Comment le Bitcoin peut Libérer l'Énergie de l'Océan pour 1 Milliard de Personnes

Bitcoin peut insuffler une nouvelle vie à la conversion de l'énergie thermique des océans (OTEC), une technologie renouvelable vieille de 150 ans, bloquée par les économies d'échelle. | Level39 | Bitcoin Magazine

Comment le Bitcoin peut Libérer l'Énergie de l'Océan pour 1 Milliard de Personnes

Auteur: Level39 | Date d'origine: 23/05/22 | Traduit par: Sovereign Monk | Bitcoin Magazine

Bitcoin a le potentiel d'aider à débloquer entre 2 et 8 térawatts d'énergie de base propre, continue et toute l'année - pour un milliard de personnes - en exploitant l'énergie thermique des océans. La technologie est la conversion de l'énergie thermique des océans (OTEC), une idée vieille de 150 ans contrecarrée par les économies d'échelle, qui transforme les océans de la Terre en une énorme batterie solaire renouvelable.

Pour ce faire, il combine l'eau de surface tropicale chaude et l'eau de mer froide profonde pour créer un moteur thermique conventionnel. Cette idée simple est parfaitement adaptée pour être étendue à une échelle planétaire par l'appétit unique de Bitcoin pour l'achat et la consommation d'énergie bloquée à partir des prototypes et des usines pilotes qui seront nécessaires pour prouver que cela fonctionne. De plus, en exploitant des quantités pratiquement illimitées d'eau froide pour refroidir les mineurs ASIC colocalisés, OTEC pourrait très bien être le moyen le plus efficace et le plus écologique d'exploiter le Bitcoin.

La conception d'OTEC

« Il existe une force puissante, obéissante, rapide et sans effort qui peut être utilisée à n'importe quel usage et qui règne en maître à bord de mon vaisseau. Il fait tout. Ça m'éclaire, ça me réchauffe, c'est l'âme de mon équipement mécanique. Cette force est l'électricité. »

– Jules Verne, « Vingt mille lieues sous les mers »

OTEC a été conçu en 1881 lorsque le physicien français Jacques Arsène d'Arsonval a proposé de piéger l'énergie thermique stockée dans l'océan. Il s'est inspiré du roman de Jules Verne « Vingt mille lieues sous les mers », lorsque le capitaine Nemo remarque qu'il n'y a pas de pénurie d'énergie que son navire, le Nautilus, pourrait éventuellement exploiter, comme «obtenir de l'électricité à travers les températures divergentes de différentes profondeurs ».

D'Arsonval a proposé d'utiliser ces températures divergentes pour alimenter un moteur thermique, qui convertit la chaleur en énergie mécanique. Il a conçu l'idée d'une centrale dotée d'un cycle de Rankine, basé sur les travaux de William Rankine, un ingénieur mécanicien écossais du milieu du XIXe siècle qui a décrit un cycle thermodynamique idéalisé dans lequel un travail mécanique est extrait d'un fluide lorsqu'il se déplace entre une source de chaleur et un puits de chaleur. L'ETM peut être réalisée depuis le rivage ou interconnectée à la terre ferme depuis une plate-forme océanographique éloignée, bien à l'abri des regards.

Plus d'un milliard de personnes vivent à moins de 100 kilomètres d'une côte tropicale, où une différence de température de 25 ºC peut être trouvée entre l'eau de mer chaude de surface et l'eau froide de la mer profonde, à des profondeurs d'un kilomètre. Ce différentiel, ou delta T, est parfait pour OTEC. À température ambiante, un fluide de travail tel que l'ammoniac va bouillir et s'évaporer. Réduisez la température dans un condenseur baigné d'eau de mer froide profonde et l'ammoniac se condense à nouveau dans un liquide. Ensemble, les températures divergentes produisent le cycle de Rankine qui alimentera une turbine et produira de l'électricité. Le résultat est une alimentation de charge de base propre et continue qui fonctionne toute l'année et peut fournir un refroidissement gratuit pour les bâtiments, les infrastructures ou l'équipement minier. Tout ce que vous avez à faire est de pomper de l'eau à la surface et de laisser la physique faire le travail.

Source de l'image : Makai Ocean Engineering

D’autres ingénieurs poursuivront l’héritage de d’Arsonval, comme Ben J. Campbell, qui prédit en 1913 que les océans tropicaux seraient un réservoir indéfiniment grand et inépuisable d’énergie potentielle qui pourrait fournir en abondance toute la puissance nécessaire à l’homme futur. Mais ce n'est qu'en 1930 que la première usine OTEC sera achevée.

Georges Claude, un élève de d'Arsonval - connu comme « l'Edison de la France » pour ses percées avec les néons et les gaz industriels - finirait par jalonner et perdre sa fortune dans son usine OTEC en difficulté dans la baie de Matanzas, à Cuba et une auto- a financé le cargo OTEC pour fabriquer et vendre de la glace aux habitants de Rio de Janeiro. En proie à des problèmes logistiques, des tempêtes, des erreurs et des coûts en spirale, les projets ont échoué.

Source de l'image : “Science and Invention,” January 1931

Claude avait même envisagé d'extraire des grains d'or microscopiques de l'eau de mer OTEC, pour augmenter les revenus de son usine. Il n'aurait pas pu imaginer que, près d'un siècle plus tard, les océanographes utiliseraient l'eau de mer pour extraire un nouveau type d'or numérique des ordinateurs.

Nikola Tesla considérait l'énergie thermique des océans comme extrêmement prometteuse et proposa des optimisations au moteur thermique de Claude afin d'améliorer la logistique et l'économie. Les deux ingénieurs découvriraient chacun que leurs tentatives individuelles d'exploiter l'énergie abondante de la Terre seraient déjouées par des économies d'échelle.

Source de l'image : The New York Times, June 26, 1930

Les pertes de Claude ont rendu les investisseurs méfiants vis-à-vis de l'OTEC. En quelques années, la fission nucléaire a été découverte et, en 1944, l'éminent géologue pétrolier Everette DeGolyer a signalé au gouvernement américain que les nations du Moyen-Orient étaient assises sur des milliards de barils de pétrole. Le rapport de DeGolyer au Département d'État a fait remarquer: « Le pétrole de cette région est le plus grand prix de toute l'histoire. » Avec cette découverte, l'OTEC serait pratiquement ignoré pendant des décennies et peu de gouvernements étaient prêts à investir beaucoup de temps ou d'argent dans l'exploration ou la mise à l'échelle de la technologie naissante.

Un nouvel espoir pour d'OTEC

« Si seulement deux pour cent de l'énergie disponible dans la différence thermique de l'océan étaient utilisées, nous aurions plusieurs fois plus d'énergie que ce dont le monde a besoin aujourd'hui. »

Bryn Beorse, Université de Californie à Berkeley, 1977

Il reste un intérêt isolé pour l'OTEC, en particulier à Hawaï. En 1979, l'État d'Hawaï, Lockheed Corporation et deux autres sociétés se sont associées pour créer "Mini-OTEC", la première opération réussie d'énergie thermique océanique en cycle fermé et autonome en mer. Installée sur une barge, l'installation flottante de 50 kilowatts (kW) utilisait un tuyau en polyéthylène de deux pieds de diamètre et de 2 150 pieds de long pour sa prise d'eau froide.

Hawaï a depuis adopté une loi en 2015 exigeant que 100 % de l'énergie de l'État soit générée à partir de sources renouvelables d'ici 2045. Isolé dans les eaux chaudes de l'océan Pacifique, Hawaï possède un réseau électrique unique similaire au Texas en ce qu'il est complètement isolé et débranché. Comme complexité supplémentaire, chaque île a sa propre grille échouée. Aucun pouvoir n'est connecté ou partagé entre les îles individuelles, et il n'y a pas non plus de volonté politique d'interconnecter les îles. Ironiquement, Hawaï est physiquement entouré d'une énorme quantité d'énergie potentielle, avec peu d'incitations à l'explorer.

La grande île d'Hawaï et ses îles périphériques peu peuplées ont une charge d'environ 200 mégawatts (MW) et devraient être en mesure de répondre facilement au mandat de l'État en utilisant des énergies renouvelables conventionnelles, y compris la géothermie. Oahu, l'île la plus peuplée d'Hawaï, a une situation plus difficile.

Source de l'image : Only One

Le problème de l'OAHU

Oahu abrite environ 1 million d'habitants sur 1,4 million dans l'État d'Hawaï et dispose d'une charge de 2 000 MW, avec presque aucun terrain disponible pour implanter de nouveaux services publics. Selon Nathanial Harmon, océanographe et fondateur et PDG de Blockchain Solutions Hawaii et OceanBit Energy, qui fusionne l'exploitation minière Bitcoin et OTEC, les énergies renouvelables conventionnelles à Oahu seront insuffisantes ou intenables pour diverses raisons.

Selon les calculs de M. Harmon, pour remplacer la centrale à combustible fossile Kahe 600 MW d'Oahu par une éolienne intermittente, il faudrait un parc éolien offshore de la taille d'Oahu, pour un coût d'environ 19 milliards de dollars. Il faudrait également un système de batteries à l'échelle du service public et de grandes quantités de câbles et d'amarrages. Un parc éolien de cette envergure susciterait une forte opposition environnementale de la part de la communauté, car le canal Kaiwi abrite des zones de reproduction des baleines.

Pour l'énergie solaire, Oahu devrait se procurer suffisamment de panneaux et une superficie quatre fois supérieure à la taille de son aéroport international s'il n'y avait pas d'espace entre les panneaux. Encore une fois, des batteries seraient nécessaires pour produire une énergie constante et la destruction de l'environnement pour situer l'infrastructure serait considérable.

Quant à l'énergie nucléaire, il n'y a pas d'espace réaliste pour implanter une centrale nucléaire à Oahu. Même si l'énergie nucléaire est une forme de production d'énergie fiable, propre et sûre, il n'y a aucun moyen d'exécuter un plan d'évacuation pour l'île en cas de tsunami, de glissement de terrain ou d'accident.

La technologie des vagues, qui n'a pas fait ses preuves et n'a pas d'antécédents fiables, ne répondrait qu'à environ 17% des besoins énergétiques d'Oahu si l'île était en mesure d'utiliser tout son littoral.

Même si vous pouviez trouver le terrain, déplacer les propriétaires fonciers, violer l'environnement existant et reconstruire le réseau d'Oahu pour accueillir les énergies renouvelables conventionnelles, cela n'aurait aucun sens sur le plan fiscal. Et encore une fois, chaque île a son propre réseau isolé et il n'y a aucune volonté politique de les interconnecter.

À 30 cents le kilowattheure, Hawaï paie déjà les coûts énergétiques les plus élevés du pays. En 2020, Hawaiian Electric a acheté environ 6,75 millions de dollars d'énergie réduite, auprès de producteurs, qui ont été gaspillés. La facture de ces déchets est répercutée sur les résidents hawaïens. Si le service public avait utilisé l'extraction de bitcoin à réponse à la demande, Harmon calcule que le service public aurait généré plus de 8 millions de dollars de revenus.

M. Harmon pense que l'ETM est la seule option réaliste pour qu'Oahu remplisse son mandat en matière d'énergie renouvelable. Sa société, OceanBit, espère rendre l'ETM réalisable en y intégrant l'extraction de bitcoins. OceanBit s'est assuré le soutien technique de Makai Ocean Engineering, une société qui a construit la première installation de recherche ETM connectée au réseau à Kailua-Kona, sur la Grande île. Il s'agit d'une petite centrale à cycle fermé de 100 kilowatts qui se trouve directement sur le rivage.

Source de l'image : Makai Ocean Engineering

Pourtant, l'OTEC n'a pas encore fait la preuve de sa faisabilité à grande échelle. Ses détracteurs soulignent à juste titre sa longue histoire de défis physiques et économiques. Une centrale de 100 MW aurait besoin d'une conduite d'eau froide d'environ 35 pieds de diamètre, pour atteindre des profondeurs d'un kilomètre et la conduite devrait rester intacte et connectée de manière fiable à travers les tempêtes et les courants forts, pendant des décennies. Les défis économiques sont tout aussi redoutables, mais Harmon a une arme secrète : Bitcoin.

La vallée de la mort de l'innovation

Pour comprendre pourquoi Bitcoin et OTEC s'associent si bien, il est important de reconnaître à la fois les aspects économiques que l'OTEC doit surmonter ainsi que la relation symbiotique entre les mineurs ASIC et l'océan lui-même. Les progrès de l'OTEC sont actuellement limités par ce que l'on appelle la vallée de la mort de l'innovation. Les usines OTEC précommerciales ne sont pas commercialement attrayantes, mais de telles installations sont nécessaires pour convaincre les financiers que le risque est gérable compte tenu de la taille du marché potentiel.

Les installations de test à petite échelle, telles que la centrale Makai de 100 kilowatts à Kona, produisent de l'électricité à plus de 1 dollar par kilowattheure. Il n'y a pas d'acheteurs d'électricité à ce prix, mais il est toujours possible d'obtenir un financement à petite échelle malgré l'électricité invendable.

Source de l'image : Makai Ocean Engineering

On estime qu'une centrale OTEC à grande échelle de 100 à 400 MW produirait de l'électricité entre 6 cents et 20 cents par kilowattheure. Cependant, les ingénieurs doivent construire une installation d'essai à moyenne échelle (5 à 10 MW) - prouvant qu'elle peut entretenir de manière fiable ses conduites d'admission d'eau froide pour produire une puissance de charge de base continue pendant environ deux ans et demi - avant une usine à grande échelle peut être simulée et construite. Le problème est qu'une centrale interconnectée de taille moyenne coûterait environ 200 à 300 millions de dollars et produirait de l'électricité entre 50 cents et 1 dollar par kilowattheure. Personne sur le réseau n'achètera de l'énergie à ce prix. Quiconque finance une usine OTEC de taille moyenne subirait une perte totale sur son investissement considérable. L'État d'Hawaï ne peut pas se permettre de subir ce genre de perte.

Cette énigme a donné une idée à Harmon. Et si l'équipe optimisait une installation OTEC de taille moyenne pour exploiter Bitcoin ?

Une opération minière typique de Bitcoin dépensera des quantités considérables de temps, d'énergie et d'argent pour refroidir ses mineurs ASIC avec de la climatisation ou un refroidissement par immersion liquide, et ces coûts réduisent la rentabilité. Cependant, le principal déchet de l'OTEC est un approvisionnement presque infini et continu d'eau froide à 5 °C. Non seulement OTEC produit du refroidissement libre, mais il fournit un niveau de refroidissement auquel presque personne d'autre dans l'industrie minière n'a accès - assez pour overclocker les plates-formes minières de 30% à 40%, selon Harmon. Cela permet à OTEC d'atteindre essentiellement un niveau d'efficacité de l'utilisation de l'énergie (PUE) de 1, ce qui représente une efficacité minière presque parfaite. Cela pourrait très bien être le moyen le plus efficace d'exploiter Bitcoin.

S'il n'y a pas d'acheteur pour l'énergie d'une installation de test à moyenne échelle à 50 cents à 1 $ par kilowattheure, alors on n'a pas besoin de la connecter à la terre - c'est une économie de 40 à 100 millions de dollars en évitant un câble offshore. S'il n'est pas nécessaire de le connecter à la terre, il n'est pas nécessaire d'obtenir des permis ou d'amarrer l'installation - cela représente des dizaines de millions de dollars d'économies supplémentaires. Et s'il n'est pas nécessaire d'amarrer l'installation, elle peut être manœuvrée de manière dynamique, en utilisant sa propre décharge, et il n'est pas nécessaire d'engager des coûts exorbitants pour la protéger contre les ouragans. Et si l'installation peut être manœuvrée, elle peut « paître » et trouver l'emplacement le plus optimal pour l'OTEC, avec les eaux de surface les plus chaudes et le plus grand différentiel de température, afin de maximiser l'efficacité et d'éviter la vallée de la mort de l'innovation. Il se trouve que c'est dans le marasme, une région chaude et sans vent le long de l'équateur bien connue pour les navires échoués à l'ère de la voile.

Image modifiée à partir de Ocean Energy Systems

Dans une interview pour cet article, Harmon a déclaré que l'efficacité de la production d'énergie de l'OTEC évolue avec le carré du delta T. Théoriquement, on peut doubler l'efficacité de l'OTEC avec un delta T supplémentaire de 8 ºC. delta T moyen annuel) à l'équateur (dont le delta T moyen annuel est de 28 °C) peut transformer une installation de 5 MW en une installation de 10 MW.

Source de l'image : Ocean Energy Systems

Avec toutes ces optimisations et réductions des dépenses en capital, Harmon affirme que son équipe peut ramener l'OTEC bloqué à moyenne échelle à 11 cents par kilowattheure. Combinée à un refroidissement gratuit et à des plates-formes minières overclockées, l'installation de test serait en mesure de vendre son énergie bloquée à un acheteur colocalisé symbiotique et hautement optimisé : Bitcoin mining.

Harmon envisage qu'une installation de test à moyenne échelle, échouée sur une barge dans les eaux internationales et optimisée pour exploiter Bitcoin, permettra à OTEC de surmonter la vallée de la mort de l'innovation pour la première fois de l'histoire.

Source de l'image : “OTEC Technology- A World Of Clean Energy And Water

Abondance énergétique et charge flexible Bitcoin

Les emplacements tropicaux qui sont bien adaptés aux OTEC à grande échelle pourraient également avoir beaucoup d'énergie solaire et éolienne intermittente et beaucoup de réduction. Harmon envisage que ces régions dirigeraient la réduction vers leurs usines OTEC où les mineurs de Bitcoin refroidis et overclockés pourraient être optimisés pour consommer l'énergie excédentaire et réduire le coût des OTEC à grande échelle.

Une région qui utiliserait cette architecture bénéficierait d'une alimentation de charge de base bon marché, propre et continue, avec une charge flexible subventionnée par les revenus miniers de Bitcoin. En favorisant l'abondance d'énergie, l'OTEC peut être utilisé pour alimenter les usines de dessalement afin de fournir de l'eau potable fraîche à ces régions tout en extrayant de manière durable les minéraux bruts de l'eau de mer. Plus controversé, cela pourrait également rendre l'exploitation minière des nodules de manganèse dans les fonds marins - des billions de dollars de géodes contenant des concentrations économiques de minéraux - rentable pour la première fois.

Les environnements tropicaux ont souvent une demande accrue de climatisation tout au long de l'année. Cela augmente généralement les coûts énergétiques et la forte demande d'énergie nécessite souvent de l'énergie provenant de sources non renouvelables. OTEC peut réduire le besoin de climatisation énergivore en fournissant une climatisation à eau de mer (SWAC) aux bâtiments voisins. L'eau froide à 5 °C de l'OTEC est pompée à travers un échangeur de chaleur vers un système d'eau glacée en boucle fermée. La boucle traverse diverses unités de ventilation qui soufflent de l'air sur les tuyaux refroidis pour fournir de l'air frais dans les espaces de vie.

Image modifiée à partir de The Brando

La tradition hawaïenne des ressources naturelles durables

Avant le contact avec les Occidentaux, le Royaume d'Hawaï avait une longue tradition de durabilité en utilisant les ressources naturelles qui étaient à leur disposition. Les populations indigènes avaient une tradition culturelle connue sous le nom d'ahupua'a - un bassin versant et une division des terres communes dans les ruisseaux et les vallées. L'ahupua'a comprenait la terre des montagnes à la côte et l'océan côtier s'étendant jusqu'au récif corallien. Les indigènes plantaient du taro dans les hautes terres et détournaient les ruisseaux dans leurs champs qui transportaient les nutriments vers les estuaires des étangs à poissons aux parois rocheuses au bord de l'océan. C'est dans ces estuaires que leurs poissons préférés étaient élevés dans un mélange d'eau fraîche riche en nutriments et d'eau salée de l'océan.

Source de l'image : Water for Life, Hawaii Board of Water Supply

Le royaume pré-contact a soutenu des centaines de milliers de personnes, complètement isolées du monde extérieur pendant des centaines d'années avant l'arrivée du capitaine James Cook à Hawaï, en 1778. Hawaï importe environ 85 % de sa nourriture et 95 % de ses ressources énergétiques.

De la tradition à la durabilité moderne

L'eau froide qu'OTEC extrait de l'océan profond est riche en minéraux et en nutriments. La vie marine à la surface de l'océan finit par devenir des détritus et tombe constamment dans les profondeurs de l'océan. La circulation thermohaline océanique transporte des quantités considérables de détritus dans l'océan Pacifique où la densité de nutriments est amplifiée. Le sous-produit d'OTEC peut non seulement être utilisé pour alimenter et refroidir les mineurs de Bitcoin, mais ses nutriments peuvent être extraits pour l'agriculture et l'aquaculture.

L'eau extraite par OTEC peut être utilisée pour le dessalement ou pour produire de l'hydrogène vert grâce à une électrolyse énergivore, le tout alimenté par OTEC. L'eau qui n'est pas utilisée est rejetée dans l'océan. Les nutriments qui sont recirculés dans les mers augmentent l'efficacité du phytoplancton peu profond qui peut séquestrer le dioxyde de carbone dans les profondeurs de l'océan lorsque cette vie marine devient des détritus qui tombent. Cependant, les effets de cette décharge doivent être étudiés à plus grande échelle. Il convient de noter qu'à moins que l'upwelling artificiel ne soit maintenu indéfiniment, les effets finiraient par s'inverser et éventuellement pousser les températures encore plus haut. C'est pourquoi Harmon préférerait de loin voir ces nutriments devenir des puits de carbone sur terre et améliorer les rendements des cultures pour l'humanité, où ils auraient un impact plus durable.

L'application d'électricité à l'eau de mer peut créer des récifs artificiels grâce à un processus connu sous le nom d'électrolyse de l'eau de mer, où du carbonate de calcium se forme autour d'une cathode, enduisant finalement l'électrode d'un matériau trois fois plus résistant que le béton. Ce processus d'accrétion a été perfectionné par Wolf Hilbertz, qui s'est inspiré du scientifique britannique Michael Faraday du milieu du XIXe siècle, mieux connu pour avoir inventé la batterie à courant continu. Faraday a remarqué une précipitation blanche pelucheuse en faisant passer l'électricité dans l'eau. Lorsqu'elles sont cultivées correctement, ces précipitations créent du carbonate de calcium, la substance dont sont composés les coraux et les coquillages.

L'électrolyse de l'eau de mer alimentée par l'OTEC pourrait être utilisée pour générer des récifs poreux autoréparables qui dissipent efficacement l'énergie des vagues pour protéger et faire repousser les plages, les rivages et les environnements marins érodés plus rapidement que le niveau de la mer ne peut monter. Ces structures incroyablement solides pourraient même un jour soutenir de nouveaux habitats humains durables et créer des archipels artificiels alimentés par une électricité OTEC abondante, de l'eau douce, de la nourriture et du carburant.

Source de l'image : Water for Life, Hawaii Board of Water Supply

Construire, tester et étudier

« Si vous disposez d'une énergie illimitée, vous pouvez résoudre n'importe quel problème… OTEC transforme la surface de l'océan en un panneau solaire géant. Il n'y a pas assez de lithium dans le monde pour mettre des batteries et des panneaux solaires pour alimenter les ressources énergétiques mondiales. Donc, au lieu de cela, vous utilisez l'océan qui le fait déjà. »

–Nathaniel Harmon, « Bitcoin, énergie et environnement »

L'OTEC présente des inconvénients environnementaux potentiels et l'étude de ces externalités négatives est l'un des principaux objectifs de l'installation d'essai à moyenne échelle qu'Harmon et son équipe prévoient de construire. Les plantes peuvent être bruyantes et peuvent affecter la vie marine, l'atténuation du bruit doit donc être étudiée. Un autre problème potentiel est l'utilisation de composés antisalissures utilisés pour empêcher les tuyaux de se corroder. Et pomper trop d'eau riche en nutriments sur la surface, sans en faire bon usage, peut favoriser la putréfaction. La solution consiste à libérer l'eau mélangée à une profondeur moyenne où elle continue dans le cycle des détritus. Cela modifie encore la structure trophique de la zone entourant la plante, qui doit également être étudiée.

Alors que l'eau riche en nutriments de l'OTEC peut être utilisée pour l'agriculture et pour la séquestration productive du carbone sur terre, une autre application potentielle de l'eau riche en nutriments est l'aquaculture. Son "upwelling artificiel" reproduit les upwellings trouvés dans la nature qui sont responsables de nourrir et de soutenir les plus grands écosystèmes marins du monde et les plus grandes densités de vie sur la planète. Les espèces non indigènes, telles que l'ormeau, la truite, les huîtres, les palourdes et les animaux marins d'eau froide, tels que le homard et le saumon, prospèrent dans cette eau de mer riche en nutriments et pourraient être élevées dans des régions tropicales. Cela réduirait le besoin d'expédition lointaine et de réfrigération énergivore pour les régions tropicales où les fruits de mer récoltés se détériorent souvent rapidement. Ironie du sort, la technologie inspirée par le conte fictif de Verne sur la stabilisation de la mer pourrait très bien prendre en charge des habitations permanentes, des laboratoires de recherche et des citadelles Bitcoin dans les eaux internationales.

Les premières étapes pour Harmon et son équipe seront de refactoriser la centrale Kailua-Kona de 100 kW de Makai, sur la grande île, avec des mineurs S9 Bitcoin. L'usine est trop petite pour faire de l'argent, mais elle fera la démonstration de la technologie de refroidissement intégrée d'OTEC. Ensuite, l'équipe souhaite travailler sur la démonstration à moyenne échelle en utilisant une plate-forme de pâturage conteneurisée.

L'OTEC et la terraformation

Incroyablement, OTEC peut être utilisé pour améliorer les précipitations et modérer les températures estivales ambiantes élevées sous les tropiques. Une centrale électrique de 100 MW serait capable de pomper environ 12 millions de gallons (44 400 tonnes métriques) d'eau à 5 ° C à la surface - un peu plus que la masse du cuirassé de classe Bismarck - chaque minute. Bien que des recherches supplémentaires soient nécessaires, en théorie, si un certain nombre d'usines OTEC à grande échelle dirigeaient cette remontée vers la surface dans une région, cela pourrait affecter le temps de manière potentiellement bénéfique.

Lorsque la surface de l'océan est chaude, cela crée un système de basse pression qui crée des vents secs et chauds vers l'océan. Il est préférable d'avoir des vents humides vers la terre en provenance de l'océan qui augmentent les précipitations, inversent les sécheresses et favorisent des températures ambiantes estivales plus confortables (inférieures à 35 ° C) sur terre. La remontée de dizaines de milliards de gallons d'eau froide vers la surface de l'océan aurait, en théorie, cet effet - rendant les régions tropicales plus tempérées et mieux irriguées. Des endroits tels que le Moyen-Orient, l'Afrique du Nord-Est, le sous-continent indien et l'Australie pourraient peut-être bénéficier du contrôle de leurs saisons estivales chaudes et sèches et des précipitations irrégulières. Ces effets se limitent d'eux-mêmes, car l'OTEC ne fonctionne pas si les températures de surface se refroidissent trop. Cependant, les barges OTEC de pâturage bloquées qui exploitent Bitcoin peuvent facilement se déplacer vers des emplacements plus optimaux.

Quand Harmon était étudiant diplômé à l'Université d'Hawaï à Manoa - étudiant la géologie marine et la géochimie - il a proposé des recherches sur la façon dont Bitcoin pourrait devenir la couche de transport dans le livre de Jeremey Rifkin, "La troisième révolution industrielle". La proposition d'Harmon n'a pas été bien accueillie. Le professeur Camilo Mora n'était pas intéressé. Le Dr Michael J. Roberts, professeur d'économie, lui a envoyé un e-mail disant que ses recherches étaient "gravement erronées", l'ont encouragé à abandonner l'école pour travailler pour les jumeaux Winklevoss, et a lu Paul Krugman pour une critique appropriée de l'économie de Bitcoin.

Harmon pense qu'il a peut-être inspiré par inadvertance Mora et al., trois fois réfutés. Avis de 2018, dans la revue scientifique Nature, qui affirmait à tort que le Bitcoin pouvait à lui seul faire grimper les températures mondiales de 2°C. Selon Harmon, l'opinion a été rédigée par des étudiants de premier cycle dans le cadre d'un projet de cours à l'université, qui ont peut-être eu vent de ses recherches. Ni Camilo Mora, ni Katie Taladay ne l'ont écrit - ils l'ont édité pour la grammaire, pas pour le contenu. À ce jour, le papier défectueux est toujours cité par les critiques de Bitcoin.

Mais que se passerait-il si Bitcoin et OTEC pouvaient plus que simplement encourager les énergies renouvelables. Et si, ensemble, ils pouvaient modérer le climat et réduire les phénomènes météorologiques extrêmes ? Les eaux tropicales chaudes le long de l'équateur génèrent notoirement des cyclones tropicaux, des typhons et des ouragans qui causent des dizaines de milliards de dollars de dégâts dans le monde chaque année. En théorie, la gravité de ces tempêtes pourrait être atténuée en faisant remonter artificiellement d'énormes quantités d'eau fraîche, financées par l'exploitation minière de Bitcoin. Comme mentionné précédemment, une mise en garde est que l'ingénierie climatique basée sur les océans, à l'échelle mondiale, devrait probablement être maintenue indéfiniment, sinon les effets bénéfiques s'inverseraient bientôt.

Source de l'image : NASA

Dans un message sur le forum Bitcointalk en 2010, Satoshi Nakamoto a prédit que l'exploitation minière de Bitcoin pourrait graviter vers les pôles de la Terre, écrivant "La génération de Bitcoin devrait finir là où elle est la moins chère. Peut-être que ce sera dans les climats froids où il y a de la chaleur électrique, où ce serait essentiellement gratuit.

Bien que Nakamoto n'ait peut-être pas considéré que Bitcoin avait le potentiel de tirer d'énormes quantités d'énergie gratuite des océans tropicaux, l'OTEC n'est pas techniquement limité aux eaux équatoriales.

L'énergie comme sous-produit échoué

«Le pouvoir est synonyme de progrès et de civilisation.»
–Dr. H.Barjot

Tout différentiel de température peut être utilisé pour créer de l'énergie. Dans le numéro de mars 1930 du Scientific American, le Dr H. Barjot a proposé d'utiliser le différentiel de chaleur entre les eaux arctiques et l'air pour produire de l'énergie pendant les mois d'hiver lorsque les centrales hydroélectriques ont réduit le débit des cours d'eau. Barjot a envisagé d'utiliser du butane comme fluide de travail, qui a un point d'ébullition de -0,5°C. Le fluide est condensé avec des blocs de glace-sel formés par du cryohydrate congelé, une glace d'eau salée saturée à base de saumure, qui est remise en circulation entre un condenseur et un lit de glace adjacent où elle se recongèle.

En supposant un niveau réaliste d'efficacité de 4%, Barjot a calculé que l'énergie extraite de la congélation d'un mètre cube d'eau dans une usine Barjot OTEC serait égale à l'énergie générée par deux gallons de pétrole. Le déchet d'une usine Barjot est de la glace.

Source de l'image : Scientific American, March 1930

Bien que les ingénieurs modernes pensent que les idées de Barjot étaient en grande partie irréalisables, elles ne sont pas impossibles. Une centrale Barjot pourrait être implantée sur des îles de la région polaire ou sur des plateformes fixées sur des calottes glaciaires. De telles installations bloquées pourraient se financer avec une exploitation minière Bitcoin refroidie de manière optimale pour créer des calottes glaciaires ou des glaciers artificiels au Groenland ou dans les vallées antarctiques situées près de la côte. La technologie pourrait même être utilisée pour terraformer des planètes ou des lunes dans un avenir très lointain.

Le processus de greffe glaciaire n'est pas particulièrement difficile. Au 12ème siècle, lorsque les nouvelles de Gengis Khan et de l'avancée des Mongols ont atteint ce qui est aujourd'hui le nord du Pakistan, les villageois auraient bloqué les cols de montagne en faisant pousser des glaciers à travers eux. L'art du greffage glaciaire est définitivement pratiqué depuis au moins le début du XIXe siècle, dans les montagnes de l'Hindu Kush et du Karakorum, pour l'irrigation et pour préserver l'accès à l'eau douce.

La proposition de Barjot illustre en outre comment les différentiels de température bloqués peuvent produire des quantités considérables d'énergie et des sous-produits souhaitables tels que des nutriments, des récifs artificiels, l'aquaculture, de l'eau dessalée, des minéraux ou même des calottes glaciaires. Dans un sens, on pourrait considérer l'énergie bloquée comme le sous-produit qui peut être facilement échangé contre du Bitcoin, pour faire du projet une réalité.

Faire avancer l'humanité

En 1964, l'astronome soviétique Nikolai Kardashev a proposé l'échelle de Kardashev, une méthode de mesure du niveau d'avancement technologique d'une civilisation basée sur la quantité d'énergie qu'elle est capable d'extraire de son environnement. L'utilisation de l'énergie gratuite des océans d'une planète est un impératif pour l'avancement d'une civilisation à cette échelle.

Les possibilités de libérer l'énergie thermique des océans sont presque illimitées. Alors que les innovateurs d'une époque révolue - y compris d'Arsonval, Claude, Campbell, Tesla et Barjot - n'ont pas pu voir leurs idées se concrétiser, Bitcoin peut aider à réaliser leurs rêves d'énergie renouvelable et d'abondance pratiquement gratuites. la vie. Alors que les gouvernements du monde entier tentent de donner un sens à une monnaie mondiale ouverte, inclusive et neutre qui monétise l'énergie, les innovations dans la production d'électricité resteront étouffées sans utiliser Bitcoin comme acheteur d'énergie bloqué en dernier recours.

Et pourtant, Bitcoin semble destiné à exploiter l'énergie thermique des océans. L'exploitation minière OTEC Bitcoin échouée, dans les eaux internationales, créerait une barrière réglementaire protectrice contre les gouvernements qui chercheraient à étouffer l'argent non étatique. Avec le pouvoir d'ensemencer des citadelles marines, l'OTEC pourrait permettre aux humains de prospérer de manière durable et indépendante dans des eaux isolées - hors de portée des gouvernements. Plus les gouvernements combattront le Bitcoin, plus le Bitcoin sera attiré par les eaux internationales riches en énergie.

Source de l'image : 20th Century Fox

La capacité de Bitcoin à libérer l'abondance d'énergie incarne ce que Brandon Quittem décrit dans son essai "Bitcoin est une espèce pionnière", où Bitcoin imite les systèmes biologiques qui colonisent les environnements inhospitaliers et libèrent l'énergie potentielle dans les éléments bruts pour que des espèces plus avancées puissent l'utiliser et s'épanouir.

Prouver que ça marche

Pour toute l'imagination et l'espoir d'un avenir riche en énergie que l'OTEC pourrait libérer, il faut être réaliste. Il reste encore des défis d'ingénierie avec des OTEC de 100 MW à moyenne échelle qui doivent être résolus. Cependant, par rapport à ce qui a été accompli par l'industrie pétrolière et gazière offshore, les obstacles ne sont pas impossibles à surmonter. Le problème à l'heure actuelle est que les défis empêchent l'humanité de faire passer la technologie de 10 MW à 100 MW.

Avant Bitcoin, une centrale OTEC de 10 MW était trop chère et la vallée de la mort de l'innovation trop large. Il y a aussi des problèmes environnementaux, mais rien à l'échelle des problèmes liés à l'extraction ou à la combustion de combustibles fossiles. Une étude approfondie est nécessaire dans le cadre du processus de mise à l'échelle.

Pourtant, OTEC a eu plus d'échecs que de succès dans sa longue histoire de rêve futuriste pour un avenir meilleur. La question demeure, est-ce que ça marchera ? La bonne nouvelle est que nous n'avons pas à faire confiance aux océanographes et aux ingénieurs qui font des déclarations extraordinaires sur l'OTEC, ou sur toute technologie énergétique d'ailleurs. Au lieu de cela, Bitcoin est un laboratoire de test pour la mise à l'échelle de nouvelles formes de production d'énergie. Les plates-formes minières Bitcoin et leurs adresses de portefeuille publiques prouveront aux investisseurs et au grand public si les installations de test sont capables d'effectuer le travail qu'elles prétendent. Dans cette optique, la preuve de travail n'est qu'un autre terme pour "prouver que cela fonctionne".

Bitcoin ne se soucie pas de savoir si OTEC fonctionne ou non. Si une usine pilote OTEC produit l'énergie promise, l'équipe qui l'a construite sera récompensée. Éprouvée sur un grand livre public, la centrale aura un acheteur symbiotique colocalisé pour l'énergie échouée et pourra obtenir le financement nécessaire pour intensifier l'opération. Sinon, l'expérience échoue sans récompense. Les plates-formes minières Bitcoin se branchent directement sur n'importe quelle source d'alimentation, dans n'importe quel endroit éloigné, prêtes à payer son énergie avec de l'or numérique. Bitcoin sera le juge final et le jury quant à savoir si OTEC évolue ou échoue.

C'est là que réside la beauté de l'extraction de Bitcoin et de la preuve de travail, un actif porteur numérique énergivore qui libère paradoxalement l'épanouissement humain et l'abondance énergétique. Claude n'a jamais été en mesure d'extraire suffisamment de particules d'or microscopiques de l'eau de mer ou de vendre suffisamment de glace pour financer ses projets OTEC échoués. Mais, il aurait pu réussir s'il avait un acheteur d'énergie fiable et colocalisé. En bloquant l'énergie sur des rivages inaccessibles et des plates-formes éloignées, l'humanité peut commencer le processus d'exploitation de la puissance d'une manière jamais possible auparavant.

Pour la première fois, l'opportunité d'exploiter économiquement la puissance planétaire est à notre portée. Grâce à Bitcoin, l'esprit humain d'innovation reste fort. Le voyage ne sera pas facile et il y a beaucoup de travail à faire. Et à travers tout cela, Bitcoin sera prêt, désireux et capable de guider l'humanité dans cette entreprise vers un avenir d'abondance énergétique, de prospérité et de liberté.


Cet article a été initialement publié dans Bitcoin Magazine, par Level39.