Coup d'Oeil Sur Le Réseau Lightning

Examen de la méthode de mise à l'échelle du réseau Bitcoin et de son évolution d'une réserve de valeur à un moyen d'échange. | Lyn Alden | Swan Bitcoin

Coup d'Oeil Sur Le Réseau Lightning

Auteur: Lyn Alden | Traduit par: Sovereign Monk | Swan Bitcoin

Cet article examine la relation entre un actif monétaire qui est une réserve de valeur et un moyen d'échange.

Plus précisément, il se concentre sur la méthode de mise à l'échelle du réseau Bitcoin comme principal exemple, mais il jette également un regard général sur l'histoire des compromis dans l'espace des crypto-monnaies pour voir pourquoi une approche en couches est la plus logique.

L'objectif premier de cet article est d'examiner le sujet de l'évolution du bitcoin en tant que moyen d'échange, et plus largement d'analyser l'ordre dans lequel de nouveaux actifs monétaires peuvent être acceptés comme réserve de valeur et moyen d'échange.

Dans le cadre de cet article, j'inclurai une analyse du réseau Lightning, qui est une couche de paiement de petite taille mais à croissance rapide, imbriquée dans le réseau Bitcoin.

Arcane Research, The State of Lightning Volume 2

> Points de Synthèse

Cet article est long, je vais donc résumer les points principaux ici, puis je consacrerai le reste de l'article à entrer dans les détails.

  • Un véritable réseau de paiement décentralisé et sans autorisation nécessite son propre actif numérique porteur sous-jacent et autodéposé. Si, au lieu de cela, il fonctionne au-dessus du système de la monnaie fiduciaire ou s'il repose sur des accords de garde externes, il n'est ni décentralisé ni sans autorisation.
  • Pour créer un actif numérique au porteur véritablement nouveau et utile pour les paiements à long terme, il doit également être une réserve de valeur attrayante, de sorte qu'un pourcentage significatif de la population commence à le détenir de manière persistante en tant que pourcentage de sa valeur nette liquide et soit disposé à l'accepter pour des biens et des services.
  • En d'autres termes, pour créer une version décentralisée de Visa, il faut d'abord créer une version décentralisée de Fedwire et, parallèlement, une version décentralisée de l'or numérique. Il est difficile d'imaginer qu'une autre voie puisse réussir.
  • Le bitcoin a été conçu de manière intelligente dès le départ. Il a créé un or numérique sous-jacent et un réseau de règlement, avec un degré crédible de décentralisation, d'auditabilité, de rareté et d'immuabilité qu'aucun autre réseau ne peut actuellement rivaliser. Sur cette base, Lightning, en tant que réseau de paiement, est en cours de développement et a atteint une masse critique de liquidité et de facilité d'utilisation.
  • De nombreuses crypto-monnaies qui ont suivi le sillage du bitcoin ont mis la charrue avant les bœufs. Elles ont optimisé le débit et la vitesse de leur couche de base, au détriment de la décentralisation, de l'auditabilité, de la rareté et/ou de l'immuabilité de l'actif porteur sous-jacent. En tant que tels, ils n'ont pas réussi à être adoptés structurellement en tant que monnaie et ont rendu leur débit élevé non pertinent, d'autant plus qu'ils ont été créés dans l'ombre de l'effet de réseau plus important du bitcoin.
  • La volatilité est inévitable sur le chemin de la monétisation. Une nouvelle monnaie ne peut pas passer de zéro à des billions sans volatilité à la hausse par définition, et avec la volatilité à la hausse viennent les spéculateurs, l'effet de levier, et les périodes de volatilité à la baisse. Les deux premières décennies de monétisation du réseau, alors qu'il est soumis à une découverte ouverte des prix pour atteindre la majeure partie de son marché adressable total, devraient être différentes de l'"état stable" du réseau après avoir atteint la majeure partie de son marché adressable total, en supposant qu'il y parvienne.
  • Les taxes sur les transactions en crypto-monnaies, ainsi que le taux d'inflation de l'offre plus faible des bitcoins par rapport aux monnaies fiduciaires, font que la loi de Gresham est applicable ici. La plupart des habitants des pays développés ont intérêt à dépenser leurs fiats et à thésauriser leurs bitcoins comme un investissement, du moins à ce stade du processus de monétisation. L'exception concerne le sous-ensemble de personnes qui ont spécifiquement besoin de la nature sans permission de Bitcoin/Lightning pour une raison ou une autre, ou pour qui la majorité de leur valeur nette liquide est en bitcoin.
  • Les habitants des pays en développement, où l'inflation est plus élevée et où les systèmes bancaires et de paiement sont plus faibles en général, sont naturellement plus enclins à utiliser Lightning comme moyen d'échange au début du processus de monétisation. En effet, les taux d'adoption sont plutôt prometteurs dans bon nombre de ces régions. Ce n'est pas surprenant, si l'on considère que les habitants des pays en développement sont plus nombreux à posséder des téléphones intelligents que des comptes bancaires, dans l'ensemble.
  • Un aperçu du fonctionnement de base du réseau Lightning et des raisons pour lesquelles les systèmes de transaction basés sur les canaux sont plus judicieux que les systèmes de transaction par diffusion pour les paiements individuels.
  • Un regard sur d'autres cas d'utilisation du réseau Lightning, y compris son utilisation en tant que système de règlement rapide pour déplacer des dollars et d'autres monnaies fiduciaires dans le monde entier, par le biais de la liquidité bitcoin de base du réseau.
  • Une réponse à diverses critiques du réseau Lightning, y compris une explication de la raison pour laquelle la comparaison de sa petite taille avec divers projets DeFi plus importants est une erreur de catégorie, et une analyse de son potentiel de mise à l'échelle.
  • Des réflexions finales sur les obstacles réglementaires et d'application auxquels les gouvernements doivent faire face maintenant que la technologie de paiement de pair à pair à source ouverte existe.

Réserve de valeur et moyen d'échange

Les humains en petits groupes n'ont pas besoin d'argent ; ils peuvent organiser les ressources entre eux manuellement.

Cependant, les groupes qui atteignent le nombre de Dunbar ou plus commencent généralement à identifier et à utiliser une certaine forme de monnaie, ce qui leur donne une unité comptable plus liquide, divisible, minimisant les frictions et largement acceptée pour stocker et échanger de la valeur avec des personnes qu'ils ne connaissent pas.

Qu'est-ce qui fait une bonne monnaie ? Et comment une nouvelle monnaie est-elle adoptée par les utilisateurs ? J'ai répertorié l'histoire de cette question à partir de multiples points de vue dans mon article "What is Money, Anyway ?".

La réponse courte, tirée de milliers d'années d'histoire à travers de multiples continents, est que la monnaie marchandise qui est adoptée organiquement doit avoir un ratio stock-flux raisonnablement élevé, et doit être suffisamment divisible, portable, durable, fongible et vérifiable, tout en étant souhaitable à détenir pour une raison quelconque.

Lorsque différentes monnaies de marchandises entrent en contact les unes avec les autres, souvent en raison du contact entre des cultures ayant des niveaux de technologie différents, la monnaie la plus difficile à produire (c'est-à-dire capable de maintenir un ratio stock-flux constamment plus élevé, même face à l'amélioration de la technologie humaine) l'emporte. La monnaie dans une société se consolide généralement vers une ou deux, plutôt que vers plusieurs coexistant indéfiniment. Les métaux précieux, et plus particulièrement l'or, ont remporté la compétition de la monnaie marchandise pendant des milliers d'années.

Les systèmes de monnaie fiduciaire, c'est-à-dire les systèmes de monnaie de papier et de banque avec des réserves d'argent flexibles qui ne sont soutenues par rien et n'ont aucun coût à produire, ont été essayés un certain nombre de fois dans l'histoire. Chacune de ces monnaies fiduciaires a inévitablement échoué sur une période suffisamment longue. La tentation des responsables politiques centraux de produire davantage, surtout en temps de crise, est toujours présente. Supposer qu'un tel système peut durer éternellement sans une panne ou une réinitialisation quelconque, c'est supposer qu'il y aura une chaîne ininterrompue d'opérateurs centralisés compétents et désintéressés de ce système monétaire.

Cependant, avec le développement des technologies de télécommunications et des grands livres bancaires mondiaux, les monnaies fiduciaires ont fini par offrir une amélioration réelle des vitesses de transaction et de vérification à long terme par rapport aux métaux précieux, ce qui, avec la taxation ou parfois l'interdiction pure et simple des métaux précieux et d'autres monnaies, est en partie à l'origine de leur adoption généralisée pour la première fois dans l'histoire. Les métaux précieux, en tant qu'actifs au porteur, n'étaient pas assez divisibles ou portables pour suivre le rythme du commerce mondial à la vitesse des canaux de télécommunication, et devaient donc être abstraits avec des chevilles, des créances et un risque de contrepartie. En raison de ce décalage de vitesse et de l'abstraction qui s'ensuivit, les décideurs politiques ont réussi à écarter complètement les métaux précieux du processus, à l'exception de leur conservation en tant que réserves souveraines opaques, et ont pu créer un système uniquement basé sur le grand livre dans le monde entier, qui est actuellement dans sa sixième décennie de fonctionnement.

Le dollar a un ratio stock-flux inférieur à celui de l'or, mais il a un ratio stock-flux moyen supérieur à celui de la plupart des autres marchandises, et il a la propriété de pouvoir être envoyé dans le monde entier relativement rapidement, alors que la plupart de ses concurrents plus rares (par exemple l'or) sont à la fois lents et taxés. Le dollar n'est pas une monnaie dans laquelle vous souhaitez stocker de la valeur pendant des décennies, mais il a clairement son utilité en termes de paiements et d'économies à court terme en raison de la façon dont le système financier mondial a été conçu.

Cependant, je pense que le système fiduciaire en place depuis les années 1970 devient de plus en plus instable au fil du temps et qu'il finira par subir une sorte de dévaluation et de réalignement à plus long terme pour éliminer l'excès de dette du système. Ce processus est déjà en place depuis plus d'une décennie aux États-Unis et je m'attends à ce qu'il se poursuive ici et ailleurs dans le monde :

St. Louis Fed

Et si nous regardons à l'échelle mondiale, il y a des dizaines de pays avec des taux d'inflation actuels ou récents supérieurs à 25 %, et/ou qui ont connu des réinitialisations de monnaie ou des hyperinflations au cours de notre vie.

Le réseau Bitcoin introduit des vitesses de paiement et de règlement plus rapides que les monnaies fiduciaires, mais ses unités ont également un ratio stock-flux plus élevé que l'or, et peuvent être utilisées de manière autonome et de pair à pair via le réseau décentralisé.

Cependant, il s'agit d'une monnaie nouvelle et volatile, mal comprise et certainement pas sans risque, de sorte que les bitcoins sont souvent critiqués pour leur trop grande volatilité pour être utilisés comme moyen d'échange. Et en dehors de certains cas particuliers, les bitcoins ne sont en effet que très peu utilisés comme moyen d'échange dans leur phase initiale actuelle de monétisation.

Les inconvénients de la blockchain

Un certain nombre de crypto-monnaies se présentent comme des concurrents plus rapides du réseau Bitcoin, et sont donc censées être mieux adaptées comme moyen d'échange. En mettant de côté pour le moment les plateformes de contrats intelligents et les monnaies de preuve d'enjeu, nous pouvons jeter un coup d'œil rapide à certaines des monnaies de preuve de travail notables qui ont vu le jour dans le sillage du réseau Bitcoin.

Je pense qu'il est naturel pour le marché d'explorer plusieurs mauvaises réponses pour voir dans la pratique quelles sont les bonnes réponses, et une partie de ce qui me permet d'analyser ces concepts est l'historique de pourquoi et comment divers projets n'ont pas réussi à accumuler de la valeur.

Le Litecoin a été inventé en 2011 sur la base de la conception du Bitcoin, mais avec quelques changements concernant la façon dont il est miné et la durée de ses blocs, et commercialisé comme "l'argent de l'or du Bitcoin". Il est commercialisé comme "l'argent de l'or du bitcoin". Plus précisément, il utilise des temps de blocage plus rapides de 2,5 minutes, contre 10 minutes pour le bitcoin. Il a atteint de grands sommets en 2013, puis des sommets beaucoup plus importants en 2017, et le créateur a alors vendu sa position au sommet du marché. En 2021, pendant la saison des altcoins, le Litecoin a réussi à égaler grosso modo les sommets de 2017, mais n'a pas été capable de gagner de la vitesse pour multiplier ces sommets. Après avoir été pendant très longtemps dans le top 10 des pièces de monnaie par capitalisation boursière, il commence à stagner et à chuter dans le classement des crypto-monnaies par capitalisation boursière, et ne fait plus partie du top 10.

En tant que l'une des plus anciennes monnaies qui continue à fonctionner comme prévu, le graphique du prix du Litecoin libellé en bitcoins est un exemple typique de la façon dont la plupart des monnaies se dégradent de façon persistante au fil du temps en termes libellés en bitcoins après avoir connu leur pic de prix initial :

Dogecoin, créé comme une blague en 2013 sur la base du design de Litecoin, a réussi à atteindre des sommets nettement plus élevés en 2017, puis a connu un pic mème massif en 2021 grâce au pompage d'Elon Musk, suivi d'un crash de plus de 90%. La durée des blocs est de 1 minute et l'offre n'est pas plafonnée. De nombreuses autres monnaies mèmes sur le thème du chien sont apparues dans son sillage, chacune ayant connu un bref pic avant de s'effondrer. Ces pièces sont des blagues qui ont néanmoins incité de nombreux investisseurs particuliers à les acheter au sommet. Un certain nombre d'échanges de crypto-monnaies les ont malheureusement commercialisées de manière agressive auprès des investisseurs individuels dès le début afin de faire de l'argent rapidement, et ont ainsi contribué à la formation d'une bulle qui a entraîné de nombreuses personnes dans des pertes de capital importantes.

Monero, créé en 2014 comme une pièce de monnaie sur le thème de la vie privée, n'a pas été en mesure de dépasser de manière décisive ses sommets de 2017 et a chuté très profondément dans les classements de capitalisation du marché des crypto-monnaies. Monero utilise des mécanismes de confidentialité intéressants, mais s'appuie sur des preuves indirectes pour vérifier l'offre, ce qui signifie qu'il y a une chance non nulle qu'il y ait un bug d'inflation non détecté à tout moment. Monero a des temps de bloc de 2 minutes, et la façon dont il est conçu ne permet pas actuellement à un réseau de canaux de paiement de type Lightning d'exister au-dessus de lui. J'aimerais voir plus de développement de la confidentialité au sein de l'écosystème Bitcoin, afin de rendre les techniques de confidentialité plus automatiques et plus faciles à utiliser.

Les " hard forks " de Bitcoin, comme Bitcoin Cash " BCH " et Bitcoin Satoshi Vision " BSV ", ont connu un sort moins enviable. Certains ont disparu, tandis que d'autres, comme ces deux-là, survivent dans un état affaibli. Ce qu'ils ont en commun, c'est qu'ils augmentent la taille des blocs afin de pouvoir regrouper plus de transactions dans chaque bloc. Tous deux ont connu une baisse significative en termes de bitcoins. Bitcoin Cash, qui a été bifurqué du réseau Bitcoin primaire en 2017, n'a pas encore été en mesure de toucher ses sommets de 2017 en termes de dollars. Bitcoin Satoshi Vision, qui a été créé à partir de Bitcoin Cash en 2018, a connu une évolution latérale irrégulière depuis sa création, est actuellement inférieur au prix auquel il a été scindé et a fait l'objet d'attaques à 51 % en raison de son faible taux de hachage. Si environ 1 % des mineurs de bitcoin veulent faire une attaque de 51 % sur l'une ou l'autre de ces chaînes, ils peuvent le faire, puisque le taux de hachage du bitcoin est supérieur de plusieurs ordres de grandeur et qu'ils partagent tous le même algorithme de hachage.

Le principal problème lié à l'accélération des temps de bloc et/ou à l'augmentation de la taille des blocs est que, si le réseau est fortement utilisé, les exigences en matière de bande passante et de stockage pour faire fonctionner un nœud complet deviennent assez élevées, ce qui rend difficile pour l'utilisateur typique de faire fonctionner un nœud complet pour auditer le réseau et, par extension, rend les règles du réseau moins crédibles et immuables puisque le nombre de nœuds complets est minuscule. Aller trop vite peut également créer des problèmes de stabilité.

Lorsque nous regardons le modèle d'adoption du réseau Bitcoin et de certains de ses forks et concurrents qui ont échoué, nous pouvons rapidement voir un problème de base que beaucoup de ces forks/concurrents ont rencontré et pourquoi ils ont échoué. Ils ont essayé de créer un vaste moyen d'échange à partir de quelque chose qui n'était pas une réserve de valeur, et sans le pouvoir gouvernemental de la monnaie fiduciaire. Et ce, en plus du fait qu'ils avaient le gros problème d'exister dans l'ombre de l'effet de réseau bien plus dominant du Bitcoin.

Ils sont même allés jusqu'à sacrifier leur décentralisation, leur immuabilité et leur auditabilité (qui est un élément important de ce qui pourrait potentiellement faire de quelque chose comme les bitcoins une réserve de valeur) afin d'atteindre leur objectif d'être un moyen d'échange. Cette voie, cependant, mène à l'échec et à la non-pertinence.

En d'autres termes, pour inventer avec succès un réseau décentralisé de pair à pair de type Visa (couche de transaction rapide), il faut d'abord inventer un réseau sous-jacent décentralisé de pair à pair de type Fedwire (couche de règlement), ainsi qu'une raison pour laquelle l'unité sous-jacente devrait être détenue à long terme par rapport à d'autres actifs (or numérique).

Le long chemin vers la monétisation

Ce qui est fascinant dans l'observation de l'explosion cambrienne de nouvelles monnaies privées ou "crypto-monnaies" depuis 2009, basée sur la création du réseau Bitcoin par Satoshi Nakamoto, c'est qu'elle représente un nouveau test pour les théories économiques sur le thème de ce qui fait de la bonne monnaie par rapport à ce qui n'en fait pas.

Tout le monde a une théorie sur ce qui rend certaines monnaies meilleures que d'autres, mais sur le long terme, c'est le marché qui décide. Même pour les monnaies contrôlées par les gouvernements, c'est le marché international qui les départage. N'importe quelle crypto-monnaie peut avoir du succès à moyen terme, mais le véritable test est de savoir lesquelles, le cas échéant, peuvent rester en place et gagner une adoption structurelle au cours de nombreuses années et décennies, à travers des marchés haussiers et baissiers.

Jusqu'à présent, le réseau Bitcoin a traversé quatre énormes cycles haussiers/baissiers (2011, 2013, 2017, 2021) tout en gagnant de la valeur et des utilisateurs de manière exponentielle. Chaque cycle haussier a atteint un niveau d'échelle nettement supérieur au cycle haussier précédent en termes de capitalisation boursière et de nombre d'utilisateurs.

Aujourd'hui, il a cours légal dans quelques régions du monde et un certain nombre de grandes institutions le détiennent dans leurs bilans de diverses manières.

Les "bulles" simples ne survivent pas à plusieurs baisses de plus de 70 % sur une période de treize ans et plus ; cela ressemble plus à la loi d'adoption du réseau de Metcalfe à ce stade. Cela ne veut pas dire qu'il n'y a pas de risques, mais cela signifie qu'il faut l'étudier et le comprendre plutôt que de le rejeter, pour voir ce qui, dans ce réseau, lui permet de continuer à croître malgré la résistance.

YCharts

Et surtout, le bitcoin y est parvenu sans qu'aucune organisation centrale n'en fasse la promotion. L'inventeur a disparu en 2011, et même le développeur principal qui l'a suivi, ainsi qu'un certain nombre d'autres développeurs précoces, sont partis au cours des années suivantes dans le cadre de divers litiges techniques concernant la taille des blocs. Il s'agit d'un réseau plutôt décentralisé, à code source ouvert et autonome, qui n'a jamais cessé d'évoluer.

Parmi les milliers d'autres crypto-monnaies, la grande majorité d'entre elles ne réussissent pas à traverser un cycle. Elles connaissent un pic de bulle pendant un marché haussier, puis s'effondrent, et ne retrouvent jamais les sommets de la bulle. Les fondateurs, les initiés et les autres personnes qui ont acheté très tôt peuvent réaliser des gains spectaculaires sur le dos des investisseurs qui sont arrivés plus tard, mais leurs pièces n'entraînent pas une adoption et une croissance structurelles. Seule une petite poignée d'entre eux a réussi à traverser deux ou trois cycles de hausse de la valeur du réseau en dollars.

La réserve de valeur précède le moyen d'échange de masse

Pour le réseau Bitcoin, l'utilisation en tant que moyen d'échange de niche résistant à la censure est venue en premier, suivie par son utilisation en tant que réserve de valeur plus large, qui est devenue un cas d'utilisation beaucoup plus important. À partir de là, plus il est utilisé comme réserve de valeur et plus ses solutions de mise à l'échelle s'améliorent, plus il peut être largement utilisé comme moyen d'échange de masse.

Considérons les modèles d'adoption. Supposons que vous possédiez des bitcoins et d'autres cryptomonnaies entre 2011 et 2017, à l'époque où toutes ces diverses blockchains et forks étaient en pleine concurrence avec le réseau Bitcoin en tant que moyen d'échange, et étaient commercialisées comme telles.

Avant le lancement du réseau Lightning, si vous étiez une personne ayant un accès facile aux services bancaires et de paiement et que vous n'étiez pas dé-platformé de quoi que ce soit en particulier, pourquoi dépenseriez-vous des bitcoins pour quoi que ce soit ? Si le nombre de dollars augmente chaque année, mais que l'offre de bitcoins est limitée à 21 millions de pièces, pourquoi voudriez-vous donner vos bitcoins à d'autres personnes ? À moins que vous ne déteniez des bitcoins depuis si longtemps qu'ils représentent une part significative de votre valeur nette, ou que vous travailliez activement dans le secteur et soyez même potentiellement payé en bitcoins, vous ne le feriez probablement pas.

Ce problème est amplifié par le fait que les bitcoins ont un temps de confirmation moyen de dix minutes, que les pièces de bitcoin cash ont un temps de confirmation moyen de dix minutes, et que même les litecoins et les dogecoins, qui sont censés être plus rapides, ont un temps de confirmation moyen de 2,5 minutes et d'une minute respectivement, ce qui est encore trop lent pour des transactions pratiques en personne. Le processus est plus long si vous voulez attendre un certain nombre de temps de confirmation pour réduire la probabilité que la transaction soit annulée. Ce sont des choses merdiques pour acheter du café sous cette forme. C'est comme essayer d'acheter du café avec un virement bancaire. Non, merci. C'est à ça que sert Mastercard.

Dans certaines circonstances, les options de paiement de la couche de base du réseau Bitcoin sont idéales comme moyen d'échange, mais essayer de les imposer dans une situation où elles ne sont pas idéales n'a aucun sens. Comme je l'ai décrit dans mon article "Qu'est-ce que l'argent, d'ailleurs ?", les paiements de la couche de base du réseau Bitcoin sont des paiements résistants à la censure. Posséder des bitcoins représente la capacité stockée d'effectuer des paiements mondiaux résistant à la censure à l'avenir, et/ou d'apporter de la richesse de manière portable dans le monde entier, même en mémorisant simplement douze mots ou en détenant une clé privée quelque part sur votre personne physique ou dans vos fichiers numériques.

Ce problème de transaction est encore aggravé par le fait que chaque transaction en crypto-monnaie est un événement imposable. Les gouvernements ne veulent pas que d'autres monnaies entrent en concurrence avec les leurs s'ils peuvent l'éviter, et ils considèrent donc vos bitcoins comme des marchandises, et si vous les échangez contre quelque chose, vous avez maintenant verrouillé un gain en capital qui est imposable. En supposant que vous ne voulez pas enfreindre les lois fiscales, vous devez techniquement garder une trace de chaque transaction en bitcoins/crypto que vous faites pour la saison des impôts.

En outre, le nombre de personnes dont une partie significative de la valeur nette est constituée de bitcoins ou d'autres pièces reste très faible. Quel est l'intérêt immédiat pour un commerçant d'accepter les bitcoins ou autres pièces, à moins qu'il ne serve un secteur de niche où le pourcentage d'utilisateurs de bitcoins ou de crypto-monnaies dans sa clientèle est plus élevé que la normale ?

J'ai décrit ce problème d'acceptation des commerçants dans des travaux de recherche antérieurs en parlant de l'oligopole des cartes de crédit. Il existe quatre réseaux de cartes significatifs aux États-Unis, qui s'étendent également au niveau mondial : Visa, Mastercard, American Express et Discover. Ces réseaux existent depuis des décennies. Les commerçants les acceptent comme moyen de paiement parce que c'est ce que tous leurs clients ont dans leur porte-monnaie. Les clients les ont dans leur porte-monnaie parce que les commerçants les acceptent largement. Les volants d'inertie de ces réseaux ont été créés il y a plusieurs décennies.

Il serait presque impossible de créer une cinquième carte de crédit aux États-Unis. Il faudrait convaincre les commerçants de l'accepter alors que les utilisateurs ne l'ont pas encore, et il faudrait convaincre les utilisateurs de s'en procurer une alors que les commerçants ne l'acceptent pas encore. Il est très difficile de démarrer à partir de rien et de concurrencer les effets de réseau existants.

Les bitcoins et les diverses crypto-monnaies ont rencontré le même problème. Certains endroits les ont acceptés en tant que nouveauté, et certaines personnes ont voulu les dépenser ici ou là, mais pour l'essentiel, le sujet des crypto-monnaies en tant que paiements quotidiens a été un échec pendant toute cette période 2011-2017, tout comme essayer de lancer une cinquième carte de crédit le serait, sauf que c'est plus lent et plus imposable.

Les principaux utilisateurs de bitcoin à des fins de moyen d'échange au cours de ces premières années étaient des personnes qui étaient dé-platformées de diverses manières. Les cypherpunks étaient naturellement attirés par les paiements résistants à la censure du bitcoin. Wikileaks a commencé à accepter les bitcoins lorsqu'il a été dé-plaqué de PayPal en 2010. Un sous-ensemble des premiers utilisateurs a acheté de la drogue sur Internet avec des bitcoins jusqu'à la fermeture de ces marchés centralisés. Les défenseurs des droits de l'homme ont commencé à utiliser les bitcoins dans les régimes autoritaires où l'accès aux banques est limité ou qui sont vulnérables aux gels bancaires arbitraires. Ces cas d'utilisation ne visaient pas l'efficacité, mais la résistance à la censure de pair à pair.

Pour une utilisation de masse comme moyen d'échange, c'est-à-dire bien au-delà des cas d'utilisation de niche résistant à la censure, une nouvelle monnaie doit d'abord devenir une réserve de valeur, si elle doit naître de manière organique plutôt que par décret gouvernemental. Et l'expérience de paiement doit concurrencer les diverses méthodes de paiement fiat quasi-instantanées. Il faut que beaucoup de gens aient chacun beaucoup d'argent, puis commencent à demander aux commerçants "pourquoi ne l'acceptez-vous pas encore ?".

Si la monnaie électronique devient suffisamment importante ou si elle est perçue comme offrant de meilleures solutions de paiement que les systèmes existants, un certain nombre de juridictions pourront même supprimer la taxe par transaction qui lui est appliquée.

Là où la plupart des crypto-monnaies se sont trompées

Puisque l'utilisation d'une réserve de valeur précède l'utilisation massive d'un moyen d'échange, le défaut fatal du Litecoin, du Dogecoin, du Bitcoin Cash, du Bitcoin Satoshi Vision et de la plupart de ces tentatives de crypto-monnaies de moyen d'échange est qu'ils ont mis la charrue avant les bœufs.

Comme décrit précédemment, ces types de projets voulaient sacrifier un certain degré de stabilité, de décentralisation, d'immuabilité ou d'auditabilité afin de s'optimiser en tant que moyen d'échange à haut débit, même si personne ne les utilisait encore comme réserve de valeur, avec une adoption négligeable. En fait, ils se contentaient de créer des sociétés de paiement fintech avec des équipes minuscules et espéraient concurrencer Visa, malgré une expérience utilisateur bien pire, des vitesses bien plus lentes et un débit de transaction bien moindre.

Et pourtant, si l'on considère leur position, on peut comprendre pourquoi certains d'entre eux ont essayé de le faire : Satoshi Nakamoto a décrit sa conception originale comme un système d'e-cash peer-to-peer, et ce qu'est exactement l'"argent liquide" peut avoir plusieurs significations différentes. En 2010, Satoshi a brièvement expliqué comment le réseau pouvait progressivement évoluer en termes de taille de bloc au fil du temps, même si c'est lui qui a introduit la limite de taille de bloc dans le code. Après son départ, cependant, certaines personnes ont voulu faire évoluer le réseau trop tôt et trop fortement, sans qu'il y ait un large consensus pour réaliser un hard fork aussi controversé. En bloquant les hard forks et en s'éloignant du réseau Bitcoin dans leur propre direction, les utilisateurs de ces autres protocoles ont dû faire l'expérience difficile de voir à quel point le réseau largement distribué des utilisateurs de nœuds était devenu puissant et à quel point il était impossible de leur imposer des mises à jour indésirables.

Je pense que trop de gens, au cours des premières années, ont interprété le terme "e-cash" comme signifiant des paiements rapides et faciles pour des biens de consommation courante en utilisant la couche de base, alors qu'il est préférable de considérer l'argent liquide aujourd'hui comme une méthode de transaction privée de règlement final résistant à la censure. L'argent liquide physique, après tout, n'est pas nécessairement le type de paiement le plus facile, ni un moyen d'échange que nous devons utiliser pour tout, mais c'est le plus privé et le plus difficile à empêcher de se produire.

Par conséquent, lorsque nous pensons à l'"e-cash", nous ne devrions probablement pas penser qu'il optimise la vitesse et l'efficacité de la couche de base pour chaque transaction que nous effectuons, mais plutôt qu'il optimise les mêmes choses que l'argent physique : des paiements de règlement final privés et résistants à la censure qui peuvent être utilisés lorsque cela a du sens.

De plus, le bitcoin était déjà bien optimisé pour les premiers adeptes qui souhaitaient réellement l'utiliser comme moyen d'échange privé en ligne à l'époque. Certains d'entre eux considéraient la vie privée comme un droit fondamental de l'homme et étaient conscients des régimes oppressifs dans lesquels ce type de technologie pouvait être utile pour protéger les gens. D'autres étaient confrontés à des contraintes réelles liées à d'autres moyens de paiement, comme Roya Mahboob qui l'a utilisé pour payer des femmes et des jeunes filles en Afghanistan, où l'accès des femmes aux comptes bancaires est plus restreint. Le bitcoin a également été utilisé très tôt par les personnes utilisant les marchés noirs en ligne, de la même manière que les criminels ont adopté très tôt les pagers en tant que technologie (ce qui ne rend pas la technologie elle-même mauvaise).

Il y avait plusieurs niches de personnes pour lesquelles le bitcoin était en effet un moyen d'échange idéal dès le début, et le bitcoin s'est suffisamment bien adapté à ces niches. Satoshi a choisi ses variables très soigneusement pour s'assurer que les cypherpunks comme lui disposent d'un moyen d'échange pair-à-pair anonyme et résistant à la censure en ligne dès le départ. Ainsi, c'était et c'est toujours une monnaie électronique très utile.

Ces types de personnes pouvaient et voulaient attendre 30 minutes pour qu'une transaction en ligne soit traitée avec quelques confirmations. Ils pouvaient et voulaient gérer leur propre nœud. Ils pouvaient et voulaient utiliser des techniques privées pour acquérir et disposer de leurs pièces. Il s'agissait d'un réseau utilitaire avec une légère prime monétaire. Il offrait de l'argent qu'un groupe relativement restreint de personnes à l'époque souhaitait utiliser, et sa valeur était reconnue par les utilisateurs et les spéculateurs. Comme presque tous les produits qui sont adoptés comme monnaie, il avait d'abord une utilité, puis une prime monétaire en raison de cette utilité. Son utilité résidait dans le fait qu'il donnait accès à un réseau de moyens d'échange semblable à un réservoir, capable d'échanger de la valeur à l'échelle mondiale sans intermédiaire centralisé pour l'arrêter, et offrant une meilleure combinaison d'immuabilité monétaire, de résistance à la censure et de liquidité que les innombrables imitateurs qui ont suivi.

Après un certain temps, cette prime monétaire fluctuante du prix du bitcoin a attiré des spéculateurs et des investisseurs qui n'avaient pas l'intention de l'utiliser comme moyen d'échange dans un avenir proche, comme c'est le cas pour l'or. Un sous-ensemble d'économistes autrichiens, par exemple, a commencé à reconnaître que les bitcoins étaient des biens monétaires intéressants ; certains d'entre eux ont notamment remarqué la finitude de la réserve de pièces, qui est de 21 millions. Lorsque l'on a compris à quel point les règles du réseau Bitcoin étaient immuables et à quel point sa sécurité, sa liquidité et sa décentralisation dépassaient celles de toutes les autres crypto-monnaies à preuve de travail, de nombreuses personnes ont commencé à considérer le bitcoin comme une monnaie forte. Un certain nombre de militants des droits de l'homme ont commencé à la reconnaître comme une technologie anti-autoritaire idéale pour ses aspects de résistance à la censure, et à l'utiliser comme telle.

L'erreur des partisans du Litecoin et du Bitcoin Cash, entre autres, a été de vouloir s'étendre trop tôt à un plus grand groupe de personnes, avant qu'il n'y ait un marché pour cela, et même au prix d'une décentralisation plus faible. La couche de base de Bitcoin est suffisante pour que des dizaines de millions de personnes l'utilisent de manière occasionnelle, lorsque ses propriétés spécifiques sont idéales.

Le réseau Bitcoin de la couche de base est comme le char blindé de 60 tonnes des systèmes de paiement et d'épargne : il détient et transfère de la valeur à l'échelle mondiale d'une manière résistante à la censure. Un char d'assaut est idéal si vous devez vous rendre d'un point A à un point B en passant par un terrain hostile et en détruisant tout ce qui se trouve sur votre chemin. Il n'est pas idéal pour se rendre au travail. Essayer de forcer les transactions de base en bitcoins à être utilisées comme moyen d'échange quotidien par le grand public, c'est comme essayer de faire en sorte que les trajets quotidiens en chars d'assaut deviennent populaires. Cela n'arrivera pas, car ce n'est pas pour cela qu'il a été conçu. Et essayer de le rendre accessible à tous pour tous les paiements sur cette couche de base lui fait perdre la plupart des propriétés qui le rendent utile pour ce qu'il fait le mieux. Il faudrait plus d'un téraoctet de stockage de données par jour pour créer un système de couche de base capable de supporter des dizaines de milliers de transactions par seconde.

La toute première analyse du réseau Bitcoin, réalisée par Hal Finney et d'autres, prévoyait que le réseau évoluerait probablement vers une approche en couches.

Exemple de Bitcoin contre Dollars

On estime que plus de 100 millions de personnes dans le monde possèdent des bitcoins depuis l'année dernière. Cela représente 1 à 2 % de la population mondiale, selon le chiffre exact, car ce chiffre dépend des données d'échange, des enquêtes et d'autres évaluations opaques. Dans certains pays, cependant, le pourcentage d'adoption semble se situer dans les deux chiffres.

Cependant, la plupart de ces chiffres sont assez superficiels. Nous pouvons quantifier l'adoption à la fois en termes d'ampleur et de profondeur. L'ampleur se réfère au nombre de personnes qui possèdent une quantité non nulle de bitcoins. La profondeur fait référence à la part de leur argent liquide en bitcoins.

Ce que je veux dire par là, par exemple, c'est qu'une personne qui possède 264,34 dollars US de bitcoins sur un compte d'échange de crypto-monnaies semi-dormant n'adopte pas le bitcoin à un degré économiquement significatif.

À titre d'expérience de pensée, imaginons un monde où les gens détiennent des bitcoins et/ou des dollars comme monnaie liquide.

De plus, supposons (avec un peu de patience) que le prix du bitcoin continue d'augmenter sur le long terme, bien qu'avec beaucoup de volatilité, en raison du taux de création de nouvelles unités beaucoup plus faible que celui des nouveaux dollars, et du fait que de plus en plus de personnes découvrent le bitcoin et souhaitent en détenir une quantité non nulle. Ainsi, si quelqu'un achète un bitcoin, même sans autres achats, il deviendra probablement une part un peu plus importante de son argent liquide au fil des ans si cette thèse est correcte.

Maintenant, supposons que seulement 1 % des gens possèdent des bitcoins, et que 99 % n'en possèdent pas. Et supposons que ceux qui possèdent des bitcoins n'y placent en moyenne que 3 % de leur argent liquide. L'adoption totale du bitcoin est donc de 0,03 % par rapport à 99,97 % d'argent liquide dans ce système. L'adoption du bitcoin dans ce contexte est négligeable. Les commerçants ont peu de raisons de l'accepter, si ce n'est par nouveauté ou s'ils s'adressent spécifiquement aux cypherpunks.

Si 10 % des gens possèdent des bitcoins et y placent en moyenne 5 % de leur argent liquide, cela représente 0,5 % d'adoption totale par rapport à 99,5 % d'argent liquide. Il s'agit toujours d'une erreur d'arrondi, mais néanmoins d'un marché de niche avec des millions de personnes.

Si 30 % des gens possèdent des bitcoins et y placent 10 % de leurs liquidités, cela représente 3 % d'adoption totale par rapport à 97 % de liquidités. Il s'agit d'une minorité bruyante, représentant un pouvoir d'achat de niche important.

Si 50 % des gens possèdent des bitcoins et y placent 20 % de leurs liquidités, cela représente 10 % d'adoption totale par rapport à 90 % d'argent liquide. C'est un marché énorme.

Si 70 % des gens possèdent des bitcoins et y placent 30 % de leur argent liquide, cela représente 21 % de l'adoption totale par rapport à 79 % d'argent liquide. C'est énorme.

Pour que de nombreuses personnes veuillent dépenser des bitcoins, il est plus probable qu'elles en aient acheté il y a longtemps, et peut-être qu'elles aient continué à en acheter, qu'elles aient pris le temps d'apprendre à les conserver elles-mêmes plutôt que de les détenir sur un marché d'échange, et qu'après des années d'appréciation des prix, ils représentent une part importante de leur valeur monétaire liquide. Ils veulent soit en vendre une partie pour acheter quelque chose, soit, ce qui est encore plus facile, acheter directement quelque chose avec.

Bien sûr, en réalité, c'est plus compliqué que cela. Certains adeptes précoces de ce scénario atteindront des niveaux très élevés de leur valeur nette en bitcoins, et ils deviendront une cohorte riche à laquelle les marchands de niche devront répondre très tôt. L'adoption massive par les commerçants pourrait donc prendre un certain temps, mais il y aurait bien sûr des commerçants qui voudraient s'adresser à ce groupe précoce, ou qui vendraient des produits que de nombreux détenteurs de bitcoins voudraient spécifiquement acheter.

Pensez d'abord aux pays en développement

Si les chiffres de l'exemple ci-dessus vous semblent extrêmes (" comment le bitcoin pourrait-il atteindre une part de plus de 20 % du marché du dollar ? "), réalisez-les pour un pays en développement.

Remplacez les États-Unis par le Nigeria, et le dollar par le naira, dans l'exemple ci-dessus. Le Nigeria a l'un des niveaux d'adoption du bitcoin les plus élevés au monde, malgré le fait que son gouvernement ait coupé les rampes d'accès des banques fiduciaires aux échanges de bitcoins/cryptos pour tenter de protéger le naira.

Quand une monnaie ressemble à cela, les gens peuvent et vont essayer d'en trouver d'autres à utiliser, même en résistant :

Les pays en développement où l'inflation moyenne est plus élevée et où les systèmes de paiement sont plus faibles sont ceux où les bitcoins, via le réseau Lightning, peuvent réellement se développer rapidement en tant que moyen d'échange. En effet, pour nombre d'entre eux, ils pourraient résoudre un problème de paiement quotidien dès le début du processus de monétisation.

C'est pourquoi il y a souvent un énorme décalage dans les perceptions du bitcoin entre les commentateurs privilégiés et les utilisateurs réels.

Si le réseau Bitcoin continue à se monétiser et à se développer, ce n'est pas parce qu'il mange d'abord le dollar américain ou le franc suisse. Il mange d'abord les monnaies de la périphérie qui ont une inflation élevée, des droits de propriété faibles et/ou de mauvais systèmes de paiement, puis il se déplace vers l'intérieur à partir de là. Le bitcoin est déjà plus important que la masse monétaire de n'importe quel pays en développement, et il est accepté dans plus de points dans le monde que de nombreuses devises de pays en développement (qui ne sont généralement acceptées que dans leur pays d'émission ou dans un petit nombre de points d'échange spécifiques au niveau international). L'acceptation des commerçants en bitcoins n'a pas la densité d'une monnaie spécifique dans le pays d'émission de cette monnaie bien sûr, mais elle a une portée internationale plus large que la plupart des monnaies.

Plus le réseau Bitcoin s'étend, et sur une longue période, plus il devient rationnel pour les commerçants de l'accepter. Plus il y a de commerçants qui l'acceptent, plus le réseau devient fort, car les bitcoins n'ont pas besoin d'être reconvertis en monnaie fiduciaire sur l'une des quelques bourses centralisées reliées à des banques pour les personnes qui veulent les utiliser. En ce sens, une large acceptation des commerçants est une forme de résistance à la censure. Lorsque vous pensez à cela, pensez aux commerçants des pays en développement plutôt qu'à ceux des pays développés.

Au fil du temps, un certain nombre de sociétés ont été créées pour permettre aux commerçants d'accepter facilement les bitcoins, puis de les conserver ou de les échanger immédiatement contre de la monnaie fiduciaire, afin qu'ils ne traitent pas directement les bitcoins. Les difficultés techniques liées à l'acceptation des bitcoins comme moyen de paiement ne cessent de diminuer.

La leçon de la loi de Gresham

La loi de Gresham est le principe selon lequel "la mauvaise monnaie chasse la bonne". Si les gens ont de la bonne et de la mauvaise monnaie, ils préfèrent dépenser la mauvaise monnaie et garder la bonne. Ironiquement, c'est la mauvaise monnaie qui a tendance à circuler à grande vitesse, tandis que la bonne monnaie est thésaurisée à faible vitesse.

Cette tendance s'est révélée à plusieurs reprises sous les normes bimétalliques. Lorsque l'or et l'argent étaient fixés l'un par rapport à l'autre par décret gouvernemental, mais que cette "fixation" était légèrement décalée par rapport à l'équilibre mondial du rapport entre l'offre et la demande, qui pouvait changer avec le temps, l'un des métaux commençait à disparaître de la circulation.

Par exemple :

"Les États-Unis ont commencé avec un étalon bimétallique dans lequel le dollar était défini à la fois en termes d'or ou d'argent à des poids et des finesses tels que l'or et l'argent étaient fixés en valeur l'un par rapport à l'autre dans un rapport de 15 à 1. Comme les marchés mondiaux les évaluaient dans un rapport de 15½ à 1, une grande partie de l'or a quitté le pays et l'argent était l'étalon de facto. En 1834, la teneur en or du dollar a été réduite pour que le rapport soit de 16 à 1. En conséquence, l'argent a quitté le pays et l'or est devenu l'étalon de facto."

- Brief History of the Gold Standard in the US (Congressional Research Service, 2011)

Il existe plusieurs processus pour expliquer comment cela se produit.

Le premier processus est simplement que la meilleure monnaie (sous-évaluée) est thésaurisée, et qu'elle reste donc dans le pays mais est retirée de la circulation quotidienne. Les gens ne se séparent généralement pas de ce qu'ils perçoivent comme étant sous-évalué.

Le deuxième processus est que les entités internationales peuvent observer ce phénomène et l'arbitrer. Par exemple, si le rapport mondial entre l'or et l'argent est de 15,5 pour 1, mais que les Américains l'ont fixé par décret gouvernemental à 15 pour 1 (ce qui sous-évalue légèrement l'or par rapport à l'argent), une entité européenne peut continuer à vendre de l'argent aux Américains et à leur acheter de l'or. Au fil des années ou des décennies, il y aura beaucoup moins d'or aux États-Unis, et une quantité importante d'argent à la place.

La masse monétaire américaine a augmenté à un taux annualisé de plus de 7 % depuis 1970. La plupart des pays développés ont un taux similaire à celui-ci, et les marchés émergents ont tendance à avoir un taux beaucoup plus élevé en moyenne.

St. Louis Fed

Pendant ce temps, l'offre de bitcoins croît à un rythme inférieur à 1,8 % par an, qui tombera à moins de 0,9 % dans quelques années, et à environ 0,4 % quatre ans plus tard. Le réseau Bitcoin est programmé pour approcher asymptotiquement les 21 millions de bitcoins au total en divisant par deux son taux d'inflation de l'offre tous les quatre ans jusqu'à ce qu'il ait une inflation de l'offre de 0%. Et contrairement à la plupart des autres monnaies blockchain, le vaste réseau de nœuds permet de s'assurer qu'aucune force centralisatrice ne peut modifier ce modèle de distribution, et il possède l'effet de réseau dominant parmi les monnaies blockchain à preuve de travail, ce qui le rend plus protégé contre la censure à 51 % ou les attaques par inversion de transaction.

Coindesk

Il est naturel que les gens veuillent thésauriser quelque chose comme l'or ou le bitcoin, et dépenser leurs dollars, livres, yens, euros, yuans, pesos, naira et roupies. L'argent qui se déprécie a tendance à circuler, tandis que l'argent rare qui a tendance à s'apprécier est thésaurisé, avec une vitesse de dépense beaucoup plus faible.

Cela devient particulièrement vrai si une juridiction traite l'argent plus dur comme une propriété et taxe chaque transaction, ce que font la plupart des juridictions. Si vous essayez d'utiliser des choses comme l'or ou les bitcoins comme moyen d'échange, chaque transaction est un événement imposable par rapport à votre coût de base initial lorsque vous avez acheté cet actif. L'incitation est donc de thésauriser l'or ou les bitcoins imposables, avec leurs faibles niveaux d'inflation de l'offre, et de dépenser la monnaie fiduciaire non imposable pour la consommation, à moins que quelqu'un ait un fort désir pour les propriétés de paiement résistantes à la censure du bitcoin.

Par exemple, les bitcoins ont été utilisés comme moyen d'échange par les jeunes filles en Afghanistan, par l'opposition politique russe lorsque leurs comptes bancaires sont gelés, par les commerçants et les manifestants nigérians, par les personnes qui sortent des capitaux de Chine, par les personnes qui sortent leur argent du Venezuela, d'Iran, de Palestine et d'ailleurs, par les personnes sous-bancarisées du Salvador, etc. Il est également utilisé dans les marchés développés pour certains services nativement en ligne, comme Substack ou l'achat de VPN, et bien d'autres. Et oui, dans les premières années, pour acheter des médicaments en ligne et, occasionnellement, pour des choses comme des attaques de ransomware.

J'ai rencontré un certain nombre de ces défenseurs des droits de l'homme en personne. L'un des moments les plus forts a été d'entendre Ire Aderinokun, cofondatrice de la coalition féministe du Nigéria, raconter au parlement norvégien, au début de l'année, comment, lorsqu'elles ont protesté contre les violences policières au Nigéria, leurs comptes bancaires ont été gelés et qu'elles ont dû utiliser des bitcoins à la place, pour leurs propriétés autoprotégées et résistantes à la censure. Je connaissais cette histoire grâce aux informations, mais il est toujours plus intéressant et plus clair d'entendre des récits de première main de leur part, en personne.

En ce sens, bien que la loi de Gresham s'appliquait à l'origine aux taux de change fixes, je pense qu'elle s'applique plus largement chaque fois qu'il existe une friction transactionnelle quelconque, y compris une taxe. La monnaie la plus faible et la moins frictionnée sera dépensée en premier, à moins qu'il n'y ait une forte raison pratique de faire autrement, c'est-à-dire un cas d'utilisation qui nécessite spécifiquement les propriétés uniques du bitcoin.

Ainsi, une réserve de valeur et un système de paiement autonome comme le réseau Bitcoin sont excellents pour de nombreuses personnes, mais leur utilisation exacte dépend du contexte. Il aura tendance à être adopté comme moyen d'échange par les personnes qui en ont besoin, beaucoup plus rapidement que celles qui n'en ont pas vraiment besoin.

Le processus volatile de monétisation

Un actif ne peut être monétisé sans volatilité. Par définition, un actif ne peut pas passer d'une valeur nulle à une capitalisation boursière d'un million de dollars, d'un milliard de dollars, d'un billion de dollars ou de plusieurs billions de dollars, sans volatilité à la hausse. Ce mouvement de prix à la hausse dû à l'adoption par les utilisateurs est la volatilité.

Cela étant, toute volatilité à la hausse de cette ampleur attire les spéculateurs, l'effet de levier et les poussées de la demande, et ces spéculateurs finissent par être rattrapés et forcés de vendre pour une raison ou une autre, ce qui entraîne des périodes de forte volatilité à la baisse.

Lorsque le bitcoin était détenu par 0,001 % des personnes, il était extrêmement volatil et risqué, car l'avenir était très incertain et quelques individus pouvaient influencer massivement le prix par leurs décisions d'achat et de vente. Lorsqu'il a été détenu par 0,1 % des personnes, sa volatilité et son risque ont quelque peu diminué, mais sont restés élevés. Maintenant qu'il est probablement détenu d'une manière ou d'une autre par plus de 1 % des gens, le risque et la volatilité continuent de diminuer au fil du temps, bien qu'ils soient encore tous deux à un niveau significatif. S'il arrive à un stade où il est détenu par 10 % ou plus de personnes, alors la volatilité et le risque seront encore réduits.

Ainsi, les adopteurs précoces l'achètent principalement parce qu'ils en analysent les qualités et considèrent qu'il s'agit d'un réseau utile auquel il faut avoir accès. Ils sont prêts à accepter la volatilité en échange de la hausse potentielle à long terme et de l'accès autogéré de pair à pair qu'il offre. Au fur et à mesure que le nombre de personnes augmente, l'actif est de plus en plus monétisé.

Certaines personnes demandent : "Que se passe-t-il lorsque le réseau ne trouve plus de nouveaux acheteurs ? Ne s'agit-il pas d'une chaîne de Ponzi ?"

J'ai abordé la comparaison avec le schéma de Ponzi dans cet article, et j'ai montré pourquoi il ne correspondait pas aux caractéristiques d'un tel schéma. Mais de manière plus générale, il faut se demander "à quel moment quelqu'un voudrait-il échanger de manière permanente sa monnaie rare (bitcoin), dont le taux d'inflation annuel de l'offre est de 1,8 % et qui diminue de manière exponentielle, contre une monnaie douce (monnaie fiduciaire) dont le taux d'inflation annuel de l'offre est généralement de 7 % ou plus ?".

La réponse pour beaucoup de gens, est jamais, tant que le réseau Bitcoin fonctionne encore.

Ils souhaitent plutôt conserver et accumuler des bitcoins jusqu'à ce qu'un nombre suffisant de commerçants les acceptent, moment auquel ils pourraient en dépenser une partie, surtout si la masse critique est suffisante pour qu'ils aient cours légal dans un plus grand nombre de juridictions à ce moment-là. Dans la mesure où ils gagneront plus de revenus à l'avenir, ils préféreront continuer à épargner au moins une partie de ces revenus dans quelque chose dont l'offre est fixe, plutôt que d'autres choses comme la monnaie fiduciaire dont l'offre est illimitée et dont la croissance par de nouvelles offres est beaucoup plus rapide.

En d'autres termes, s'il réussit, le réseau devient une économie mondiale auto-entretenue par des personnes qui veulent épargner dans le réseau, puis le dépenser, et en gagner davantage, épargner davantage, puis le dépenser. Comme, eh bien... de l'argent.

C'est pourquoi ce mème est l'un des plus anciens de l'écosystème :

Ainsi comprise, l'analyse du risque concernant le réseau Bitcoin devrait se concentrer sur des questions telles que : " Quels événements pourraient potentiellement faire dérailler son processus de monétisation ? Quels événements pourraient amener la majorité des utilisateurs à vouloir ou à devoir vendre leurs bitcoins, à ne plus les considérer comme une bonne épargne à long terme et à détenir autre chose ? Quelles menaces pourraient censurer le réseau, le mettre hors d'état de nuire ou perturber de toute autre manière sa capacité à servir de moyen d'échange de type réservoir et d'épargne portable auto-défensif ?" Ce sont les bonnes questions à poser, à mon avis.

Bitcoin et Lightning : Mise à l'échelle en couches

Avec l'invention du bitcoin, Satoshi Nakamoto a réuni un certain nombre de technologies existantes et y a ajouté quelques touches personnelles pour en faire une innovation assez profonde.

Tout d'abord, le réseau sert d'agent de transfert et de registre décentralisé. Les mineurs de preuve de travail traitent les transactions (sans s'appuyer sur une logique circulaire comme les systèmes de preuve d'enjeu), et le réseau de nœuds fait respecter les règles du réseau. Il en résulte la possibilité de transférer rapidement et globalement de la valeur sans l'autorisation d'un tiers centralisé, tant qu'aucune entité individuelle ou groupe de coordination d'entités ne peut contrôler de manière persistante la majorité de la capacité de minage sur le réseau et utiliser cette majorité pour le censurer.

Deuxièmement, grâce au grand nombre de nœuds de validation gérés par des utilisateurs individuels, le réseau offre un ensemble crédiblement immuable de 21 millions d'unités (chacune divisible en 100 millions de sous-unités communément appelées "sats"), car aucune autorité centrale ne peut modifier le nombre de pièces sur le réseau. Contrairement à la plupart des logiciels, les mises à jour ne peuvent pas être "poussées" aux utilisateurs par les développeurs ; elles ne peuvent être acceptées que volontairement. Il en résulte un type de monnaie plutôt intéressant (bien qu'actuellement volatile).

Les avantages et les inconvénients d'un repas gratuit

On dit souvent qu'une blockchain n'est au fond qu'une base de données inefficace. Dans ce sens, les utilisateurs sont prêts à accepter l'inefficacité pour assurer la décentralisation. Ils doivent diffuser chaque changement sur le réseau, et garder la trace des diffusions provenant d'autres parties du réseau.

Une blockchain, en particulier la variété véritablement décentralisée, est une base de données suffisamment petite et étroite pour que des milliers d'entités dans le monde puissent la stocker sur leurs appareils locaux et la mettre à jour en permanence de pair à pair en utilisant un ensemble de règles établies. Chaque nœud fournit une validation pour s'assurer qu'un nouveau bloc suit les règles du protocole, et ils n'accepteront et ne propageront un nouveau bloc aux autres nœuds que si le nouveau bloc suit les règles. Un très grand nombre de nœuds gérés par les utilisateurs permet de garantir l'immuabilité de l'ensemble des règles, alors que s'il n'y a qu'une poignée de nœuds, il suffit d'un petit quorum de personnes pour réécrire les règles du réseau.

De plus, plus un nœud est facile à gérer, plus le réseau est vérifiable pour un utilisateur régulier. Plus précisément, les nœuds donnent simplement à chaque utilisateur l'auto-souveraineté financière pour vérifier en privé ses propres transactions plutôt que de s'appuyer sur un tiers de confiance.

Une base de données entièrement centralisée a moins de limites, car elle n'a pas besoin d'être petite et étroite. Un grand fournisseur de services peut avoir une base de données tout à fait massive contenue dans une ferme de serveurs. Cela peut permettre un fonctionnement très efficace, mais contrairement à la blockchain, les entités extérieures ne peuvent pas en vérifier directement le contenu et les modifications, et n'ont aucun moyen d'empêcher les propriétaires de cette base de données centralisée d'en faire ce qu'ils veulent.

Ainsi, chaque réseau de blockchain qui prétend améliorer quelque chose par rapport au réseau Bitcoin sur sa couche de base, fait de multiples compromis pour y parvenir.

  • Afin d'augmenter le nombre de transactions qui peuvent se produire sur une période de temps sur la couche de base, il faut augmenter soit la taille des blocs, soit la vitesse des blocs. Cependant, cela augmente les besoins en bande passante et en stockage pour faire fonctionner un nœud, et le met souvent hors de portée d'une personne normale. En particulier, si les exigences liées au fonctionnement d'un nœud augmentent plus rapidement que le taux de croissance technologique en termes de bande passante et de stockage, le nombre de nœuds diminue au fil du temps, ce qui centralise le réseau. Essayer de faire évoluer le réseau pour qu'il effectue autant de transactions que Visa ne fait que transformer le réseau en Visa, qui est une entité centralisée.
  • Afin d'augmenter la confidentialité, un certain degré d'auditabilité doit être sacrifié. L'une des principales caractéristiques du réseau Bitcoin est que n'importe quel nœud peut vous dire le nombre exact de bitcoins qu'il a en sa possession, ainsi que l'historique complet des transactions et l'état complet du grand livre. Cela n'est pas possible au même degré dans un système basé sur la confidentialité. En outre, si un système basé sur la confidentialité n'a pas d'effet de réseau important, la confidentialité n'est pas nécessairement aussi parfaite qu'annoncé, car l'ensemble d'anonymat est très petit et est donc quelque peu traçable. La confidentialité est en grande partie une fonction de la liquidité, et si la liquidité fait défaut dans divers écosystèmes axés sur la confidentialité, alors leur potentiel de confidentialité est limité.
  • Afin d'augmenter l'expressivité du code (par exemple, pour exécuter des contrats intelligents complexes directement sur la couche de base), un réseau doit également augmenter les exigences en matière de bande passante et de stockage des nœuds complets, ce qui rend le fonctionnement d'un nœud complet plus difficile et centralise donc le réseau au fil du temps, comme décrit précédemment. En outre, cela augmente la complexité et le nombre de surfaces d'attaque possibles. Enfin, cela fait du réseau un moyen de parvenir à une fin plutôt qu'une fin en soi, ce qui signifie que de nombreux utilisateurs se dirigeront vers les blockchains de contrats intelligents les moins chères.
  • Pour remplacer la preuve de travail par la preuve d'enjeu, il faut accepter un processus de validation circulaire. Dans un système de preuve d'enjeu, les détenteurs de pièces sont déterminés par l'état du grand livre, et l'état du grand livre est déterminé par les détenteurs de pièces, ce qui est une machine à mouvement perpétuel basée sur la logique circulaire, et qui n'a donc pas une grande tolérance aux pannes. Il n'est pratiquement pas coûteux de faire un nombre infini de copies de la blockchain avec des historiques de transactions différents, et si le réseau se déconnecte, il n'y a aucun autre moyen que les décisions de la gouvernance et les points de contrôle centralisés pour déterminer quel grand livre est le "vrai". Ce serait comme si une société servait d'agent de transfert et de registre pour ses actions, ce qui est intrinsèquement circulaire. Un système de preuve de travail utilise l'énergie comme arbitre externe de la vérité, ce qui le rend non circulaire, et ce qui en fait une véritable timechain plutôt qu'une simple blockchain.
  • Le succès du bitcoin est dû en grande partie à son réseau de nœuds largement distribué et au concept associé d'"auto-souveraineté monétaire". Toute personne disposant d'un vieil ordinateur portable ou d'un Raspberry Pi et d'une connexion Internet de base peut faire fonctionner un nœud et vérifier l'ensemble du système depuis sa genèse. Dans plusieurs décennies, ce sera toujours le cas. Les exigences pour faire fonctionner un nœud augmentent plus lentement que les augmentations technologiques de la bande passante et du stockage, ce qui signifie qu'un nœud devient plus facile et plus accessible à faire fonctionner au fil du temps. Par conséquent, le bitcoin est intrinsèquement conçu pour devenir plus décentralisé au fil du temps, contrairement à la plupart des autres crypto-monnaies qui deviennent intrinsèquement plus centralisées au fil du temps.

Si les développeurs veulent changer quelque chose dans le réseau Bitcoin, leurs changements ne peuvent pas être imposés aux nœuds des utilisateurs. Le jeu de règles de Bitcoin est déterminé par le réseau des nœuds existants. Dans la pratique, toute modification du réseau Bitcoin doit être une mise à niveau rétrocompatible, vers laquelle les utilisateurs de nœuds peuvent volontairement se mettre à niveau au fil du temps s'ils le souhaitent, tout en restant compatible avec les anciens nœuds. Toute tentative de mise à niveau qui n'est pas rétrocompatible avec le réseau de nœuds existant n'est qu'un hard fork : elle crée de nouvelles pièces distinctes, comme le Bitcoin Cash, qui n'ont pas d'effet de réseau et ne présentent pas de sécurité sérieuse.

Essayer de faire un hard fork à partir du réseau Bitcoin, c'est comme copier toutes les données de Wikipédia (en fait, il n'y en a pas tant que ça) et les héberger sur votre propre site Web, puis obtenir très peu de trafic parce que vous n'avez pas les millions de backlinks qui pointent vers la vraie Wikipédia, ou l'armée de volontaires qui met constamment à jour la vraie Wikipédia. Votre version fractionnée de Wikipédia serait intrinsèquement plus mauvaise que la vraie dès le moment où vous la copiez.

Si les nœuds avaient beaucoup plus d'exigences pour fonctionner, alors seules les grandes entités pourraient gérer un nœud, et l'ensemble des nœuds serait beaucoup plus petit. Un consortium de mineurs, de bourses, de dépositaires et d'autres grandes entités pourrait se mettre d'accord pour apporter des modifications au réseau. Et si c'est le cas, alors l'immuabilité et la décentralisation sont perdues pour le réseau. En particulier, les 21 millions de réserves finies pourraient être modifiées, et les propriétés de résistance à la censure seraient menacées.

Ce qui donne au bitcoin sa "dureté" en tant que monnaie, c'est l'immuabilité de son ensemble de règles, appliquées par le vaste réseau de nœuds des utilisateurs individuels. Il n'y a pratiquement aucun moyen d'apporter des changements incompatibles avec le passé, à moins qu'il n'y ait un consensus unanime pour le faire (par exemple, pour quelque chose comme le problème éventuel de 2038). Certaines mises à niveau de soft-fork comme Segwit et Taproot apportent des améliorations incrémentielles, sont rétrocompatibles, et les utilisateurs de nœuds peuvent volontairement mettre à niveau au fil du temps s'ils veulent utiliser ces nouvelles fonctionnalités.

Cette auto-souveraineté logicielle et cette immuabilité monétaire semblent avoir été perdues pour les autres concepteurs de crypto-monnaies. Si l'on en croit certaines de ses actions et de ses écrits, Satoshi Nakamoto lui-même n'a peut-être pas pleinement saisi la quasi-immutabilité de son propre réseau, et c'est plutôt une propriété du réseau qui a pu émerger et se réaliser au fil du temps, pendant et surtout après son départ du projet. C'est certainement quelque chose que j'ai dû expérimenter et rechercher un certain nombre de fois avant de le comprendre.

Adam Back, dont le développement des années 1990 concernant la preuve de travail a été cité par Satoshi Nakamoto dans le livre blanc sur le bitcoin, avait ceci à dire à ce sujet :

Il y a quelque chose d'inhabituel avec le Bitcoin. Ainsi, en 2013, j'ai passé environ 4 mois de mon temps libre à essayer de trouver un moyen d'améliorer sensiblement le bitcoin, vous savez à travers l'évolutivité, la décentralisation, la confidentialité, la fongibilité, en facilitant le minage sur de petits appareils, un tas de mesures que je considérais comme des mesures d'amélioration. J'ai donc examiné de nombreux paramètres différents, en changeant la conception, le réseau, la cryptographie, et j'ai proposé de nombreuses idées différentes, dont certaines ont été proposées par d'autres personnes depuis. Mais, à ma grande surprise, il semblait que presque tout ce que vous faisiez pour l'améliorer d'une manière ou d'une autre, l'aggravait de plusieurs autres manières. Cela le rendait plus compliqué, utilisait plus de bande passante, rendait un autre aspect du système objectivement pire. Et donc j'en suis venu à penser que le bitcoin existe dans une poche étroite de l'espace de conception. Vous savez, l'espace de conception de toutes les conceptions possibles est un énorme espace de recherche, d'accord, et contre-intuitivement, il semble que vous ne pouvez pas l'améliorer de manière significative. Et gardez à l'esprit que je viens d'un milieu où j'ai un doctorat en systèmes distribués, et j'ai passé la majeure partie de ma carrière à travailler sur des systèmes Internet à grande échelle pour des startups et des grandes entreprises, des protocoles de sécurité, et ce genre de choses, donc je sens que j'ai une chance raisonnable, si quelqu'un le fait, d'améliorer progressivement quelque chose de cette nature. En gros, j'ai tenté le coup et j'ai conclu : " Wow, il n'y a littéralement, fondamentalement rien. Littéralement tout ce que vous faites ne fait qu'empirer les choses." Ce qui n'était pas ce à quoi je m'attendais.

- Adam Back (CEO, Blockstream)

Donc, si chaque amélioration fait l'objet d'un compromis inacceptable, comment peut-il devenir plus grand ? Avec seulement quelques dizaines de millions de paiements possibles par mois, comment le bitcoin peut-il potentiellement passer à un milliard d'utilisateurs ?

La réponse est : les couches. Tout système financier performant utilise une approche par couches, chaque couche étant optimale pour un certain objectif.

Si une couche tente d'être utilisée à toutes fins, elle fait trop de sacrifices pour être utile à presque tout sur le long terme. Mais si chaque couche du système est optimisée en fonction de certaines variables pour servir un objectif spécifique (débit, sécurité, vitesse, confidentialité, etc.), la pile réseau complète peut alors être optimisée pour plusieurs cas d'utilisation simultanément sans faire de compromis inacceptables.

Par exemple, aux États-Unis, Fedwire est un système de règlement brut entre banques. Il effectue actuellement moins de 20 millions de transactions par mois (~200 millions par an), mais règle plus de 80 000 milliards de dollars de valeur par mois (près de 1 000 milliards de dollars par an) parce que la taille moyenne des transactions est énorme et que chacun de ces règlements représente un lot de nombreuses transactions de paiement plus petites.

FRB Services

En tant que consommateurs, nous n'utilisons pas directement ce système. Nous utilisons plutôt des méthodes de paiement telles que les cartes de crédit, les cartes de débit, PayPal, les chèques électroniques, etc., et nos banques enregistrent ces transactions sur leur grand livre, avant de les régler entre elles ultérieurement. Chaque transaction Fedwire représente un lot de tonnes de transactions plus petites provenant de couches supérieures.

En d'autres termes, il existe un système de règlement de base sous-jacent, puis des couches supérieures pour un débit plus important, capables de régler des milliards de transactions par mois.

L'écosystème du bitcoin a évolué de manière similaire, mais de façon ouverte et de pair à pair.

La couche de base de Bitcoin a la capacité de traiter jusqu'à peut-être 400 000 transactions par jour, bien que chaque transaction puisse avoir plusieurs sorties, ce qui donne jusqu'à 1 million ou plus de paiements individuels par jour. Cela représente quelques dizaines de millions de paiements par mois, ou quelques centaines de millions de paiements par an, ce qui correspond à peu près à ce que traite actuellement Fedwire.

Coin Metrics

À partir de là, des couches peuvent être construites par-dessus pour lui donner plus de débit ou plus de capacités.

Par exemple, le réseau Liquid est une fédération de dizaines d'entités qui enveloppent les bitcoins dans des jetons appelés L-BTC, et à partir de là, le L-BTC est plus rapide à déplacer, a une confidentialité un peu meilleure, et peut supporter des contrats intelligents, y compris divers autres types de jetons de sécurité qui fonctionnent au-dessus de lui. Un grand nombre de transactions en L-BTC peuvent donc être contenues dans deux transactions en BTC (une pour l'entrée et une pour la sortie). La contrepartie est que l'utilisateur doit faire confiance à la fédération, ce qui est plus décentralisé que de faire confiance à une seule entité, mais moins décentralisé que de faire confiance à la couche de base brute de Bitcoin. La majorité des entités fonctionnelles de la fédération du liquide devraient se liguer contre le système, afin de violer la confiance de l'utilisateur.

Autre exemple, qui fait l'objet du reste de cet article, le réseau Lightning est une série de contrats intelligents multi-signatures 2 sur 2 qui fonctionnent au-dessus de la couche de base du bitcoin. Ces canaux sont de type peer-to-peer ou peer-hub-peer, et peuvent supporter de nombreuses transactions dans le temps pour chaque transaction de la couche de base. La contrepartie est que le canal doit être maintenu en ligne pour protéger les fonds et recevoir les paiements. En outre, il a fallu quelques années au réseau pour atteindre des niveaux de liquidité utilisables pour les canaux.

Et à partir de là, les dépositaires peuvent opérer dans les couches supérieures pour les personnes qui le souhaitent. Les échanges, les applications de paiement, les banques, les monnaies chaumiennes, etc. peuvent tous fournir des services aux utilisateurs qui sont prêts à leur confier une partie de leurs fonds. Cela peut faire évoluer l'utilisation des bitcoins à n'importe quel niveau arbitraire, notamment en se connectant au réseau Lightning. Chaque nœud du réseau Lightning ne doit pas nécessairement être une seule personne ; il peut s'agir d'un dépositaire avec des milliers ou des millions d'utilisateurs.

En ce sens, chaque utilisateur interagit avec le réseau dans la ou les couches qui correspondent le mieux à ses besoins spécifiques.

Comment fonctionne le réseau Lightning

Le réseau Lightning est constitué d'une série de canaux de contrats intelligents qui fonctionnent au-dessus de la couche de base du bitcoin.

Et si vous y réfléchissez, les paiements individuels des consommateurs ont beaucoup plus de sens avec des canaux, plutôt que d'être diffusés à tout le monde. Si nous effectuons une transaction physique en espèces en personne, c'est directement en peer-to-peer. Nous ne crions pas notre transaction au monde entier. Lightning reproduit ce concept d'argent liquide par-dessus la couche de base du bitcoin.

Le résultat est un système de paiement mondial beaucoup plus rapide, plus évolutif, moins cher et plus privé, bien qu'il comporte certains compromis et certaines limites par rapport à l'utilisation directe des transactions de la couche de base.

Les paiements basés sur les canaux pour le réseau Bitcoin ont été explorés depuis les premiers balbutiements du réseau. Le livre blanc sur le réseau Lightning a été écrit en 2015, et les premières implémentations pour celui-ci sont sorties au début de 2018. Les développeurs ont volontairement limité la taille de leur canal au début, afin de croître prudemment et de tester les choses en toute sécurité au cours de ces premières années (spécifiquement pour éviter le problème commun de l'exploitation des fonds des utilisateurs, que nous voyons souvent dans le DeFi).

Le réseau a fonctionné et s'est développé depuis, et à la fin de 2020, le réseau a atteint un niveau de liquidité, d'utilisabilité et de masse critique qui est devenu assez intéressant pour moi d'un point de vue macroéconomique.

Les limites des réseaux de diffusion

Utiliser un réseau de diffusion pour acheter du café sur le chemin du travail chaque jour est une idée terrible. Une blockchain est censée être un grand livre public immuable. Ai-je vraiment besoin de diffuser mes transactions de café à des dizaines de milliers de nœuds dans le monde, pour qu'elles soient conservées dans une base de données distribuée dans un avenir prévisible ?

Et si je veux acheter quelque chose de plus personnel ou politiquement sensible que du café ? Ne devrais-je pas plutôt utiliser les canaux de paiement de pair à pair pour cela ?

Imaginez, par exemple, que chaque courriel envoyé sur l'internet doive être copié sur le serveur de tout le monde et y être stocké, plutôt que d'être envoyé uniquement au destinataire. Ce serait tout à fait inefficace. Et pourtant, c'est ainsi que diverses blockchains à haut débit tentent de fonctionner en ce qui concerne l'argent.

Au lieu de cela, je peux ouvrir un canal au-dessus du réseau de diffusion, payer pour des choses que seuls moi et le marchand connaissons (sous réserve de certaines réserves de confidentialité qui seront mentionnées plus tard), puis fermer le canal, sans aucune trace publique immuable de ces paiements individuels.

Tout réseau qui tente de faire évoluer le débit des transactions sur la couche de base orientée diffusion en augmentant radicalement la taille et/ou la vitesse des blocs n'a aucun sens. Les exigences en matière de nœuds deviennent absurdement élevées, ce qui transforme le réseau en une base de données centralisée à l'échelle de l'entreprise, de type Visa, avec seulement une poignée de nœuds massifs. Les règles fondamentales du système peuvent être modifiées à tout moment avec l'accord d'une poignée de grandes entreprises gérant des nœuds. Ainsi, tous les aspects futurs du système, y compris l'approvisionnement en pièces de monnaie ou les personnes pour lesquelles il faut censurer les transactions, deviennent modifiables. La vie privée devient très difficile ; diverses entités pourraient suivre votre valeur nette et l'historique de vos paiements, ce qui est assez mauvais dans un environnement bénin et terrible dans un environnement autoritaire, où vit la moitié du monde.

En outre, une transaction par canal sera généralement plus rapide qu'une transaction par diffusion, car elle nécessite intrinsèquement un temps de propagation pour passer par un réseau de diffusion, même parmi les blockchains ayant les temps de blocage les plus rapides.

C'est pourquoi toutes les blockchains qui tentent de trop faire évoluer le débit des transactions sur la couche de base sont intrinsèquement défectueuses. Le Bitcoin Cash, le Bitcoin Satoshi Vision, le Litecoin, le Dogecoin et d'autres monnaies de ce type sacrifient trop de choses et deviennent trop centralisées, afin de faire quelque chose qui n'a pas de sens technique en termes de scalabilité ou de confidentialité. Sur le long terme, elles n'offrent rien de valable.

La seule façon de rendre l'évolutivité logique et d'éviter de sacrifier la décentralisation est d'utiliser une approche en couches. Les utilisateurs peuvent alors choisir leur propre solution, la ou les couches qui leur conviennent, en fonction de leurs besoins spécifiques.

Vous souhaitez transférer une quantité importante de valeur sans autorisation, ou conserver des pièces pendant une longue période dans un entrepôt frigorifique avec la sécurité et l'immuabilité les plus élevées possibles ? Utilisez la couche de base du réseau Bitcoin.

Vous souhaitez effectuer un grand nombre de paiements instantanés, bon marché, privés et sans autorisation à l'aide d'une solution auto-gardienne, avec toutefois des transactions occasionnelles sur la chaîne pour ouvrir ou fermer un canal ? Utilisez le réseau Lightning de manière autonome. Diverses technologies, dont Greenlight de Blockstream et les applications mobiles, rendent cette opération de plus en plus facile, en supprimant la plupart des détails techniques pour l'utilisateur tout en lui permettant de conserver ses propres clés privées. Ou s'il veut mettre la main à la pâte, il peut le faire.

Vous voulez effectuer des paiements autorisés super faciles gratuitement, et potentiellement bénéficier d'autres avantages, mais au prix de l'abandon de la garde ? Utilisez un service de garde comme Cash App, qui utilise lui-même les deux autres couches. Et peut-être qu'à l'avenir, il y aura plus de solutions de garde privée dans l'écosystème du réseau Bitcoin, comme les monnaies chaumiennes fédérées qui utilisent les signatures aveugles. Les options de garde fédérée seront potentiellement plus disponibles, ce qui répartit le risque de garde.

Chaque couche s'appuie sur la couche inférieure, sans en réduire les qualités. Un réseau de diffusion sur la couche de base, un réseau de canaux sur la couche intermédiaire et un écosystème de dépositaires sur la couche supérieure donnent à chaque type d'utilisateur ce qu'il recherche. Si les difficultés de croissance deviennent apparentes, d'autres technologies de mise à l'échelle peuvent également entrer en jeu à l'avenir, afin d'augmenter encore le nombre de personnes pouvant interagir de manière autonome avec le système.

Le bitcoin a vu le jour d'une manière unique et est volontairement difficile à modifier, ce qui en fait une marchandise numérique décentralisée plutôt qu'un capital numérique centralisé. Au lieu d'essayer de créer quelque chose de distinct, les développeurs ont la possibilité de construire par-dessus.

Explication du réseau Lightning 101

Supposons que vous et vos amis passiez une longue soirée dans un bar.

Plutôt que de proposer votre mode de paiement à chaque tournée de boissons, il est préférable d'ouvrir une note avec le barman, puis de régler cette note à la fin de la soirée. Si le barman ne vous connaît pas, vous pouvez lui communiquer à l'avance les coordonnées de votre carte de crédit afin qu'il puisse la débiter plus tard dans la soirée.

D'une certaine manière, vous et le barman ouvrez un canal de paiement l'un envers l'autre. Il y a un moment de friction lors de l'établissement de la note et un second moment de friction lors de la fermeture de la note, mais entre ces deux moments, il n'y a pas de friction de paiement pour les différentes tournées de boissons, car il suffit de dire au barman "une autre tournée de boissons s'il vous plaît" et cela se produit.

C'est comme ça que le réseau Lightning fonctionne, conceptuellement. Je peux ouvrir un canal avec quelqu'un d'autre, avec une transaction bitcoin de base. Ce canal est un canal multi-signatures 2 sur 2, ce qui signifie que nous devons tous les deux être d'accord et qu'il est conçu de manière à ce que chacun d'entre nous puisse fermer unilatéralement le canal si nécessaire ou si nous le voulons (bien qu'il soit préférable de procéder à une fermeture coopérative). Tant que le canal est ouvert, nous pouvons effectuer un nombre illimité de transactions, tant que nous avons suffisamment de liquidités dans le canal, jusqu'à ce que l'un d'entre nous ou les deux veuillent fermer le canal avec une autre transaction bitcoin de la couche de base.

Contrairement à un bar, cependant, un canal Lightning n'est pas basé sur la confiance ou la dette. Les paiements au sein du canal sont mis à jour instantanément, et la tabulation en cours peut être appliquée par l'une ou l'autre partie qui ferme le canal et se réconcilie avec la couche de base, chaque partie recevant son solde actuel. Il n'y a pas de dette, pas de promesse de payer plus tard, d'une personne à une autre. C'est comme si vous transmettiez instantanément de l'argent sur le compte du barman par le canal à chaque fois que vous demandez une autre tournée de boissons.

Maintenant, supposons que l'on aille un peu plus loin. Alice a une table chez le barman d'un bar, et une autre personne, Bob, a également une table ouverte chez le même barman. Si Bob veut offrir un verre à Alice, il peut demander au barman de lui offrir un verre et de le mettre sur sa note. Par ailleurs, si Bob a oublié son portefeuille et a besoin d'argent pour rentrer chez lui, Alice peut demander au barman de donner 30 dollars à Bob et de les mettre sur sa note. Alice peut payer Bob par l'intermédiaire du barman, même si Alice et Bob ne savent rien l'un de l'autre et n'ont aucun canal de paiement ouvert l'un avec l'autre.

Le réseau Lightning fait cela aussi, mais sans dette ni confiance. Voici un exemple de schéma. Si l'utilisateur A veut envoyer un paiement à l'utilisateur Q, il peut le faire en acheminant le paiement de A à C à F à K à L à Q. Chaque nœud au milieu peut facturer des frais de routage minuscules, comme une fraction de centime, car c'est facile à automatiser. Elle n'a pas besoin d'établir un canal directement avec l'utilisateur Q.

Kierish, via Wikipedia

Parce qu'il utilise la technologie de routage en oignon, les nœuds du milieu ne savent pas nécessairement d'où vient le paiement ni où il va pour sa destination finale. Le noeud K reçoit l'instruction "achemine ce paiement de F à L" sans en savoir plus que nécessaire.

Le résultat final de ce réseau de canaux est qu'une transaction de la couche de base vous donne accès à un grand nombre de paiements individuels vers diverses entités distinctes, et le réseau Bitcoin peut donc être mis à l'échelle de manière assez significative.

Imaginez un système mondial avec un nombre massif de nœuds interconnectés. N'importe qui peut entrer dans le réseau avec un nouveau nœud et commencer à créer des canaux. Par ailleurs, de nombreux services de garde permettent également à leurs titulaires de comptes d'accéder au réseau par le biais de leurs nœuds et canaux.

Voici une visualisation du réseau public Lightning à l'heure actuelle. Il s'agit d'un réseau croissant de nœuds interconnectés reliés par des canaux de paiement, les points les plus gros représentant les nœuds particulièrement bien connectés :

LnRouter

Et voici une photo agrandie de la zone inférieure gauche pour montrer un échantillon aléatoire de la forme des connexions qui est typique du réseau :

Comme le réseau est assez efficace, les frais de transaction sont souvent l'équivalent d'un centime ou moins.

Il n'y a pas de limite stricte à la taille que le réseau peut atteindre au fil du temps, ni au nombre de transactions par seconde qu'il peut gérer, si ce n'est le fait que l'ouverture et la fermeture des canaux entraînent des transactions de couche de base. Le réseau Lightning, s'il atteint la taille de millions de canaux ouverts à l'avenir, peut théoriquement gérer un nombre presque illimité de transactions pair-à-pair par seconde, mais il existe une limite supérieure de dizaines de millions de nouveaux canaux qui pourraient être ouverts par an (en fonction du pourcentage de transactions de la couche de base qui sont des ouvertures de canaux).

Bien qu'il présente certaines contraintes, surtout dans cette phase de développement précoce, ce type de réseau est très intéressant du point de vue des paiements. Les canaux peer-to-peer sont meilleurs que les réseaux de diffusion pour les petites transactions individuelles. Ils sont rapides, bon marché et relativement privés.

De plus, le réseau est capable d'effectuer des micropaiements beaucoup plus petits que ce que peuvent faire Visa et Mastercard. Avec Lightning, vous pouvez envoyer des paiements d'une valeur d'une fraction de centime. Cela ouvre de nouveaux cas d'utilisation qui ne sont pas possibles avec les cartes de crédit, par exemple, comme les paiements de machine à machine, la diffusion en continu de micropaiements ou l'utilisation de micropaiements comme technique de prévention du spam.

Tout cela est global et sans autorisation. Les utilisateurs peuvent simplement le faire, sans demander l'autorisation d'une banque ou d'une autre entité centrale. Pour empêcher cela, les gouvernements doivent dire à leurs citoyens qu'il est illégal d'utiliser certains types de logiciels libres, puis trouver un moyen de faire respecter cette interdiction.

Avantages et limites de la liquidité

La liquidité est la plus grande limite d'un réseau qui repose sur des canaux de routage individuels.

S'il n'y a que des centaines de participants, il pourrait être assez difficile de trouver une route qui relie deux nœuds arbitraires et qui dispose de suffisamment de liquidités sur chaque canal du chemin pour faire passer le paiement. De nombreuses tentatives d'itinéraires de paiement échoueront. Les fonds ne seront pas perdus, mais la transaction ne sera pas initiée. Le réseau sera limité et l'expérience utilisateur sera médiocre.

Une fois qu'il y a des dizaines de milliers, des centaines de milliers ou des millions de participants, et que les soldes moyens des canaux sont plus importants, l'acheminement d'un paiement de n'importe quel point arbitraire à n'importe quel autre point arbitraire du réseau devient exponentiellement plus facile et plus fiable. Il existe un très grand nombre de chemins possibles entre la plupart des points du réseau.

Dans le réseau Lightning, plus le paiement que vous voulez envoyer est important, plus il sera difficile de trouver un ensemble de chemins de canaux qui ont collectivement suffisamment de liquidités pour traiter ce paiement. Par exemple, il est assez facile d'envoyer l'équivalent de 25 dollars entre deux points du réseau, car votre logiciel doit simplement trouver un ensemble de nœuds interconnectés qui disposent chacun d'au moins 25 dollars de liquidités dans la direction souhaitée. En revanche, il est plus difficile d'envoyer l'équivalent de 2 500 dollars à de nombreuses destinations, car il y a moins de canaux disposant d'autant de liquidités, et votre paiement peut devoir être envoyé en parallèle par plusieurs chemins, et il doit donc y avoir un grand nombre de chemins possibles entre votre nœud et le nœud cible. En outre, le nœud cible lui-même peut simplement ne pas avoir assez de liquidités entrantes totales pour recevoir un paiement de cette taille.

Plus il y a de canaux, et plus ils sont gros, plus l'acheminement des paiements importants devient fiable.

En raison de cette dynamique, le réseau Lightning n'est pas un interrupteur que l'on peut allumer et qui fonctionne parfaitement dès le premier jour. Il a fallu le construire minutieusement, canal par canal, pendant des années. Les premiers utilisateurs étaient des développeurs à forte conviction et des adeptes précoces qui se frayaient un chemin dans un réseau difficile à utiliser. Ce n'est qu'après avoir passé des années à travailler dessus qu'il est devenu pertinent pour l'utilisateur type qui souhaite simplement des paiements rapides et bon marché. Au début, ils ont limité la taille des canaux et des paiements pour la sécurité des utilisateurs. Pensez-y comme si vous tailliez lentement des chemins bruts dans la jungle avec des machettes, afin qu'un jour des routes puissent être construites pour la civilisation.

En outre, des outils ont dû être créés en cours de route pour permettre aux opérateurs de nœuds de gérer les liquidités de manière optimale. Ceux-ci se sont améliorés, mais il s'agit toujours d'un travail en cours.

De nombreuses critiques ont affirmé que le réseau ne fonctionnerait pas et, une fois qu'il a été mis en œuvre, beaucoup de gens ont dit que c'était un échec pendant les deux premières années. La plupart d'entre eux, cependant, ne comprenaient pas la façon dont il se développe. Le réseau Lightning est comme l'un de ces trains de marchandises géants suivis par des kilomètres de wagons : il faut une tonne de travail pour le mettre en marche à partir d'un point mort, mais il est pratiquement impossible de l'arrêter une fois qu'il a pris un élan considérable.

Pixabay

Au fur et à mesure que le réseau Lightning devient plus utilisable, les entreprises qui construisent des implémentations ou des applications pour celui-ci peuvent lever plus de capitaux auprès des investisseurs intéressés. Par exemple, Lightning Labs a levé 70 millions de dollars de série B en 2022 pour continuer à construire l'infrastructure du réseau Lightning, et Zebedee a levé 35 millions de dollars (y compris auprès du géant du jeu Square Enix) pour continuer à construire des solutions pour que les jeux intègrent les micro-paiements Lightning. Au total, des centaines de millions de capitaux ont été levés ces dernières années pour des portefeuilles, des applications, des infrastructures, etc.

Ensuite, les entités ayant un grand nombre d'utilisateurs peuvent s'y connecter. Bitfinex et River Financial ont intégré Lightning pour leurs utilisateurs en 2019. Bull Bitcoin et Okcoin ont intégré Lightning pour leurs utilisateurs en 2021. Cash App et Kraken ont intégré Lightning pour leurs utilisateurs en 2022. Des dizaines de millions de personnes ont désormais techniquement accès au réseau Lightning si elles le souhaitent. De nombreux logiciels marchands l'acceptent aussi maintenant.

En janvier 2021, j'ai remarqué que le réseau commençait à atteindre une masse critique de liquidité et d'utilisabilité. Lightning devenait vraiment utilisable, ce qui signifie que l'acheminement des paiements devenait plus fiable. La capacité initiale du réseau était une liquidité d'amorçage et n'était pas allouée efficacement. Pendant un certain temps, le réseau donnait l'impression, vu de l'extérieur, de ne pas se développer, alors qu'en réalité, cette liquidité se répandait lentement pour devenir plus utilisable et plus efficace. Et puis, boum, la liquidité et les paiements ont commencé à décoller, et de très bonnes applications mobiles sont arrivées sur le marché.

Look Into Bitcoin

Implémentations et applications

Aucune entreprise ne contrôle le réseau Lightning. Il s'agit d'un ensemble de participants open source.

La base du réseau est un protocole minimal convenu, auquel les fabricants de logiciels de nœuds Lightning adhèrent s'ils veulent fonctionner entre eux et avec le réseau dans son ensemble. Ces normes sont un peu comme les normes de base du courrier électronique ou les normes de base de l'Internet avec lesquelles les différentes applications peuvent communiquer.

Le logiciel de nœud Lightning est appelé "mise en œuvre Lightning". Lightning Labs, Blockstream et Block Inc sont les entreprises responsables des trois plus grandes implémentations Lightning ou des ensembles d'outils d'implémentation utilisés par les différents développeurs.

Si vous souhaitez mettre la main à la pâte, vous pouvez choisir la mise en œuvre à utiliser, personnaliser une mise en œuvre ou même créer votre propre mise en œuvre à partir de zéro. Il n'y a pas de barrière qui empêche quiconque de créer sa propre mise en œuvre de Lightning et de l'utiliser pour s'interfacer avec le reste du réseau ; il s'agit d'un protocole ouvert.

À partir de là, de nombreuses entreprises peuvent intégrer ces implémentations Lightning dans des applications faciles à utiliser. Un utilisateur final n'utilisera pas directement une implémentation Lightning ; il utilisera une application mobile qui lui permettra de se connecter au réseau et lui cachera la plupart des détails techniques, y compris les détails de l'implémentation Lightning sous le capot.

Certaines applications peuvent être dépositaires, ce qui signifie que vous confiez votre argent à une société. Cash App et Strike en sont des exemples. Cela implique une certaine conformité réglementaire dans diverses juridictions.

D'autres applications peuvent être auto-dépositaires, ce qui signifie que vous avez le contrôle total de vos propres pièces, que vous utilisez simplement leur logiciel open source et que vous vous connectez à des nœuds très liquides. Muun et Breez en sont des exemples.

Acceptation par les commerçants

Lorsque les premières mises en œuvre du réseau ont été lancées, peu de commerçants acceptaient les paiements Lightning.

Au fil du temps, c'est devenu plus facile. BTCPay Server et OpenNode, par exemple, permettent aux commerçants d'accepter facilement les paiements Lightning.

Lorsque le Salvador a fait du bitcoin sa monnaie légale, de grandes entreprises comme McDonald's et Starbucks ont pu intégrer rapidement les paiements Lightning à l'aide de logiciels tiers.

NCR Corporation et d'autres sociétés de point de vente ont exprimé leur intérêt à devenir interopérables avec le réseau Lightning. Square est un grand fournisseur de logiciels et d'équipements de point de vente pour les petites et moyennes entreprises, et sa société mère Block Inc. est l'une des sociétés les plus favorables aux bitcoins. Leur Cash App s'intègre déjà à Lightning et ils disposent de plusieurs unités de développement axées sur les bitcoins.

Au cours des prochaines années, je pense qu'il sera de plus en plus courant d'utiliser Lightning comme mode de paiement. Certains commerçants convertiront en dollars immédiatement après la vente (ce qui est facilement mis en œuvre par de nombreux fournisseurs de logiciels de point de vente), tandis que d'autres choisiront d'accepter directement les bitcoins sur le réseau et de les conserver.

Actifs du Taro

Depuis quelques années, on constate un intérêt croissant pour l'utilisation du réseau Lightning afin de transférer des dollars ou d'autres devises.

L'idée est que le bitcoin est un actif de plus en plus liquide qui s'échange dans la plupart des grandes devises. Une personne peut échanger des dollars contre des bitcoins, envoyer des bitcoins via le réseau Lightning à un autre dépositaire dans un autre pays, puis les échanger à nouveau contre des dollars, le tout en quelques secondes. Cela permet à quelqu'un d'utiliser l'aspect paiements de Lightning indépendamment de l'utilisation du bitcoin comme actif volatile.

Cela peut également être fait avec d'autres monnaies. Une personne peut échanger une livre sterling contre un bitcoin, envoyer le bitcoin sur le réseau Lightning, puis échanger ce bitcoin contre des euros en quelques secondes.

Il s'agit d'un moyen très rapide et bon marché d'envoyer des paiements internationaux, et des entreprises comme Strike et Bottlepay ont utilisé le réseau pour ce type d'opérations. Cette méthode de conversion de fiat en bitcoin en fiat peut éliminer les problèmes fiscaux associés aux paiements Lightning pour l'utilisateur final, tout en profitant du fait que Lightning est plus rentable que la plupart des réseaux de paiement tels que Visa et Mastercard.

Ce mois-ci, la Banque centrale européenne a même publié un rapport qui examinait la pile Bitcoin/Lightning parmi plusieurs méthodes potentielles pour les paiements transfrontaliers mondiaux, et a pris le réseau assez au sérieux dans son analyse.

En raison de la mise à niveau de la fourche logicielle Bitcoin de novembre 2021, appelée Taproot, le réseau Bitcoin, et en particulier le réseau Lightning, peut maintenant théoriquement être utilisé pour envoyer d'autres types d'actifs à l'aide du protocole Taro. Le protocole Taro a été annoncé en avril 2022 par Lightning Labs et est en train d'être testé et finalement mis en œuvre.

Par exemple, lorsqu'il est actif, un actif stablecoin garanti en USD peut être émis, qui peut ensuite être envoyé presque instantanément et presque gratuitement sur le réseau Lightning. Cela signifie qu'un utilisateur peut payer des choses presque instantanément et presque gratuitement, dans un actif avec moins de volatilité et qui ne déclenche pas d'événements imposables.

"Imaginez qu'Alice et Bob disposent d'un canal Lightning-USD (L-USD) d'une capacité de 100 dollars, équilibré de telle sorte qu'ils disposent tous deux de 50 dollars de liquidités entrantes, et que Carol et Dave disposent d'un canal L-USD d'une capacité de 100 dollars, équilibré de telle sorte qu'ils disposent tous deux de 50 dollars de liquidités entrantes.

Si Bob n'a qu'un canal BTC avec Carol, Alice peut quand même envoyer 10 $ de L-USD à Bob, qui facture une petite commission de routage en BTC et transmet 10 $ de BTC à Carol, qui facture une petite commission de routage en L-USD et transmet 10 $ de L-USD à Dave, la destination finale. Taro interagit tel quel avec le Lightning Network existant, qui ne fonctionne qu'en BTC, et exige seulement que le premier et l'avant-dernier saut aient des liquidités en L-USD.
Cette structure exploite les effets de réseau et la liquidité du réseau Lightning actuel pour acheminer un nombre quelconque d'actifs, évitant ainsi de devoir créer un réseau entièrement nouveau pour les nouveaux actifs et garantissant que le bitcoin sous-tend toutes les transactions sur le réseau. Il incite également à la croissance de la liquidité BTC au sein du Lightning Network pour servir un Lightning Network plus large et multi-actifs."
-Annoncer Taro (Lightning Labs)

Il est important de noter que le cœur du réseau reste concentré sur la liquidité des canaux bitcoin, tandis que les actifs spécifiques de Taro se trouvent généralement à la périphérie du réseau. Cela évite de fracturer la liquidité globale du réseau, puisqu'en fin de compte, elle passe par les canaux bitcoin sur la majeure partie de son parcours au cœur du réseau.

Les différents fournisseurs de technologie de point de vente peuvent également intégrer ce système, de sorte que les stablecoins peuvent être utilisés pour payer des objets sur le réseau Lightning, en plus des bitcoins.

Paolo Ardoino de Bitfinex a fourni un bon résumé des limites techniques de l'incorporation de paiements super rapides sur un réseau de diffusion, et de la raison pour laquelle les pièces stables sur Lightning devraient idéalement constituer une grande amélioration à cet égard.

Un utilisateur pourrait disposer d'un porte-monnaie mobile de type "custodial" ou "self-custodial", dans lequel il détiendrait des bitcoins et des stablecoins dans une seule application, et les utiliserait pour payer ce qu'il souhaite.

Avec diverses implémentations de signatures multiples, des verrous temporels et d'autres surfaces programmables, il existe de nombreuses façons originales de déplacer l'argent et d'utiliser le réseau à des fins diverses.

Autres cas d'utilisation potentiels

En 2021, une société appelée Impervious a publié une API qui permet aux gens de créer des applications fonctionnant sur le réseau Lightning.

Fondamentalement, en plus d'envoyer de la valeur instantanément et à moindre coût, le réseau Lightning peut être utilisé pour envoyer des informations non monétaires. Cela présente des cas d'utilisation potentiels pour les messages de médias sociaux, les appels vidéo, le partage de fichiers, la vérification d'identité, la monétisation du contenu, les réseaux sociaux et d'autres applications. Ici, en 2022, Impervious travaille sur un navigateur qui rassemble tout cela en un seul endroit.

Lightning peut également être utilisé pour la résistance au spam. La monnaie Proof-of-work a été développée par Adam Back dans les années 1990 sous la forme de Hashcash, comme technique anti-spam. Certains analystes considèrent aujourd'hui que Lightning pourrait être un moyen efficace de réduire le spam en ligne. Il existe des réseaux sociaux et des sites web où les commentaires nécessitent un sat (0,00000001 bitcoins), et où les utilisateurs se donnent des pourboires avec des sats. Cela entrave l'économie des robots spammeurs de médias sociaux, car chaque compte et chaque message est assorti d'un micro-prix.

Grâce à un plugin de navigateur, de nombreux sites Web pourraient mettre en œuvre un système de ce type si le réseau s'étendait.

De même, le PDG de Strike, Jack Mallers, a mis en place un micro-prix pour les personnes qui veulent lui envoyer des e-mails.

Avec la pile complète de Bitcoin, Lightning, et des choses comme Taro et d'autres choses, il est difficile de prédire ce que ce réseau pourrait être utilisé dans une décennie. Certaines choses vont probablement prospérer, et d'autres seront des ratés. C'est un ensemble programmable de blocs de construction pour l'argent et l'information, qui se déplace instantanément, sans permission, et presque gratuitement. Il n'est pas contrôlé par une seule entreprise, mais plutôt par une source ouverte et peut être utilisé par un grand nombre d'entreprises.

Cette ouverture crée parfois des frictions entre des visions concurrentes de la meilleure utilisation du réseau ou de la manière de se mettre d'accord sur un ensemble de protocoles ouverts, mais elle lui confère également beaucoup de pouvoir et de flexibilité.

Lorsque l'iPhone a été présenté en 2007, peu de gens se sont dit "wow, cela pourrait vraiment perturber l'industrie du taxi dans une décennie". À ce moment-là, quelques technologies avaient convergé au point de permettre aux gens de tous les jours d'avoir un superordinateur de poche avec un grand écran tactile et une connexion Internet mobile à large bande passante, et cela a servi d'ensemble de blocs de construction qui pouvaient se développer de manière exponentielle dans de nombreux autres secteurs, y compris en permettant à Uber de venir et de changer la façon dont nous nous déplaçons dans les villes. Toutes sortes d'appareils électroniques individuels sont devenus pratiquement obsolètes en devenant des applications sur un téléphone intelligent.

Je considère que la pile Bitcoin/Lightning est similaire. Le réseau est encore minuscule et a encore beaucoup de travail de développement à faire, et rien n'est certain. Mais pour moi, il s'agit d'un réseau monétaire puissant avec un potentiel de croissance énorme au cours de la prochaine décennie.

Critiques sur le réseau Lightning

Lightning a fait l'objet d'un certain nombre de critiques, principalement de la part des partisans d'autres blockchains. Pour beaucoup d'entre eux, le succès du réseau Lightning pourrait impliquer la non-pertinence de leur propre projet.

Il y a encore une tonne de travail de développement à faire sur le réseau Lightning, et donc certaines critiques sont justes, et le réseau a des limites. Le nombre de développeurs est assez faible et le réseau n'en est qu'à sa cinquième année en termes opérationnels, les deux dernières années seulement ayant atteint une masse critique de liquidités hautement utilisables.

Mais après des années de recherche dans ce domaine, je considère Lightning comme très prometteur et généralement sous-estimé. Il faut se projeter sur les prochaines années pour en voir vraiment le potentiel.

Voici donc mes réponses à certaines des critiques courantes du réseau que j'ai vues.

Critique 1) C'est petit et trivial

Le réseau Lightning se développe rapidement, mais il compte encore moins de 5 000 bitcoins dans les canaux publics. En fonction du prix du bitcoin à un moment donné, cela ne représente que des centaines de millions de dollars au maximum. En raison de la vitesse élevée, le volume des transactions est assez important par rapport à ce montant minuscule, mais il est finalement minuscule par rapport à l'industrie mondiale des paiements.

Arcane Research a publié une excellente analyse de l'échelle actuelle du réseau Lightning en avril 2022 :

Arcane Research, The State of Lightning Volume 2

Cette petite taille est souvent comparée par les détracteurs à diverses applications deFi. Par exemple, Wrapped Bitcoin sur Ethereum compte plus de 230 000 bitcoins en dépôt. Lightning semble donc très petit, dépassé, voire insignifiant en comparaison. Cependant, cette comparaison est une erreur de catégorie.

Le marché global des paiements en crypto-moyens d'échange, en bitcoins ou autres, est encore très petit. Il ne faut pas s'attendre à une utilisation généralisée du bitcoin comme moyen d'échange avant la fin de son processus de monétisation, comme nous l'avons vu précédemment, en particulier sur les marchés développés où chaque transaction est un événement imposable et où les gens ont accès à des systèmes de paiement beaucoup plus établis.

Le DeFi, quant à lui, est principalement utilisé pour le trading et l'effet de levier. Beaucoup de ces diverses blockchains et protocoles Defi ont de fortes incitations de crypto VC pour émettre une pièce, la commercialiser et gonfler le prix et l'exposition, puis obtenir une liquidité de sortie rapide sur les investisseurs de détail.

Chainalysis a constaté que le DeFi est principalement utilisé par des traders de taille institutionnelle.

Chainalysis

Il est plus logique de comparer la quantité de bitcoins enveloppés (qui sont détenus par un dépositaire centralisé) à la quantité de bitcoins sur les échanges centralisés. Il y a plus de bitcoins emballés sur Ethereum DeFi que sur Kraken ou Gemini, par exemple, mais moins que sur Coinbase, Binance ou Bitfinex. C'est une comparaison plus appropriée ; Ethereum est essentiellement le quatrième plus grand échange de bitcoins et service d'effet de levier, et le trading + effet de levier est un marché de bitcoins beaucoup plus important que les paiements marchands en bitcoins à ce stade.

Lightning, d'autre part, n'a pas de monnaie distincte. Personne ne devient super riche rapidement grâce à Lightning. Il n'y a pas d'incitations marketing pour attirer les gens sur Lightning. C'est un réseau de paiement plutôt ennuyeux, franchement. Son ratio spéculation/utilité est très faible, ce qui signifie qu'il est presque entièrement utilitaire. Personnellement, je le considère comme plutôt excitant, mais c'est en raison de l'utilité qu'il offre et de l'élégance de son fonctionnement.

En outre, les développeurs de Lightning ont délibérément limité la taille des paiements et des canaux au cours des premières années, afin de réduire le risque que les gens perdent d'importantes sommes d'argent à cause de bugs ou d'exploits potentiels dans son état naissant. L'objectif des développeurs n'a jamais été de croître rapidement à tout prix ; l'objectif depuis le début était de construire de manière responsable sur le long terme.

La croissance de Lightning, y compris à travers un marché baissier, est principalement due à l'utilité organique et à son besoin, plutôt qu'à la spéculation, au commerce, à l'effet de levier, ou à toute sorte de schéma d'incitation financé par le capital-risque qui repose sur l'utilisation des investisseurs de détail comme liquidité de sortie. Il pourrait y avoir des catalyseurs tels que Taro (par exemple, des pièces stables en dollars sur Lightning) qui finissent par accélérer la croissance du réseau à un moment donné, mais quoi qu'il en soit, c'est un réseau en pleine croissance qui est là pour les personnes qui veulent effectuer des transactions en utilisant le réseau Bitcoin.

Critique 2) C'est trop centralisé

Le réseau Lightning peut être difficile à utiliser à un niveau profond, surtout si vous avez l'intention d'être un nœud de routage à haut volume. Votre nœud doit être allumé en permanence, vous mobilisez beaucoup de capital et il peut être difficile d'équilibrer vos liquidités.

Par conséquent, le réseau a naturellement développé de nombreux super-nœuds qui servent de plaques tournantes pour le trafic du réseau, car ils disposent d'un capital important et passent beaucoup de temps à construire et à maintenir des canaux liquides. Certains parlent d'un modèle en étoile, ce qui n'est pas tout à fait vrai dans ce contexte. Cette centralisation apparente est souvent utilisée comme une critique de Lightning, mais cette critique est déplacée.

Pour prendre un exemple hypothétique, supposons que vous n'ayez qu'un ou deux fournisseurs d'accès à Internet par fibre optique dans votre région, et que ces deux entreprises soient les seuls moyens possibles d'accéder à Internet. Il s'agit là d'un problème majeur de centralisation ; vous êtes entièrement soumis au bon vouloir de ces deux entreprises pour utiliser l'internet, et vous n'avez aucun recours à moins de déménager. Vous êtes limité à un ou deux hubs qui desservent votre région en situation de monopole ou de duopole.

Supposons maintenant qu'il existe des centaines ou des milliers de fournisseurs d'accès à Internet par satellite différents que vous pourriez choisir d'utiliser. Dans cette expérience de pensée, chacun d'entre eux peut vous connecter à l'Internet mondial où que vous soyez dans le monde, via une flotte de satellites en orbite. Cela élimine toute forme de problème de centralisation ; vous pouvez choisir n'importe lequel d'entre eux dans le monde entier, et ils sont presque innombrables en nombre. Vous n'êtes pas limité à un hub spécifique lié à votre emplacement ; vous pouvez choisir parmi l'ensemble des hubs mondiaux, et vous pouvez même choisir plusieurs hubs simultanément pour une redondance supplémentaire.

Dans le réseau Lightning, il existe toutes sortes de super-nœuds auxquels vous pouvez vous connecter pour acheminer la liquidité, et ils sont basés dans diverses juridictions ou peuvent fonctionner de manière privée. Comme il s'agit d'un logiciel, l'échelle est assez importante.

En outre, vous pouvez éviter de vous connecter directement à l'un des super-nœuds si vous ne le souhaitez pas, et vous connecter directement en peer-to-peer avec d'autres petits nœuds (y compris au niveau international), qui sont eux-mêmes connectés à un nombre quelconque d'autres nœuds pairs ou super-nœuds. Il existe des groupes en ligne, tels que Plebnet qui compte plus de 6 000 membres, qui se concentrent sur la création de canaux entre eux et le soutien mutuel. C'est ce qui fait qu'il ne s'agit pas vraiment d'un modèle en étoile, même s'il existe de nombreux super-nœuds particulièrement bien connectés dans le système.

Il est important de noter que les entités de Lightning n'assurent pas l'immuabilité de la masse monétaire ou l'application d'autres règles de consensus ; elles se contentent d'acheminer les paiements individuels.

Si certains super-nœuds sont perçus comme problématiques en termes de confidentialité ou de censure des transactions, les utilisateurs peuvent créer des canaux autour d'eux. Cette optionnalité est la clé de la décentralisation. Le réseau Lightning implique un ensemble évolutif de nœuds et de canaux, les anciens canaux étant supprimés et de nouveaux canaux étant construits en fonction des besoins des différents participants. Les forces du marché dictent où vont les liquidités.

C'est ainsi que se présentait Internet en 2005 :

Opte Project, via Wikipedia

Et voici l'image agrandie d'une partie du réseau Lightning que j'ai montrée plus tôt, qui montre à quel point sa structure est similaire à celle d'Internet, sauf que Lightning est plus décentralisé, car chaque nœud individuel peut se connecter directement à de nombreux autres nœuds, en plus d'acheminer les paiements par le biais de super-nœuds s'il le souhaite.

LnRouter

Critique 3) Il est facile à reproduire

Lightning n'est pas forcément propre à Bitcoin. Tout comme le réseau Bitcoin peut intégrer une technologie potentiellement utile développée sur d'autres blockchains, certaines autres blockchains peuvent potentiellement intégrer une technologie de type Lightning à leur pile.

En fait, certains réseaux de type Lightning existent sur d'autres blockchains, mais ils sont minuscules par rapport à ce qui existe sur le réseau Bitcoin.

En effet, comme décrit précédemment, Lightning repose sur la liquidité. La liquidité (sous la forme d'un grand nombre de canaux bien financés) est l'une des principales limites pour qu'il fonctionne sans problème. Lorsque le réseau a été lancé pour la première fois sur le réseau Bitcoin, il n'était pas très utilisable. Il y avait très peu de nœuds et de canaux, et il était difficile de trouver une route de paiement pour envoyer des paiements, ou d'obtenir des liquidités entrantes pour que d'autres personnes puissent vous envoyer des paiements. De nombreux paiements échouaient et devaient être réessayés. C'était un travail en cours, essentiellement en développement alpha.

Cependant, pendant des années, il a progressivement développé de plus en plus de canaux, ce qui a rendu l'envoi et la réception de paiements de plus en plus fiables. La liquidité est une variable majeure de l'effet de réseau ; c'est pourquoi certaines bourses de valeurs et de marchandises restent les principales bourses de valeurs et de marchandises pendant des décennies, voire des siècles. Les gens vont là où il y a de la liquidité, et cela crée plus de liquidité, ce qui amène plus de gens, et cela crée plus de liquidité. Lightning a un effet de réseau auto-renforçant qui est extrêmement difficile à reproduire, et il croît de mois en mois.

C'est pourquoi je considère le réseau Lightning comme un de ces trains de marchandises de plusieurs kilomètres de long. Il est difficile de le faire démarrer et de l'accélérer. Mais une fois qu'il est en marche, son élan est énorme. Il a fallu des années de construction de canaux et de développement prudent pour que le réseau Lightning atteigne une masse critique de liquidités et une véritable facilité d'utilisation, et ce, en grande partie parce qu'il a été construit sur le bitcoin, qui présente la plus grande combinaison de liquidités, d'échelle et de décentralisation de toutes les crypto-monnaies.

Lightning est un effet de réseau construit au-dessus d'un effet de réseau, et les deux se renforcent mutuellement.

Critique 4) Ce n'est pas assez privé

Le réseau Lightning offre généralement une meilleure confidentialité que la couche de base du bitcoin, en particulier pour l'expéditeur, mais il ne s'agit pas d'un réseau parfaitement privé.

Comme mentionné précédemment, le réseau utilise le routage en oignon, de sorte que chaque nœud le long du chemin de paiement ne connaît que les directions qui s'appliquent à lui, plutôt que l'ensemble des directions pour le lieu d'origine du paiement et sa destination finale. Il s'agit d'une série de directions, mais chaque participant ne dispose que d'un petit sous-ensemble des directions totales.

Par exemple, en reprenant ce schéma, si j'envoie un paiement de A à Q, en passant par les nœuds C, F, K et L, ces nœuds ne savent pas nécessairement que Q est la destination finale et que A était l'expéditeur initial. Le noeud K, par exemple, est simplement chargé de recevoir le paiement de F et d'envoyer le paiement à L, en échange d'une petite commission.

Kierish, via Wikipedia

Une entité qui tente d'espionner les transactions peut installer plusieurs nœuds Lightning tout autour du réseau et servir de routeur de paiement. En général, un nœud individuel ne connaît pas la source ou la destination d'origine d'un paiement, mais seulement le nœud d'où il provient et celui auquel il l'envoie. Toutefois, si une entité possède suffisamment de nœuds sur le réseau, elle peut avoir une bonne idée de la provenance et de la destination de certains paiements. Ainsi, tout paiement ne garantit pas absolument une parfaite confidentialité, même si l'expéditeur bénéficie généralement d'une bonne confidentialité dans la pratique.

Les utilisateurs avertis disposent de moyens importants pour maximiser leur confidentialité, à la fois sur la couche de base du réseau Bitcoin et sur le réseau Lightning, mais cela demande un certain savoir-faire. À ce stade précoce du réseau, des développements sont encore en cours pour élargir les options de confidentialité pour les utilisateurs et rendre la confidentialité plus naturelle. La Fondation des droits de l'homme dispose d'un fonds de développement du bitcoin qui finance, entre autres, divers développements en matière de confidentialité.

Critique 5) Nous disposons d'autres solutions de paiement

La plupart des personnes vivant aux États-Unis, en Europe ou au Japon n'ont pas de problèmes pour effectuer des paiements ou ouvrir des comptes bancaires de manière régulière. Ils peuvent se demander en quoi Lightning est pertinent.

Cependant, une partie importante du monde n'est pas bancarisée, alors qu'une application logicielle libre et gratuite qui utilise le réseau Lightning peut leur permettre d'effectuer des paiements. Une grande partie du monde en développement souffre d'une inflation persistante à deux chiffres, et la plupart des habitants des pays en développement ont connu des dévaluations/réinitialisations majeures de leur monnaie au cours de leur vie, ce qui éradique l'épargne.

En outre, environ la moitié du monde vit dans des pays classés comme autoritaires ou semi-autoritaires. Ils sont confrontés à des blocages arbitraires de leurs comptes bancaires pour des choses aussi élémentaires que protester ou parler trop librement. Une technologie comme la pile Bitcoin/Lightning est une technologie asymétrique pour eux.

Même dans les pays relativement libres, des personnes, des entreprises ou des secteurs d'activité peuvent être dé-platformés des réseaux de paiement courants, même s'ils ne font rien d'illégal. La pile Bitcoin/Lightning est donc une option de secours, ouverte à tous.

Lorsque nous imaginons le marché potentiel du réseau Lightning ou d'autres solutions similaires, nous devons penser à l'échelle mondiale, et pas seulement à notre propre vie confortable. Les personnes qui souffrent d'une inflation élevée, de systèmes bancaires corrompus, de la dé-platisation et d'autres problèmes monétaires sont les utilisateurs potentiels les plus naturels d'une monnaie de pair à pair qui ne peut pas être dévaluée ou gelée par un tiers centralisé. Ils ont plus de chances d'entrer dans le réseau Bitcoin/Lightning que n'importe quel habitant d'un pays développé.

Bien sûr, certains mauvais acteurs peuvent également utiliser cette technologie, mais c'est comme dire que les mauvais acteurs peuvent utiliser Internet. Bien sûr qu'ils le peuvent ; c'est un ensemble ouvert de protocoles. Toute technologie puissante peut être utilisée par de bonnes ou de mauvaises personnes. Cependant, le nombre de personnes qui ont besoin d'améliorations dans ce domaine à des fins légitimes est beaucoup plus important que celui des criminels potentiels.

Il n'est donc pas choquant de constater que 19 des 20 premiers pays de Chainalysis en termes d'adoption des crypto-monnaies sont des pays en développement. Dans bon nombre de ces pays, le taux de pénétration des téléphones intelligents est beaucoup plus élevé que celui des comptes bancaires :

Chainalysis

Même dans les pays développés, Lightning peut rendre les paiements moins chers et peut être utilisé pour les micro-paiements ou les paiements de machine à machine de manière plus transparente que les méthodes de paiement actuelles en monnaie fiduciaire.

Critique 6) Il y a un plafond d'échelle pour les utilisateurs ayant la garde de leurs enfants.

Lightning augmente considérablement le volume des transactions possibles sur le réseau Bitcoin. Cependant, l'ouverture et la fermeture d'un canal Lightning nécessitent toujours une transaction sur la chaîne, ce qui signifie que dans sa forme actuelle, la pile Bitcoin/Lightning ne peut toujours pas s'adapter à des milliards de personnes l'utilisant de manière autonome.

Plus précisément, il existe des limites d'espace de bloc au nombre de personnes qui peuvent l'utiliser de manière totalement autonome sur une base régulière, à moins que certaines bifurcations de la couche de base ne permettent un débit plus important.

Pour tout réseau, il existe des compromis techniques inéluctables. Pour garantir l'auditabilité et l'immuabilité généralisées de la couche de base, certaines contraintes sont difficiles à surmonter.

Je considère que beaucoup d'autres concepteurs de blockchains essaient de suringénier leurs systèmes. Toute solution doit être adaptée au produit et au marché. Tout le monde ne veut pas d'une expérience d'auto-défense complète. Certaines personnes veulent avoir la commodité d'utiliser un service de garde d'une certaine sorte. Bitcoin/Lightning offre une option aux gens du monde entier, mais les gens peuvent décider d'utiliser la partie de la pile qu'ils souhaitent.

Pour le quantifier, la pile Bitcoin/Lightning peut être utilisée de manière semi-régulière par des dizaines de millions de personnes de manière autonome (ou plus au fil du temps si beaucoup d'entre elles la conservent simplement dans un entrepôt froid). Les services de garde peuvent faire passer ce chiffre à une échelle supérieure. Par exemple, tous les dizaines de millions de comptes sur Cash App ont techniquement accès au réseau Lightning, via les nœuds et les canaux gérés par Cash App. Il en va de même pour les utilisateurs de Strike, River et d'autres applications similaires.

À l'heure actuelle, le réseau Bitcoin est critiqué par certains opposants pour ses faibles frais et donc sa résistance supposée à la censure à long terme, à mesure que la subvention des blocs diminue (ce qui signifie qu'il n'y a pas de demande écrasante pour son espace de blocs à l'heure actuelle, ce qui, si cet état devait persister indéfiniment, pourrait finalement aboutir à un faible coût pour contrôler la moitié de la part minière), alors qu'il est simultanément critiqué pour ne pas être capable de s'étendre de manière autonome à tout le monde dans le monde (ce qui signifie que son espace de blocs n'est pas assez grand pour répondre à une demande potentielle aussi énorme). Ces préoccupations sont pour la plupart mutuellement exclusives.

Si la combinaison de la pile Bitcoin/Lightning finit par éprouver de sérieuses difficultés à s'adapter au nombre de personnes qui souhaitent interagir avec elle de manière totalement autonome (ce qui est une bonne chose), il existe encore des domaines de développement qui peuvent potentiellement augmenter son potentiel de mise à l'échelle, par le biais de moyens permettant à davantage d'utilisateurs de partager un canal donné, ce qui dépasse le cadre technique de cet article.

D'autre part, si le réseau ne se développe pas beaucoup et que son espace de bloc n'augmente pas en valeur (une mauvaise chose), alors ses limites d'échelle ne sont pas un problème.

À l'heure actuelle, la pile Bitcoin/Lightning offre un énorme potentiel de mise à l'échelle par rapport au nombre de personnes qui utilisent actuellement le réseau. Le réseau n'a pas besoin de se surconstruire pour des conditions de marché qui n'existent pas encore, même si, bien sûr, il est bon que les développeurs pensent à des options d'extension à long terme.

Comme le dit le proverbe, "la nécessité est la mère de l'invention", et si/quand le réseau rencontre des frais de couche de base constamment élevés, des tonnes de transactions de couche de base utilisées pour ouvrir des canaux éclair, et une incapacité à embarquer tous les utilisateurs qui veulent embarquer sur le réseau de manière autonome, alors cela suscitera plus d'intérêt pour le développement de nouvelles solutions de mise à l'échelle, y compris la possibilité de nouvelles fourches logicielles à large consensus et d'autres changements.

Conclusions

Pendant des milliers d'années, le commerce et l'argent se sont déplacés à la même vitesse : celle des pieds, des chevaux et des bateaux. La capacité des gens à effectuer des transactions et les actifs au porteur avec lesquels ils effectuaient ces transactions (principalement l'or et l'argent) ne présentaient aucune différence inhérente en termes de vitesse.

Avec l'invention du télégraphe, puis du téléphone et des câbles sous-marins dans les années 1800, la vitesse du commerce a augmenté pour atteindre presque la vitesse de la lumière. Les gens pouvaient effectuer des transactions d'un continent à l'autre en mettant à jour les registres bancaires des autres par le biais des systèmes de télécommunication.

Cependant, l'or et l'argent, en tant qu'actifs au porteur, se déplaçaient encore lentement et devaient donc être de plus en plus abstraits pour pouvoir suivre le rythme.

Auparavant, l'or et l'argent étaient déjà parfois abstraits avec des créances en papier en raison des limites de divisibilité, mais une fois la technologie des télécommunications inventée, leur lenteur a rendu leur abstraction encore plus nécessaire. En fin de compte, les gouvernements ont complètement abandonné l'or et l'argent de leur grand livre bancaire et de leurs abstractions de papier physique. En fait, la différence de vitesse entre le commerce et la monnaie au porteur a donné aux gouvernements une énorme opportunité d'arbitrage de garde.

L'invention du réseau Bitcoin, et en particulier du réseau Lightning qui l'utilise, a cependant recréé un moyen pour les actifs au porteur de se déplacer à la vitesse des télécommunications, tout comme le commerce. Les gens ont désormais la possibilité de stocker et d'envoyer de la valeur liquide dans le monde entier, de pair à pair, sans s'appuyer sur des créances ou des reconnaissances de dette, mais en s'appuyant sur des règles décentralisées appliquées par un code qui place immédiatement les fonds sous la garde du destinataire.

La pile Bitcoin/Lightning est un grand livre décentralisé sur lequel sont également imbriqués des canaux de paiement de pair à pair. C'est de l'argent programmable dans un nuage décentralisé, connecté au monde réel par le biais de son consensus de preuve de travail.

Il est difficile de dire exactement où cela mène. Les transferts mondiaux de valeur liquide de pair à pair sont une boîte de Pandore qui a été ouverte. Certains gouvernements ne veulent pas qu'elle soit ouverte et adoptent diverses lois à son encontre, mais elle est là, avec un logiciel libre et gratuit. Il est beaucoup plus difficile pour les gouvernements d'appliquer des règles de paiement à des millions de personnes individuelles qu'à des milliers d'institutions bancaires hautement réglementées. Si les gens n'ont pas besoin de passer par les banques pour effectuer des transactions à l'intérieur ou à l'extérieur de leur zone locale, cela ouvre un nouvel ensemble de possibilités.

Il y a actuellement une course entre les développeurs publics et privés.

D'un côté, des choses comme la pile Bitcoin/Lightning font la course en tête avec des actifs monétaires apatrides et des canaux de paiement instantanés et bon marché. Comme il s'agit d'une source ouverte, les développeurs du monde entier peuvent travailler sur les différentes parties de cette pile autant qu'ils le souhaitent. Si l'on ajoute à cela le fait que les bitcoins sont un actif limité, cela conduit à une adoption et à un développement substantiels, même si le prix fluctue énormément en fonction de l'effet de levier, des gros investisseurs et de toutes sortes de raisons. Des particuliers, des startups, et même certaines grandes entreprises contribuent aux efforts de développement.

D'autre part, les gouvernements travaillent à l'élaboration de monnaies numériques de banque centrale. Certains d'entre eux, comme la Chine, ont pris de l'avance et ont déjà mis en œuvre des projets dans ce domaine. La plupart des autres gouvernements, cependant, sont loin derrière et n'en sont qu'à la phase de recherche sur la manière dont ils pourraient s'y prendre pour construire une monnaie numérique.

Bien que les gouvernements soient plus lents que le secteur privé libre et disposent d'un ensemble d'incitations moins attrayantes (maintien d'un système inflationniste, maintien du seigneuriage avec le système, renforcement des capacités de surveillance et de contrôle des utilisateurs du système, etc.

), ils disposent d'un pouvoir de taxation et de réglementation sur leurs concurrents du secteur privé libre. Toutefois, ce pouvoir de taxation et de réglementation est limité par leur état de droit, la volonté du peuple et leur désir d'encourager les entreprises axées sur l'innovation à rester sur leur territoire plutôt que d'aller ailleurs sur le marché mondial.

En fin de compte, les blockchains sont des informations. Les utilisateurs ne font que mettre à jour un grand livre public distribué en open source entre eux, et peuvent simplement mémoriser une phrase de démarrage de douze mots pour interagir avec lui. Interdire purement et simplement l'utilisation individuelle d'un logiciel blockchain open source revient à interdire une forme d'expression et d'information. Cela est quelque peu possible dans les régimes autoritaires (bien que l'utilisation clandestine de ces logiciels se poursuive), mais c'est plus difficile à faire dans un pays où les droits de propriété, la liberté de parole et d'expression et la représentation démocratique sont respectés. Les gouvernements doivent devenir plutôt autoritaires s'ils veulent dissuader presque complètement l'utilisation d'une telle technologie ouverte et décentralisée et maintenir cette dissuasion perpétuellement.

Au lieu de cela, les principaux moyens dont disposent les décideurs politiques pour contrôler le secteur sont les rampes d'accès, la fiscalité et la réglementation. Ils peuvent bloquer les connexions des banques fiduciaires aux bourses d'échange d'actifs numériques ou réglementer leur utilisation par des contrôles stricts de conformité KYC AML à l'entrée et à la sortie des grandes bourses d'échange d'actifs numériques, combinés à la surveillance de la blockchain pour suivre les adresses. Ils peuvent faire en sorte qu'il soit difficile de servir de dépositaire d'actifs numériques ou que les utilisateurs aient du mal à retirer des pièces des dépositaires. Il y a des moyens de contourner cela, mais tout cela constitue des frictions et des points de contrôle pour les grands pools de capitaux.

Dans les juridictions problématiques comme la Turquie, où l'inflation est massive, ou la Russie, où règne l'autoritarisme, les autorités sont plus enclines à déclarer qu'il est illégal pour les commerçants d'accepter les bitcoins ou d'autres actifs numériques en paiement de biens et de services, et à forcer les gens à utiliser leur monnaie fiduciaire à la place. Mais dans la mesure où ils peuvent même faire appliquer de telles règles, ils le font au risque de couper leur population du reste du monde, en utilisant des moyens toujours plus forts pour contrôler l'information et les logiciels libres, et en dissuadant l'innovation de se produire dans leur juridiction.

Dans un certain nombre de pays dont la monnaie est défaillante, il est illégal de détenir et d'utiliser des dollars en espèces. Et pourtant, les dollars en espèces sont souvent acceptés par les commerçants. Il est très difficile de faire respecter l'interdiction des dollars en espèces lorsque les gens ont du mal à utiliser la monnaie locale en raison d'une forte inflation ou de la censure des transactions. De même, il est assez difficile de faire respecter une interdiction perpétuelle des logiciels libres et des transactions numériques peer-to-peer ; le nombre de points d'application est énorme et les développeurs ne cessent de les adapter pour en rendre l'utilisation plus facile et plus privée.

Je continue de considérer la numérisation de l'argent comme un thème clé de la décennie 2020 et au-delà, à la fois de manière ascendante (par exemple, les bitcoins) et descendante (par exemple, les monnaies numériques des banques centrales), et je suis intéressé de voir les directions qu'elle prend.

La pile Bitcoin/Lightning en particulier continue d'être très prometteuse en tant que réseau monétaire à mon avis, avec des signes continus d'adoption et de développement par les utilisateurs, ainsi que des niveaux élevés de décentralisation. Ce n'est pas sans risque, mais c'est certainement quelque chose à garder à l'œil.

Value for Value exchange (you can tip Sovereign Monk for translations via Bitcoin Lightning): svmonk21@ln.tips