réfléchir à leur évolution dans le temps. Le troc de la certitude contre l'incertitude sous la forme d'expériences de création de capital aboutit à une transformation comptable très particulière. Il tire vers l'avant la valeur potentielle du futur et la cristallise en tant que valeur dans le présent, tandis que nous créons un actif financier distinct pour refléter la valeur future que nous espérons réaliser un jour. Nous pourrions appeler cela la financiarisation. Nous payons le capital de production avec du capital financier.

Par exemple, disons que nous prenons 100 $ d'économies et faisons un investissement entrepreneurial. C'est-à-dire que nous achetons des biens d'équipement, des matières premières et embauchons des travailleurs, et les mettons tous au travail au fil du temps pour essayer de produire un produit que nous essaierons de vendre à profit. Ces 100 $ qui étaient initialement destinés à la consommation future vont maintenant très probablement conduire à la consommation actuelle, car nos travailleurs et fournisseurs seront mieux lotis de 100 $ et pourront très bien décider de consommer. Cela arrivera en premier. Il nous faudra du temps pour réaliser des bénéfices, mais nous devrons effectuer nos paiements à l'avance car nous sommes ceux qui sont prêts à assumer ces risques, pas nos employés ni nos fournisseurs.

Ces 100 $ sont devenus un passif de 100 $ de financement par actions et probablement moins de 100 $ d'actifs, le reste étant une dépense. Si nous réussissons à réaliser un bénéfice supérieur à ces dépenses, nous gagnerons de l'argent en tant qu'actif, que nous équilibrons avec les bénéfices non répartis en tant que passif. Mais nous ne pouvons pas le savoir jusqu'à ce que cela se produise. Au tout début, nous avons simplement dépensé 100 $ en échange d'une collection d'actifs et de promesses. Nous avons troqué la certitude contre l'incertitude. Nos travailleurs et fournisseurs ont cristallisé 100 $ en valeur actuelle en échange d'une valeur future, dont nous avons décidé de supporter le risque sur la période de sa tentative de réalisation.

Tout cela pourrait être encore plus compliqué. Plutôt que de détenir une participation dans la production incertaine d'une entreprise, un fournisseur de capitaux peut préférer avoir droit à un rendement convenu, à condition qu'il soit reçu en premier parmi les bénéfices de l'entreprise. Cela peut être efficace à tous points de vue, car un tel fournisseur de capitaux peut être disposé à accepter une certaine incertitude, mais pas tout à fait le niveau qu'elle pense que cette entreprise entrepreneuriale implique dans son intégralité, et préférerait échanger un potentiel de hausse contre une garantie et une priorité de remboursement. L'entrepreneure peut accepter cela car elle pourrait ne pas être en mesure d'atteindre les 100 $ de financement requis autrement, ou peut être suffisamment confiante dans la certitude relative du rendement du projet pour qu'accepter la nécessité de détourner les premiers bénéfices en vaille la peine. propres retours sur capitaux propres.

Bien sûr, je viens de décrire la dette - hardy une révélation. Mais encore une fois, suivons les identités comptables : le fournisseur de dette a commencé avec 50 $ d'économies et a tout donné à l'entrepreneur. Maintenant, le fournisseur de la dette a un passif de 50 $ de financement par capitaux propres et de 50 $ d'actifs de crédit. Il existe une certaine incertitude quant à la valeur réelle de ce crédit, mais elle ne deviendra claire qu'au fur et à mesure que l'entreprise sera réalisée. Espérons que cela conduira à un profit tel que les bénéfices non répartis complètent les actifs en espèces. Peut-être que l'entreprise échouera si gravement que même les 50 $ fournis ne pourront pas être récupérés sur les actifs restants. Le débiteur et le créancier soupesant ces possibilités dans leur esprit et les comparant à leurs autres possibilités respectives détermineront le niveau d'intérêt — le coût de ce capital.

L'entrepreneur se trouve dans une position comptable similaire à celle d'avant : 100 $ d'actifs d'une valeur entièrement incertaine, mais maintenant 50 $ de passif en capitaux propres et 50 $ de dette, avec un coût supplémentaire d'intérêts sur cette dette. Une fois de plus, ce total de 100 $ d'économies a été cristallisé en tant que valeur actuelle, transféré et très probablement dépensé actuellement, tandis que la valeur future pour laquelle il a été échangé reste encore non réalisée et incertaine.

La dernière complexification possible est que le capital financier et le capital de production soient suffisamment découplés pour qu'il soit possible de faire du capital financier purement intermédiaire sans jamais investir directement. C'est-à-dire, prendre l'épargne de ceux qui recherchent un rendement semblable à une dette et faire des investissements de crédit - c'est-à-dire une banque. Encore une fois, les identités comptables : celle de l'entreprise sera la même, mais maintenant nous introduisons un intermédiaire avec, disons, 40 $ de financement par emprunt, 10 $ de fonds propres et le crédit de 50 $ à l'entreprise, mais maintenant des épargnants sous-jacents qui avoir 40 $ de capitaux propres et un crédit de 40 $ à l'intermédiaire.

Encore une fois, ce ne sera guère une révélation. J'examine ces possibilités avec tant de détails granulaires afin de faire trois points aussi clairement que possible. La première consiste à clarifier l'équilibre comptable : quelle que soit la complexité de la situation, la même incertitude sous-jacente est toujours présente. On ne peut y échapper. Il ne peut pas être financiarisé. Nous ne pouvons pas utiliser la comptabilité pour évoquer plus de temps ou d'énergie. La structure du capital qui finance l'entreprise peut être extrêmement complexe, mais il y aura toujours 100 $ de dépenses d'une valeur incertaine par la suite qui remontent à 100 $ de capitaux propres, quelque part.

La seconde est de préciser que si cette incertitude sous-jacente ne peut être levée par différentes financiarisations, le morcellement du risque peut affecter l'expérimentation. Cela peut être clarifié de deux manières : premièrement, du point de vue de l'entrepreneur, plus la dette est utilisée comme financement, plus ses rendements potentiels sur capitaux propres sont stimulés, mais moins il laisse de place à la variabilité dans le succès de l'entreprise. entreprise. Il existe des limites inférieures et plus étroites du niveau de rentabilité qui seront acceptables pour que l'expérience se poursuive avant que la valeur de ses capitaux propres ne soit anéantie et que l'expérience ne se termine par des dépréciations d'actifs. De manière équivalente, au niveau macro, nous pouvons voir la prolifération des actifs à mesure que nous introduisons de plus en plus de dettes dans le système. De plus en plus de valeur (perçue) est liée à la même expérience sous-jacente. La dette donne une plus grande sécurité perçue au fournisseur de capital financier en aspirant la sécurité du reste du système et en rendant l'expérience réelle plus fragile. C'est utile — mais seulement dans la mesure où ce transfert de risque est ce que tout le monde veut vraiment.

Financiarisation et Prix

photo par Марьян Блан, via Unsplash

Le troisième, et le plus important, est ce qu'il adviendra des prix. Notez que je ne dis délibérément pas ce qu'il adviendra de «l'inflation», car ce mot a deux significations distinctes qui peuvent être liées l'une à l'autre, mais pas nécessairement. Nous examinerons brièvement ce qui se passe si "la masse monétaire" change - appelons cela "l'inflation monétaire" - mais dans ce qui suit, nous supposons que ce n'est pas le cas, et nous ne sommes confrontés qu'à "l'inflation des prix".

Il est instructif de réfléchir aux raisons pour lesquelles les prix pourraient augmenter à la suite de décisions prises par de vraies personnes, plutôt que de supposer qu'il s'agit d'un fait de la vie ou d'une constante métaphysique (ce n'est ni l'un ni l'autre). Les prix sont fixés par les vendeurs au niveau qu'ils jugent le mieux ne pas être trop élevé pour amener les clients à se rendre chez des concurrents et laisser leur propre inventaire invendu, mais pas si bas qu'ils ne peuvent toujours pas réaliser le profit et le retour souhaités. Ces décisions dépendent essentiellement de l'incertitude et du temps. Les bénéfices, les retours et l'épuisement des stocks ne peuvent pas être connus à l'avance et ne peuvent être jugés et réagis qu'en fonction de leur évolution dans le temps.

Les vendeurs décideront donc d'augmenter leurs prix pour l'une des deux raisons suivantes : i) leurs propres coûts ont augmenté et ils ne peuvent plus réaliser le bénéfice ou le rendement souhaité autrement, ou, ii) les clients commencent à acheter plus rapidement, de sorte que les stocks sont épuisés avant il peut être remplacé, suggérant qu'il existe plus de clients potentiels qu'il n'est possible d'en servir et que les bénéfices unitaires peuvent être augmentés sans risque. De même, les vendeurs décideront de baisser les prix si, i) les coûts ont diminué et l'augmentation du nombre de clients gagnés par la baisse des prix compensera plus que la baisse du bénéfice unitaire, entraînant une augmentation du bénéfice et des rendements agrégés ou, ii) les clients commencent à achetez plus lentement, de sorte que les stocks ne sont pas expédiés aussi rapidement qu'ils sont achetés.

La vitesse à laquelle les stocks peuvent être déplacés est vraiment fonction de la quantité de capital qui a été consacrée à sa production en premier lieu. L'augmentation ou la baisse des prix est la réponse appropriée à court terme aux tensions positives ou négatives sur les stocks. Mais la réponse appropriée à long terme peut être plus ou moins d'investissement en capital, de sorte que l'offre réelle peut être augmentée ou diminuée. La sagesse d'une telle décision dépendra de la question de savoir si la source de l'achat plus rapide ou plus lent est fondamentalement durable. L'investissement en capital est essentiellement une expérience qui doit être financée et qui prendra du temps, alors que les prix peuvent être modifiés sur place.

Tout cela soulève une question fascinante et plus complexe : quel sera l'effet sur les prix de la financiarisation pour créer du capital ? Si nous extrayons la valeur du futur et la cristallisons dans le présent, qu'adviendra-t-il des prix ? À première vue, cela transforme des économies qui n'auraient pas été utilisées pour consommer en revenus, dont une partie le sera probablement. Par conséquent, les marchandises commenceront à être achetées plus rapidement.

Mais nous devons nous rappeler que ces 100 $ de valeur actuelle n'existent que parce qu'ils ont été échangés contre une expérience d'une valeur totalement incertaine. Ce qui se passe avec cette expérience est la clé. Si l'expérience échoue : ceux qui l'ont financée auront 100 $ de moins que ce qu'ils comptaient au moment de l'échec et seront donc obligés de consommer moins, ce qui signifie que les clients achèteront plus lentement. Rappelez-vous, cependant, que le capital s'épuise naturellement, et donc s'il n'est pas remplacé, sa capacité à transformer le temps et l'énergie en une production relativement accrue diminuera, ce qui signifie que les coûts augmenteront régulièrement.

Si l'expérience réussit : il n'y aura pas d'amortissements d'actifs qui détruisent la capacité de consommation et donc les 100 $ reportés ne seront pas parfaitement équilibrés. Cependant, la financiarisation devra être dénouée, ce qui transformera les revenus nouvellement créés en épargne. Au cours de la période où cela se produit, la consommation sera à nouveau plus lente. Mais plus important encore, le capital créé par l'expérience permettra alors au temps et à l'énergie de produire davantage de certains ou d'autres produits, ce qui signifie que des biens et des services peuvent être créés à un coût relativement inférieur.

Bien sûr, nous devons agréger tous ces comportements car aucune expérience unique n'aura d'impact sur tous les prix (ou probablement même sur tous les prix), donc dans les trois paragraphes ci-dessus, je n'ai fait référence qu'aux coûts de production et à la vitesse d'achat, pas aux prix. Mais il est assez simple de se rendre compte que le moment de toutes les expériences est tout ce qui compte vraiment pour déterminer dans quelle mesure l'impact d'une seule expérience peut être généralisé. Regardons tour à tour l'effet immédiat de la cristallisation de la valeur future, puis l'effet différé de la modification du stock de capital.

La financiarisation conduira toujours à une consommation immédiate plus rapide, mais plus tard à une consommation plus lente à mesure que la financiarisation se déroulera. Si le dénouement découle d'une expérience réussie, la consommation ultérieure plus lente sera quelque peu transitoire car le capital sera probablement recyclé ; en cas d'échec de l'expérience, la consommation ultérieure plus lente sera permanente car le capital permettant cette consommation a été détruit. Mais la consommation ultérieure de certaines variétés sera plus lente en raison de cette financiarisation dans les deux cas.

Il faut alors regarder à travers toutes les financiarisations : si les expérimentations sont menées en parfaite synchronie, on peut être à peu près certain que les prix vont monter brutalement à court terme. S'ils sont parfaitement désynchronisés, alors le dénouement des financiarisations achevées tendra à annuler la mise en place de nouvelles financiarisations. Il est donc juste de dire que le seul effet de la financiarisation sur les prix reflétera le rythme auquel la financiarisation globale augmente ou diminue.

La modification du stock de capital aura un effet plus simple et plus fondamental : le stock de capital s'épuise naturellement, entraînant une hausse des coûts et donc des prix. Par conséquent, la création réussie de nouveaux capitaux entraînera une baisse des coûts et des prix. Nous pourrions résumer en observant que, à court terme, les prix répondront à l'accélération ou à la décélération de la financiarisation, mais à long terme répondront à l'inverse de la variation du capital productif.

À moyen terme, il semble peu probable que ces processus soient parfaitement synchronisés ou parfaitement désynchronisés, et donc les prix pourraient bien être volatils selon l'accélération et la décélération de la financiarisation, mais suivre une tendance selon l'accumulation nette de capital.

Le désir de créer du capital au niveau de telles expériences individuelles découlera probablement toujours, d'une manière ou d'une autre, de l'évaluation par l'entrepreneur de la durabilité des mouvements de prix qu'il constate. Il n'y aura jamais de bonne réponse - cela dépendra de la connaissance, du jugement et de l'appétit pour le risque. Il faut reconnaître que ces décisions de création de capital affecteront à leur tour les prix. Si le capital financier et le capital de production sont correctement découplés, la relation dans l'ensemble peut rapidement devenir complexe et la rétroaction profonde. Un agriculteur peut très bien être capable de façonner une charrue avec le temps qu'il décide consciemment de ne pas consacrer au labour. Mais promettre une partie d'une récolte espérée plus abondante contre le tracteur qui la fournira - et qu'il aurait pu construire lui-même en un rien de temps - est une tout autre affaire. Tout comme la possibilité que ce gage puisse ensuite être échangé. Le jugement portant sur les prix affectera les décisions de créer expérimentalement du capital, mais les décisions de créer expérimentalement du capital affecteront également les prix. Nous devons garder tout cela à l'esprit lorsque nous dressons un tableau de la santé du stock de capital.

Plus nous financiarisons, plus nous pouvons mener d'expériences. L'expérience incrémentale sera probablement la prochaine plus risquée, et plus sa financiarisation est orientée vers l'endettement, plus le risque devient encore grand. Alors que nous avons besoin d'un certain niveau d'expérimentation pour éviter la décomposition entropique du stock de capital et l'effondrement de la civilisation, une question toujours plus importante se pose : quel risque voulons-nous prendre ? et, par voie de conséquence, qui décide de prendre ces risques, et qui les supporte ?

Jusqu'à présent, les réponses supposées à ces questions ont été quelque chose comme, nous prenons autant de risques que les individus le souhaitent et celui qui décide de prendre les risques assume les risques. Nous n'avons pas supposé que quelqu'un prend des risques qu'il ne veut pas ou qu'il ne supporte pas, et nous n'avons certainement pas supposé que l'ampleur globale de la consommation figure dans les calculs de qui que ce soit. Malheureusement, pour rendre l'analyse plus applicable à notre réalité sordide - pour clarifier pourquoi nous pourrions être incités non pas à créer du capital mais à le consommer ; non pas pour cultiver la terre mais pour la déminer — nous devrons explorer les deux.

Maximiser la consommation

photo par Fikri Rasyid, via Unsplash

Et si nous pensions bêtement que la santé économique ne repose pas sur la croissance du stock de capital, mais plutôt sur l'ampleur instantanée de la consommation ? Si nous nous lassons du travail acharné de l'agriculture et pensons que le chemin du bonheur réside plutôt dans le festin de nos graines ? En quoi notre analyse sera-t-elle différente ?

Premièrement, nous verrons la financiarisation comme une bonne chose sans équivoque et nous serons totalement indifférents aux risques et à la fragilité qu'elle crée. Lorsque les prix augmentent naturellement à mesure que la valeur actuelle est cristallisée et échangée, nous n'aurons pas d'autre choix que de concevoir cette inévitabilité comme une bonne chose intrinsèque, car l'augmentation de la consommation est une bonne chose, et l'augmentation des prix ne peut que suivre.

En particulier, nous encouragerons les entrepreneurs à supposer que toute augmentation des achats est fondamentalement durable, indépendamment de ce que leur jugement et leurs connaissances leur disent, car cela motivera l'investissement en capital pour augmenter la production de tout ce qui est acheté. Si davantage d'investissements de ce type peuvent être financiarisés, tant mieux, car cela recommence la boucle. La financiarisation est bonne. Pomper plus de choses, c'est bien. Monter en nombre, c'est bien.

Parce que nous ne nous soucions pas des risques d'échec de ces expériences - seulement qu'elles soient tentées - nous serons dans une position curieuse lorsqu'elles échoueront. Ce que nous verrons, ce seront des dépréciations d'actifs qui signifient que le pouvoir d'achat s'évapore et que la consommation ralentit. Ce ralentissement obligera les vendeurs à baisser les prix, du moins pendant la période pendant laquelle le capital pourra être réaffecté pour refléter ce changement. Par conséquent, nous n'aurons pas d'autre choix que de concevoir la baisse des prix comme une mauvaise chose intrinsèque, car la baisse de la consommation est une mauvaise chose, et la baisse des prix ne peut que suivre.

La solution, naturellement, sera la financiarisation. Nous remplaçons la valeur incertaine qui s'est depuis avérée être certainement sans valeur par une valeur plus cristallisée échangée contre une incertitude future et revenons à la première étape. La financiarisation est bonne. Pomper plus de choses, c'est bien. Monter en nombre, c'est bien. Pendant ce temps, l'épuisement naturel du stock de capital n'est pas compensé et les augmentations de prix qui découlent de l'augmentation des coûts réels sont prises à tort pour un signe de santé.

Aussi déprimant que cela puisse paraître, il s'agit en fait d'une image beaucoup plus rose que la réalité car il existe toujours un alignement entre ceux qui prennent et ceux qui supportent les risques. Ce que nous supposons effectivement, c'est que les contributeurs volontaires de capital le gaspillent dans des expériences mal avisées encore et encore jusqu'à ce qu'il ne leur en reste plus. Ceci est encore unideal car la capacité d'augmenter la production pour le même apport de temps et d'énergie est universellement positive. Mais ce n'est qu'indirectement mauvais pour ceux qui ne contribuent pas à une telle financiarisation et se contentent d'épargner à la place. La production qu'ils peuvent acheter peut avoir diminué, mais au moins ils conserveront le droit à une part donnée de celle-ci.

Cela montre également pourquoi c'est peu probable : cela repose sur des fournisseurs de capitaux et des entrepreneurs qui sont sans cesse stupides. Ils doivent encore et encore porter de mauvais jugements sur la durabilité de leurs investissements et prendre de plus en plus de risques avec une probabilité de moins en moins réaliste que les risques portent leurs fruits. Ils souffrent de loin le plus de leur propre folie. Pour comprendre pourquoi la réalité est bien pire que cela, nous devons revenir à la question de l'offre de monnaie.

Et si l'argent était une dette ? Non sérieusement …

photo par Ruth Enyedi, via Unsplash

Nous devons être clairs sur la façon dont l'argent est créé dans la vraie vie. Mon sentiment est que beaucoup ont l'impression que la monnaie fiduciaire est créée par les banques centrales. Ceci est en partie vrai, mais n'est pas une explication exhaustive et est en fait trompeur isolément. Il est vrai que « l'assouplissement quantitatif » consiste à créer de nouvelles réserves de banque centrale pour les banques membres, mais ce n'est pas la seule voie, ni la plus courante. La majorité de la « nouvelle monnaie » est créée par les banques qui accordent des prêts. Contrairement à la croyance populaire, les banques modernes ne font pas « l'intermédiaire entre les déposants et les prêteurs ». Comme il est bien expliqué dans ce bulletin trimestriel de la Banque d'Angleterre, lorsqu'une banque accorde un prêt, elle consent à l'existence d'un dépôt qui est l'actif du débiteur et sa propre responsabilité. En fait, il est plus exact de dire que les prêts créent des dépôts que de dire que les dépôts créent des prêts.

Cela peut sembler bizarre, mais l'explication nécessite d'être clair sur ce qu'est réellement la monnaie fiduciaire : il s'agit d'un passif panbancaire fongible. À part la petite minorité d'argent moderne qui existe sous forme d'espèces, il n'existe tout simplement pas de dollar, de livre ou d'euro, qui ne soit pas un droit de réclamer cette somme d'argent à une banque - ce que personne ne fait bien sûr parce qu'il est beaucoup, beaucoup plus sûr de garder de l'argent liquide dans une banque, et beaucoup, beaucoup plus facile d'effectuer presque tous les paiements en demandant à votre banque de simplement changer le titre de ce montant de ses dettes. Si le bénéficiaire a des engagements envers la banque B, la banque A doit transférer cette valeur de ses actifs de réserve de la banque centrale à la banque B, afin que la banque B puisse créer un engagement correspondant. Les banques ont tendance à avoir des comptes les unes avec les autres afin de ne pas avoir à y recourir si souvent, mais ce sont les réserves de la banque centrale qui constituent le mécanisme ultime de règlement de la valeur.

Il y a deux particularités avec tout cela. Premièrement, il y aura presque certainement beaucoup plus de dettes qu'il n'y a de véritable appétit car il n'est pas possible d'épargner en dehors de la financiarisation. La seule façon d'économiser est d'accumuler le résiduel de crédit qui a déjà été émis complètement en dehors de votre consentement ou de votre approbation. Vous pensez peut-être que détenir la dette des autres peut encore valoir la peine si elle est remboursée. Mais la situation ici est bien plus perverse : votre actif auprès de la banque est le passif de la banque, assorti d'un prêt ailleurs. Ce prêt est la responsabilité de cette personne. Cette personne peut accumuler ses propres actifs sous forme de passifs bancaires, ce qui signifie que la banque a reçu des actifs de réserve pour équilibrer ces passifs. Cette personne peut alors rembourser le prêt, auquel cas la banque annule les deux. Mais tu n'obtiens rien. Tout ce qui se passe alors, c'est que la banque utilise le nouveau coussin de réserve pour justifier l'octroi de plus de prêts. Votre crédit peut exister parce que la banque a consenti un prêt, mais il n'est pas dans ce prêt ; c'est dans le recyclage sans fin d'un emprunt en un autre en un autre...

La deuxième particularité est que ceux qui acceptent les risques ne sont pas ceux qui les supportent. En fait, on pardonnera au lecteur d'avoir complètement perdu de vue le vrai risque ici tant il est bien occulté. Si suffisamment de prêts deviennent mauvais pour que le coussin de fonds propres de la banque soit anéanti, la banque centrale sera obligée de créer des réserves pour s'assurer que les engagements de la banque peuvent toujours être honorés (c'est-à-dire que l'argent peut toujours fonctionner). Mais le passif initial ne sera désormais jamais compensé, ce qui signifie qu'il y a en permanence plus de tels passifs, ce qui signifie qu'il y a en permanence plus d'argent, ce qui signifie que l'argent de tout le monde vaut moins. Ce sera vrai dans les deux sens de « l'inflation » : c'est vrai par définition en termes de part dans le total, mais ce sera vrai aussi pour les prix, car le ralentissement local de la consommation qui aurait couplé l'accélération initiale due à la financiarisation n'arrive jamais. Ne laissez pas les méchants Bitcoiners vous dire que le dollar n'est soutenu par rien, alors que nous savons très bien qu'il est soutenu par des prêts toxiques auto-référentiellement mal évalués et stabilisé par un pacte militaire et de cartellisation des matières premières avec l'Arabie saoudite :

The Fraying of the US Global Currency Reserve System

J'espère que je ne serai pas goudronné et emplumé comme un apologiste fiat nocoiner shill pour avoir fait l'observation suivante, mais je soutiens que cette configuration ne conduit absolument pas nécessairement à la catastrophe. Si une banque centrale est dirigée de telle sorte que l'aléa moral de sa relation avec les banques et les banquiers membres est pris au sérieux ; si les banques restent aussi petites et aussi peu importantes que possible sur le plan systémique ; si la douleur du désendettement systémique et l'extase de l'endettement systémique sont isolées de toute ingérence politique ; si la conservation de réserves adéquates est obligatoire et est rongée par un mauvais crédit ; le tout avec un œil sur une tarification fidèle du risque et un stock de capital sain… alors les choses pourraient bien se passer. Il convient également de noter que l'argent est une technologie qui n'a pas de forme platonique et que, par rapport à la plupart des alternatives réelles, le fiat présente l'avantage considérable d'une vaste portée de paiement et d'un règlement peu coûteux qui comptent en sa faveur à tout moment. t imploser.

Cependant, si le sentiment dominant des responsables d'une telle configuration croit bêtement que la santé économique ne repose pas sur la croissance du stock de capital, mais plutôt sur l'ampleur instantanée de la consommation, alors un désastre au ralenti sera presque inévitable. Explorons les mécanismes d'une telle catastrophe.

Petit à Petit, Puis d'un Coup

photo par Martin Adams, via Unsplash

Pour commencer, l'offre excédentaire de dette fait baisser le prix de la dette pour équilibrer le marché. La hiérarchisation de la viabilité expérimentale que le marché aurait pu effectuer pour allouer les capitaux rares devient sans objet et toutes les expérimentations prospectives sont réalisées. Cette conjoncture est essentielle. Ces expériences sont, par nature, incertaines. Le prix du capital qu'ils attireraient fidèlement ne peut guère être mieux décrit qu'une meilleure estimation participative de leur risque par rapport à l'opportunité. Il est possible que ces suppositions soient conservatrices fausses et que toutes réussissent. Mais il est probable que plus de mauvaises expériences échoueront qu'elles ne l'auraient fait autrement, donc plus de dette aura tendance à signifier plus de créances irrécouvrables.

Et non seulement cela, mais le capital financier des expériences se livre une concurrence pour le capital de production réel - qui ne peut pas être augmenté artificiellement comme le peut la dette pour financer les expériences - d'où les coûts de fonctionnement des expériences augmentent tout comme le coût de leur financement diminue. L'effet s'apparente à une redistribution du risque moyen créé par l'expérience à risque marginal à l'ensemble de l'ensemble. Nous obtenons plus de créances irrécouvrables individuellement et plus de créances irrécouvrables moyennes.

Il est fort probable que beaucoup plus d'expériences échoueront qu'elles ne l'auraient fait autrement. Cela devrait conduire à une baisse persistante de la consommation ultérieure pour refléter le capital qui a été détruit, mais dans notre meilleur des mondes, de tels résultats politiquement incorrects ne doivent pas être tolérés. La consommation ne peut pas ralentir ! La consommation est richesse et bien-être ! La banque centrale achètera d'abord les créances douteuses avec des réserves nouvellement créées, ce qui signifie que les banques ne sont pas obligées de déprécier leurs propres actifs, car cela menacerait la qualité de leurs passifs et l'ensemble du fonctionnement systémique de la monnaie, entraînant un effondrement encore plus important de la consommation. . Ensuite, la banque centrale abaissera le taux payé sur ses réserves, ce qui signifie que les banques doivent créer davantage de prêts (probablement mauvais) pour maintenir leur rentabilité. Il peut combiner les deux efforts et acheter des actifs de crédit toxiques sur le marché libre, libérant ainsi les bilans des acteurs du marché des capitaux au-delà des seules banques pour accepter ces nouveaux prêts.

Par cette série de machinations, nous émergeons avec plus de financiarisation, née non pas de l'opportunité de créer du capital, mais de la nécessité de stabiliser la monnaie, et du désir d'augmenter la consommation. Nous obtenons plus de fonds propres dilutifs et pourtant pas de désendettement rédempteur, car la financiarisation ne peut pas ralentir et toute déflation, aussi transitoire et coïncidente soit-elle, est considérée comme mauvaise et déclenche une nouvelle intervention paniquée. Nous obtenons des augmentations de prix à court terme en réponse à la valeur cristallisée de la financiarisation qui devient une inflation permanente car aucune valeur future correspondante ne se matérialise jamais. Nous recevons des proclamations officielles selon lesquelles cette inflation est bonne et doit être ciblée. Et du point de départ d'une offre excédentaire de dette, nous obtenons… une offre excédentaire de dette.

Croyez-le ou non, c'est encore pire. Il est possible, bien que peu probable, que l'ensemble d'expériences élargi à l'origine fonctionne tous malgré leurs risques d'être systématiquement mal évalués. Mais si les caractéristiques inflationnistes à long terme presque inévitables d'un tel système sont suffisamment appréciées, cela faussera les incitations de ceux qui essaient de créer et de préserver de la valeur. Une entreprise entrepreneuriale risquée réalisant un rendement inférieur à ce taux d'inflation ne créera plus de richesse pour ses propriétaires mais la perdra - pas aussi rapidement que la détention de passifs panbancaires fongibles (argent), certes, mais on pense alors que l'argent n'a aucun risque. Le but du risque de l'entrepreneuriat est d'obtenir un rendement réel.

Par conséquent, tous les actifs immobilisés à la recherche de rendement sont anormalement incités à s'endetter pour garder une longueur d'avance sur l'inflation. Ce sera probablement la façon dont le marché compensera l'offre excédentaire de la dette - une offre non naturelle satisfaite par une demande non naturelle. Bien sûr, tout ce qui se passe vraiment ici, c'est qu'en échangeant des capitaux propres contre de la dette, les expériences elles-mêmes sont forcées de devenir plus risquées qu'elles ne devraient l'être. Ils deviennent plus fragiles, ce qui crée plus de créances douteuses, ce qui nécessitera à terme de pérenniser l'inflation. Cela rend également une hausse corrective des taux excessivement risquée sur le plan systémique, car de plus en plus de dettes ne peuvent être supportées qu'à des taux progressivement plus bas. Si les taux augmentent, la dette échoue, et si la dette échoue, l'argent échoue.

La faible possibilité que toutes les expériences fonctionnent miraculeusement s'évapore à mesure que les expériences sont forcées d'être mauvaises et de s'aggraver. Du point de départ de la croyance largement répandue en une inflation systémiquement nécessaire, nous obtenons… la croyance largement répandue en une inflation systémiquement nécessaire.

Comportement et Incitations

photo par Gary Bendig, via Unsplash
"Il est plus difficile d'ignorer l'énorme augmentation de l'endettement et des frais généraux qui a accompagné l'expansion de la technologie agricole. M. Billard cite un banquier de l'Iowa : "En 1920… 5 000 $ était un gros prêt, et les gens hésitaient à emprunter. Maintenant, un prêt de 40 000 $ est monnaie courante et avoir hypothèque après hypothèque est une chose acceptée. Je me demande parfois si l'agriculteur moyen parviendra un jour à s'endetter." …
… La déclaration du banquier de l'Iowa, aussi douteuse qu'elle puisse paraître hors contexte, est faite à la louange du crédit. Nulle part il n'est question de l'opportunité de fonder une si grande entreprise sur le crédit, ou de l'influence de l'endettement de routine sur le caractère d'un peuple. Nulle part on ne soupçonne que les vieilles valeurs rurales de solvabilité et d'épargne pourraient avoir une quelconque valeur".
- Wendell Berry

Ce qui compte vraiment dans tout cela - ce que la terminologie financière devrait élucider mais peut tout aussi bien obscurcir - est ce qui arrive aux incitations auxquelles les individus sont confrontés pour consacrer leur temps et leur énergie à un comportement économiquement utile. Sont-ils incités à accroître le stock de capital ou non ? Je peux penser à quatre changements évidents dans les incitations relatives, même si je suis sûr qu'il y en a d'innombrables autres.

Premièrement, il y aura une incitation à trouver un actif autre que l'argent pour épargner. Les candidats probables sont l'immobilier et les indices boursiers et obligataires. L'inflation dans ces classes d'actifs augmentera avec la menace de l'inflation en général, déformant les informations sur les prix qu'elles créent et sur lesquelles elles s'appuient et détournant davantage le capital vers des fins qui ne sont aussi durables que le régime inflationniste. Quiconque veut ces actifs pour leur fonction économique réelle – un endroit où vivre, des flux de trésorerie stables, peu importe – se retrouve à la merci de ce régime : incapable de posséder quoi que ce soit à moins de s'endetter également, ce qui bien sûr ne fait qu'exacerber le problème.

Deuxièmement, ceux qui détiennent des immobilisations à but lucratif mais qui ne s'endettent pas sont comparativement désavantagés si leurs concurrents le font. Et s'ils n'obtiennent pas un accès politiquement préférentiel au début de la file d'attente pour les nouveaux prêts, ils devront peut-être vendre à ceux qui l'obtiennent. La plus ancienne entreprise du monde, Kongō Gumi, a été dirigée par 50 générations de la même famille japonaise avant de se vendre au conglomérat Takamatsu en 2006, lorsqu'elle "a succombé à un excès de dette", selon Bloomberg.

Troisièmement, cette demande constante et inutile de financiarisation créera des opportunités politiques et commerciales pour mieux la faciliter. Le capital financier sera de plus en plus dirigé vers l'activité même de financiarisation au détriment de la création de véritable capital productif. Ceux qui participent à de tels programmes s'en sortiront très bien, mais ce n'est clairement pas économiquement utile. Ici, Matt Stoller décrit ce processus à parts égales de manière divertissante et déprimante, alors que des industries aussi étranges et diverses que les toilettes portables, les téléphones de prison et la dentisterie sont financiarisées au profit de personne d'autre que ceux qui orchestrent, "une forme de fraude légalisée transférant de l'argent des poches des investisseurs et des travailleurs vers les poches des financiers."

Quatrièmement, cette opportunité artificiellement élargie favorisera la taille générale et la concentration dans la finance elle-même. Je pense que la perspicacité de Berry sur l'organisation optimale de l'agriculture transcende une fois de plus son domaine et constitue un commentaire précieux sur le crédit et le capital :

"Dans un système d'approvisionnement alimentaire hautement centralisé et industrialisé, il ne peut y avoir de petit désastre. Qu'il s'agisse d'une « erreur » de production ou d'une brûlure du maïs, la catastrophe n'est pas prévue tant qu'elle n'existe pas ; il n'est pas reconnu tant qu'il n'est pas répandu. En revanche, une agriculture paysanne très diversifiée associée à une commercialisation locale est littéralement sillonnée de marges, et ces marges fonctionnent à la fois pour permettre et encourager les soins et pour contenir les dégâts. "

En d'autres termes, le système financier tendra vers une structure qui rend les crises d'autant plus dévastatrices qu'elles surviennent inévitablement.

Et enfin, une conséquence évidente des quatre est l'accélération de l'inégalité entre ceux qui possèdent et ne possèdent pas de capital, qui sont et ne sont pas en mesure de se placer en tête de la file d'attente pour la finance artificielle, et qui investissent ou non dans leur propre capital humain. capital sur les faux signaux de prix. Étant donné que l'objectif de cet essai est d'élucider la dynamique du stock de capital, je laisserai le lien à la réflexion suivante : si la réaction populaire à une telle spirale d'inégalités et à une telle surveillance irresponsable des crises proliférantes est d'attiser le sentiment anticapitaliste et/ ou exiger une impression monétaire compensatoire, les incitations à consacrer du temps et de l'énergie à la croissance du stock de capital s'amélioreront-elles ou empireront-elles ?

La décapitalisation des États-Unis

photo par Debby Hudson, via Unsplash

Est-ce que ça finit jamais ? Si oui, où ? Lorsque? Comment?

Il est probablement impossible de le dire car l'impulsion est politiquement variable et il y aura toujours la force compensatrice d'expériences réussies soutenant le tout. Nous pouvons interpréter leur signification sous plusieurs angles. Par définition, ils s'ajoutent au stock de capital et peuvent ou non compenser son taux naturel d'épuisement. Ils contribuent à la déflation qui compense ou non l'inflation provoquée par la perversité du régime monétaire. Plus important encore, ils offrent un moyen de désendettement naturel - même dans le cadre de l'obsession idéologique de la consommation - car la consommation ultérieure plus faible qui équilibre leur financiarisation aura relativement moins d'impact.

Mais que l'opportunité de se désendetter existe ne signifie pas qu'elle sera saisie. L'investissement réussi et la création de capital peuvent ne pas tirer assez fort et ne peuvent que retarder l'inévitable. La marche sans fin vers un effet de levier de plus en plus grand rencontrera son patron final à la limite inférieure zéro de l'intérêt. Il est difficile d'exagérer l'importance d'apprécier le ZLB à partir des premiers principes.

Si on vous propose un prêt à taux négatif, cela signifie que vous pouvez le dépenser pour un projet d'investissement qui perd de l'argent, tout en gagnant de l'argent vous-même. Cette financiarisation permet de cristalliser une valeur future qui n'existera jamais. En d'autres termes, elle n'encourage même pas le gaspillage relatif du capital, mais sa consommation directe. Imposer des taux d'intérêt négatifs, c'est miner le stock de capital. C'est manger les graines plutôt que de les planter. C'est de la folie totale, mais c'est une folie sans alternative si nous ne pouvons pas nous désendetter et pourtant nous devons consommer.

L'analyse de Berry de la logique tragique de l'accélération du pillage du stock agricole se traduit, je pense, pratiquement mot pour mot. Il serait peut-être même plus exact de dire qu'il généralise, car le stock agricole n'est qu'une forme de capital accumulé — l'original :

" Il est sans doute impossible de vivre sans penser à l'avenir ; l'espoir et la vision ne peuvent vivre nulle part ailleurs. Mais la seule garantie possible de l'avenir est un comportement responsable dans le présent. Lorsque des besoins futurs supposés sont utilisés pour justifier une mauvaise conduite dans le présent, comme c'est la tendance chez nous, alors nous pervertissons le présent et diminuons l'avenir. Mais la source la plus prolifique de justifications des comportements d'exploitation a été l'avenir. L'avenir est un temps qui ne peut être atteint que par le progrès industriel et la croissance économique. L'avenir, si riche en biens matériels, est néanmoins menacé de graves pénuries de nourriture, d'énergie et de sécurité, à moins que nous n'exploitions la terre encore plus « librement », avec plus de rapidité et moins de prudence. Les paradoxes évidents impliqués dans cela - que nous épuisons les nécessités futures afin de créer un avenir plus abondant; cette perte finale est devenue une stratégie calculée de gain annuel - n'ont jusqu'à présent été comprises que sans grand effet. La grande commodité du futur comme contexte de comportement est que personne n'en sait rien. Aucune personne rationnelle ne peut voir comment l'utilisation aussi rapide que possible de la couche arable ou des combustibles fossiles peut offrir une plus grande sécurité pour l'avenir, mais si suffisamment de richesse et de pouvoir peuvent évoquer l'audace de dire que c'est possible, alors la pure fantaisie prend la force de la vérité ; l'avenir devient comptable comme même le passé ne l'a jamais été."

Dire que ce pur fantasme "se termine" ici est probablement présomptueux. La situation s'aggrave ici, mais personne ne sait quand cela se terminera. Quand tout le capital a été consommé ? Quand l'effet de levier est infini ?

Et si ou quand les épargnants se révoltent contre la taxation de leur épargne qu'imposent les taux négatifs ? L'inflation est peut-être une taxe furtive qui est inévitable en ce qui les concerne, mais cette taxe odieusement directe peut sûrement être évitée en supprimant les dépôts ? Malheureusement, cela ne fera guère plus que déclencher une crise de liquidité qui devra être corrigée par la création de réserves inflationnistes à long terme, à partir de laquelle encore plus de levier inflationniste à court terme se métastasera de manière prévisible. Et si vous y réfléchissez, cette nuisance serait plutôt résolue en interdisant simplement les espèces de sorte que les passifs fongibles panbancaires ne soient pas des passifs contre quoi que ce soit en particulier, à part les prêts qui les ont créés. Il serait bon pour la stabilité bancaire de la protéger des esprits animaux de la populace. Je me demande si quelqu'un a pensé à ça...

Dans la première partie, L'argent de Wittgenstein, j'ai souligné que l'argent est utile non pas parce qu'il correspond à un schéma sémantique ou à un autre qui tient si et seulement si rien dans la vie réelle ne change, mais parce que la vie réelle change et que l'argent offre une certitude dans un monde incertain. . Mais cela ne veut pas dire que l'incertitude est nuisible. La formation de capital est par nécessité très incertaine, mais très bénéfique. L'argent fournit un moyen d'étendre socialement l'étreinte de cette incertitude, à condition qu'il nous donne la certitude en premier lieu. Plus nous créons de capital, plus l'environnement économique devient complexe et plus la certitude de l'argent devient précieuse. L'argent émerge de l'incertitude, le capital émerge de l'argent et l'incertitude émerge du capital.

Cette progression vers l'ordre et la complexité peut être inversée si elle est perturbée par suffisamment de désinformation économique. Si la valeur de l'argent devient de plus en plus incertaine, cela créera un capital de plus en plus sans valeur, ce qui signifie que l'argent a de toute façon moins de valeur. Si vous cassez de l'argent, vous cassez du capital, et si vous cassez du capital, vous cassez de l'argent. Si vous cassez suffisamment d'argent, vous devez commencer à exploiter le capital à ciel ouvert pour récupérer suffisamment de certitude pour fonctionner au niveau de complexité civilisationnelle atteint jusqu'à présent. Mais comme cette complexité dépend de ce capital, ce n'est clairement pas une proposition durable.

Si nous croyons, ou soupçonnons simplement, que nous nous dirigeons vers ce résultat, peut-il être arrêté ? Pouvons-nous nous retirer? Fait n'importe quoi…

… répare ça?

À quoi cela ressemblerait-il s'il semblait que nous pouvions résoudre ce problème ? Découvrez-le dans la troisième partie.


Cet article a été écrit par Allen Farrington avec des contributions de Sacha Meyers et Yorick de Mombynes.