L'argent de Wittgenstein

À quoi cela ressemblerait-il si cela ressemblait à une monnaie mondiale, numérique, sonore, open source et programmable monétisant à partir de zéro absolu ? | Allen Farrington

L'argent de Wittgenstein

Autor: Allen Farrington | Date d'Origine: 04/12/20 | Traduit par: Sovereign Monk | Lien

Ludwig Wittgenstein a demandé un jour à un ami : "Dis-moi, pourquoi les gens disent-ils qu'il est plus naturel de penser que le soleil tourne autour de la terre que que la terre tourne ?" L'ami a dit: "Eh bien, évidemment, parce qu'il semble que le soleil tourne autour de la terre." Wittgenstein a répondu: "Eh bien, à quoi cela ressemblerait-il s'il semblait que la terre tournait?"

photo par Christian Puta, via Unsplash

Sémantique donc réalité

Alors que Bitcoin entame sa course haussière quadriennale, nous devons nous préparer à l'intérêt soudain et mal informé du monde entier. Un grand nombre de nouveaux arrivants arriveront avec un esprit ouvert - comme nous l'avons tous fait autrefois - mais de nombreux représentants des titulaires de cette perturbation émergeront également des boiseries pour insister sur le fait que ce que nous pouvons voir de nos propres yeux ne se produit pas réellement. parce que, selon leur théorie, ce n'est pas possible.

Bitcoin ne peut pas être une réserve de valeur car il n'a pas de valeur intrinsèque. Il ne peut pas s'agir d'une unité de compte car il est trop volatil. Il ne peut pas être un moyen d'échange car il n'est pas largement utilisé pour établir le prix des biens et des services. Ce sont les trois propriétés de l'argent. Par conséquent, Bitcoin ne peut pas être de l'argent. Mais Bitcoin n'a pas d'autre base pour être évalué, il est donc sans valeur. CQFD.

J'appelle cet argument, sémantique donc réalité. Qu'est-ce qui pourrait falsifier cela ? C'est, à la base, une revendication sur le monde matériel ; sur ce qui arrivera, ou dans ce cas n'arrivera pas, dans la vraie vie. Et pourtant, il semble plutôt qu'il repose entièrement sur le sens des mots. En discutant de la dollarisation en Équateur - le processus instructif d'une monnaie "officielle" étant spontanément remplacée par une monnaie supérieure plus simple - Larry White dit de ceux qui nient par définition qu'une telle chose puisse même arriver qu'ils "ne regardent que le tableau noir". et non à ce qui se passe à l'extérieur de la fenêtre. C'est une approche curieuse pour comprendre les phénomènes nouveaux, que, en général, je ne recommanderais pas. La réalité ne se soucie pas de la façon dont vous la décrivez.

Mais il y a aussi une forme plus douce, plus glissante et plus agnostique de la théorie sémantique qui reconnaît que quelque chose se passe : que Bitcoin n'est pas rien, mais qu'il ne peut certainement pas être de l'argent parce qu'il est si différent de la conception (sémantique) standard de ce que l'argent devrait être et comment il devrait se comporter que la proposition est trop inconfortable à accepter. Cela ressemble certainement à une sorte de réseau : il est global, numérique, sonore, ouvert et programmable. Et sa valeur a indéniablement augmenté depuis un moment où elle ne valait rien du tout. Mais cela le distingue-t-il d'une ancienne bulle financière ordinaire ? Peut-on concilier « argent » et comportement de bulle ? Et la nature numérique de Bitcoin est-elle un tel avantage ? Internet ne permet-il pas une vitesse et une puissance de viralité qui sont sans doute finement réglées pour gonfler une bulle dans tout ce qui est considéré comme numérique ouvertement et programmable ? Le Bitcoin est peut-être quelque chose - peut-être la "technologie de la chaîne de blocs" sur laquelle il fonctionne ? - mais, évidemment, il semble que le Bitcoin ne soit pas de l'argent.

Wittgenstein serait très peu impressionné. Il demanderait probablement,

À quoi cela ressemblerait-il si cela ressemblait à une monnaie mondiale, numérique, sonore, ouverte et programmable monétisant à partir de zéro absolu ?

Demandons-le nous aussi.

Les temps sont en train de changer'

photo par Monoar Rahman Rony, via Pixabay

La théorie sémantique est d'une statique alarmante. Cette stase est enracinée dans sa chicanerie sémantique : de nombreuses langues ont des verbes différents pour distinguer « être » comme avoir une propriété intrinsèque ou circonstancielle, comme ser et estar, respectivement, en espagnol. L'anglais non. Je suis un homme tout comme j'ai faim. Mais dans quel sens le Bitcoin est-il volatil ? Est-il intrinsèquement volatil ou est-il volatil à un moment donné, dans certaines circonstances, par rapport à une norme ? Les biens et services sont-ils en quelque sorte fondamentalement résistants à la tarification en Bitcoin ? Que se passe-t-il si vous essayez de le faire ? Est-ce comme diviser par zéro ?

Imaginez si toutes les connaissances commerciales respectables avaient été dérivées de l'étude de grandes entreprises établies, car il n'y avait jamais eu de start-up de mémoire d'homme. Si une start-up se présentait, les gens pourraient bien dire : « ce n'est pas une entreprise parce qu'elle ne fait pas de profit » ou « ce n'est pas une entreprise parce qu'elle n'a pas de plan d'affaires défini ». Clairement, ce serait malavisé. Cela ne veut pas dire que leurs modèles et leurs définitions seraient parfaitement faux au lieu d'être parfaitement justes, mais plutôt que les choses ne sont pas si binaires. La réalité est désordonnée, et c'est la réalité dont nous devrions nous soucier, pas nos théories de la réalité qui, il s'avère, n'ont jamais vraiment été testées...

Cet essai est le premier d'une série en trois parties. Dans la première partie, L'argent de Wittgenstein, je propose que nous rejetions l'arrogance de savoir qu'une nouvelle monnaie ne peut pas émerger parce que la réalité découle de notre sémantique. J'espère qu'en adoptant plutôt l'ignorance et l'incertitude, et en nous concentrant sur des comportements et des circonstances plausibles, nous aurons les outils pour reconnaître l'émergence de Bitcoin plutôt que de le rejeter d'emblée comme un théorème réfutable. Nous allons sonder à quoi cela pourrait ressembler s'il semblait que Bitcoin était de l'argent.

Dans la deuxième partie, La mine à Ciel Ouvert du Capital Financier, je brosserai un tableau désastreux de ce à quoi nous pourrions nous attendre en ce qui concerne la capacité de créer et de maintenir du capital lorsqu'un régime monétaire est conçu pour ignorer - ou même aller à l'encontre - des caractéristiques idéales que nous visons. explorer. Dans la troisième partie, Bitcoin est Venise, je prendrai une licence poétique substantielle pour tracer la voie de la récupération après une telle catastrophe - ce à quoi cela pourrait ressembler car cela ressemble à un argent mondial, numérique, sonore, ouvert et programmable qui monétise à partir de l'absolu zéro.

Mais d'abord, comment y arriver.

Pommes, zèbres et connaissances

photo par Nathan Dumlao, via Unsplash

Commençons par une expérience de pensée. Imaginez que vous puissiez voir l'avenir d'une manière très particulière et économiquement pertinente : vous savez comment tout le monde appréciera tout à tout moment. Vous en êtes certain. Auriez-vous jamais besoin d'argent? Explorons.

Si vous savez comment vous allez évaluer les choses, alors vous savez ce que vous voudrez acheter à un moment donné dans le futur, disons les pommes d'Alice. Maintenant, normalement, vous auriez besoin d'argent parce qu'Alice pourrait ne pas apprécier ce que vous aviez que vous vouliez échanger, disons des zèbres. Mais dans ce cas, vous savez comment Alice valorisera les zèbres car vous savez comment elle valorisera tout. Si cela suffit pour acheter les pommes, tant mieux. Si ce n'est pas le cas, trouvez quelque chose d'autre qu'elle apprécie davantage, disons de la bière, puis allez trouver Bob. Maintenant, si Bob n'apprécie pas non plus vos zèbres, c'est bien aussi parce que vous pouvez continuer à le faire jusqu'à ce que vous fermiez la boucle, étant donné que vous connaissez toutes ces évaluations. Vous pouvez instantanément saisir le meilleur chemin du zèbre à la pomme et échanger jusqu'à ce que vous voulez. Si ces valorisations fluctuent avec le temps (ce que vous saurez également), vous pouvez planifier d'orchestrer votre trading dans le temps pour obtenir les meilleurs taux.

Une objection évidente pourrait être que tout ce commerce excessif serait une nuisance massive. Peut-être que vous n'auriez pas réellement besoin d'argent, mais cela vous ferait quand même gagner du temps et de l'énergie, car plutôt que d'avoir à déduire et à exécuter la boucle de négociation de la valeur la plus élevée avant chaque achat, vous pourriez sauter immédiatement à qui apprécie le plus les zèbres, obtenir l'argent , et retournez voir Alice. Et en fait, vous pourriez faire encore mieux, car vous vendriez le zèbre lorsque sa valeur a atteint son maximum, et garderiez l'argent aussi longtemps qu'il se passerait avant de vouloir acheter les pommes. Assez juste, l'argent est toujours utile.

Mais imaginez maintenant que tout le monde avait ce super pouvoir. Tout le monde savait ce que tout le monde appréciait à chaque fois. Maintenant, auriez-vous besoin d'argent ? Appelons Alice et découvrons. Tu vas chez Alice avec tes zèbres chercher des pommes. Est-ce important qu'Alice ne veuille pas de zèbres ? Je ne pense plus que ce soit le cas parce qu'Alice a maintenant aussi le super pouvoir; si elle ne veut pas elle-même de zèbres, elle sait que Quintin en a. Si elle veut les quiches de Quintin, parfait. Sinon – si elle veut vraiment les tartes de Peter – alors heureusement, Peter sait aussi que Quintin veut des zèbres. S'il veut les quiches de Quintin, parfaites, sinon… ce qui se passe, c'est que la boucle d'échange de la valeur la plus élevée auparavant gênante n'a plus besoin d'être exécutée - elle doit simplement exister pour que tout le monde puisse établir le taux de change pertinent entre n'importe quoi ils ont et essaient d'acheter, ou tout ce qu'ils veulent et essaient de vendre. Cette connaissance rendrait l'argent inutile.

Si nous étions tentés de croire qu'un individu particulièrement avisé sur le plan économique pourrait, en théorie, connaître les valorisations futures de tous les autres, nous serions forcés d'admettre qu'ils connaissaient également tous les événements futurs. Comment pourraient-ils savoir comment Alice évaluera les choses à un moment arbitraire dans le futur si nous ne savons pas quelles choses il y a à valoriser ?

C'est la clé pour dérouler l'expérience de pensée. Personne ne peut connaître tous les événements futurs, ni les caprices de tous les parfaits inconnus. Sans doute, nous pouvons à peine connaître les événements futurs ou les caprices des étrangers. Nous pouvons être raisonnablement sûrs des événements proches de nous dans le temps et les circonstances, mais à mesure que nous nous éloignons de notre propre familiarité, plus loin dans le futur, ou les deux, nous pouvons évidemment prétendre en savoir de moins en moins. Par conséquent, nous pourrions être en mesure de deviner ce que nous-mêmes ou d'autres proches de nous valorisons maintenant, mais d'autres que nous connaissons moins bien, ou qui que ce soit de plus en plus loin dans le futur, nous ne pouvons pas le savoir. Si nous le savions, nous n'aurions pas besoin d'argent. Mais nous ne pouvons pas, donc l'argent est utile.

Ce que cela montre, c'est qu'une "double coïncidence des besoins" qui rend le troc intenable à toute échelle valable n'a pas grand-chose à voir avec la "commodité" et est avant tout un produit de la connaissance. Nous ne pouvons avoir qu'une appréciation limitée des évaluations des autres, et cette appréciation diminue à mesure qu'ils s'éloignent de nous dans les circonstances et dans le temps. Et notez que cela inclut notre futur moi; nous ne savons pas avec certitude ce que nous apprécierons à l'avenir parce que nous ne savons pas ce qui nous arrivera à l'avenir. L'argent nous est utile en raison de l'incertitude économique : notre incapacité fondamentale à savoir grand-chose sur ce que tous les autres pensent et sur ce qui va changer.

Idéalement, l'argent donnerait à ses utilisateurs un sentiment de certitude quant à l'avenir - une sorte d'accord tacite avec le reste du réseau économique précisément parce que presque rien d'autre ne peut être connu suffisamment sûrement pour être convenu à l'avance. Mais si une nouvelle monnaie devait émerger, elle remettrait en cause l'accord, et serait donc pleine d'incertitudes sur la période de son émergence. Son existence même représenterait une sorte de désaccord qui semblerait déroutant et désorientant.

Nous pourrions pointer cette incertitude engendrée comme une preuve évidente contre la nouvelle monnaie, et raisonner par extension que les effets de réseau nécessaires ne se matérialiseront pas. Mais ce serait éviter la question légitime de savoir si accepter une plus grande incertitude à court terme vaut la peine d'acquérir une plus grande certitude à long terme, et si des effets de réseau pourraient plutôt se développer sur cette base. Cela dépendrait des mérites réels. Il n'y aurait pas de réponse classique; aucune équation à résoudre ; pas de définitions à vérifier - en particulier pas des définitions qui ne sont absolument valables que dans le cas précis d'une concurrence nulle, d'une certitude maximale et d'un temps statique : une sorte d'univers inexplicablement non entropique. Une nouvelle monnaie ne pourrait pas être utilement décrite comme fournissant une utilité en tant que "moyen d'échange" depuis ses débuts - même si, à long terme, être numérique ne nuirait certainement pas à ses chances à cet égard...

Ce qu'il semblerait que s'il semblait qu'une nouvelle monnaie émergeait serait une promesse de certitude supérieure dans l'avenir, avec un aveu d'incertitude accrue dans le présent. Cela ressemblerait autant à un récit dangereux et passionnant qu'à une garantie prouvable.

Le pouvoir d'achat dans un monde en mutation

photo par Clay Banks, via Unsplash

Mais dans quelle mesure l'argent peut-il utilement répondre à une demande de certitude ? Nous devrions réfléchir à ce que cela signifierait pour l'argent d'être plus ou moins utile de cette manière, mais tenter de mesurer cette utilité nous amène au précipice d'un cornichon philosophique. Étant donné que cette utilité est comprise comme une réaction émergente à un changement constant et imprévisible, il faut faire attention à choisir une mesure qui est invariante à ce changement. Nous ne voulons pas utiliser une règle extensible. Nous devons creuser un peu plus profondément de peur de retomber dans la théorie sémantique et d'exiger que l'argent soit une « réserve de valeur » sans explorer davantage ce que pourrait être une réserve de valeur.

Comme point de départ, supposons que cela signifie qu'une monnaie candidate conserve son pouvoir d'achat dans le temps ; qu'il ne se dépréciera pas intrinsèquement, comme un outil que nous devons réparer ou un aliment qui va pourrir ; ou qui perdront de la valeur pour des raisons plus intangibles, dans le sens de se démoder, comme les vêtements ou les bijoux, ou l'immobilier dans une zone en déclin.

Nous rencontrons immédiatement des problèmes : notez que le fait qu'un tel article « conserve ou non son pouvoir d'achat » est précisément soumis au changement que nous admettons ne pas pouvoir prédire. Elle est circonstancielle et comportementale et dépend des évaluations subjectives des autres acteurs du marché. Un outil déprécié peut néanmoins gagner en valeur si une nouvelle utilisation est découverte et qu'il s'avère rare. Les aliments pourris peuvent coûter plus cher en tant que compost – il y a peut-être une grave pénurie de compost – ou on découvre peut-être qu'ils ont meilleur goût à une certaine maturité. Les vêtements, les bijoux ou l'immobilier pourraient revenir à la mode et s'apprécier aussi facilement qu'avant.

Il y a encore une autre difficulté : sûrement, nous voulons qu'un échec à maintenir le pouvoir d'achat capture une manière dont l'argent finit par être moins valorisé par rapport à ce que nous pourrions vouloir acheter, mais pas une manière par laquelle tout le reste finit par coûter plus cher. ? En d'autres termes, que l'argent est moins utile, pas que tout le reste est plus utile. Dans ce dernier cas - disons une guerre ou une catastrophe naturelle qui fait monter en flèche tous les coûts réels - il ne semble guère raisonnable de décrire les augmentations de prix probables qui en résultent en termes de baisse de la valeur de la monnaie plutôt qu'en termes de choses devenues beaucoup plus coûteuses à produire. Poussé à l'extrême, il semble absurde de s'attendre à ce que la capacité de l'argent à "stocker de la valeur" autorise son détenteur à consommer un bien qui ne sera peut-être même pas produit - ou une quantité de biens supérieure à tout ce qui est produit.

Mais c'est encore pire : que se passe-t-il si un bien ou un service entièrement nouveau est inventé au cours de la période pendant laquelle nous entendons maintenir le pouvoir d'achat ? Le pouvoir d'achat de notre argent candidat a-t-il augmenté à l'infini ? Que se passe-t-il si un bien cesse complètement d'être produit ou vendu sur le marché ? Notre pouvoir d'achat a-t-il diminué à l'infini ? Que faire de tout cela ?

Il aurait d'abord semblé naturel de signifier spécifiquement qu'une monnaie candidate « conserve du pouvoir d'achat » si, à t0, elle peut acheter une quantité donnée de tout autre bien ou service sur le marché, puis, à t1, elle peut encore acheter ce même quantité dans chaque cas. Après enquête, cependant, cela semble naïf - dans le cas d'une nouvelle invention, "infini" semble une réponse amusante mais totalement inutile. Dans le cas d'une catastrophe naturelle, nous ne pouvons pas nous attendre à acheter le même montant car nous ne pouvons pas nous attendre à ce que le même montant ait été produit, ce qui ne semble pas être un attribut négatif de l'argent, mais plutôt l'argent reflétant avec précision une modification négative du réseau économique. Peut-être pourrions-nous suivre les changements dans un « panier » de biens, mais alors comment décidons-nous de la pondération des intrants et comment nous adaptons-nous aux améliorations de la qualité ? Tout choix sera arbitraire et reflétera mieux la réalité de certains acteurs économiques que d'autres.

Mais même dans ce que nous pourrions considérer comme des circonstances économiques plus « régulières » ou « normales », cela s'avère difficile à cerner. Imaginez qu'un bien, un widget, n'a pas du tout changé entre t0 et t1, mais qu'une nouvelle invention, un fidget, l'a remplacé. Personne ne veut plus de widgets parce que les fidgets sont bien meilleurs, donc les fabricants de widgets arrêtent de produire des widgets, et les fournisseurs des fabricants de widgets arrêtent également de produire des squidgets de fabrication de widgets. Maintenant, comme personne ne fabrique de squidgets, il devient très coûteux de fabriquer des widgets et bien que beaucoup, beaucoup moins soient fabriqués, leur prix devient beaucoup plus élevé qu'à t0, pré-fidget. Alors, l'argent avec lequel tous ces prix ont été cotés a-t-il « perdu du pouvoir d'achat » ?

Si vous souhaitez toujours acheter des widgets, alors oui, vous avez perdu un pouvoir d'achat souhaitable. Si vous préférez les gigoteuses, alors non, vous avez gagné en pouvoir d'achat. Mais surtout, ceux-ci sont liés à la base par des décisions de déplacer des ressources réelles et rares de la production d'un bien à un autre. Espérer une réponse qui ne peut être raisonnablement relative qu'à nos demandes individuelles est myope parce que les prix seront dictés par l'agrégation de toutes les demandes (et d'ailleurs, toutes les fournitures - les gens qui vendent des widgets et des squidgets ont aussi un intérêt à cela ! ). Si des demandes ou des approvisionnements changent - en raison de la découverte, du goût, des coûts ou des coûts d'opportunité ailleurs - de toute circonstance ou comportement n'importe où - alors l'allocation des ressources rares pour essayer de faire correspondre l'offre à la demande changera presque certainement aussi, et d'une manière qui boucler éventuellement pour affecter les demandes et les fournitures d'origine.

Pouvons-nous lutter avec cela? Et pouvons-nous décrire de manière cohérente pourquoi il est difficile de s'y attaquer ? Avant même de résoudre ce problème, il convient de souligner que la monnaie elle-même sera soumise à ces mêmes forces - il sera simplement beaucoup moins naturel de le signaler chaque fois qu'il n'y a pas de concurrence monétaire légitime car nous l'utilisons comme notre mesure dans le premier lieu. Les binaires de la théorie sémantique semblent absolument s'appliquer. Cet argent serait une unité de compte, et si l'on peut évaluer comment il comptabilise des unités, cela signifie peu de se demander s'il se porte si bien : bien par rapport à quoi ?

Mais si une nouvelle monnaie devait émerger, elle devrait naturellement émerger à un endroit précis, à un moment précis, dans une localité donnée du réseau économique. Il n'apparaîtrait pas partout, tout à la fois, et ne pourrait donc pas être utilement décrit comme fournissant une utilité en tant qu '«unité de compte» depuis ses débuts - même si, à long terme, être mondial ne nuirait certainement pas à ses chances à cet égard. ...

Il présenterait différentes utilités à différentes personnes en fonction de leur situation, de leurs comportements, de leurs croyances et de son prix. Son entrée dans le réseau de l'offre et de la demande modifierait l'allocation des ressources rares d'une manière qui reviendrait en arrière et finirait par affecter sa propre offre et sa propre demande. Espérer une explication de sa valeur qui puisse être raisonnablement relative aux demandes individuelles est myope.

Ce qu'il semblerait que s'il semblait qu'un nouvel argent émergeait serait des opinions largement disparates, des changements rapides et aucun consensus, avec un sentiment qui reflue et coule de manière imprévisible alors que les mérites relatifs de la promesse de certitude future du challenger et du supposé les manquements à cette promesse de la part de l'opérateur historique étaient constamment pesés et pesés à nouveau par le marché.

Le jeu du temps, de l'énergie et du triangle

photo par Ryan Geller, via Unsplash

Avez-vous déjà joué au Triangle Game ? Voici ce que vous faites : formez un grand groupe et demandez à tout le monde de se déplacer sans but. Pendant ce temps, demandez à tout le monde de choisir deux autres personnes, mais gardez leur choix pour eux. Puis, au signal, dites à tout le monde de se déplacer pour former un triangle équilatéral avec les deux personnes qu'ils ont choisies. Ensuite, regardez le chaos s'ensuivre. Même si l'activité du réseau dans son ensemble semble un jour se calmer, elle peut tout aussi bien devenir incontrôlable à nouveau d'un seul pas, car une personne qui bouge peut être réagi par d'autres, ce qui peut être réagi par d'autres encore, et bientôt. Chaque décision individuelle a des effets qui imprègnent de manière imprévisible l'ensemble du réseau, inégalement dans le temps, tandis que chaque décideur individuel n'est qu'immédiatement conscient de la dynamique de sa petite localité, tout comme dans un réseau d'échanges économiques.

Demander à un individu d'évaluer un invariant de l'agrégat économique uniquement en fonction de ses propres offres et demandes revient un peu à demander à un participant au jeu du triangle d'expliquer la vitesse moyenne de chaque joueur uniquement en fonction de sa propre prochaine étape. Vous ne pouvez même pas commencer à l'expliquer. Et cela tient à peu près tout ce que nous pouvons constant dans un petit environnement : si des millions de participants ont commencé à changer périodiquement leur choix de sommets et à entrer et sortir du jeu, alors que la géographie sur laquelle le jeu se jouait se déplaçait sous leurs pieds, cela pourrait commencer à mieux ressembler à l'activité économique réelle.

Nous devons nous demander ce que les participants à un réseau économique donnent et reçoivent dans un sens plus profond que les prix hautement circonstanciels et réflexifs auxquels ils sont confrontés à l'achat et à la vente. Quel coût d'opportunité ont-ils tous en commun ? Considérez que plutôt que d'accepter un prix qui dépend littéralement de toutes les autres demandes et offres du réseau, vous pouvez toujours créer le widget vous-même. S'il n'y a littéralement plus de widgets à vendre, vous n'avez pas besoin de supposer que votre pouvoir d'achat a "infiniment diminué" si les intrants peuvent toujours être achetés et que la connaissance de la façon de les combiner existe toujours et est accessible. Vous pouvez toujours « acheter » un widget, et vous pouvez toujours raisonnablement concevoir son coût : celui de l'achat initial des intrants, plus le coût d'opportunité de votre temps et de votre énergie, puisque tout temps et toute énergie que vous consacrez à la fabrication d'un widget vous ne pouvez pas vous consacrer à fabriquer ou à faire quoi que ce soit d'autre qui pourrait plus tard être échangé contre de l'argent.

Si, d'autre part, les widgets sont toujours produits en série, vous constaterez très probablement que la différence entre le coût des intrants et le prix du marché disponible du widget fini est celle que vous ne pouvez pas concilier comme un coût d'opportunité viable de votre temps. et l'énergie transformant l'un en l'autre. Étant donné que tant d'efforts ont été déployés pour minimiser ce coût d'opportunité exact en temps et en énergie de la part du fabricant de widgets en tant qu'exigence pour rester compétitif, vous préférerez probablement payer la différence plutôt que de consacrer ce temps et cette énergie vous-même.

À la réflexion, ce processus et cette mentalité sont exactement les mêmes pour quiconque transforme un bien ou un service en un autre afin de revendre plus tard avec profit : que le prix est considéré par les acheteurs comme un équivalent acceptable de leur temps et de leur énergie, que le les coûts ont été traités de la même manière par le vendeur (actuel), et que le profit espéré est considéré comme la meilleure utilisation de son temps et de son énergie pour transformer l'un en l'autre. En entreprenant de créer nos propres widgets, celui à qui nous achetons les squidgets aura suivi le même processus de réflexion et les mêmes calculs. Les fabricants de gwidgets (vous avez besoin d'un gwidget pour créer un squidget) auront fait de même.

Et ainsi de suite, jusqu'à l'origine absolue de la chaîne d'approvisionnement de chaque bien ou service. S'il s'agit d'un bien, extraire des matières premières, ce qui, si vous êtes propriétaire du terrain, ne prend que du temps et de l'énergie ; s'il s'agit d'un service, seulement du temps et de l'énergie ; si, dans les deux cas, vous avez néanmoins besoin d'outils, revenez dans la boucle. L'intégralité de la chaîne des prix sur toutes les bourses se révèle être une série de décisions indépendantes et en temps réel sur la façon d'évaluer son propre temps et son énergie et les meilleures hypothèses sur la façon dont les autres valorisent le leur.

Nous pouvons facilement imaginer, si vous recommencez à essayer de créer votre propre widget, combien de temps cela prendrait si vous vous engagez à ne pas utiliser d'argent pour payer les coûts initiaux des intrants, mais à ne dépenser que votre temps et votre énergie à façonner tout ce qui est nécessaire Du début à la fin. La différence entre la façon dont vous appréciez cette quantité de temps et d'énergie supposée énorme et le coût que vous payez réellement pour les intrants, est exactement la valeur créée par l'argent servant d'intermédiaire à une série d'échanges beaucoup plus spécialisés.

Pour en revenir à nos circonstances d'origine, si les prix des widgets ont augmenté parce que des ressources ont été extraites des squidgets, etc., cela signifie en réalité qu'un grand nombre d'acteurs économiques ne pensent plus que leur temps et leur énergie doivent être mieux alloués à la fabrication de widgets. . Bien que nous puissions articuler leurs raisons de croire cela, nous ne pouvons pas dire que c'est objectivement vrai ou faux. C'est aussi "juste" qu'ils finissent par profiter de la façon dont ils allouent leur temps et leur énergie à la place. La mesure invariante dont nous avons besoin n'est donc pas celle des widgets, en particulier, mais celle de la contribution agrégée de temps et d'énergie aux entreprises productives, évaluée collectivement par leur production. Les widgets peuvent être importants pour vous, mais nous pouvons dire par le fait qu'ils sont beaucoup moins produits (ou pas du tout) qu'ils n'ont plus autant d'importance pour le réseau. Le temps et l'énergie sont importants pour le réseau, mais les circonstances et les comportements ont changé en quoi le temps et l'énergie peuvent être transformés.

Les lecteurs ont peut-être remarqué que j'ai sournoisement soulevé la question lorsque j'ai initialement présenté les catastrophes naturelles : j'ai dit que cela ferait monter en flèche les « coûts réels ». Mais qu'est-ce qu'un coût « réel » ? Si nous ne mesurons pas les coûts en argent, alors par quoi les mesurons-nous ? Nous avons maintenant notre réponse : en temps humain et en énergie humaine. Dans le cas d'une catastrophe naturelle, nous supposons qu'une grande partie des ressources intermédiaires de production est détruite et nous devons consacrer du temps et de l'énergie à tout reconstruire si nous espérons maintenir le même rendement. Quelle que soit la production que nous réalisons, cela coûtera plus d'argent car cela prendra plus de temps et plus d'énergie.

Ainsi, « maintenir le pouvoir d'achat » en tant que propriété de la monnaie ne peut raisonnablement signifier que si, à t0, elle peut acheter une proportion donnée de l'ensemble de la production du réseau économique, alors, à t1, elle peut acheter cette même proportion. Indépendamment de ce qui a inévitablement changé entre-temps, l'argent est utile dans la mesure où il nous permet de contribuer du temps et de l'énergie au réseau à un moment donné, sachant que notre revendication ne sera pas diluée et qu'à tout moment futur, nous pourrons recevoir la même proportion en retour.

La théorie sémantique nous laisse pendre avec des promesses non fondées de "stocker de la valeur". Valeur décidée par qui ? Et stocké par rapport à quoi ? Il est beaucoup plus fructueux de comprendre l'argent comme préservant un apport de temps et d'énergie relatif au réseau économique qui l'utilise. Une nouvelle monnaie ne pourrait pas être utilement décrite comme fournissant une utilité en tant que "réserve de valeur" depuis ses débuts - même si, à long terme, être solide ne nuirait certainement pas à ses chances à cet égard...

Même s'il est clair que sa contribution sera préservée, on ne saura pas du tout ce qu'il adviendra du réseau lui-même et donc à quel point cette préservation est réellement précieuse dans le cadre plus large des choses. Mais mieux un argent peut préserver ces contributions et les protéger de la dilution, plus grandes sont les chances que son réseau attire du temps et de l'énergie, et donc de la valeur. La théorie sémantique suppose que le réseau de l'argent en place est mature et total, et ne peut donc pas donner un sens valable à un challenger "gagnant une part" du "temps et de l'énergie stockés". Si c'est désordonné et déroutant dans la vraie vie, alors bien sûr c'est désordonné et déroutant du point de vue de telles définitions statiques et limitées.

Ce à quoi il ressemblerait s'il semblait qu'une nouvelle monnaie émergeait serait une incertitude superficiellement extrême masquant une amélioration si substantielle de la promesse de protection contre la dilution que la nuisance de l'incertitude de la période d'émergence pourrait prétendre de manière crédible être compensée.

Monnaie, capital et évolutivité sociale

photo par Alexander Schimmeck, via Unsplash

Voulons-nous nécessairement récupérer la même proportion de temps et d'énergie à un moment donné dans le futur ? Et si une partie du temps et de l'énergie produisait moins à l'avenir qu'aujourd'hui ? Quel genre d'utilitaire d'ordures cela nous donne-t-il ? !

Avant de conclure, et pour bien préparer le terrain pour la deuxième partie, La mine à Ciel Ouvert du Capital Financier, je veux explorer sans doute le pire défaut de la théorie sémantique. Le changement économique catalysé par l'argent a des conséquences importantes pour l'argent. Une théorie de la monnaie qui ignore la possibilité de changement s'aveugle, ainsi que ses partisans, sur l'aspect le plus intéressant de son propre prétendu sujet. Un nouvel argent qui joue avantageusement sur ces possibilités aura un atout dans le trou à long terme qui peut l'aider à surmonter l'incertitude qu'il génère pour lui-même à court terme - tout cela passera complètement sous le radar des sémanticiens.

Commençons par réfléchir à comment et pourquoi un tel utilitaire de déchets pourrait se produire. Une catastrophe naturelle est peut-être un exemple clair une fois de plus. Ce que nous supposons avoir été détruit, ce sont essentiellement des outils. Si nous avions autrefois un tracteur qui a été battu par un ouragan, nous devrons maintenant utiliser une charrue, ce qui prendra beaucoup plus de temps et d'énergie pour produire le même rendement. Compte tenu des contraintes de temps et d'énergie, nous devrons accepter un rendement inférieur. Échanger notre temps et notre énergie antérieurs contre ce qu'ils produisent actuellement semble être une affaire brute. Si la charrue aussi a été emportée, et la houe et les bâtons à creuser d'ailleurs, nous sommes presque de retour à un état de nature dans lequel les outils que nous désirons doivent provenir du temps et de l'énergie bruts eux-mêmes, sans intermédiaire.

En travaillant vers l'avant, alors, à partir de cet état d'origine, nous voyons que c'est précisément cette commission de temps et d'énergie pour créer des outils qui non seulement augmente la production potentielle, mais libère du temps et de l'énergie pour perpétuer ce processus même en utilisant ces outils pour créer encore des outils plus compliqués. Nous pouvons envisager de créer des squidgets au lieu de simples widgets. Si nous libérons suffisamment de temps et d'énergie avec les squidgets, nous pouvons rediriger le surplus vers les gwidgets. Avec autant d'options productives au-delà de consacrer du temps et de l'énergie directement au strict nécessaire, nous pouvons oublier nos soucis et nos conflits et commencer à nous spécialiser dans l'utilisation de ces outils de plus en plus complexes. L'argent émerge très probablement à un moment donné de ce processus de complexification, car l'incertitude qui accompagne cette complexité génère à travers les circonstances et le temps crée une demande réciproque de certitude que l'argent remplit.

Bien sûr, le processus de fabrication des outils les plus complexes n'est en aucun cas clairement défini du point de vue de la valeur. Nous risquons de perdre du temps et de l'énergie sur une sortie qui n'est pas plus productive que les outils existants, ou pas productive du tout. Ou peut-être est-elle productive, mais la production n'est plus valorisée. Mais également, nous pouvons considérer le temps et l'énergie fournis par les outils précédents comme l'achat du coussin pour absorber un tel risque. Cela peut se manifester littéralement, ou, bien sûr, via l'argent : nous échangeons du temps et de l'énergie, même indirectement, contre de l'argent, que nous économisons pour nous permettre de traverser une période d'expérimentation de développement d'outils telle que nous pouvons nous permettre de ne pas compter sur son résultat.

Cependant, il viendra un moment où les compétences des individus deviendront si spécialisées, les outils que nous désirons progressivement deviendront si complexes et l'incertitude inhérente à leur développement si grande, que nous ne pourrons plus compter sur les individus pour les créer. De manière réaliste, aucune personne n'a les connaissances nécessaires pour construire un tracteur par elle-même (ou un crayon d'ailleurs), peu importe le temps. Mais également, la collection minimale de personnes possédant les compétences nécessaires peut ne pas être également disposée à prendre le risque que leur temps et leur énergie consacrés à inventer un tracteur soient réduits à néant.

L'argent peut sauver la mise : ceux qui sont prêts à prendre le risque peuvent payer la contribution de ceux qui ne le sont pas. Cela peut sembler si simple que banal, mais notez que nous utilisons l'argent d'une manière essentiellement nouvelle : non pas parce que nous voulons nous prémunir contre les conséquences de l'incertitude, mais parce que nous voulons les embrasser. L'incertitude en question ne sera pas un accident de notre situation — elle sera entièrement délibérée. Nous voulons inciter les autres à s'engager dans un comportement économique dont le résultat est incertain, au prix d'opportunité d'un comportement qui est vraisemblablement beaucoup plus certain. En effet, nous achetons l'incertitude avec la certitude.

Plus précisément, nous créons du capital. Le capital n'est pas seulement des outils complexes, ni l'argent utilisé pour motiver leur création, mais pourrait être considéré comme la mesure dans laquelle les deux sont fluides. Je crois qu'Hernando de Soto a de loin la meilleure appréciation de la véritable subtilité du concept, d'après son brillant Le Mystère du capital :  "Le capital n'est pas le stock accumulé d'actifs mais le potentiel qu'il détient pour déployer une nouvelle production. Ce potentiel est, bien entendu, abstrait. Il doit être traité et fixé sous une forme tangible avant que nous puissions le publier." Plus tard, il ajoute : "Le capital, comme l'énergie, est aussi une valeur dormante. Pour lui donner vie, nous devons aller au-delà de regarder nos atouts tels qu'ils sont pour y penser activement tels qu'ils pourraient être. Cela nécessite un processus pour fixer le potentiel économique d'un actif sous une forme qui peut être utilisée pour lancer une production supplémentaire."

De Soto se concentre sur l'importance sociologique des droits de propriété dans la mise en place d'un tel processus. Pour nos besoins, nous pouvons être un peu plus abstraits et voir le point ultime des droits de propriété et le rôle qu'ils jouent comme fournissant une certitude de pertinence économique qui peut être mesurée avec de l'argent et négociée contre l'incertitude que nous voulons exploiter. L'argent fournit un moyen de motiver à embrasser le risque du coût d'opportunité en temps et en énergie d'explorer le potentiel de nos actifs dans l'espoir de réaliser une production encore plus grande. L'argent hautement certain et les outils complexes hautement incertains sont tous deux des capitaux dans la mesure où ils peuvent être échangés de manière transparente.

L'émergence du capital a au moins trois effets notables. Premièrement, plus nous parvenons à créer de capital - le processus est risqué, rappelez-vous, et nous ne pouvons pas garantir que nous en créerons - plus nous sommes susceptibles de devenir individuellement spécialisés, ce qui signifie que moins notre compréhension de l'offre et de la demande s'étend utilement au-delà notre propre situation et dans l'avenir. Deuxièmement, plus nous essayons simplement de créer du capital, plus nous invitons directement l'incertitude dans le réseau. Troisièmement, la possibilité de créer du capital à l'avenir plutôt que de simplement différer la consommation signifie que l'incertitude contre laquelle nous voulons nous protéger avec de l'argent n'implique pas nécessairement un risque mais également une opportunité.

Que la création de capital soit plus ou moins dépendante de la créativité humaine signifie que la possibilité de participer à la création de capital peut se présenter à tout moment ; vouloir s'assurer que nous sommes en mesure de le faire si ou quand l'occasion se présente augmente encore l'utilité de l'argent, ce qui, bien sûr, permet davantage la création de capital. Pour ces trois raisons, l'incertitude économique fondamentale augmentera. L'argent, ayant permis l'émergence du capital, devient donc d'autant plus utile que le capital prolifère.

L'argent émerge de l'incertitude, le capital émerge de l'argent et l'incertitude émerge du capital. Heureusement, ce cycle tient dans la mesure où le temps et l'énergie deviennent de plus en plus précieux. Si l'argent est utile dans la mesure où il nous permet d'échanger du temps et de l'énergie avec le réseau à un moment donné, sachant qu'à tout moment futur, nous pouvons recevoir la même proportion, alors nous devrions vouloir la même proportion à l'avenir. Si l'argent est réellement utile, ce « même » en temps et en énergie sera plus, meilleur, ou les deux, en « valeur ».

Une monnaie donnée peut avoir des qualités qui la prêtent à une formation de capital plus ou moins durable. Cela fournit une autre piste, plus oblique, pour juger de son utilité : dans quelle mesure la prolifération du capital qui se forme avec cet argent à sa base est-elle durable ? Si la monnaie a des caractéristiques qui, pour une raison quelconque, sont comprises comme encourageant les réactions à l'incertitude économique avec une prise de risque imprudente ou destructrice de valeur nette, cela sape l'utilité de toute certitude implicitement garantie en premier lieu. C'est une raison de croire que le réseau économique qu'il dessert générera, avec le temps, moins, pire, ou les deux.

Cette incertitude a un tel rôle causal clé montre que le réseau créé par l'argent est beaucoup plus complexe que les types auxquels nous sommes normalement habitués, et que ses «effets de réseau» sont également beaucoup plus nuancés. Lorsque vous utilisez Facebook, Twitter, Telegram, le courrier électronique ou autre, vous comprenez la nature de votre relation avec le réseau. Cela facilite votre conversation avec qui vous voulez parler. Au-delà de cela, vous ne vous souciez pas vraiment de la façon dont cela fonctionne, et cela ne vous affecte pas vraiment. Mais avec l'argent, non seulement les mécanismes du réseau affectent intimement votre interaction avec lui, mais vous ne pouvez pas savoir comment cela fonctionne. Tout autour de vous, les acteurs du réseau embrassent des incertitudes que vous ne comprenez pas pour que vous n'ayez pas à le faire. Nous sommes de retour dans The Triangle Game. La façon dont cela vous affecte est déterminée par la façon dont tout le monde se comporte, avec tout le monde dans la même position insoluble. Dans Money, Blockchains, and Social Scalability, Nick Szabo explique le concept titulaire d'évolutivité sociale comme suit :

"la capacité d'une institution - une relation ou une entreprise partagée, à laquelle plusieurs personnes participent de manière répétée, et comportant des coutumes, des règles ou d'autres caractéristiques qui contraignent ou motivent les comportements des participants - à surmonter les lacunes de l'esprit humain et dans la motivation ou la contrainte aspects de ladite institution qui limitent qui ou combien peuvent participer avec succès. L'évolutivité sociale concerne la manière et la mesure dans laquelle les participants peuvent penser et répondre aux institutions et aux autres participants à mesure que la variété et le nombre de participants dans ces institutions ou relations augmentent."

L'argent fournit un moyen clair et stable pour les participants au réseau d'échange économique de réfléchir et de réagir à leur situation, précisément comme la formation de capital découle de la variété et du nombre croissant de participants. Cette croissance crée une incertitude fondamentale qui dépasse la capacité cognitive des individus humains à saisir et donc à répondre directement. Alors que des réseaux plus simples créent de la valeur pour leurs utilisateurs en permettant des canaux de communication qui auraient probablement été trop coûteux à établir autrement, l'argent permet des canaux de communication qui ne pourraient pas être compris autrement.

Si, comme dans un réseau social, nous savions à qui nous avons affaire dans l'échange économique, nous pourrions peut-être fonder cette communication sur le support plus simple de la confiance que sur celui de l'argent. Mais comme nous ne le faisons généralement pas, l'évolutivité sociale spécifique conférée par l'argent permet ce que Szabo appelle la "minimisation de la confiance" ou "la réduction de la vulnérabilité des participants les uns aux autres et au potentiel de comportement nuisible des étrangers et des intermédiaires", ajoutant :

" La plupart des institutions qui ont subi une longue évolution culturelle, comme la loi (qui réduit la vulnérabilité à la violence, au vol et à la fraude), ainsi que les technologies de sécurité, réduisent, tout compte fait, et de plusieurs manières que l'inverse, nos vulnérabilités à , et donc nos besoins de confiance, nos semblables, par rapport à nos vulnérabilités avant que ces institutions et technologies n'évoluent."

Étant donné que l'argent comble le manque de confiance probable que nous avons avec nos homologues économiques directs et le certain manque de confiance que nous avons avec l'intégralité d'un réseau économique, il est crucial que nous fassions confiance à l'argent lui-même. Une monnaie qui fonctionne « réduit les vulnérabilités envers, et donc notre besoin de faire confiance, à nos semblables ».

Ce à quoi il ressemblerait s'il semblait qu'une nouvelle monnaie émergeait serait probablement l'accent mis par ses partisans sur les qualités du capital qui sont totalement absentes de la théorie sémantique. Dans la théorie sémantique, l'argent ne change pas dans un sens qui mérite d'être médité, et donc la formation de capital se produit comme cela se produit. Dans le monde réel, le fonctionnement de l'argent peut devenir plus ou moins fiable, l'incertitude peut devenir plus ou moins dangereuse et la formation de capital peut devenir plus ou moins saine. Un nouvel argent serait beaucoup plus susceptible d'émerger s'il semblait que toutes ces caractéristiques de l'opérateur historique empiraient de plus en plus. Si le nouvel argent était open source et programmable, cela ne nuirait certainement pas non plus à ses chances…

À quoi cela ressemblerait-il…

photo par Jason Blackeye, via Unsplash

À quoi cela ressemblerait-il s'il semblait qu'un nouvel argent émergeait? Cela dépendrait des mérites relatifs du challenger et du titulaire, mais aussi de la façon dont les perceptions de ces mérites se propagent, dont les perceptions de ces perceptions se propagent, etc. Comme le coût d'opportunité est absolu, l'argent du challenger ne peut pas simplement être touché, comme un nouveau réseau social, mais doit être sincèrement cru. L’émergence du challenger peut donc dépendre pendant un temps de la façon dont les individus du réseau pensent l’argent lui-même…

Un adepte de la théorie sémantique rejetterait le challenger du revers de la main. S'il n'agit pas comme un moyen d'échange et une unité de compte, il n'acquerra jamais les effets de réseau pour le faire, ce qui signifie qu'il ne stockera pas non plus de valeur et qu'il ne peut pas s'agir d'argent. CQFD.

Mais un observateur plus sophistiqué pourrait être moins intéressé par les définitions et se pencher sur les circonstances de la concurrence entre les deux dans la vie réelle. Elle réaliserait que l'argent a de la valeur sur la base de l'incertitude économique, et que plus l'incertitude autour de son fonctionnement est grande, moins il devient utile ; que l'exigence de certitude qu'il satisfait réciproquement signifie que sa valeur découle principalement de l'utilité perçue en échange dans le futur plutôt que dans le présent ; qu'il devrait soutenir une formation de capital saine et stable et que son mécanisme devrait capter de manière fiable la véritable rareté sans dilution.

Quant à l'opérateur historique, elle pourrait craindre que son mécanisme hautement dilutif ne soit pas du tout fiable ; que la formation de capital qu'il soutient est toxique et instable ; que son fonctionnement global est très incertain et que, à mesure que cette perception semble se répandre, son utilité à long terme et la taille de son réseau sont de plus en plus sérieusement remises en question. Elle pourrait raisonner que, comme l'espéranto, sa conception élaborée peut le rendre agréable à ses concepteurs mais fragile et encombré dans le monde réel, alors que les langues naturelles et les monnaies naturelles émergent et évoluent pour répondre à une demande décentralisée. Ils conviennent à une réalité grossière, pas à une sémantique propre. Le fait que ces concepteurs semblent n'avoir aucune idée de l'importance du temps, de l'incertitude, des connaissances et du capital pour l'argent pourrait la rendre encore plus nerveuse quant à la qualité probable de leur conception.

Mais quelle que soit sa propre appréciation des mérites, notre observateur ne peut échapper au fait qu'elle devra également anticiper la réalisation des mérites des autres, et leur appréciation de la réalisation des mérites des autres, et ainsi de suite. Le succès de l'argent du challenger sera précisément soumis à l'incertitude qui génère son utilité potentielle. Ce n'est pas seulement un compromis dans l'esprit des acteurs économiques, mais une source probable d'instabilité dynamique. Comme pour tout bien, nous pouvons saisir notre propre demande et offre pour l'argent du challenger en ce moment, mais nous ne pouvons avoir qu'une appréciation limitée des évaluations des autres, la nôtre dans le futur, et celle des autres, et cette appréciation diminue le plus éloignés de nous, ils sont dans les circonstances et dans le temps. Au fur et à mesure que nous agirons sur cette évaluation, cette décision aura des effets qui se répercuteront de manière imprévisible sur l'ensemble du réseau, de manière inégale dans le temps. Nous sommes peut-être conscients de la dynamique du réseau dans notre petite localité, mais nous ne pouvons avoir aucune idée des conséquences de nos actions sur la dynamique du réseau dans son ensemble.

Tout cela pour dire que s'il semblait qu'une nouvelle monnaie émergeait, elle semblerait probablement extrêmement volatile, irrationnelle et imprévisible. Du point de vue de n'importe quel individu, ce serait le cas. Mais nous rejouons au jeu du triangle : le point de vue de l'individu ne nous dit rien. Cela nous dit peut-être moins que rien car cela peut sembler informatif comme un instantané de la dynamique du réseau dans son ensemble. Il peut sembler que cette volatilité, cette irrationalité et cette imprévisibilité détruisent l'utilité du challenger en tant qu'argent. Mais sa perception individuelle est sans rapport avec l'ensemble. Si un individu agit dessus, cela affecte l'ensemble de manière volatile, irrationnelle et imprévisible, et revient en boucle pour affecter sa perception ultérieure.

S'il semblait qu'un nouvel argent émergeait, je propose qu'il semblerait plus qu'il suivait un récit évolutif et désordonné que d'obéir à une équation fixe et propre. Ce serait lent, et ce serait sporadique.

Ce ne serait pas l'exponentielle lisse d'un nouveau réseau social en vogue, car la nature de ses «effets de réseau» serait franchement beaucoup plus complexe. Ce serait, en substance, la propagation erratique et en constante évolution d'une croyance contraire à la nature de l'argent lui-même. À court terme, ce serait un gâchis (littéralement) chaotique, mais à long terme, cela tendrait vers les mérites de la croyance.

Dans la deuxième partie de cette série,La mine à Ciel Ouvert du Capital Financier, j'évaluerai les titulaires contemporains, et dans la troisième partie, Bitcoin est Venise, j'évaluerai le challenger. Mais pour l'instant, je conclurai en disant que s'il semblait que l'argent mondial, numérique, sonore, open source et programmable monétisait à partir de zéro absolu, je suppose que cela ressemblerait beaucoup à ceci…


Cet article a été écrit par Allen Farrington avec des contributions de Sacha Meyers, Nic Carter, Pierre Rochard, et Robert Breedlove.