Bitcoin est Venise

Rhapsodie sur un thème de Nakamoto | Allen Farrington

Bitcoin est Venise

Autor: Allen Farrington | Date d'Origine: 13/02/21 | Traduit par: Sovereign Monk | Lien

PAS DE CONSEILS FINANCIERS. FAITES VOTRE PROPRE RECHERCHE.

La vue d'ensemble monumentale de Quentin Skinner sur le développement de la philosophie politique moderne, Le Fondement de la Politique Moderne, commence par les lignes suivantes,

« Dès le milieu du XIIe siècle, l'historien allemand Otto de Freising reconnaissait qu'une forme nouvelle et remarquable d'organisation sociale et politique était apparue dans le nord de l'Italie. Une particularité qu'il nota était que la société italienne avait apparemment cessé d'être de caractère féodal.

Alors que la préoccupation de Skinner est la philosophie politique et non l'histoire économique, il est assez facile d'identifier que ces changements sociaux ont été rendus possibles par une forme naissante de capitalisme. Comme le commentait le grand médiéviste Henri Pirenne sur l'époque et la région dans ses Cités Médiévales,

" La Lombardie, où de Venise à l'est et de Pise et Gênes à l'ouest tous les mouvements commerciaux de la Méditerranée coulaient et se confondaient en un seul, prospérait avec une exubérance extraordinaire. Dans la plaine merveilleuse, les villes fleurissaient avec la même vigueur que les moissons. La fertilité du sol leur rendait possible une expansion illimitée, et en même temps la facilité d'accès aux marchés favorisait à la fois l'importation des matières premières et l'exportation des produits manufacturés. Là, le commerce donna naissance à l'industrie, et à mesure qu'il se développa, Bergame, Crémone, Lodi, Vérone, et toutes les vieilles villes, toutes les vieilles municipes romaines, prirent une vie nouvelle, bien plus vigoureuse que celle qui les avait animées dans l'antiquité. "

Pirenne a ajouté que l'essor de ces villes, fondé sur l'expansion commerciale et industrielle,

"a fortement stimulé le progrès social. Elle n'a pas moins contribué à répandre dans le monde une nouvelle conception du travail. Avant cela, il avait été serf ; maintenant elle devenait libre, et les conséquences de ce fait, sur lesquelles nous reviendrons, étaient incalculables. Ajoutons enfin que le renouveau économique dont le XIIe siècle a vu l'épanouissement a révélé la puissance du capital, et on en aura dit assez pour montrer qu'il est possible qu'aucune période de toute l'histoire n'ait eu un effet plus profond sur l'humanité."

Et ne le sauriez-vous pas, mais le féodalisme semble faire son grand retour. Joel Kotkin présente son tract concis, L'avènement du Néo-féodalisme, anticipant cette réémergence :

"Bien sûr, ce sera différent cette fois-ci : nous ne verrons pas de chevaliers en armure étincelante, ni de vassaux rendant hommage à leurs seigneurs, ni une puissante Église catholique appliquant l'orthodoxie régnante. Ce que nous voyons, c'est une nouvelle forme d'aristocratie se développer aux États-Unis et au-delà, alors que la richesse de notre économie postindustrielle tend à être de plus en plus concentrée entre de moins en moins de mains. Les sociétés sont de plus en plus stratifiées, avec des chances décroissantes de mobilité ascendante pour la plupart de la population. Une classe de leaders d'opinion et de faiseurs d'opinion, que j'appelle la « clérisie », fournit un soutien intellectuel à la hiérarchie émergente. Alors que les possibilités de mobilité ascendante diminuent, le modèle du capitalisme libéral perd de son attrait dans le monde entier et de nouvelles doctrines émergent à sa place, y compris celles qui soutiennent une sorte de néo-féodalisme."

Pas toutes, mais certainement certaines, de ces afflictions peuvent facilement être attribuées à l'exploitation à ciel ouvert normalisée du capital dans la poursuite d'une «croissance» toujours plus efficace que j'ai décrite dans la deuxième partie de cette série, La mine à Ciel Ouvert du Capital Financier. Ceux qui ne possèdent pas d'actifs durables ont de plus en plus tendance à se noyer dans des dettes auxquelles ils n'échapperont jamais de façon réaliste, incapables d'épargner sauf par la spéculation et incapables de se permettre l'inflation du coût essentiel de la vie qui n'existe pas officiellement. Ce qui équivaut à un message "officiel", c'est que des gens comme Christine Lagarde (alors présidente du FMI et maintenant de la BCE) pensent que "nous devrions être plus heureux d'avoir un emploi que d'avoir notre épargne protégée". Forum projetant que, d'ici 2030, "vous ne posséderez rien, mais vous serez heureux". Vous utiliserez des choses que quelqu'un possède, attention. Mais ce quelqu'un ne sera pas vous.

Si nous devions croire que ces gens pensent réellement ce qu'ils disent, et que l'extraction à ciel ouvert du capital ne va pas s'arrêter - en fait, qu'elle ne peut pas s'arrêter - nous pourrions être tout aussi enclins qu'Otto de Freising à rechercher des germes de civilisation qui parviennent à avancer au-delà de notre féodalité relancé. Il peut y avoir diverses raisons pour lesquelles différents groupes évitent cet état. Je pense que, pour certains, la raison en sera le Bitcoin.

Qu'est-ce que cela signifie? Je suis sûr que cela semble hyperbolique pour la plupart, voire carrément ridicule, mais c'est en fait assez prosaïque. Cela signifie que les unités sociales qui choisissent volontairement de liquider leurs positions dans des prêts toxiques autoréférentiellement mal évalués en faveur d'une monnaie mondiale, numérique, saine, open source et programmable seront en mesure d'accumuler des capitaux orientés à long terme à un taux disproportionné pour ceux qui n'en ont pas. Ils auront une base économique supérieure à partir de laquelle construire des institutions sociales et politiques saines, qui contrasteront avec celles laissées pour compte comme la Venise médiévale l'a fait pour les vestiges de l'Empire d'Occident. Cela pourrait être vrai à n'importe quelle échelle.

Il peut s'agir d'un individu, d'une famille, d'un groupe d'amis, d'un quartier, d'une entreprise, d'une ville, d'une industrie, d'un pays ou du monde entier. Nous devrons attendre et voir.

Bien sûr, cela pourrait être personne. Cela pourrait échouer complètement. Je dis cela principalement pour me prémunir contre les accusations de foi aveugle, de manie spéculative et de manque de sérieux fondamental. Mais je ne le dis pas pour feindre la sophistication intellectuelle avec une clôture post-hoc infalsifiable. Comme si cela n'était pas déjà tout à fait clair, je suis très heureux d'avoir déclaré publiquement qu'il est extrêmement probable que Bitcoin réussira. Et donc, bien qu'il y ait de bonnes raisons pour lesquelles cela pourrait échouer, "c'est stupide" et "je n'aime pas ça" n'en font pas partie. Afin d'articuler raisonnablement les raisons pour lesquelles cela pourrait échouer, vous devez d'abord le comprendre. La plupart ne le font pas. Comme je l'ai expliqué dans la première partie de cette série, L'argent de Wittgenstein, la plupart ne savent même pas ce qu'ils regardent. Ils ne le feront probablement pas non plus de sitôt car ils ne veulent pas le voir. Comme pourrait le dire le philosophe des sciences Norwood Russell Hanson, leur perception est chargée de théorie. De plus, leurs théories sont fausses. Oups.

Et donc, dans l'esprit d'une indignation aussi colorée que "c'est une chaîne de Ponzi !", "c'est un gaspillage d'énergie !" et "c'est soutenu par rien !", je terminerai cette trilogie avec ma propre série de métaphores scandaleuses pour essayer d'aider les gens à comprendre ce qui se passe réellement en ce moment, et pourquoi les choses semblent exactement comme elles le devraient.

Tellement scandaleux qu'ils pourraient juste être exacts…

Bitcoin est Ariane

Quiconque accumulait de grandes richesses tout en restant indépendant des structures de commandement militaro-politiques était confronté au problème de la sauvegarde de ce qu'il avait gagné. A moins qu'un marchand ne puisse compter sur la protection d'un redoutable homme de pouvoir, rien n'empêchait les potentats locaux de s'emparer de ses biens chaque fois que ses biens venaient à leur portée. Obtenir une protection efficace risquait d'être coûteux — si coûteux qu'il empêcherait l'accumulation à grande échelle de capitaux privés.
-William McNeill

Le bitcoin est souvent présenté comme « en concurrence » avec la monnaie fiduciaire. C'est vrai dans un sens, mais je crains qu'il y ait un danger rhétorique à invoquer le mauvais type de « concurrence ». Ce n'est pas un combat, par exemple. Il n'y a pas de conflit. Bitcoin n'essaie pas d'endommager ou de saboter ses adversaires, car il n'essaie rien et il ne connaît pas d'adversaires. Il n'a aucune idée de qui pourrait s'opposer à lui ni pourquoi. C'est simplement une alternative; une soupape de sortie; un opt-out. Il n'est concurrent que dans la mesure où il s'avère être une alternative de loin supérieure. Ce n'est pas une épée pour Thésée pour combattre le Minotaure, mais un fil à suivre pour sortir du labyrinthe. Bitcoin est Ariane.

Il sera extrêmement utile de normaliser cette rhétorique au milieu du chœur probablement croissant d'opposition désespérée de salir Bitcoin comme étant intrinsèquement néfaste, voire hostile. Les opposants doivent être forcés d'expliquer ce qui ne va pas avec les gens qui interagissent librement, et pourquoi la vraie bonté ne peut découler que de la coercition, dans leur compréhension. Ceux qui ont trouvé une issue à l'insupportable labyrinthe de l'extraction à ciel ouvert ne devraient-ils pas la prendre ? Que doivent-ils au Minotaure ?

Quelqu'un croit-il vraiment que, après avoir pleinement compris le choix auquel il est confronté, tout individu choisirait d'épargner dans un prêt toxique auto-référentiel mal évalué plutôt que dans un actif au porteur numérique dont la validité est prouvée ? Ou, plus simplement encore, qu'ils penseront qu'il est moins logique de détenir de l'argent qui est un actif pur que de l'argent qui est littéralement défini comme un passif ? Pourquoi ne pas opter pour un système financier fondé sur une vérifiabilité sans confiance plutôt que sur une confiance invérifiable ?

Des menaces de violence, peut-être ? Après tout, la seule façon de "saisir" des bitcoins correctement sécurisés est la torture. Dans The Pursuit of Power, l'historien William McNeill interprète les efforts déployés au début de l'Europe moderne pour industrialiser et standardiser les armes et les exercices militaires comme ayant pour effet que "l'ampleur et la contrôlabilité de la violence organisée par dollar d'impôt ont augmenté de manière spectaculaire". Il semble raisonnable de suggérer le potentiel d'une chute tout aussi spectaculaire de ces retours ces derniers temps, comme les procureurs allemands et Reuters l'ont récemment découvert :

ou peut-être qu'ils ne l'ont pas découvert, mais l'ont quand même tweeté. qui sait …

Cela vaut la peine de travailler dans l'optique de toute décision de s'engager avec Bitcoin d'une manière vraiment hostile, car cela arrive certainement. McNeill nous rappelle que, même il y a environ sept cents ans, "la rupture des schémas de conduite établis semble toujours déplorable à la majorité de ceux qui en sont témoins". Je n'ai en aucun cas une vision utopique à ce sujet - c'est plutôt une sorte de rite de passage intellectuel pour accepter l'utilité non nulle de la paranoïa dystopique. Bitcoin sera interdit, plusieurs fois, dans de nombreux endroits. Mais une interdiction est un aveu ouvert d'échec pratique et moral et est sans doute la meilleure publicité de toutes. Une interdiction est le mur de Berlin; des fragments de toute interdiction deviendront un jour des souvenirs de la folie et de la cruauté de la répression. Bitcoin n'oblige personne à rester. Ils viennent, puis ils restent, parce qu'ils le veulent — parce que c'est à la fois pratiquement et moralement supérieur.

Comme pour Berlin-Est et Berlin-Ouest, il vaut également la peine de travailler sur les répercussions probables sur la société dans son ensemble de la différence fondamentale de valorisation et de consécration de l'interaction volontaire. Oui, Bitcoin a des mécanismes différents - j'y reviendrai plus loin - mais de ces mécanismes suivent des comportements différents ; de ces comportements, différentes cultures ; de ces cultures… qui sait ?

Je ne prétends pas le savoir, mais je peux proposer quelques idées. Premièrement, nous ne sommes absolument pas préparés aux implications sociétales de rendre la plupart des richesses et une grande partie du capital entièrement mobiles. Nous avançons dans cette direction depuis des décennies alors que les logiciels ont dévoré le monde, comme l'a si bien dit Marc Andreessen, joueur de baseball professionnel. Le texte d'Andreessen reste probablement le traité le plus important sur la finance écrit au cours de ce siècle, et pourtant beaucoup dans la finance ne l'ont pas lu, et beaucoup pensent qu'il ne s'agit pas de finance mais de technologie. Il ne s'agit que de tech dans la mesure où par "tech" vous entendez "software", par "software" vous entendez "tout", et par "tout" vous entendez "finance". Donc, vous avez raison, mais d'au moins trois manières différentes. Peut-être plus.

Mon abstraction philosophique préférée de l'argument d'Andreessen serait quelque chose comme la suivante : le logiciel est un capital productif dont les ingrédients bruts sont des pensées humaines cohérentes. Cela a recréé l'ouvrier qualifié-entrepreneur indépendant comme une classe d'agents économiques dont la capacité de création de capital est humaine et non financière. Cette classe a sans doute été minimisée dans le paysage économique dans son ensemble depuis que la révolution industrielle a transformé le modèle vénitien du capitalisme en son stade successeur beaucoup plus complexe dépendant de l'organisation et de la direction du travail autour du capital immobile. Ces agents ont un vaste pouvoir de négociation sur les capitalistes financiers, qu'ils ont tendance à exercer actuellement en exigeant l'équité. Mais notez que la participation au capital fonde la création de capital dans le système financier existant. Ce pouvoir n'était que tourné vers l'avenir - ces travailleurs pouvaient négocier et créer une richesse mobile qu'ils n'avaient pas encore créée.

Mais Bitcoin a rompu le lien final. Beaucoup plus de capital est, en théorie, désormais mobile car il n'a plus besoin d'être amarré à un système financier donné. Par « tout », nous n'avons pas besoin de dire « finance », mais nous pouvons en fait signifier « tout », d'autant plus qu'une doublure argentée du cauchemar des verrouillages semble avoir normalisé le travail du savoir à peu près partout où les travailleurs le souhaitent plutôt qu'une poignée d'invivables. métropoles. Kotkin déplore que,

"Plutôt qu'une base de mobilité ascendante, les grandes villes sont largement devenues des pôles d'attraction pour ceux qui sont déjà aisés. Peu de familles de la classe ouvrière ou de la classe moyenne peuvent désormais se permettre de déménager dans des endroits comme Paris, Londres, Tokyo, New York, San Francisco. De nombreux anciens résidents, comme la classe moyenne noire de Chicago, sont partis construire leur avenir ailleurs. Beaucoup de ceux qui travaillent encore dans ces villes sont obligés de faire des trajets insupportablement longs. À mesure que la classe moyenne diminue, elle laisse derrière elle une population urbaine marginale qui dépend de la ville pour sa subsistance mais peut souvent à peine s'en sortir."

Mais probablement plus. Et bien sûr, partout où ce capital-travail hautement qualifié et nouvellement mobile se rassemble, toutes les autres formes de travail seront également viables - cela ne doit pas être compris au niveau de la surface comme une prédiction élitiste, mais plutôt comme des petits pas vers la faisabilité. localisme, enfin.

Le capital physique compte toujours, c'est clair. Le capital culturel aussi. Ceux-ci sont si évidents qu'il est étrange d'avoir besoin de le souligner. Mais ceux qui sont en mesure d'extraire des rentes de protection sur le capital physique, probablement avec l'attrait du capital culturel, devront s'adapter à cette nouvelle réalité. Les bâtons sont sortis, les carottes sont dedans. Qu'allez-vous faire à ce sujet ? Construire un mur ? Bonne chance avec ça.

Dans le remarquable essai Conséquences économiques de la violence organisée, l'historien Frederic Lane souligne l'importance de la concurrence souveraine dans l'utilisation et le contrôle de la violence à une époque où le capital est plus mobile que celui auquel nous sommes habitués aujourd'hui :

"Si tout le tribut servait à une consommation ostentatoire, terme qui semble particulièrement approprié à la cour d'un prince de l'ancien régime, la croissance était freinée par le manque d'investissement. Les marchands qui ont obtenu des rentes de protection du commerce international et de la colonisation, bien qu'ils ne soient pas entièrement discrets dans leur consommation, avaient probablement une propension plus faible à consommer. Si c'est le cas, des bénéfices plus faibles pour les gouvernements et des bénéfices plus élevés pour les entreprises commerciales signifiaient plus d'accumulation de capital et plus de croissance."

McNeill observe de même qu'à la suite de la montée en puissance au XIe siècle de l'activité commerciale privée vénitienne et génoise en Méditerranée,

"Les dirigeants des sociétés de commandement à l'ancienne étaient tout simplement incapables de dominer le comportement aussi complètement qu'auparavant. Les colporteurs et les marchands se rendaient utiles aux gouvernants comme aux sujets et pouvaient désormais se protéger contre les impôts et les vols en trouvant refuge dans l'un ou l'autre port d'escale le long de la route des caravanes et des voies maritimes, où les dirigeants locaux avaient appris à ne pas surtaxer le commerce sur lequel leurs le revenu et le pouvoir en étaient venus à dépendre."

Nous revenons peut-être à une telle dynamique, avec la nature sauvage d'Internet comme successeur spirituel de la haute mer.

Mais à quoi ressemble la finance dans une telle société ? Il ne s'ensuit certainement pas de ce qui précède que la finance disparaît. Certes, cela change juste - mais à quoi? Je pense qu'il y a deux volets de réponses utiles. Le premier est programmable, qui, de par sa nature, est imprévisible sauf par son potentiel. Les analogies avec les débuts du Web sont clichées, mais avec une parfaite raison. Avec un accès ouvert et une interface programmable, qui sait ce qui sera inventé ? Qui sait à quelle vitesse les inventions seront itérées et combinées ? La seconde est islamique.

Bitcoin est Halal

photo par Abdullah Faraz, via Unsplash
"Un individu peut être arrêté pour avoir "fabriqué" de l'argent dans sa propre maison, mais le système bancaire commercial bénéficie de la pleine protection de la loi pour faire ce qui revient au même. Il n'y a pas de justice là-dedans… Il y a ceux qui disent que nous devons développer une alternative islamique à la banque commerciale moderne. Mais pourquoi devons-nous le faire ? L'alternative islamique à l'industrie de la cigarette n'est pas une industrie de la cigarette, et si nous restions fidèles à nos principes, nous pourrions réaliser que l'alternative islamique à la banque commerciale n'est pas une banque commerciale."
- Tarek El Diwany

Que Bitcoin puisse potentiellement être considéré comme concordant avec les enseignements de la finance islamique est une idée que je dois à une conversation avec Saifedean Ammous. Ce que nous entendons par là est à peu près le suivant : comme le Bitcoin est un actif numérique au porteur et non un titre de créance, son état naturel de garde en toute sécurité se situe en dehors des institutions financières. De plus, sans la possibilité de frapper de nouveaux Bitcoins au fur et à mesure que cela est politiquement pratique, l'assurance-dépôts est impossible et l'octroi de prêts nécessite la fourniture préalable de capitaux liquides. Par conséquent, les intermédiaires potentiels ne seraient pas en mesure de garantir la protection des investisseurs contre les pertes résultant des activités du débiteur.

En combinaison, il devient comparativement beaucoup moins probable que les contributeurs de capital acceptent une hausse fixe et une baisse illimitée, en particulier compte tenu de la quasi-certitude de la déflation plutôt que de la norme contemporaine d'inflation qui doit être poursuivie avec force avec une appréciation du capital à faible volatilité. Les déposants potentiels épargneront unilatéralement ou exigeront le partage des capitaux propres, pour la plupart. L'offre se contractera et des pans entiers de la demande d'effet de levier seront exclus du marché, quel qu'il soit.

Ce qui reste de la banque interpersonnelle et non programmatique ressemblera probablement beaucoup aux interdictions de la finance islamique, avec un rôle considérablement réduit pour la dette et une focalisation sur le partage des risques plutôt que sur le transfert des risques. Le bitcoin est halal.

Pour être clair, le raisonnement qui arrive à ce résultat est tout à fait différent. Dans l'Islam, les intérêts sur la dette monétaire (riba, الربا) sont illégaux (haram, حرام) pour des raisons éthiques alors que je suggère qu'il est peu probable qu'ils apparaissent dans une grande mesure dans une norme Bitcoin pour des raisons purement économiques étant donné que les risques seront (enfin !) être correctement évalué, donc peut être légitimement partagé plutôt que transféré de manière malhonnête. Même encore, le comportement qui en résulte a une ressemblance éthique claire avec les normes culturelles de la communauté Bitcoin, centrées avant tout sur une faible préférence temporelle. Considérez l'exhortation du savant islamiste Abul Alā Mawdūdī (ابو الاعلی مودودی) selon laquelle,

"Il incombe à chaque membre de la communauté musulmane de vivre selon ses moyens. Il lui est interdit de laisser ses dépenses dépasser ses revenus, l'obligeant ainsi à tendre la main aux autres afin de soutenir son extravagance, à utiliser des moyens déloyaux pour s'emparer de la richesse d'autrui ou à s'endetter envers autrui pour l'aider à financer ses besoins sans fin et, en consommant ses ressources pour éponger sa dette, finira par rejoindre les rangs des indigents."

Et même si nous contestons l'objection éthique sous-jacente, d'autres similitudes d'attitude à un niveau supérieur sont facilement visibles. Nous pourrions penser, par exemple, que même dans une norme Bitcoin, il y aura toujours une offre et une demande volontaires de capital à risque portant intérêt ; pourquoi alors empêcher l'échange consensuel ? La réponse islamique repose sur la caractéristique haram de ce qui est considéré comme de la « spéculation » ; compte tenu de l'incertitude inhérente à l'entrepreneuriat, l'engagement de payer des intérêts sur le financement par emprunt monétaire est inévitablement frauduleux étant donné que le débiteur ne sait pas et ne peut pas vraiment savoir qu'il peut faire face à ses obligations. Seules les participations pari passu sont justes et honnêtes et, en outre, n'introduisent aucune disharmonie d'incitations ou de perspectives entre les fournisseurs de capitaux. Une fois de plus, nous pouvons différer dans notre compréhension de l'éthique de tels contrats, mais le calcul de Mawdūdī des conséquences de la prolifération de telles « spéculations » a un attrait évident :

"En raison de l'absence d'une relation raisonnable et saine de coopération participative entre le capitaliste [créancier] et l'entrepreneur [débiteur], l'économie mondiale souffre énormément et fait face à des hauts et des bas alternatifs qui affectent négativement la santé économique mondiale. La mainmise du capitaliste avait contribué à renforcer l'esprit de spéculation et de frappe monétaire par le biais des intérêts. cela a naturellement empoisonné la relation bilatérale entre le capital et l'entreprise, et la hausse et la baisse des taux d'intérêt se font maintenant de manière à maintenir toujours en danger la santé économique du monde entier."

En remplaçant simplement "toute dette" par "l'argent en tant que dette" et en traçant de la même manière les conséquences, les Bitcoiners seraient probablement entièrement d'accord. L'économiste et éminent spécialiste de la finance islamique Mohammad Siddiqi fait sèchement ce lien dans Une vision pour l'avenir de l'économie islamique, notant que "presque tout l'argent en circulation est une dette portant intérêt transférant la richesse des utilisateurs des fonds aux propriétaires du capital. Il n'est pas techniquement nécessaire que les moyens de paiement de la société jouent ce rôle. Dans Le problème des Intérêts, Tarek El Diwany fait un point étonnamment similaire au mien dans La mine à Ciel Ouvert du Capitale Financier, d'autant plus remarquablement à partir d'une base entièrement différente, à savoir que «des rivières polluées, des décharges purulentes et des mers appauvries en ressources peuvent être juste le premier versement du prix qui est payé pour participer à une course avec intérêt composé.

Dans une certaine mesure, croyez-le ou non, le FMI semble également d'accord. Dans un document de 2010 intitulé The "Effets de la crise mondiale sur les banques islamiques et conventionnelles : une étude comparative", Maher Hasan et Jemma Dridi concluent que les opérations des banques islamiques basées sur les actifs, plutôt que sur la dette, "rendent leurs activités plus étroitement liés à l'économie réelle et tendent à réduire leur contribution aux excès et aux bulles ». Le document inclut également l'explication pince-sans-rire involontairement hilarante qui,

"La nature de partage des bénéfices/pertes des dépôts d'investissement fournit aux banques islamiques un tampon supplémentaire. Cependant, cette caractéristique n'a pas été testée pendant la crise étant donné que la plupart des banques sont restées rentables. De plus, dans le contexte de la crise et compte tenu de la politique monétaire accommodante dans la plupart des pays, cette caractéristique est susceptible de désavantager la rentabilité des banques islamiques par rapport aux banques conventionnelles."

Les analogues les plus proches des « prêts » tels que nous pourrions les penser sont le qard al-hasan (قرض الحسن), un simple prêt sans intérêt et bénévole, et le sukuk (صكوك), une sorte d'investissement en capital mis en commun à durée déterminée - curieusement plus comme la colleganza vénitienne que n'importe quel instrument contemporain commun. La garantie est rare dans les deux cas, mais là où elle est prise, il y a une dernière comparaison intrigante à faire : la garantie doit être transférée à la possession du créancier pour la durée, donc en cas de défaut, aucune reprise de possession ne se produit. Comme pour tout dans la finance islamique, la justification ultime est simplement l'équité et la justice ; ceux qui ne remboursent pas une hypothèque ne sont pas expulsés de leur maison parce que la maison est en possession et utilisée par le débiteur et n'aurait pas pu être une garantie halal pour commencer. La connexion à Bitcoin est l'incitation probable dans un environnement déflationniste sain à ne pas recourir à des actifs durables pour stocker de la valeur à long terme, combinée à une incitation de fond accrue dans les transactions financières pour que toutes les parties accèdent et conservent de l'argent sain :

Il n'est pas nécessaire de souscrire personnellement à tous ou à certains principes de la finance islamique pour apprécier un point plus large que ses liens certes ténus avec Bitcoin. L'étude de l'économie et de la finance islamiques est intrigante car elle est, à mon avis, la seule alternative systématisée, contemporaine et réussie à ce que nous pourrions appeler les préceptes financiers "occidentaux", maintenant, bien sûr, quasi mondialisés et apparemment omniprésents dans le commerce. . Notez, par exemple, que le FMI décrit les « banques islamiques » par opposition aux « banques conventionnelles » (et j'insiste sur « réussi » ci-dessus, soit dit en passant, pour distinguer et opposer correctement l'économie islamique au socialisme, dont le lecteur pourrait être intéressé à savoir, les problèmes économiques de l'humanité de Mawdūdī et leurs solutions islamiques fournissent peut-être la réfutation la plus concise et la plus efficace que j'aie jamais lue, fusionnant Mises et Havel dans une polémique de deux pages).

Une difficulté commune avec le défi conceptuel posé par Bitcoin est que cette omniprésence rend difficile de penser rigoureusement en termes extérieurs au cadre de la finance occidentale traditionnelle. La finance occidentale est de l'eau. Mais la perspective peut être atteinte et les préceptes peuvent être remis en question. Mawdūdī, Siddiqi et El Diwany les ont défiés, Nakamoto les a défiés, et le lecteur se doit de les défier aussi. Élever la moralité au-dessus de l'efficacité perçue constitue un point de départ profond.

Bitcoin est la Gravité

picture par Wikilmages, via Pixabay
"Une somme d'argent prêtée à un gouvernement et le montant des intérêts facturés sont supposés sans risque car il est à son tour supposé qu'un gouvernement peut taxer, emprunter ou imprimer d'autres sommes d'argent pour payer sa dette. Ces trois options sont en effet disponibles pour un gouvernement moderne, mais il ne faut pas ignorer le fait que le gouvernement n'a pas accès à des taux de rendement sans risque lorsqu'il investit l'argent emprunté. Les options mentionnées ci-dessus ne sont en fait que des moyens de faire payer la facture à d'autres lorsque le fait d'un système physique non sans risque finit par se réaffirmer."
- Tarek El Diwany

À ce jour, il a été très difficile de conceptualiser quelle valeur, exactement, s'est pacifiquement retirée du fiat et du Bitcoin. La tarification ne se produit qu'à la marge, et le fiat marginal échangé contre du bitcoin n'est qu'un passif bancaire que la banque réétiquette. Les bitcoins échangés à la marge engendrent probablement une préférence temporelle plus faible, comme discuté ci-dessus, d'où une consommation de déchets plus faible, mais qui n'est concevable que de manière contrefactuelle.

Cela changera lorsque les gens commenceront à vendre non seulement leur fiat, et pas seulement leur temps, mais lorsqu'ils commenceront à liquider des actifs réels. L'or sera probablement la première victime, pour des raisons facilement compréhensibles car Bitcoin est une mise à niveau à presque tous les égards. Mais l'or n'est pas systémiquement important. Ce changement sera perceptible mais sans impact. Lorsque la campagne d'accumulation frappe le crédit à court terme, l'immobilier et les capitaux propres passifs, c'est à ce moment-là que la fête commence vraiment.

Ces trois classes d'actifs sont artificiellement larges étant donné qu'elles sont de jure productives, donc génératrices de liquidités et tarifées en fonction du rendement, mais de facto des instruments d'épargne spéculatifs étant donné qu'une épargne à long terme avec fiat est impossible. Mais plus vital encore, ils sont systémiquement importants. Leurs prix, dans l'ensemble, affectent la formation de capital. Le TLDR de la deuxième partie, La mine à Ciel Ouvert du Capitale Financier, est que ces prix sont erronés et que, par conséquent, le capital est extrait à ciel ouvert aussi rapidement qu'il se forme. Inverser cette situation est l'espoir à long terme, mais anticiper les mécanismes à court terme de cette inversion est une tout autre affaire.

L'idée clé est que si ces actifs étaient effectivement évalués en fonction du rendement, le type de flux que j'anticipe n'aurait aucun impact sur les détenteurs à long terme au-delà d'une déception mineure. Mais parce qu'ils ne le sont pas, toute sortie substantielle peut facilement devenir une prophétie auto-réalisatrice. Les entreprises utilisent le crédit à court terme comme un ersatz de liquidités avec un rendement de couverture contre l'inflation, aussi infime soit-il de nos jours. Mais ce n'est pas un « investissement ». Il n'y a pas d'avantage, mais juste assez de protection contre les baisses. Si la protection contre les baisses disparaît, toute la proposition s'évapore - et notez que cela pourrait facilement se produire sans vente substantielle, mais simplement en négligeant de continuer à acheter, étant donné que l'intérêt du crédit à court terme est qu'il se renouvelle en permanence. Ce qui se passerait probablement ensuite, c'est que les banques centrales interviennent pour «soutenir» ces marchés avec des achats d'actifs, ce qui, bien sûr, est la meilleure approbation imaginable de l'utilité de Bitcoin.

Derrière tout cela se cache la question apparemment simple de la « juste valeur » du bitcoin. Il y aura toujours une hésitation à transférer des économies de quelque chose d'aussi bien compris et naturellement tarifé que le crédit à court terme vers le bitcoin sur la base d'une incertitude totale quant à la façon de comparer le prix du bitcoin à ses "fondamentaux". Ce qui va progressivement se rendre compte, c'est qu'avec le Bitcoin, la relation traditionnelle est inversée. Je ne pense pas qu'il soit tout à fait exact de dire que le prix du bitcoin est ses fondamentaux, mais son prix est certainement une fonction largement réflexive de ses fondamentaux : lorsque le prix augmente, les fondamentaux montent (et nous devons également garder à l'esprit qu'à mesure que le le prix baisse, les fondamentaux baissent. Une attaque soutenue qui fait baisser le prix assez longtemps est de loin le plus grand risque). Le bitcoin était le plus faible lorsqu'il était le plus petit, mais il l'est moins au fur et à mesure que le temps passe. Bitcoin est un trou noir qui aspire une valeur artificielle non durable au-delà de son horizon d'événements. Au fur et à mesure qu'il grandit, son attrait augmente également. Bitcoin est la gravité.

L'argument de la «réalisation de la réserve de valeur» pour son attraction gravitationnelle est de loin le plus évident, le moins créatif, et ne fait qu'effleurer la surface de son évolution continue probable. Considérez les implications de l'approfondissement de la liquidité, qui, notez-le, est subtilement différent du « prix » seul. C'est une condition préalable nécessaire pour des achats de plus en plus importants en premier lieu. MicroStrategy n'aurait pas pu faire ce qu'il a fait un an plus tôt. Apple et Berkshire (oserais-je dire ?) ne peuvent toujours pas faire ce qu'ils feront probablement un jour.

Mais l'approfondissement du marché a des implications bien plus intéressantes. Cela permet à Strike, par exemple, l'anéantissement des marchés des changes qui sera bientôt largement copié et bientôt copié par Zap :

Strike combine des spreads de plus en plus serrés sur les pools de liquidités fiduciaires avec le règlement instantané de Lightning et sa relative programmabilité pour offrir des transferts de devises inégalés. Il y a plusieurs caractéristiques étonnantes ici qu'il vaut la peine de s'assurer que nous comprenons.

Premièrement, ce service ne peut pas être égalé au sein de l'infrastructure de règlement fiat. Je ne veux pas dire que c'est difficile; Je veux dire que c'est impossible. Les paiements interbancaires avec la même devise et au sein d'une même juridiction peuvent être plus ou moins gratuits et instantanés, et le sont dans de nombreux endroits, puisque tout cela revient à renommer un passif bancaire ou, au pire, un flux net entre banques contreparties mutuelles qui peut être regroupés et réglés correctement à grande échelle, donc proposés aux utilisateurs finaux à un coût faible ou nul. Mais à travers les devises, les juridictions, ou les deux, cela est impossible - fondamentalement parce que le fiat est un instrument de dette. Ce que nous pourrions considérer comme un simple « paiement » dans ce contexte s'apparente plutôt à un relais de crédit. Chaque partie doit faire confiance à la partie suivante dans la chaîne et évaluer non seulement les dépenses opérationnelles, mais aussi ce risque perçu, avant de le transmettre, étant donné que la réclamation réelle sera réglée beaucoup, beaucoup plus tard. Et le paiement en streaming ? Fuhgeddaboudit. Pas dans vos rêves les plus fous. Avec Strike, rien de tout cela n'est pertinent. Lightning n'a pas de limite inférieure sur la valeur et s'installe instantanément, et c'est la fin de cela.

Ce service n'expose pas du tout l'utilisateur au prix du bitcoin. Et pourtant, le fait de son existence et de son utilisation approfondit les marchés, ce qui contribue directement à l'augmentation des fondamentaux du bitcoin, donc du prix. Et si les gros utilisateurs de ce système décident un jour qu’ils préfèrent conserver les virements qu’ils reçoivent en monnaie sonore, open-source, programmable, eh bien, cela rend le processus encore plus simple…

Cela ne s'arrête même pas là. L'infrastructure Lightning est encore jeune et petite et elle a besoin de valeur jalonnée pour se développer. Quelle meilleure façon de faire fructifier le capital libellé en bitcoins que de rechercher un retour sur des liquidités et un routage compétitifs ? À mesure que la valeur fiat du bitcoin augmente, les incitations à contribuer à la mise à l'échelle de Lightning augmentent également, ce qui augmente l'efficacité des paiements fiat acheminés via Strike-and-others over Lightning, ce qui augmente la profondeur des marchés fiat pour le bitcoin. Et plus Lightning évolue, plus la perspective du streaming des paiements ouvre des opportunités pour un meilleur financement des infrastructures décentralisées - par exemple, en incitant à exécuter des nœuds de sortie Tor, les blocs de construction de stockage et de routage recherchés par Sci-Hub, des économies accessibles et portables. dans les jeux, la monétisation de contenu hors plateforme et les applications axées sur le contenu sans publicité, mais aussi des choses que personne n'a encore imaginées. Tout cela augmente l'utilité de Lightning, ce qui augmente l'utilité de Bitcoin. Plus il y a de chutes dans cette orbite, plus l'orbite s'agrandit. Le paradoxe de Jevons dans le métavers !

Des marchés plus profonds légitiment également indirectement les prêts fiduciaires contre les réserves de bitcoins. Bien que théoriquement conçu pour permettre un effet de levier institutionnel synthétique, la normalisation de ce service réduira l'incitation pour quiconque à vendre, en proportion inverse de la mesure dans laquelle le bitcoin est largement accepté pour les paiements réguliers à un moment donné. Ce sera l'attaque spéculative de Pierre Rochard, mais sans même exiger de conscience ni d'intention. Ce sera simplement la chose sensée à faire. Si ou quand les mineurs sont en mesure d'accéder à ce service pour payer l'électricité, même partiellement, l'offre marginale s'évaporera. Cela rendra également de plus en plus viables les programmes de récompenses des cartes de crédit, les allocations salariales et, encore une fois, des choses que personne n'a encore imaginées, qui pourraient sembler négligeables en termes nominaux, mais qui concernent davantage l'achat de partage d'esprit que de fiat. Les petits achats mènent aux gros achats.

Des lecteurs correctement sophistiqués, adultes, Ivy League MBA, accrédités CFA pourraient comparer toute cette ligne de raisonnement, et mon enthousiasme pour cela, à GameStop, l'hilarité financière du jour, dans le sens de la vente au détail arrogante pensant qu'ils s'y tiennent. l'homme mais en train de gaspiller leurs économies sur une farce dont Citadel sera le gagnant ultime (pas ma lecture, pour être clair, mais une lecture commune. La mienne est que ces gens savaient exactement ce qu'ils faisaient et que vous pouvez prouver si vous êtes prêt à regarder). J'encouragerais ces lecteurs à réfléchir plus sérieusement à la théorie des jeux impliquée dans tout cela, en particulier si l'or, puis le crédit gouvernemental à court terme, tombent dans l'orbite de Bitcoin.

Vous pourriez penser que cela ne mène précisément nulle part, mais les banques centrales du Venezuela, de l'Iran, de la Corée du Nord et de Singapour ne seraient pas d'accord avec vous, nous le savons jusqu'à présent. L'accumulation des banques centrales deviendra le problème macroéconomique déterminant de la décennie, et le plaidoyer en faveur de l'accumulation par les férus de technologie l'un des problèmes politiques déterminants. Le capital entièrement mobile et insaisissable sera attiré et s'accumulera physiquement là où il est le mieux accueilli, tout comme le capital humain qui l'accompagnera probablement. Les pays avec des rivaux géopolitiques qui décident d'interdire le Bitcoin se couperont le nez pour contrarier leur visage. Lorsque la Chine commence à payer la Russie pour le gaz naturel d'abord en stablecoins en dollars sur Bitcoin, puis en bitcoin, ne dites pas que je ne vous ai pas dit d'y penser un peu plus que pas du tout.

À bien y penser, même GameStop peut être lié de manière non ironique à cette discussion. Il s'est avéré qu'une quantité décente de rancœur faussement populiste était mal placée et que le vrai coupable d'avoir baisé le petit gars n'était pas des accords louches en coulisses entre Citadel, Sequoia, la SEC et la Fed, mais plutôt les limites de la compensation et du règlement des actions. compte tenu de la mécanique du risque de contrepartie. Essayez d'imaginer, ne serait-ce qu'un instant, des certificats d'actions tokenisés rattachés à un actif au porteur numérique sécurisé, sans contreparties, qui s'installent dans T + en ce moment. Pouvez-vous imaginer ça? Citadel pourrait être le gagnant à court terme dans tout cela, mais le long terme est une question d'équité symbolique sur les sidechains.

Le bitcoin est Logos

photo par Aaron Burden, via Unsplash
"Imaginer une langue, c'est imaginer une forme de vie."
-Ludwig Wittgenstein

Le fondateur de LinkedIn, Reid Hoffman, a tristement déclaré sur le podcast Tim Ferris que Bitcoin est comme un jeu de langage Wittgenstein, sans aucune élaboration ! Si je devais prendre le relais, je me référerais aux Recherches Philosophiques et au dicton selon lequel "le sens d'un mot est son utilisation dans la langue". En d'autres termes (sans jeu de mots), Hoffman caractérise Bitcoin comme compréhensible uniquement en interprétant les actions des participants comme consistant essentiellement en une communication avec d'autres participants, exprimant ainsi dans une grammaire codifiée ce qu'ils veulent dire et en s'appuyant sur cette grammaire pour comprendre ce que les autres moyenne.

Je pense qu'il vaut la peine d'invoquer à nouveau Norwood Russell Hanson pour apprécier la position d'un étranger fonctionnellement analphabète en présence d'un tel jeu de langage ; adepte de la théorie sémantique (certes satirique) de la monnaie. Si la perception est chargée de théorie, et si notre théorie invalide la possibilité d'une nouvelle monnaie monétisant à partir de zéro, et que la monnaie prend la forme d'un langage que nous ne parlons pas, et nous n'apprendrons pas ce langage parce que nous pensons qu'il peut 't exist … nous sommes à peu près assurés de ne pas le comprendre.

Le fait que Bitcoin puisse être considéré comme un jeu de langage clarifie pourquoi il est intrinsèquement pacifique. L'argent est un système d'information qui enregistre et met à jour qui a effectué un travail qui est apprécié par les autres, de sorte que le crédit peut être universel et mis à l'échelle socialement. Frederic Lane et Reinhold Mueller notent dans Monnaie et banque dans la Venise médiévale et de la Renaissance que « tant le 'moyen d'échange' que le 'standard de valeur' ​​sont suffisamment ambigus pour faire de 'l'argent' une question de degré », et que, « conceptuellement et historiquement, les deux sont séparables.

Cet enregistrement et cette mise à jour sont un problème technique, et les solutions techniques candidates doivent être évaluées non pas sur la manière dont elles correspondent à des définitions suffisamment ambiguës, mais sur la manière dont elles fonctionnent ; qu'il s'agisse de pierres Rai, de ducats d'or ou de dettes bancaires libellées en dollars ; physique ou numérique ; abstrait ou instancié ; dette ou actif pur. La solution fournie par Bitcoin est en quelque sorte la plus pure jamais conçue en ce sens qu'elle capture ces informations sous forme de parole - nous n'utilisons que des logiciels pour vérifier la grammaire.

Comme l'a clairement indiqué Ross Stevens à la SaylorCon, le cadrage d'Ammous sur la « vendabilité dans l'espace » et la « vendabilité dans le temps » est désormais fermement ancré dans le lexique. Cela vaut la peine d'être approfondi dans le contexte de la compréhension du bitcoin en tant que langage et de l'argent en tant que système d'information. L'essence de la vendabilité temporelle est la solidité ; l'essence de la commercialisation spatiale est la portabilité. Avant Bitcoin, les deux étaient dans une tension inévitable; le développement économique induit une demande de monnaie du marché de plus en plus purement informationnelle, le commerce lui-même devenant plus complexe que ce que le mouvement des espèces peut efficacement supporter. Mais l'information n'est, par nature, pas rare du tout, et donc conserver un semblant de rareté dans l'argent informationnel, donc la vendabilité temporelle, nécessite la confiance dans une source centralisée de vérité.

Notez que cela n'implique pas « fiat », mais plutôt « fiduciaire », du latin fiducia, pour la confiance. Avec des espèces relativement saines détenues en réserve par des banquiers relativement prudents, la «monnaie de banque» - le paiement uniquement par débit et crédit de comptes auprès d'une banque - à Venise au XIIIe siècle était relativement digne de confiance, et en fait dominante et florissante. Sans oublier Gênes, Florence, Barcelone et Bruges, interopérables via des lettres de change ; tous un peu moins temporellement vendables, peut-être, mais beaucoup plus spatialement vendables. Mais bien sûr, Bitcoin résout entièrement la tension sous-jacente. C'est la rareté numérique (c'est-à-dire informationnelle). Nous obtenons la portabilité du courrier électronique sans confiance, juste une vérification.

cet argument historique et technique exprimé sous forme de meme

Une transaction Bitcoin est un acte de parole global qui signifie, grosso modo, que j'ai droit à cette partie, x, de la masse monétaire, et que je la transfère maintenant à quelqu'un d'autre, dans une langue dont tout le monde se souvient pour toujours et qui ne peut pas être avait l'habitude de mentir. C'est pourquoi les efforts pour interdire le Bitcoin, même s'ils seront certainement tentés, échoueront aussi presque certainement. Bitcoin est le samizdat ultime. Le bitcoin est un logo.

C'est également une source de grand optimisme compte tenu des engagements juridiques et sociaux répandus pour protéger les discours politiquement indésirables. Aussi naïf que cela puisse paraître à certains, je pense que l'une des affaires les plus importantes de la Cour suprême des États-Unis au cours des 20 prochaines années sera la décision selon laquelle le droit de diffuser des transactions Bitcoin est garanti en vertu du premier amendement. Avant cela, alors que la légalité est toujours en suspens, je m'attends à ce qu'un membre du Congrès en exercice invoque le privilège du Congrès et «diffuse» une transaction en dictant sa représentation hexadécimale sur le parquet de la Chambre ou du Sénat.

Cela sera probablement suivi d'en tweeter un, d'en travailler un dans une déposition publique, d'en intégrer un dans un drapeau – qui se retrouvera sur des t-shirts et des épinglettes, ainsi que d'être physiquement agité comme un élément de base lors des manifestations. Ne marchez pas sur mon nœud ! Soit vous rendez illégaux des ensembles dénombrables infinis de chiffres, de lettres et de couleurs – quoi que cela signifie même – soit vous acceptez que Bitcoin va se produire.

Bitcoin est Techne

photo par Garett Mizunaka, via Unsplash
"Les Vénitiens n'étaient pas des penseurs : ils étaient des faiseurs. Empiristes par excellence, ils se méfiaient des théories abstraites."
-John Julius Norwich

L'enregistrement et la mise à jour de l'acte de parole de transfert de valeur est un problème technique, auquel Bitcoin est une solution technique. Ce n'est pas une idée de la façon dont les choses devraient fonctionner. C'est une vraie chose qui fonctionne. Bien que l'observation puisse sembler désinvolte, la distinction est extrêmement importante.

Nic Carter a dit récemment à Frances Coppola que pour faire une tarte aux pommes à partir de rien, il faut d'abord inventer l'univers, par lequel il transmettait que si vous voulez créer un système de paiement en ligne robuste, à règlement rapide avec finalité , vous devez créer Bitcoin. Aucune alternative n'a jamais fonctionné. Étant donné que les problèmes résolus par Bitcoin ne sont très clairement pas seulement académiques, mais sont au cœur de la civilisation humaine, le travail est plutôt important. Le bitcoin est de la technè.

Je pense que cela capture ce qui est probablement le plus grand obstacle pour la plupart des nouveaux arrivants qui font un effort pour comprendre les détails, car, à première vue, Bitcoin est complètement absurde en tant que construction technique. Les mineurs font QUOI ?!? Les pièces sont stockées COMMENT ?!? etc. – nous avons tous eu ces conversations. Même les mathématiciens qui aiment jouer avec les primitives cryptographiques peuvent très raisonnablement penser, s'ils n'ont pas le contexte plus large, c'est complètement ridicule parce que tout va bien. Mais avec le contexte approprié, nous pouvons bien sûr dire que c'est exactement aussi ridicule que nécessaire parce que tout ne va pas bien.

Et pourtant, il existe une marque particulière de sceptiques qui prétendent admirer une partie ou la plupart de la conception de Bitcoin, mais ne peuvent pas se résoudre à s'intégrer pleinement à cause d'un problème d'animal de compagnie que Bitcoin ne semble pas résoudre complètement, ou d'un problème d'animal de compagnie avec la façon dont dans lequel Bitcoin résout les problèmes qu'il résout clairement. Coppola est très bien dans ce camp. Je dirais que Peter Schiff et Mike Green le sont aussi. Tous sont des gens intéressants et sérieux qui semblent avoir la bonne attitude sur de nombreuses questions que Bitcoin touche, à l'exception mystérieuse de Bitcoin lui-même. Sur Bitcoin, tous adoptent des variantes de cette argutie pédante qui est superficiellement sophistiquée mais vraiment la position la plus saugrenue et la moins sérieuse de toutes car rien de pratique à distance n'est proposé à la place. Ils traitent la réalité non pas telle qu'elle est, mais telle qu'ils aimeraient qu'elle soit. Leurs «solutions» sont propres, lisses et ne se produiront jamais. Bitcoin traite de la réalité telle qu'elle est réellement. C'est laid. Et il fonctionne.

Toute cette ligne d'argumentation ne disparaîtra probablement jamais, étant donné qu'elle a été réfutée dans son intégralité dès mai 2011 dans le désormais légendaire Bitcoin is Worse is Better, par Gwern :

"Le sacrifice que Bitcoin fait pour parvenir à la décentralisation est – aussi pratique soit-il – profondément laid. Les premières réactions à Bitcoin, même des cryptographes amicaux et des passionnés de monnaie numérique, ont été presque uniformément extrêmement négatives, et ont souligné l'inefficacité (perçue) et (par rapport à la plupart des cryptographies) les faibles garanties de sécurité. Les critiques ont laissé "la perfection être l'ennemi du mieux" et n'ont pas perçu le potentiel de Bitcoin. Cependant, dans un exemple de "Pire c'est mieux", le prototype laid et inefficace de Bitcoin a créé avec succès une monnaie numérique décentralisée sécurisée, qui peut attendre indéfiniment le succès, et cela a suffi pour finalement conduire à l'adoption, à l'amélioration et à la croissance dans un environnement sécurisé. monnaie numérique mondiale."

Adopter cette éthique de l'ingénierie immunisera les curieux contre des postures aussi stupides que les explosions imprévisibles de Nassim Taleb sur les « systèmes complexes », la « volatilité » ou les « transformations d'échelle », ou Eric Weinstein affirmant que « nous devons nous débarrasser de la blockchain pour que c'est une loi de conservation appliquée localement qui remplace l'espace-temps par un système de nœuds informatiques. Si vous voulez intégrer Bitcoin dans une théorie de jauge, Eric, allez-y. J'ai hâte de lire le BIP. Mais s'il te plaît, fais-le vraiment. Ne débitez pas les phrases de Chomsky dans le métalangage et attendez-vous à être pris au sérieux. Des idées vertes incolores une monnaie décentralisée n'est pas faite.

Bitcoin est Venice

"Parmi les différents centres dans lesquels les idées républicaines ont continué à être discutées et célébrées tout au long de la fin de la Renaissance, celle avec l'engagement le plus durable envers les valeurs traditionnelles d'indépendance et d'autonomie gouvernementale était Venise. Alors que le reste de l'Italie a succombé au règne des signori, les Vénitiens n'ont jamais renoncé à leurs libertés traditionnelles."
-Quentin Skinner

J'ai tendance à trouver des analogies Bitcoin qui ne sont pas rhétoriques de manière transparente pour avoir inévitablement un défaut fatal qui les rend finalement plus déroutants qu'ils ne sont utiles. Et pourtant, Venise a un attrait énigmatique que je ne peux me résoudre à qualifier de tout à fait fantaisiste. En tant qu'ordre social et politique émergeant du féodalisme par une étreinte du commerce et de la formation de capital, il est certainement instructif. Mais il me semble qu'il y en a plus. De toute évidence, Bitcoin n'est pas une ville, mais c'est un système et un symbole, d'une manière qui transcende son instanciation en tant que code, tout comme Venise a transcendé ses îles et sa lagune.

Certaines comparaisons sont mignonnes et faciles. Venise était beaucoup, beaucoup plus facile à défendre qu'à attaquer, au point que l'attaque était essentiellement futile. Son modèle de gouvernance était incroyablement opaque et constitutionnellement résistant à la saisie. Si la crise devenait néanmoins une menace réaliste, une réponse immunitaire semblait se déclencher qui innovait autour du danger. La légendaire répression de l'insurrection de Bajamonte Tiepolo, déclenchée non pas par les forces de sécurité de la Commune, mais par une vieille femme lançant une pierre par une fenêtre, un utilisateur primitif a activé une fourchette douce ? Bien sûr, pourquoi pas. Et bien sûr, qu'en est-il de la sortie d'un âge sombre caractérisé avant tout par l'avilissement monétaire ? L'observation de Pirenne suggère certainement un précédent,

"S'il est admis, comme il faut l'admettre, que la réapparition de la monnaie d'or, avec les florins de Florence et les ducats de Venise au XIIIe siècle caractérise la renaissance économique de l'Europe, l'inverse est également vrai : l'abandon de l'or la monnaie au VIIIe siècle a été la manifestation d'un profond déclin."

Qu'en est-il du relatif égalitarisme de Venise ? John Julius Norwich écrit dans A History of Venice que Venise était célèbre « pour un système de justice qui offrait une protection impartiale aux riches et aux pauvres, à l'aristocrate et à l'artisan, au Vénitien et à l'étranger ; car, en théorie, en tout cas et pour la plupart aussi en pratique, tous les hommes vivant sous la bannière de Saint-Marc étaient égaux devant la loi. Pirenne note que cette attitude était fondamentalement enracinée dans les nécessités du commerce et s'étendait donc au-delà de la juridiction et des affaires intérieures de la ville : « Aucun scrupule n'avait de poids chez les Vénitiens. Leur religion était une religion d'hommes d'affaires. Peu leur importait que les musulmans soient les ennemis du Christ, si les affaires avec eux étaient profitables. De même, que Bitcoin soit apolitique ou "argent pour les ennemis" est bien mémifié à ce stade, mais j'ai été particulièrement frappé par l'anecdote plutôt plus viscérale de Terry Crewes à cet effet :

Qu'en est-il du mépris continuel par Venise des proclamations de l'Église, la contrepartie littérale du clergé moderne de Kotkin, composé de faiseurs de goût et de penseurs d'élite, qui ont déjà et continueront sans doute d'adopter « une attitude provocante et hostile envers le renouveau commercial qui devait, dès le premier instant, lui paraître une honte et une cause d'inquiétude », comme disait Pirenne ?

Mais je pense que la comparaison la plus frappante de toutes est la synthèse d'idées disparates en une pierre angulaire financière. Très peu de notes commerciales ont été inventées dans la Venise médiévale et de la Renaissance - la comptabilité en partie double a probablement été empruntée à Gênes, ayant été à l'origine importée en Italie depuis le Levant ; le système numérique avec lequel il est le plus utile est notoirement indien, relayé en arabe via la Perse, le Levant et le Maghreb ; la plupart des autres contributions à l'administration des affaires ont probablement été importées d'Arabie et de Constantinople ; et les avancées industrielles matérielles de l'époque provenaient principalement de Chine. Mais Venise les a tous combinés à la perfection. La plupart des contours de la finance moderne étaient sans doute présents à Venise au début du XVe siècle au plus tard, avec très peu de véritables inventions depuis, plutôt que d'être davantage combinés, standardisés, mis à l'échelle ou modernisés. À mon avis, seules la banque centrale et les options ont été à la fois matérielles et entièrement nouvelles.

Bien sûr, la technologie, l'industrie et la société ont considérablement progressé depuis, et pourtant nous vivons toujours selon les coutumes financières vénitiennes et nous ne savons pas pourquoi. Même le mot « banque », au sens financier, est originaire de Venise, de la banca ou « bancs » des changeurs près du pont du Rialto, Lane et Mueller soulignant que « la vraie banque s'était développée, il est maintenant généralement admis, pas du prêt d'argent ou du prêt sur gage, mais de l'échange manuel de pièces. La banque moderne est l'héritage d'un problème que la technologie a depuis résolu.

L'explication suivante de l'infrastructure financière vénitienne autour du XIVe siècle à partir de Lane's Venice, A Maritime Republic est remarquable en ce sens que je pense qu'il s'agit d'une base parfaitement solide pour comprendre le rôle joué, aujourd'hui, par les réseaux de cartes de crédit et les systèmes de règlement bancaire :

"La fonction principale d'un banquier vénitien n'était pas de faire des prêts mais d'effectuer des paiements au nom de ses clients. Même si un marchand avait beaucoup de pièces dans son coffre au trésor, il était ennuyeux et dangereux de les sortir à chaque fois qu'il faisait un achat, en s'assurant que chaque pièce était authentique et en bon état. Il ne voulait pas non plus passer par un processus similaire chaque fois qu'il réalisait une vente. Il était heureux de recevoir un paiement en étant crédité sur les livres d'un banquier bien connu. Il pourrait utiliser ce crédit pour payer son prochain achat. Ces crédits n'étaient pas transférés par la rédaction de chèques, comme on le fait aujourd'hui, mais dépendaient de la personne qui effectuait un paiement se présentant en personne devant le banquier assis derrière un banc sous le portique d'une église du Rialto, avec son grand journal étalé. devant lui. Le payeur ordonne oralement au banquier d'effectuer un virement sur le compte de la personne payée. Le banquier a écrit comme indiqué dans son livre, qui était un acte notarié officiel, de sorte qu'il n'y avait pas besoin de reçus. Il y avait normalement quatre ou cinq de ces banquiers avec des cabines sur le campo à côté du pont du Rialto. Toute personne importante dans les affaires avait un compte afin de pouvoir effectuer et recevoir des paiements par l'intermédiaire des banques. On les appelait banche di scritta ou del giro car leur fonction principale était d'émettre des virements et donc de faire tourner (girare) des crédits d'un compte à l'autre au gré des commerçants."

Si nous ajoutons les lettres de change, la création de crédit et le flottement de la dette de l'État, toutes les extensions naturelles de l'utilité de ces registres - et bien sûr si nous soustrayons un actif de réserve ferme, disponible à la demande, qui a été déposé en premier lieu - il n'y a plus grand chose à expliquer. Et notez également les semis de la raison pour laquelle les fonctionnalités nativement numériques, informatiques et décentralisées minimisant la confiance de Bitcoin pour le règlement et Lightning pour les paiements améliorent considérablement cette configuration. Le bitcoin est peut-être de l'argent magique sur Internet, mais plus important encore, c'est de l'argent pour Internet. Avant 2009, vous pouviez envoyer n'importe quelle information à n'importe qui, n'importe où dans le monde, instantanément… à l'exception de l'information la plus importante de toutes : la valeur. Maintenant, nous sommes tous rattrapés.

On dit souvent que Bitcoin est vraiment plus une combinaison ingénieuse d'avancées antérieures en cryptographie appliquée qu'une invention à part entière. Je suis assez partisan de l'idée romantique que Bitcoin a été découvert plutôt qu'inventé. C'est une base pour passer à l'échelle de la prochaine grande phase de progrès économique. Bitcoin est Venise.

Bitcoin est..

photo par Christian Puta, via Unsplash
"Notre histoire nous interdit de nous étonner qu'une orthodoxie de pensée devienne étroite, rigide, mercenaire, moralement corrompue et vengeresse contre les dissidents. Cela s'est produit maintes et maintes fois. On pourrait penser à la maturité de l'orthodoxie ; c'est ce qui arrive finalement à un esprit une fois qu'il a consenti à être orthodoxe. Mais on peut se permettre un peu d'amusement, sinon de surprise, que cela soit arrivé à une science moderne, qui a été mise en place, car elle ne se lasse jamais de la publicité, pour rechercher la vérité, pas pour la protéger... Si le changement doit venir, alors, il faudra que ça vienne de l'extérieur. Il devra venir des marges."
-Wendell Berry

Les métaphores colorées et scandaleuses enfin mises de côté, le fait le plus remarquable de tous reste que Bitcoin existe même. Bitcoin est. C'est indéniable, même si les raisons pour lesquelles peuvent être ignorées - notre système monétaire est optimisé pour extraire le capital - et son ascension peut être mal comprise - la compréhension dominante de l'argent l'invalide par définition plutôt que par observation.

Ludwig Wittgenstein a demandé un jour à un ami : "Dis-moi, pourquoi les gens disent-ils qu'il est plus naturel de penser que le soleil tourne autour de la terre que que la terre tourne ?" L'ami a dit: "Eh bien, évidemment, parce qu'il semble que le soleil tourne autour de la terre." Wittgenstein a répondu: "Eh bien, à quoi cela ressemblerait-il s'il semblait que la terre tournait?"

S'il semblait qu'une monnaie mondiale, numérique, sonore, open source et programmable monétisait à partir de zéro absolu, cela ressemblerait beaucoup à ceci.


Cet article a été écrit par Allen Farrington avec des contributions de Giacomo Zucco, Saifedean Ammous, Obaid Khan, et Robert Natzler.