Droits de Propriété Inaliénables

Le droit, le langage, l'argent et la moralité du bitcoin

Droits de Propriété Inaliénables

Auteur: Gigi | Date Originale: 14/02/22 | Traduit par: Sovereign Monk | Der Gigi

Droit. Langue. L'argent. Les trois paradigmes de l'ordre spontané et émergent dans la société. Les questions morales sont à la base de tout :

  • Qui devrait être autorisé à parler ?
  • Qui devrait être autorisé à publier ?
  • Qui devrait avoir le droit de posséder des biens ?
  • Qui devrait être autorisé à défendre cette propriété ?
  • Qui devrait être autorisé à émettre et à contrôler l'argent ?

Cela peut ne pas paraître évident au premier abord, mais ces questions et leurs domaines respectifs - droit, langue et argent - sont tous liés. Ils sont liés en général, mais, plus important encore, ils sont intimement liés dans le nœud gordien qu'est Bitcoin. Permettez-moi, au moins pour un moment, d'essayer de démêler ce nœud. Avec un peu de chance, sans perdre le fil qui permet à tout cela de tenir ensemble.

Commençons par la dernière question : l'émission et le contrôle de l'argent.

Émission et Contrôle de l'Argent

"Permettez-moi d'émettre et de contrôler l'argent d'une nation, et je ne me soucie pas de savoir qui fait ses lois."
- Mayer Amschel Rothschild

Comme Hayek l'a souligné dans la Dénationalisation de la monnaie, le monopole gouvernemental sur l'émission et le contrôle de la monnaie est la racine de tout le mal monétaire.1

Si vous contrôlez la monnaie, vous contrôlez le pouvoir d'achat. Ce qui, à son tour, vous permet de contrôler la plupart des autres choses.

Ce n'est ni difficile à voir ni difficile à comprendre : si vous pouvez dicter qui reçoit l'argent, vous pouvez dicter qui est bien loti et qui ne l'est pas. Si vous pouvez décider qui est autorisé à créer de l'argent, vous pouvez décider qui doit travailler pour l'argent et qui en reçoit injustement, d'un simple trait de plume ou en appuyant sur un bouton.2 Si vous pouvez contrôler le flux d'argent, vous pouvez décider qui peut payer, qui peut être payé, qui peut retirer, qui a accès à ses comptes bancaires et qui a accès à l'infrastructure financière en général. En bref : vous pouvez décider qui sera déplacé de la société. Dans les cas les plus extrêmes, il s'agit d'une question de vie ou de mort. Qui peut manger et qui doit mourir de faim, qui peut prospérer et qui doit périr.

C'est pourquoi les questions relatives au contrôle et à l'émission de la monnaie sont avant tout des questions éthiques.3 Il s'agit d'un problème moral, et non d'un problème technique.

La nature de la monnaie est aussi multiforme qu'insaisissable. Sans une compréhension profonde de la monnaie et une appréciation de son importance, il est très difficile de comprendre le dilemme éthique de la production et de la diffusion de la monnaie.

"C'est déjà bien que les gens de la nation ne comprennent pas notre système bancaire et monétaire, car s'ils le comprenaient, je crois qu'il y aurait une révolution avant demain matin."
-Henry Ford

L'argent peut être échangé contre des biens et des services. Ces biens et services sont produits et offerts par des étrangers. La partie "étrangers" est importante car l'argent est la seule chose qui nous permet de franchir efficacement et pacifiquement les barrières de la confiance. Avec l'argent, vous n'avez pas besoin de faire confiance à votre contrepartie, c'est là tout l'intérêt. Si la contrepartie est un de vos bons amis, vous pouvez compter sur le crédit. Le règlement final est ce qui élimine la barrière de la confiance et permet aux sociétés de se développer. Sans argent, la coopération humaine doit s'appuyer sur des relations de crédit.4 Chacun doit se rappeler qui doit quoi à qui. Sans représentation externe de ces relations - si chacun doit garder tous ces ratios en tête - la coopération humaine ne peut dépasser le nombre de Dunbar, ce qui se traduit par une taille maximale de groupe d'environ 150 personnes.

L'argent, cependant, n'est pas seulement utilisé pour l'évolutivité. Il est également utilisé pour la mesure. Ainsi, dans le grand schéma des choses, l'argent est une mesure de ce que la société vous doit. Le but de l'argent est que vous puissiez l'échanger contre autre chose, de manière anonyme et avec un règlement définitif. Encore une fois : Le règlement final signifie que l'affaire est conclue ; vous n'êtes plus redevable à votre partenaire commercial. Avec l'échange d'argent, l'échange est définitif.

Par conséquent, l'argent est l'élément vital de toute activité économique à grande échelle. On ne saurait trop insister sur l'importance de l'argent et de sa libre circulation. Si nous voulons vivre dans une société libre, pacifique et prospère, nous ne devons pas interférer avec l'émission et le contrôle de l'argent. Après tout, comme l'a dit Frédéric Bastiat, "Quand les marchandises ne traversent pas les frontières, les soldats le font".

Fondamentalement, il existe deux façons de mettre la main sur les biens des étrangers : le commerce et la violence.5 La différence entre la coopération et la conquête est qu'une interaction est volontaire, tandis que l'autre ne l'est pas. La différence entre la coopération et la conquête est que l'une des interactions est volontaire, tandis que l'autre ne l'est pas. Combien êtes-vous prêt à dépenser pour un certain bien ou service ? Êtes-vous prêt à dépenser de l'argent ou préférez-vous économiser ? Combien de temps êtes-vous prêt à conserver votre argent ? Combien êtes-vous prêt à investir dans certaines entreprises ? Les réponses à ces questions sont exprimées dans le langage de l'argent, c'est pourquoi le flux d'argent n'est pas différent du flux d'informations ou de la parole.

Cela nous amène à la question suivante. Les deux suivantes, en fait : qui devrait être autorisé à publier ? Et, qui devrait être autorisé à parler ?

Liberté d'Expression (et de Publication)

"Donnez-moi la liberté de savoir, de dire et d'argumenter librement selon ma conscience, par-dessus toutes les libertés."
- John Milton
"Sans la liberté d'expression, aucune recherche de la vérité n'est possible ; sans la liberté d'expression, aucune découverte de la vérité n'est utile ; sans la liberté d'expression, le progrès est freiné, et les nations n'avancent plus vers la vie plus noble que l'avenir réserve à l'homme. Mieux vaut mille fois abuser de la liberté d'expression que de la nier. L'abus meurt en un jour ; le déni tue la vie du peuple et enterre l'espoir de la race."
- Charles Bradlaugh
"Sans une presse sans entrave, sans la liberté de parole, toutes les formes et structures extérieures des institutions libres ne sont qu'un simulacre, un faux-semblant - la plus pure dérision. Si la presse n'est pas libre, si la parole n'est pas indépendante et sans entrave, si l'esprit est entravé ou rendu impuissant par la peur, peu importe sous quelle forme de gouvernement vous vivez, vous êtes un sujet et non un citoyen."
- William E. Borah

D'innombrables philosophes, auteurs, penseurs, activistes, combattants de la liberté, saints, révolutionnaires et chefs religieux l'ont déjà souligné par le passé : la liberté d'expression, la capacité de s'exprimer librement sans censure, est absolument essentielle à une société libre. Nous devons être capables d'identifier et de parler des problèmes pour avoir une chance de les résoudre. Et, plus important encore, nous devons être en mesure d'exprimer librement nos pensées si nous voulons d'abord penser.

Des conversations saines facilitent la cognition distribuée, tout comme une monnaie saine facilite la production distribuée. Et tout comme le but de l'argent réside dans l'échange, le but de la parole réside dans le dialogue (ou dia-Logos, pour utiliser le vocabulaire vervaekien).

"Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu. La même chose était au commencement avec Dieu."
- Évangile de Jean

Il y a une raison pour laquelle le Logos est sacré. Le Verbe divin. La parole, les déclarations, le discours. C'est le discours qui fait de la liberté de publication une nécessité. Après tout, à quoi sert votre droit à la liberté d'expression si personne ne peut jamais vous entendre ?

La constitution américaine a bien compris cela :

"Le Congrès ne fera aucune loi concernant l'établissement d'une religion ou interdisant son libre exercice, ou restreignant la liberté de parole ou de la presse, ou le droit du peuple de s'assembler pacifiquement et d'adresser des pétitions au gouvernement pour le redressement de ses griefs."
- Premier amendement de la Constitution des États-Unis

La liberté d'expression. La liberté de la presse. Ce n'est pas pour rien qu'il s'agit du premier amendement, car il est d'une importance inouïe. Si nous avons la liberté d'expression, nous avons une chance d'être libres. Si nous n'avons pas la liberté d'expression, nous avons la certitude de la tyrannie.

"La liberté d'expression est le grand rempart de la liberté ; elles prospèrent et meurent ensemble : Elle est la terreur des traîtres et des oppresseurs, et une barrière contre eux."
- Caton, Lettre numéro 15
"La liberté n'a aucun sens lorsque le droit d'exprimer ses pensées et ses opinions a cessé d'exister. Ce droit, parmi tous les droits, est la hantise des tyrans. C'est le droit qu'ils attaquent en premier. Ils connaissent sa puissance. Les trônes, les dominations, les principautés et les pouvoirs, fondés sur l'injustice et le mal, sont sûrs de trembler, si l'on permet aux hommes de raisonner sur la justice, la tempérance et le jugement à venir en leur présence."
- Frederick Douglass

Malgré tous nos défauts, c'est la seule chose que nous ayons réussie. Le Logos est sacré, comme il se doit.

Le Bitcoin est Une Monnaie Libre d'Expression

Pourquoi tout cela est-il important dans le contexte du bitcoin ? Comme moi-même et d'autres l'avons déjà fait valoir à de nombreuses reprises, chaque composant du bitcoin est un texte, ce qui rend le bitcoin équivalent à la parole. Bitcoin est l'argent de la liberté d'expression, au sens figuré comme au sens propre.

Ce que le code de Bitcoin facilite peut être compris comme un jeu de langage, un processus continu de publication et de rejet.6 Les mineurs publient des blocs, les nœuds complets acceptent ou rejettent lesdits blocs, les utilisateurs publient des transactions, les puces ASIC publient des hachages d'entrées aléatoires, et ainsi de suite. "Tout est texte, tout le temps", comme l'a si bien dit Beautyon7. Par conséquent, comme il le souligne, "il ne peut pas être réglementé dans un pays libre comme les États-Unis avec des droits inaliénables garantis et un premier amendement qui exclut explicitement l'acte de publication de la surveillance du gouvernement."

Comprendre ces principes fondamentaux est important à plus d'un titre. Si nous prenons le discours pour quelque chose qu'il n'est pas - une rémunération, par exemple - nous entrons en conflit avec le premier amendement, comme les guerres cryptographiques l'ont clairement montré dans le passé. En raison de la nature de l'information, la mise hors la loi de la parole entraînera toujours des conséquences ridicules, telles que des nombres illégaux, des nombres premiers illégaux, de l'art illégal, des livres illégaux, des sons illégaux, des t-shirts illégaux et tout le reste. Elle peut également entraîner des conséquences dangereuses : si l'information étouffée est un signal d'alarme - ou une autre indication que quelque chose ne va pas - la correction des erreurs ne peut pas se faire.

Cependant, les mots sont porteurs de sens, tout comme l'information. Et ce sens est et sera toujours déconnecté de la forme que prend ladite information.8 Les mots sont des pointeurs, pas la réalité. Si vous interdisez un certain mot, les gens utiliseront simplement quelque chose d'autre à sa place, quelque chose qui transmettra la même idée, quelque chose qui aura la même signification. C'est également pour cette raison qu'il est non seulement futile mais aussi ridicule d'interdire tout élément d'information. L'information peut prendre des formes pratiquement infinies. Par conséquent, en interdisant un certain élément d'information, vous interdisez automatiquement les livres, la musique et toutes les autres représentations possibles de cette information, qui, selon votre codage, peuvent être n'importe quoi.9

Nous sommes passés par là dans le passé. La classification du RSA comme munition a conduit exactement à un tel conflit de liberté d'expression, et c'est pourquoi des t-shirts portant l'information interdite ont été imprimés en premier lieu : pour montrer à quel point tout cela est ridicule.

Les guerres de la cryptographie n'ont jamais pris fin.

C'est précisément la raison pour laquelle la mise hors la loi du bitcoin conduit inévitablement à des crimes de la pensée, des nombres illégaux, des nombres premiers illégaux et des discours illégaux. Si la publication d'un certain bloc, nonce ou transaction est jugée illégale, la publication dudit bloc, nonce ou transaction par le biais de livres ou de la presse sera également illégale. Et puisque tous les aspects de Bitcoin sont des informations, avoir certaines pensées - comme 12 mots dans votre tête - serait également illégal.

Ce qui nous amène à la question de la mise en application, et aux deux dernières questions de notre liste initiale : Qui devrait être autorisé à avoir des biens ? Et qui devrait être autorisé à défendre cette propriété ?

Application et Défense des Droits de Propriété

Dans le domaine physique, les droits de propriété sont appliqués par la violence ou la perspective de celle-ci. Il importe peu qu'un individu, la mafia ou l'État soit l'ultime dispensateur de cette violence. Le fait qu'il n'existe pas de coffres-forts inviolables, de serrures indécrottables, de vitres incassables - en bref, pas de barrières indestructibles - exige des représailles en cas de violation de la propriété.

Cela soulève la question suivante : qu'est-ce qui constitue exactement une violation des droits de propriété ? Dans les démocraties libérales, c'est la "trias politica" de l'État - législatif, judiciaire, exécutif - qui tente de répondre à cette question et de résoudre les conflits. Comme le disait Bastiat, le droit existe parce que la propriété peut être violée, et non l'inverse.

"La vie, la liberté et la propriété n'existent pas parce que les hommes ont fait des lois. Au contraire, c'est le fait que la vie, la liberté et la propriété existaient auparavant qui a poussé les hommes à faire des lois en premier lieu."
- Frédéric Bastiat, La loi

Le fait que les biens matériels soient rares et puissent être volés ou détruits est à l'origine de l'existence des droits de propriété. Les droits de propriété sont une solution au conflit potentiel de savoir qui peut utiliser quelle ressource rare.

Le domaine de l'information est très différent. L'information est non physique ; elle ne peut être attaquée ou détruite directement. Comme Wei Dai l'a dit dans sa proposition de b-money : "la menace de la violence est impuissante parce que la violence est impossible, et la violence est impossible parce que ses participants ne peuvent être reliés à leur véritable nom ou à leur emplacement physique."

L'information elle-même n'a pas d'emplacement physique. La nature de l'information est telle que l'information - la connaissance - ne peut être que partagée, et non volée. La non rareté de l'information est intégrée. Distribuer une information, c'est la copier - avec une fidélité parfaite et sans sacrifice. L'orateur conserve toujours ses connaissances. Par conséquent, Bitcoin ne crée pas d'informations numériques qui ne peuvent pas être copiées. Une telle chose ne peut jamais exister.

Ce que Bitcoin fait, c'est qu'il crée un jeu infini que tout le monde peut rejoindre, un jeu avec certaines limitations. Ces limites ne sont pas sans rappeler celles d'un jeu d'échecs. Les cases du plateau sont rares parce que tout le monde veut qu'elles le soient, et non parce qu'elles ne peuvent pas être copiées ou modifiées. On pourrait jouer à un autre jeu avec deux fois plus de cases, mais cela ne signifie pas que ce jeu sera joué. Comme une partie d'échecs par correspondance, Bitcoin est un jeu de langage. Un jeu dans lequel plusieurs joueurs se disent des phrases qui ont un sens pour eux individuellement. Les messages sont échangés et les participants ne font rien d'autre qu'accepter les informations qu'ils jugent valides et rejeter celles qu'ils jugent invalides. Il s'agit de Dialogos à la base, qui utilise la nature de l'information à son avantage, comme l'a souligné Satoshi.

"En un mot, le réseau fonctionne comme un serveur d'horodatage distribué, estampillant la première transaction qui dépense une pièce. Il tire parti du fait que l'information est facile à diffuser mais difficile à étouffer."
- Satoshi Nakamoto

Permettez-moi de répéter la deuxième phrase pour la mettre en évidence : Bitcoin tire parti de la nature de l'information, qui est facile à diffuser mais difficile à étouffer.

Nous devons accepter que la nature de l'information est très différente de la nature des objets physiques. Alors que vous pouvez posséder une pomme, vous ne pouvez pas posséder un mot ou un nombre dans un sens significatif. Si vous voulez connaître exclusivement quelque chose, vous ne devez pas le partager. Vous devez le garder secret. Comme George Bernard Shaw l'a si bien dit : "Si vous avez une pomme et que j'ai une pomme et que nous échangeons ces pommes, vous et moi aurons toujours chacun une pomme. Mais si vous avez une idée et que j'ai une idée et que nous échangeons ces idées, alors chacun de nous aura deux idées."

Ces deux phrases résument parfaitement le problème de la monnaie numérique. On ne peut pas dépenser deux fois une pomme, mais lorsqu'il s'agit d'informations, il est tout simplement impossible de ne pas les dépenser deux fois. Transmettre une information revient à "dépenser deux fois" cette information, ce qui, par coïncidence, fait de l'idée de "rareté numérique" un oxymore. Bitcoin ne résout pas cet oxymore, il le contourne. Les règles du jeu rendent les informations invalides inutiles, mais pas incopiables. L'espace de bloc est rare comme le sont les cases d'un échiquier : par consensus social sur la façon dont le jeu est censé être joué.

La question qui se pose est la suivante : comment le jeu est-il censé être joué ? Quelles sont les règles du jeu, et qui peut les changer ? La guerre de la taille des blocs du bitcoin10 portait sur cette question. La résolution de la guerre de la taille des blocs a montré clairement une chose : au final, ce sont les utilisateurs individuels qui définissent, vérifient et appliquent les règles. Le nœud complet est souverain, tout comme les utilisateurs derrière lesdits nœuds.

"Un groupe d'intérêt économique apparemment écrasant [voulait changer les règles] - 85 % des mineurs, de nombreux partisans philosophiques de poids dans les échanges, les processeurs de paiement, un groupe de pression commercial superficiellement impressionnant - et ils ont perdu, parce que le marché a prévalu et que les investisseurs activistes ont dit NON. Et ils le pensaient."
- Adam Back

Ce précédent est important si l'on veut comprendre les diverses incitations et dynamiques qui sécurisent le réseau Bitcoin. Bien que l'application des règles de Bitcoin soit automatisée par le biais du code, ce qu'est Bitcoin et ce qu'il devrait être - quelles règles sont sacro-saintes et quelles règles pourraient être modifiées - est une question de chevauchement dans la perception individuelle, et non de dictat. Il n'y a pas d'instance qui soit en charge des règles. Il n'y a que des joueurs qui veulent jouer selon certaines règles, et une fois qu'ils ont un moyen de communiquer entre eux, le jeu peut se dérouler.

Il est important de noter, cependant, que Bitcoin est un jeu continu et infini.11 Il a commencé avec le bloc Genesis, et il a été et est toujours joué par des myriades de joueurs depuis.

Le but du jeu est de créer un passé indiscutable de manière continue, et il se déroule comme suit :

  • Les mineurs sont récompensés par des sats pour créer et protéger le passé.
  • Les nœuds valident ce passé, créant ainsi le réseau qui rémunère les mineurs.
  • Les utilisateurs confèrent de la valeur aux sats

Les utilisateurs, les nœuds et les mineurs ne sont pas des rôles exclusifs. Vous pouvez en être un, deux ou les trois.12

C'est paisible, je le jure. Même avec le fiat qui meurt sur le sol.

La question de savoir ce qu'était Bitcoin et quelles ont été les règles du jeu est visible pour tous. Le litige survient lorsque nous voulons définir ce qu'est Bitcoin et, plus important encore, ce que Bitcoin devrait être à l'avenir. L'accord sur les règles se fait dans la couche sociale ; l'application se fait par le code.

De plus, chaque joueur est responsable de ses propres règles. Ainsi, pour introduire une nouvelle règle, vous devez convaincre chaque joueur que votre règle mérite d'être adoptée. Qu'il est meilleur, plus juste ou plus amusant de jouer avec votre nouvelle règle. Et si votre nouvelle règle est incompatible avec le jeu auquel nous avons tous joué dans le passé, vous devrez convaincre tout le monde - sinon, vous diviserez le jeu en deux, créant ainsi une fourche.

En faisant de la validation des règles une partie du jeu en cours, Satoshi a réussi à créer un système qui est invariable de manière vérifiable. Et comme personne n'est responsable, vous pouvez toujours choisir de jouer selon les règles originales.

"La nature du bitcoin est telle qu'une fois la version 0.1 publiée, la conception de base était gravée dans la pierre pour le reste de sa vie."
- Satoshi Nakamoto

C'est pourquoi la guerre de la taille des blocs n'était pas vraiment une guerre sur la taille des blocs ; c'était un débat sur l'âme de Bitcoin. Un dialogue sur l'avenir de Bitcoin, un désaccord sur ce que Bitcoin est et devrait être.

Le débat a été, à la fin, résolu par une scission de la chaîne. Un changement de règle incompatible qui, parce que tout le monde n'était pas d'accord avec ce changement incompatible, a divisé le réseau Bitcoin, et sa communauté d'utilisateurs, en deux.

Cela s'est produit plusieurs fois depuis, et cela se reproduira très probablement. C'est une conséquence inévitable de tout jeu décentralisé. Chacun est libre de jouer selon ses propres règles. Tout le monde est libre de bifurquer.

Une Étrange Boucle de Droit, de Langage et de Valeurs

Permettez-moi de revenir sur les questions morales que nous avons exposées au début et d'y répondre en mon nom - c'est-à-dire au nom de Bitcoin, étrangement. Parce que, au moins actuellement, mes règles - les règles qui sont responsables de l'application des réponses à ces questions - sont en consensus avec le réseau Bitcoin.

  • Qui devrait être autorisé à parler ? Tout le monde.
  • Qui devrait être autorisé à publier ? Tout le monde.
  • Qui devrait être autorisé à avoir des biens ? Tout le monde.
  • Qui devrait être autorisé à défendre cette propriété ? Tout le monde.
  • Qui devrait être autorisé à émettre et contrôler l'argent ? Tout le monde et personne.

La réponse à la dernière question met en lumière une idée fausse courante sur le bitcoin : les mineurs ne créent pas de bitcoins, ils découvrent des bitcoins qui existent déjà dans l'espace mathématique défini par le protocole. L'émission de bitcoins est fixée dans le temps, et non par le calcul. Elle est prédéterminée par les règles du système et n'est absolument pas liée à sa dépense énergétique. L'émission et la sécurité - ainsi que le débit des transactions, d'ailleurs - sont complètement orthogonales l'une à l'autre, comme Pierre Rochard13 et d'autres l'ont correctement souligné dans le passé.

Par-dessus tout, la question la plus difficile à saisir pour les novices du bitcoin est celle de savoir qui est responsable des règles, ce qui nous amène à une dernière question morale d'une importance cruciale :

  • Qui devrait être autorisé à forcer les autres à changer leurs règles ? Personne.

Vous ne pouvez pas me forcer à suivre vos règles, car je peux choisir de jouer à ce jeu comme je l'entends. Tout ce dont j'ai besoin, c'est d'un moyen d'écouter, de penser et de parler. Et dès qu'un autre joueur accepte ma version des règles, un jeu en réseau peut être joué.

En fin de compte, cet accord est une question de valeurs - des valeurs morales, avant tout, mais aussi des valeurs économiques. Le consensus apparaît si suffisamment de personnes jouent selon les mêmes règles. Pour que cela se produise, les joueurs doivent d'abord convenir que le jeu mérite d'être joué, que les valeurs morales intégrées au jeu sont quelque chose qu'ils apprécient. C'est cette boucle de rétroaction idée-valeur qui donne naissance à la valeur économique.

Le bitcoin est si étrange parce qu'il fait ce qui semble impossible : il se relève tout seul, devenant plus précieux et plus sûr au fil du temps. En bref, le bitcoin émet des bitcoins pour se sécuriser. Le réseau fait naître des sats, et c'est la valeur de ces sats qui sécurise le réseau à son tour.

Tout est lié. Les sats n'existent que parce que le réseau Bitcoin existe. Le réseau continue d'exister parce que les sats existent et ont de la valeur.

Les règles fondamentales du bitcoin sont "gravées dans le marbre" en raison de la dynamique de ce jeu permanent de mots et de valeurs. Les règles sont intégrées et liées au passé ; les joueurs existants apprécient les règles du jeu, sinon ils ne les auraient pas rejointes volontairement en premier lieu. Comme nous le verrons, la valeur est liée à la sécurité, ce qui est probablement la chose la plus déroutante dans l'étrange boucle de la loi, du langage et de l'argent du bitcoin. Si nous ne pouvons pas compter sur la confiance ou la violence, nous devons compter sur les mathématiques et l'argent.

C'est pourquoi Bitcoin a dû se développer comme un organisme pour devenir vraiment résilient. Sans tiers de confiance, la valeur et la sécurité doivent croître organiquement au fil du temps. C'est pourquoi Satoshi n'a pas apprécié une trop grande attention inutile à ses débuts.14 Il était de sa responsabilité de protéger Bitcoin lorsqu'il n'était encore qu'un jeune arbre. Le bitcoin n'est plus un jeune arbre, mais les mêmes forces sont toujours en jeu : une boucle sans fin de mots et de valeurs, qui se protègent en faisant tourner les chiffres.

Piller la Boucle

Le bitcoin n'étant qu'une information, il doit utiliser cette information pour protéger d'autres informations par un processus de dissimulation et de liaison. Dans le cas du bitcoin, c'est le processus de liaison qui prête à confusion, car le bitcoin, comme nous y avons fait allusion précédemment, utilise une liaison économique en plus de la bonne vieille liaison mathématique de la cryptographie à clé publique.

Nous devons nous rappeler que les informations ne peuvent être protégées que de manière probabiliste, quoi qu'il arrive. Comme nous l'avons vu, l'information n'est pas rare. On peut avoir la même idée que quelqu'un d'autre sans voler l'idée. Quel que soit le secret, en théorie, vous pouvez toujours avoir de la chance et deviner le secret.

La raison pour laquelle la cryptographie moderne fonctionne est qu'elle utilise un espace de recherche outrageusement large, ce qui rend tout secret choisi au hasard virtuellement impossible à deviner en pratique. Nous pouvons, en toute confiance, apposer l'étiquette "impossible à deviner", car deviner - retourner les bits - demande du temps et de l'énergie. Dans le cas du bitcoin, par exemple, l'espace de toutes les clés privées possibles est si vaste qu'aucun superordinateur ne pourrait jamais le deviner en un temps raisonnable. Cela prendra toujours des millions d'années, même en utilisant les meilleurs ordinateurs que nous pourrions construire. C'est pourquoi, d'un point de vue pratique, la sécurisation des informations à l'aide d'une cryptographie forte est indéfectiblement sûre. À condition que les informations privées restent privées, bien sûr.

L'utilisation d'informations privées est le moyen classique de sécuriser des informations publiques par cryptographie. C'est également le moyen classique de garantir sa validité et son intégrité. Quelqu'un détient une clé privée, et cette personne ou entité est chargée de garder la clé secrète. Par conséquent, la sécurité/intégrité des informations publiques cryptées/signées repose sur ce tiers de confiance.

Voici l'énigme à résoudre : comment pouvons-nous créer des informations publiques avec des garanties de sécurité et d'intégrité des données similaires sans utiliser d'informations privées ?

N'oubliez pas que l'argent n'est qu'un grand livre, une liste de qui doit quoi à qui. Si nous voulons que ce grand livre soit fiable, il doit être public et contrôlable. En outre, nous avons besoin de solides garanties d'authenticité, c'est-à-dire que nous devons être en mesure de vérifier en toute confiance que personne n'a altéré les enregistrements passés et que les enregistrements ne sont pas inventés. C'est pourquoi nous avons besoin du signal coûteux de la preuve de travail : pour créer un passé qu'il est incroyablement coûteux de falsifier. Vous êtes lié au résultat par les coûts très réels qui ont dû être engagés pour créer le signal en premier lieu.

Dans Bitcoin, n'importe qui peut regarder le hachage du bloc actuel, 729170, et savoir d'un seul coup d'œil, juste en regardant les zéros de tête, que beaucoup de travail - ou, en d'autres termes : du temps, de l'énergie et de l'argent - a été consacré à la création de cette chaîne :

0000000000000000000627b7cbed46b1184677d48fef56649ef269bc3bfc345c**

Il a été coûteux de trouver ce numéro. Quelqu'un ou quelque chose a dû réfléchir très fort pour être capable de le prononcer. La raison pour laquelle nous pouvons être si confiants dans le coût de ce bloc de hachage est que, selon les règles, son existence même est hautement improbable. Le fait qu'il existe et qu'il soit valide est ce qui fait qu'il fait partie du jeu continu auquel jouent tous les bitcoiners. Sa validité la fait accepter par le réseau, la transformant en un bloc de construction du passé de la timechain.

De plus, ce bloc de construction contient toute l'histoire de Bitcoin. Il contient un hachage du bloc précédent, et le bloc précédent contient un hachage du bloc qui le précède, et ainsi de suite, jusqu'au bloc Genesis. Ce petit morceau d'information parle de toute l'histoire immuable de Bitcoin jusqu'au moment de sa création. Une histoire que vous ne pouvez pas simplement inventer - vous devez la faire naître en lançant les dés, en jouant le jeu selon ses règles.

L'un des penseurs les plus clairs en ce qui concerne cette propriété de la preuve de travail est probablement Adam Gibson, qui a longuement écrit sur cette réification de l'information. Parce que penser nécessite de l'énergie, et parce que jouer selon les règles nécessite de penser, les blocs de Bitcoin sont des constructions informationnelles qui se comportent comme si elles avaient une existence concrète, matérielle.

"Exiger une sortie à faible entropie d'une fonction de hachage aboutit à un signal coûteux, très peu ambigu et facile à vérifier [...] La création de ces hachages représente une sorte de réification de l'information. Les zéros dans le condensé de hachage de bloc ci-dessus ne sont qu'un modèle, mais caché dans ce modèle se trouve un coût brut énergétique réel, qui peut être quantifié. [...] Dans un environnement contradictoire, dans lequel il y a des enjeux, distinguer le "vrai" du "faux" signifie identifier des signaux qui sont objectifs, et les seuls signaux qui sont objectifs sont ceux qui sont manifestement coûteux. [...]"
-Adam Gibson

Les signaux manifestement coûteux sont la seule chose qui puisse prouver publiquement que quelque chose s'est produit, sans qu'il soit nécessaire de disposer d'informations secrètes. Et, plus important encore, sans qu'il y ait besoin de gardiens de ces informations secrètes. C'est aussi la raison pour laquelle toute bonne monnaie doit avoir un coût infalsifiable, comme Szabo l'a souligné dans le passé. Tout ce qui n'a pas de coût réel - un coût qui est immédiatement évident et qui peut être vérifié par n'importe qui en un clin d'œil - peut être trivialement falsifié ou simplement inventé. Comme l'a dit Hugo Nguyen : "En attachant de l'énergie à un bloc, nous lui donnons une 'forme', lui permettant d'avoir un poids et des conséquences réels dans le monde physique."

Si nous supprimons cette énergie, disons en passant des mineurs aux signataires, nous réintroduisons des tiers de confiance dans l'équation, ce qui supprime le lien avec la réalité physique qui rend le passé évident.

C'est cette énergie, ce poids, qui protège le grand livre public. En faisant exister cette information improbable, les mineurs créent un champ de force transparent autour des transactions passées, sécurisant la valeur de chacun dans le processus - y compris la leur - sans aucune utilisation d'informations privées.

C'est ici qu'intervient la partie la plus délicate à comprendre : la valeur qui est protégée n'est pas seulement la valeur au sens monétaire, mais la valeur morale même de l'intégrité du système. En prolongeant la chaîne honnête avec le plus de travail, les mineurs choisissent d'agir honnêtement, en protégeant les règles mêmes que tout le monde accepte. En retour, ils sont récompensés monétairement par le collectif qu'est le réseau.

Il est important de faire la différence entre la moralité et la valeur monétaire, car Bitcoin n'a pas été créé pour gagner de l'argent, mais pour réparer l'argent. Il a été créé pour aller au-delà des cadres moraux brisés des monnaies existantes, pour donner naissance à quelque chose qui ne puisse pas être capturé et corrompu facilement.

C'est pourquoi Satoshi a choisi de construire un système avec une âme immuable. C'est pourquoi les règles sont "gravées dans le marbre" depuis le premier jour. Ce sont les règles consensuelles de Bitcoin qui apportent des réponses définitives aux questions éthiques énumérées dans le paragraphe d'introduction. Les questions de production de monnaie, de contrôle, de liberté et de souveraineté. Bitcoin incarne des valeurs morales ; ses règles définissent comment le jeu de l'argent doit être joué. Si vous vous écartez de ces valeurs, vous détruirez ce qui a fait la valeur de Bitcoin pour les gens en premier lieu. Brisez le code moral, et il n'aura plus aucune valeur à long terme.

La nature circulaire du bitcoin fait que tout se tient : le plafond d'approvisionnement de 21 millions découle de la pleine souveraineté de l'utilisateur sur son nœud. Elle est protégée par une relation symbiotique entre les utilisateurs, les mineurs et les nœuds qui composent le réseau. Bitcoin place l'individu au centre, supprimant le besoin de dirigeants et mettant en place des règles à la place.

Bitcoin est un logiciel libre, libre comme dans liberté. Tant que les utilisateurs disposent des quatre libertés essentielles inhérentes aux logiciels libres et en font usage, tout le monde est en mesure de faire tourner les chiffres et d'exprimer ses préférences individuelles. En disant leurs propres vérités et en rejetant les mensonges des autres, les utilisateurs peuvent facilement et à peu de frais déclarer que les blocs invalides ne doivent pas s'appliquer.

De la même manière, les mineurs sont libres d'analyser les chiffres de leur côté, assurant ainsi la protection du public grâce à une concurrence parfaite à laquelle il suffit de penser et de parler - ou, en d'autres termes, d'avoir de l'électricité et un canal de communication - pour participer. Les mineurs sont récompensés par une monnaie interne au réseau, ce qui aligne les incitations et rend la relation symbiotique.

En d'autres termes, la sécurité des archives publiques dépend de la valeur des sats détenus en privé, et la valeur des sats dépend, du moins en partie, des garanties de sécurité des archives publiques et de la confiance dans l'intégrité de leur passé et de leur avenir.

Pour perturber ce jeu en cours de manière significative, il faut accabler tous les joueurs honnêtes en dépensant des ressources uniquement utiles au jeu lui-même. Il est bien plus rentable de protéger le système et ses règles : le jeu honnête est récompensé, le jeu malhonnête ne l'est pas. De plus, toute perturbation dévaluera les sats qui sont utilisés pour rembourser ceux qui jouent le jeu. En plus de tout cela, si un attaquant motivé continue à perturber le jeu pendant des périodes prolongées, il y a toujours la possibilité d'une révolte à grande échelle des utilisateurs, comme cela s'est produit dans le passé. Les utilisateurs sont libres de modifier les règles, même légèrement, par le biais d'un soft-fork activé par l'utilisateur, par exemple, ce qui fournit une couche supplémentaire de protection contre les perturbations. Tout joueur malhonnête court donc toujours le risque de perdre complètement les récompenses. À l'instar de la liaison mathématique qui rend infaisable toute divulgation des informations privées du bitcoin, cette liaison économique rend non rentable toute corruption des informations publiques du bitcoin.

Pour cette raison, le bitcoin peut être considéré comme un "vitrium flexile", pour utiliser une référence mythique. Le verre de la légende romaine - une substance transparente qui est pratiquement indestructible. Le bitcoin crée une chambre forte mondiale faite de cette substance, et comme il ne peut protéger que son actif natif, c'est comme si cette chambre forte en verre se vidait d'elle-même dès que quelqu'un essayait de briser le verre.

Les Dixièmes de la Loi

Le but de Bitcoin est de retirer les humains de l'émission et du contrôle de l'argent. Comme le dit Szabo : "[Bitcoin] met en œuvre l'intégrité des données par le biais de l'informatique plutôt qu'en appelant les flics". Personne ne peut vous aider si vous oubliez votre clé privée. Personne ne peut annuler une transaction une fois qu'elle est confirmée et enfouie sous quelques blocs. Peu importe qui vous appelez.

Nous connaissons tous le dicton selon lequel la possession représente les neuf dixièmes de la loi. Bitcoin, cependant, est binaire. En Bitcoin, la possession est un dixième de la loi. Et ce n'est pas une possession au sens ordinaire du terme.

Une clé privée est une information, ce qui signifie que la possession est une connaissance - une connaissance secrète. En ce sens, "posséder" un bitcoin, c'est connaître un secret. C'est pourquoi vous pouvez détenir des bitcoins dans votre tête. Dans le cas du bitcoin, "posséder", c'est savoir.

Cependant, la "propriété" seule ne suffit pas. Vous avez également besoin des informations publiques correspondantes qui rendent votre phrase secrète utile. Après tout, une formule magique n'est utile que si elle change quelque chose dans le monde réel, quelque chose que chacun peut vérifier de ses propres yeux. Dans le cas de Bitcoin, il s'agit du grand livre public : l'enregistrement vérifiable de qui "possède" quoi.

Techniquement parlant, votre clé privée vous permet de dépenser des UTXO, qui sont en fait les sats de votre portefeuille. Le secret que vous connaissez vous permet d'élaborer une formule magique - une transaction - qui transférera vos sats à quelqu'un d'autre (ou à vous-même).

C'est cette interaction d'informations publiques et privées qui définit la propriété et les droits de propriété dans Bitcoin, et c'est l'interaction des mineurs, des nœuds et des détenteurs qui est responsable de l'application desdits droits. Et parce que vous serez toujours en mesure de détenir votre propre clé, de faire fonctionner votre propre nœud et de calculer vos propres hachages, vous serez toujours en mesure d'être auto-souverain.

Vous pouvez vous-même être juge, jury et bourreau dans Bitcoin. Vos règles dictent quelles transactions sont valides et lesquelles ne le sont pas. Votre clé privée est tout ce qui est nécessaire pour créer une transaction valide. Votre nœud est tout ce qui est nécessaire pour valider ces transactions. Votre mineur a le pouvoir de préserver le passé. Avec Bitcoin, vous êtes vraiment souverain.

La Crypto-Souveraineté par la Crypto-Économie

Le bitcoin étant une monnaie numérique sans autorité centrale, l'application doit se faire par le biais de la cryptographie et du coût de la rupture de la cryptographie. Nous n'avons pas le luxe d'utiliser les divers gains d'efficacité qu'apportent les autorités centrales : la suppression de l'autorité centrale est l'objectif principal.

Comme mentionné précédemment, l'autorité est supprimée via une asymétrie des coûts. La cryptographie permet de créer des barrières qui ne peuvent être violées par la force. Une telle barrière n'existe pas dans le domaine physique ; elle n'existe que dans le domaine informationnel : dans le domaine des idées.

Permettez-moi de répéter un point important : le bitcoin est un système cryptoéconomique, nous devons donc faire la différence entre deux types d'asymétries : les asymétries cryptographiques et les asymétries économiques.

Vos informations privées sont protégées par le secret et une cryptographie forte. Vos informations publiques sont sécurisées par les coûts irrécupérables et les incitations à être remboursé pour ces coûts. La première garantie de sécurité est mathématique ; la seconde est économique.15

Toutes deux sont ancrées dans les limites physiques du calcul. Les deux favorisent massivement le défenseur, c'est pourquoi - si vous tenez absolument à utiliser un langage de combat - le bitcoin est un bouclier, pas une épée. C'est un verre blindé indestructible, pas une arme à feu.

"Avec la cryptographie dans le domaine numérique, il existe un avantage de défense asymétrique impénétrable. C'est comme si tout le monde se promenait avec un champ de force personnel à l'épreuve des bombes nucléaires."
- Adam Back

Votre clé privée est sécurisée car aucun calculateur ne pourra jamais la deviner. C'est une question de physique, pas de technologie, comme l'a souligné Bruce Schneier : "Ces chiffres n'ont rien à voir avec la technologie des appareils ; ce sont les maximums que la thermodynamique permettra. Et ils impliquent fortement que les attaques par force brute contre des clés de 256 bits seront infaisables jusqu'à ce que les ordinateurs soient construits à partir d'autre chose que de la matière et occupent autre chose que de l'espace."

Vos UTXOs sont sécurisés parce qu'il faut une quantité de calcul économiquement irréalisable pour changer le passé qui a amené lesdits UTXOs à exister.

Toute la sécurité de Bitcoin est ancrée dans le fait que le calcul requiert de l'énergie. La liaison mathématique qui protège les clés privées de Bitcoin est bien plus forte que la liaison économique qui protège le grand livre public de Bitcoin, mais elle est de nature très similaire. La principale différence est que nous ne pouvons pas compter sur la sécurité "absolue" que les clés privées apporteraient, car nous n'avons pas le luxe de nous référer à un quorum qui détiendrait ces informations privées. Nous devons nous appuyer sur la théorie des jeux et l'économie.

Les aspects de la théorie des jeux de Bitcoin sont probablement les plus difficiles à comprendre car il n'y a aucun moyen d'avoir une preuve absolue d'une quelconque garantie de sécurité dans le futur. Il est impossible de dire quelle doit être l'épaisseur du bouclier, pour rester dans la métaphore précédente. Nous ne pouvons pas savoir combien d'efforts un joueur malhonnête est prêt à déployer. Et, tant que le jeu peut être joué anonymement, tout ce qu'un joueur malhonnête peut faire, c'est agir dans le jeu lui-même : en prononçant des mots, en fournissant des informations aux autres joueurs.

Jeu Sans Violence

Voici la véritable innovation qu'apporte le bitcoin : Le consensus de Nakamoto nous permet de régler les différends sans la menace de la violence. Les différends sont réglés par le biais d'un jeu probabiliste, un jeu de mots et de mathématiques, avec de multiples parties en concurrence dans leur propre intérêt. Une fois que le conflit est réglé - enfoui sous quelques blocs d'informations rares - il est réglé pour de bon.

Nous pouvons compter sur l'éventuel règlement des différends en raison des probabilités et du déterminisme : sélection aléatoire et calcul déterministe.

Le calcul, comme la pensée, nécessite de l'énergie. Si le jeu peut être abstrait, les électrons ne le sont pas. Pour jouer au jeu Bitcoin à une vitesse et une échelle significatives, il faut utiliser de l'électricité et des équipements spécialisés. Ce n'est pas différent de TCP/IP, l'un des protocoles de base d'Internet. Nous pourrions faire fonctionner TCP/IP sur des pigeons voyageurs - il existe même une spécification officielle pour cela - mais pour des raisons d'efficacité, nous utilisons des ordinateurs et des réseaux de communication à haut débit. Il en va de même pour le protocole LNP/BP (Lightning Network Protocol) et le protocole Bitcoin. Nous pourrions utiliser un stylo et du papier pour jouer le jeu, mais ce ne serait pas très efficace ni très utile.

Si l'infrastructure physique utilisée pour jouer plus efficacement à Bitcoin est sujette à des attaques violentes, l'essence de Bitcoin et les données qu'il produit ne le sont pas. Bitcoin est un code. Bitcoin est un discours. Bitcoin est un texte. Comme le sont toutes les clés privées et le grand livre public qui définit l'ensemble UTXO.

Une fois que les joueurs se sont mis d'accord, le potentiel de violence passe rapidement au second plan. La rue à sens unique de la preuve de travail ajustée à la difficulté de Bitcoin transmet l'énergie cinétique en assurances intersubjectives qui sont valorisées par les individus, assurances qui résident exclusivement dans le domaine de l'information.

La preuve de travail de Bitcoin sert de pont entre le monde des atomes et le domaine de l'information. Ce pont ne peut être construit que d'une seule et unique manière : en proposant une information si unique, si improbable que certaines choses ont dû se produire dans le monde réel pour que cette information apparaisse. Les règles du jeu et la nature de la loi physique ne permettent aucune autre possibilité.

Parce que l'information parle d'elle-même, une fois qu'un bloc valide est trouvé, nous passons du domaine de la violence au domaine des idées. Le travail est fait, le mot a été prononcé, et dès que cette information se propage aux autres joueurs, le chat est sorti du sac. La chair est devenue le mot, et les mots, comme les idées, sont à l'épreuve des balles.

C'est cette transformation, la "réification de l'information", comme l'appelle Waxwing, qui fait du bitcoin un droit inaliénable. Vous pouvez détenir des sats dans votre tête si vous parvenez à mémoriser 12 mots. Vous pouvez jouer au bitcoin avec un stylo et du papier si vous en avez envie. Chaque aspect de Bitcoin peut être transformé en discours.

Parce que Bitcoin est un discours, participer et détenir des bitcoins, c'est exercer votre droit divin de parler et de penser. Le fait que vous utilisiez une machine de Turing connectée à un réseau de communication numérique pour parler et penser plus efficacement n'a pas d'importance. Il ne s'agit que de texte, tout le temps - de communication, pas de violence.

D'autres ont longuement écrit sur les nuances et les implications de ce qui précède, notamment Erik Cason et Eric Voskuil. Je vous recommande de lire leurs ouvrages respectifs - Cryptosovereignty & Cryptoeconomics - dans leur intégralité si vous voulez comprendre en profondeur ces nuances et implications.

"Le code seul est souverain. Il n'y a pas d'exception."
- Erik Cason

Bitcoin fournit un cadre automatisé pour la monnaie numérique à confiance réduite. Il définit les règles du jeu et rend leur modification incroyablement difficile car les nouvelles règles doivent être rétrocompatibles et adoptées volontairement par ses utilisateurs.

Aucune autorité centrale ne dicte les règles. Vous apprenez les règles, et vous acceptez de jouer le jeu ou non. Partout où se rencontrent deux personnes qui jouent selon les mêmes règles, le jeu peut être joué. Ce qui différencie le jeu d'autres choses - la guerre, par exemple - c'est que le jeu est volontaire. Vous devez l'accepter. Personne ne peut vous forcer à jouer à un jeu que vous ne voulez pas jouer.

Le fait que le bitcoin soit un jeu de langage est tout aussi important. Le langage n'empiète pas sur les droits des autres. Dans une société libre, vous devriez pouvoir parler librement. Dans une société libre, personne ne devrait pouvoir vous forcer à parler ou vous dicter ce que vous dites. Même lorsque vous vivez sous la tyrannie, personne ne peut vous forcer à avoir certaines pensées ou vous les retirer. "Les pensées sont libres", comme le dit la chanson populaire allemande. "Personne ne peut les connaître, aucun chasseur ne peut les abattre."

0:00
/

Par conséquent, les droits et libertés qui vous sont accordés par Bitcoin sont indépendants des droits et libertés accordés par l'État. Bitcoin incarne vos droits naturels ; il ne vous accorde pas de droits légaux. La partie la plus difficile à comprendre est le nœud gordien d'incitations et de cryptographie qui constitue le juge, le jury et le bourreau du réseau Bitcoin. Quand les choses se gâtent, il n'y a pas d'autorité : tout repose sur vous. Vous pouvez être votre propre juge, jury et bourreau si vous en avez envie.

C'est pourquoi "21 millions" est sacro-saint. Il est sacro-saint pour moi, et je continuerai à jouer ce jeu selon les règles qui ont donné naissance à 21 millions. Je refuserai de jouer selon toute règle qui conduirait à une modification de cette limite, tout comme je refuserai de jouer aux échecs sur tout échiquier plus grand ou plus petit que 8x8 cases. Lorsque quelqu'un frappera à ma porte et me forcera à modifier les paramètres de consensus de mon nœud Bitcoin, je refuserai. Et si quelqu'un d'autre est aussi têtu que moi - à condition que nous ayons un moyen de communiquer - le réseau Bitcoin existera.

Ceci m'amène enfin à la dernière courbure du nœud gordien qui permet aux libertés de Bitcoin d'exister : la responsabilité.

Responsabilité

"La liberté est un besoin énorme pour chaque être humain. Avec la liberté vient la responsabilité."
- Eleanor Roosevelt

Je considère qu'il est de ma responsabilité d'exercer ces droits inaliénables et de défendre les valeurs que Bitcoin incarne. "Faire tourner les chiffres n'est pas un crime", comme l'a fait remarquer un jour un de mes bons amis. Il est de ma responsabilité de détenir mes propres clés et de gérer mon propre nœud. Il est de ma responsabilité de connaître les règles. C'est ma responsabilité d'accepter ou de refuser les changements. C'est ma responsabilité d'exercer mon droit à la liberté d'expression et à la liberté de pensée. C'est ma responsabilité d'acheter et de détenir des bitcoins, de les utiliser, de leur donner de la valeur.

Les libertés que m'accorde Bitcoin - la liberté de faire des transactions, la liberté d'épargner, la liberté de rester privé - sont la conséquence du fait que des individus souverains du monde entier assument également ces responsabilités, volontairement. Ils peuvent le faire par nécessité, par intérêt économique ou simplement parce qu'ils croient que c'est la bonne chose à faire ; mais ils le font tous parce qu'ils acceptent les règles et croient que le jeu de Bitcoin vaut la peine d'être joué. Ils sont tous d'accord pour dire que le bitcoin a de la valeur.

Je tiens à souligner à nouveau que le bitcoin est tout texte, tout le temps. Par conséquent, c'est un jeu de pensée et de parole, et vous n'avez donc besoin de la permission de personne pour y jouer. En détenant vos propres clés et en gérant votre propre nœud, vous exercez votre droit naturel à penser (faire des calculs) et à parler (diffuser des informations). C'est un jeu qui est plus bénéfique lorsqu'il est joué avec d'autres, mais d'autres joueurs ne sont pas strictement nécessaires. Je peux y jouer seul, tout comme Satoshi l'a fait lorsqu'il a géré le premier nœud Bitcoin. Jouer seul n'est ni amusant ni très utile, mais c'est et ce sera toujours possible. Et dès qu'un canal de communication existe, un deuxième joueur peut me rejoindre.

En Bitcoin, l'individu est souverain. En assumant ces responsabilités, vous, l'individu souverain, dites : "Mes pensées sont les miennes et les miennes seulement. Je parlerai librement, de ce que je veux et avec qui je veux. C'est mon droit divin de me protéger ; je ne me laisserai pas voler".

Par conséquent, les ennemis du bitcoin sont des ennemis de la liberté et de la souveraineté. Ils disent : "Je ne veux pas que vous ayez ces droits. Je ne veux pas que vous vous exprimiez librement. Je ne veux pas que vous utilisiez votre capacité à penser à ce que vous voulez. Je ne veux pas que vous ayez les libertés que ce jeu de langage vous confère. Je ne veux pas que vous fassiez des transactions librement. Je ne veux pas que vous protégiez vos économies."

Oui, les gouvernements peuvent adopter des lois qui interdisent l'utilisation de Bitcoin. Cependant, Bitcoin fonctionne comme il fonctionne précisément parce qu'une telle interdiction est anticipée, et non redoutée. Les nœuds Bitcoin envoient et reçoivent des messages, tout comme les mineurs. Le fait que certains de ces messages soient difficiles à élaborer est une caractéristique, pas un bug. Ce sont les individus qui donnent de la valeur à ces messages ; les individus qui ont 12 mots stockés quelque part ; les individus qui croient en la valeur fondamentale de Bitcoin en premier lieu : la liberté financière et la séparation de l'argent et de l'État.

Conclusion

Le droit, le langage et l'argent. De ces trois éléments, seuls le droit et le langage ont pu évoluer, comme l'a souligné Hayek. L'argent a été capturé, par les banques et l'état. C'est cette capture qui est à la racine de tout le mal monétaire. Une capture trop profitable pour qu'on y renonce jamais.

A cause de cette capture, Satoshi savait qu'il ne pouvait pas demander la permission de faire évoluer l'argent. Il devait trouver un moyen détourné d'utiliser le langage pour faire exister le rêve hayekien d'une monnaie sans État. Une monnaie qui crée et applique son propre ensemble de lois :

  • Tu ne dois pas confisquer.
  • Tu ne dois pas censurer.
  • Tu ne gonfleras pas.
  • Tu ne dois pas contrefaire.

Telle est l'essence des lois du bitcoin, une monnaie globale et neutre accessible à tous. Tout le monde peut faire respecter ces lois en parlant et en écoutant avec ses nœuds : en acceptant les messages valides et en rejetant ceux qui enfreignent les règles. Tout le monde peut contribuer au bouclier cumulatif qui protège le passé de Bitcoin. Tout le monde peut créer des transactions et faire tourner les chiffres qui définissent l'avenir. Tout ce qu'il faut, c'est un moyen de faire les calculs et de communiquer avec les autres.

Tout le monde peut jouer selon son propre ensemble de règles. C'est le chevauchement et l'accord qui font les règles de Bitcoin, pas l'autorité.

Grâce au bitcoin, tout le monde peut utiliser les défenses asymétriques de la cryptographie à son avantage économique. L'asymétrie est au cœur de la sécurité de Bitcoin : difficile à deviner, facile à vérifier. La coopération est récompensée ; le conflit ne l'est pas. Vos clés sont privées, le grand livre est public. La défense est bon marché ; la perturbation est incroyablement coûteuse.

C'est l'asymétrie des coûts qui donne naissance à la théorie des jeux crypto-économiques du bitcoin. Coopération pacifique et volontaire ; préservation mutuellement assurée. Souveraineté par la cryptographie.

Le droit, la langue et l'argent. Une combinaison saine de ces trois éléments est absolument essentielle à l'épanouissement d'une société libre. Si la liberté est une valeur que vous tenez en haute estime, cela se traduit par (1) la liberté d'expression, (2) une monnaie saine, et (3) des droits de propriété individuels. Bitcoin utilise (1) pour créer (2) et faire respecter (3) - sans avoir recours à la violence. Après tout, aucune violence ne pourra jamais résoudre un problème mathématique, comme l'a si bien dit Jacob Appelbaum.

Nous, en tant que société, sommes responsables du maintien du caractère sacré de la liberté d'expression. Vous, en tant qu'individu, êtes responsable de l'exercice de cette liberté et de sa prise au sérieux. Dans le domaine du bitcoin, cela se traduit par le fait de détenir vos propres clés, de gérer votre propre nœud et d'effectuer votre propre preuve de travail.

Nous n'avons pas besoin d'un "droit d'envoyer une transaction" distinct. C'est un droit inaliénable dans une société libre, une société qui prend la liberté d'expression au sérieux. Nous n'avons pas besoin d'une loi qui nous permette d'utiliser l'électricité pour faire des maths plus efficacement. Après tout, le minage n'est rien d'autre qu'une façon automatisée d'essayer de trouver efficacement un nombre aléatoire correspondant. Nous n'avons pas besoin d'un "droit d'avoir un portefeuille" distinct. Un portefeuille n'est rien d'autre qu'un moyen confortable de signer un message - une calculatrice, si vous voulez. Nous n'avons pas besoin d'une loi distincte qui vous permette de détenir des bitcoins. Vous êtes un individu libre. Vous avez le droit inaliénable de mémoriser 12 mots dans votre tête.

Rien de ce qui précède ne devrait jamais être illégal. Dans une société libre, une société qui considère certaines vérités comme évidentes, rien de ce qui précède ne devrait jamais être illégal. Si le cours de l'histoire de l'humanité a permis de dégager des idées fondamentales pour l'optimisation de l'épanouissement humain, c'est que la parole, et son libre exercice, est sacrée. Le Logos est sacré parce que la capacité de parler librement est la condition préalable fondamentale pour la découverte et la communication de la Vérité elle-même, le lieu d'où émane toute bonté.

Si la parole et son libre exercice sont sacrés, alors Bitcoin est sacré, car tout ce que Bitcoin exige de vous est de penser et de parler. Tout le monde est libre de participer à ce jeu de mots et de chiffres ; un jeu qui incarne les réponses à diverses questions d'éthique et de moralité ; un jeu qui se joue sans fin ultime, mais avec une limitation absolue : 21 millions, jamais plus. C'est vous qui donnez vie à cette limite : en assumant la responsabilité de faire tourner les chiffres, en exerçant votre droit inaliénable de penser et de parler. Et grâce à cela, la Vérité absolue émerge - sans qu'il soit nécessaire de verser une seule goutte de sang.


Ressources

  1. Hayek, F. A. (2009). Denationalisation of money: the argument refined. Ludwig von Mises Institute.
  2. Cette injustice est appelée "effet Cantillion" et est particulièrement prononcée dans le cas de la monnaie fiduciaire, car celle-ci peut être imprimée à partir de rien. Pour des monnaies comme l'or ou le bitcoin, il n'y a pas de repas gratuit puisque l'argent n'est pas inventé. Il faut l'extraire du sol. Le fait que ce sol soit mathématique, comme c'est le cas pour le bitcoin, n'a pas beaucoup d'importance. Si vous devez effectuer un travail pour trouver de nouvelles unités, l'argent n'est pas de la monnaie fiduciaire.
  3. Jörg Guido Hülsmann, The Ethics of Money Production
  4. Nick Szabo, Money, Blockchains, and Social Scalability
  5. Cela inclut les cadeaux puisque vous échangez votre cadeau contre la réciprocité, le karma, une société amicale ou des idées similaires. Voir Hülsmann, Graeber.
  6. Warmke, C. (2021). What is bitcoin?. Inquiry, 1-43.
  7. Beautyon (2018). Why America Can’t Regulate Bitcoin
  8. Il est amusant de constater que le problème de l'encodage - la déconnexion entre le monde réel et le monde de l'information - est à l'origine du problème de la monnaie numérique. Le bitcoin résout ce problème grâce à son algorithme de preuve de travail à difficulté ajustée, qui, selon moi, est le seul moyen de résoudre ce problème. Dans Bitcoin, the map is the territory.
  9. Wikipedia contributors. (2022, March 23). Gödel numbering. In Wikipedia, The Free Encyclopedia. Retrieved at 730,136
  10. Jonathan Bier (2021), The Blocksize War
  11. James P. Carse (1987), Finite and Infinite Games
  12. Chapeau bas à bitstein pour avoir partagé son point de vue sur Bitcoin governance.
  13. Noded 78, 32:50
  14. "Ça aurait été bien d'avoir cette attention dans un autre contexte. WikiLeaks a donné un coup de pied dans le nid de frelons, et l'essaim se dirige vers nous." —Satoshi Nakamoto
  15. Bien sûr, même si la relation entre une clé privée et une clé publique est mathématique, essayer de craquer cette relation est à nouveau un problème de coût. Mais il est si outrageusement difficile d'obtenir une clé privée à partir d'une clé publique que ce n'est pas seulement non rentable, c'est pratiquement impossible.

Sauf indication contraire, le contenu de cet article est sous licence CC BY-SA 4.0