Les Mots Que Nous Utilisons Dans Bitcoin

Mots, langage, terminologie et attaques linguistiques | Der Gigi

Les Mots Que Nous Utilisons Dans Bitcoin

Auteur: Der Gigi | Date Originale: 27/06/2022 - 742573 | Traduit par : Sovereign Monk | dergigi.com

On ne le répétera jamais assez : le bitcoin est déroutant. Cependant, il n'est pas compliqué comme l'est une machine Rube Goldberg. Il est simplement très étranger et donc très mal compris - c'est une chose complètement nouvelle. "Il n'y a rien à quoi le relier", comme l'a dit Satoshi dans l'un de ses messages.

Parce qu'il n'y a rien à quoi se rattacher, nous avons tous du mal à nous faire une idée des différents aspects de ce phénomène. Nous devons utiliser des mots si nous voulons en parler de manière significative, et c'est sur les mots que je vais me concentrer.

Je veux parler de deux choses : (1) le langage utilisé dans le bitcoin et (2) le langage utilisé pour attaquer le bitcoin.

Partie 1 : Le langage utilisé dans le Bitcoin

Mettons les choses au clair : ce ne sont que des chiffres, jusqu'en bas. Bitcoin fait la seule chose que font tous les ordinateurs, qui est en fait deux choses : il prend certains nombres en entrée, effectue des calculs et présente le résultat de ces calculs à quelqu'un d'autre. Dans le cas de Bitcoin, ce "quelqu'un d'autre" est un autre nœud du réseau - ou plusieurs, pour être précis. Si l'on s'en tient à l'essentiel, c'est tout ce qu'il y a à faire : des mathématiques et des messages.

Par conséquent, nous devons utiliser des métaphores, et beaucoup de métaphores. Clés, portefeuilles, adresses, signatures, contrats, minage, poussière, fourchette, oracle, orphelin, graine, témoin - la liste est longue.

Cependant, voici le problème avec les métaphores : "Toutes les métaphores sont fausses, mais certaines sont utiles", pour paraphraser George Box. Il ne fait aucun doute que de nombreuses personnes sont désorientées précisément en raison des lacunes de ces métaphores. Toutes les étiquettes que nous appliquons aux différents concepts de Bitcoin sont fausses, au moins un peu. Certaines sont très erronées. Tous ceux qui ont déjà essayé d'expliquer que " vos bitcoins ne sont pas réellement dans votre portefeuille de bitcoins " à un débutant aux yeux brillants savent de quel type de confusion je parle.

Malheureusement, cette confusion n'est pas prête de disparaître. Et plus inquiétant encore, cette confusion est instrumentalisée par les législateurs, les politiciens et les commentateurs. Ceux qui méprisent Bitcoin essaient de faire passer des lois et d'implanter dans la tête des gens des idées qui dénaturent le fonctionnement de Bitcoin, ainsi que le langage que nous utilisons pour décrire son fonctionnement. Par conséquent, il serait bénéfique de mettre de l'ordre dans notre langage. Après tout, quelles sont les chances de comprendre quelque chose en profondeur si les mots que nous utilisons pour décrire cette chose sont inadéquats ?

Tout d'abord, passons en revue certains des mots que nous utilisons dans le domaine des bitcoins et voyons où ils sont insuffisants. Nous connaissons tous ces mots, et nous n'y réfléchissons généralement pas à deux fois. Commençons par "portefeuille".

"Portefeuille"

Un portefeuille est une pièce de logiciel ou de matériel qui facilite ou sécurise le stockage et/ou la dépense de vos bitcoins. Il est facile de voir qu'un portefeuille n'est ni unique ni facile à définir ; il suffit de regarder toutes les différentes formes de portefeuilles que nous avons créées au fil des ans : portefeuille papier, portefeuille cerveau, portefeuille matériel, portefeuille mobile, portefeuille multisig, portefeuille éclair, portefeuille montre seulement, etc.

En fin de compte, nous devons comprendre comment fonctionne Bitcoin si nous voulons comprendre ce qu'est un portefeuille. Voici l'essentiel : pour créer une transaction en bitcoin, il faut signer un message avec une clé privée. Par conséquent, deux choses sont essentielles pour un wallet : le stockage des clés et la signature. Mais ce n'est généralement pas suffisant. Pour interagir avec le réseau Bitcoin, vous devez interagir avec un nœud Bitcoin. Il vous faut un moyen d'accéder aux informations publiques, le "registre distribué" si souvent mentionné par les financiers et les cryptomanes.

Ce que nous avons historiquement appelé un portefeuille bitcoin n'est donc qu'un logiciel qui gère et stocke des clés et permet à l'utilisateur d'utiliser facilement ces clés pour signer et diffuser des messages. Pour accroître la sécurité, ledit logiciel peut être intégré dans un dispositif matériel dédié. Plus il est difficile de dépenser ses sats, plus le risque de vol ou de perte de fonds est faible. Un portefeuille peut n'avoir aucune capacité de signature, comme c'est le cas pour les portefeuilles en papier, les porte-monnaie électroniques ou les porte-monnaie électroniques. D'où la question suivante : quelle est l'utilité du terme "portefeuille" ?

Il est intéressant de noter que nous sommes déjà passés à un autre terme lorsqu'il s'agit du stockage des graines. Nous ne parlons pas de "porte-monnaie en métal" ou de "clés en métal" lorsque nous évoquons le stockage de clés ; nous parlons généralement de stockage des mots de passe, mot de passe métallique ou de plaques de plaques de mots de passe.

En outre, nous faisons désormais référence à diverses constructions à signatures multiples et à verrouillage temporel en tant que "chambres fortes" - une distinction puissante et claire. La métaphore du coffre-fort rend immédiatement évident que tout ce qui est stocké dans le coffre-fort l'est pour le long terme. Il n'est pas possible de le dépenser facilement ou rapidement.

J'espère qu'à l'avenir, nous parviendrons également à supprimer le terme générique de "portefeuille". En ce qui concerne les portefeuilles matériels, un changement de termes est déjà en cours. Étant donné qu'un porte-monnaie matériel n'est rien d'autre qu'un petit dispositif utilisé pour signer des transactions, un terme plus exact est "dispositif de signature", qui gagne actuellement du terrain grâce aux personnes qui comprennent profondément les aspects techniques de Bitcoin.

Peut-être que l'usage évoluera de manière à ce que chaque fois que quelqu'un dit " portefeuille ", il est sous-entendu qu'il s'agit de quelque chose qui ne contient pas de quantités massives de valeur et que cette valeur est dépensée facilement et rapidement, comme c'est le cas des portefeuilles Lightning. En fin de compte, la métaphore du "portefeuille" sera toujours fausse sur un point crucial : votre portefeuille ne contient en fait aucune de vos pièces. Ce n'est pas comme ça que Bitcoin fonctionne. Il peut contenir vos clés, ce qui nous amène au mot suivant.

"Clé"

Dans le monde physique, une clé est utilisée pour ouvrir quelque chose. Une porte, un coffre, un casier, et ainsi de suite. Elle peut également être utilisée pour démarrer quelque chose : une voiture, une moto, un missile nucléaire... vous voyez le genre.

Comme mentionné précédemment, pour créer une transaction bitcoin, vous utilisez votre clé privée pour signer un message. Les clés du bitcoin sont des clés cryptographiques, et les clés cryptographiques peuvent être utilisées pour créer des signatures numériques.

Bien entendu, cela n'a de sens que dans le monde de la cryptographie. En général, une clé est utilisée pour verrouiller et déverrouiller des objets. Si vous voulez signer quelque chose, vous avez besoin d'un stylo. Cette métaphore déroutante n'est pas exclusive au bitcoin, bien sûr. De nombreux autres logiciels utilisent des clés cryptographiques pour signer des documents, ce qui explique l'apparition en 2010 de cet emoji abominable : le cadenas, "verrouillé par un stylo".

Par conséquent, une "clé" en bitcoin ressemble davantage à un stylo qu'à une véritable clé. Certes, vous pouvez utiliser votre clé pour "déverrouiller" des sats qui sont "verrouillés" par vous-même ou par quelqu'un d'autre, mais quelle que soit la métaphore que vous utilisez, elle sera toujours insuffisante. Elle sera toujours insuffisante car les clés de Bitcoin sont des données, rien d'autre. Vos clés privées sont des informations secrètes, des informations que personne d'autre que vous ne devrait jamais connaître. Si quelqu'un d'autre entre en possession de vos clés privées, votre bitcoin deviendra son bitcoin.

Pour rendre le vol ou la dépense accidentelle aussi difficile que possible, les clés qui donnent accès à des fonds importants sont conservées dans un stockage "froid". Les informations secrètes sont déconnectées de l'internet, conservées sur des dispositifs de signature spéciaux qui ne touchent jamais un dispositif de calcul général.

Un "portefeuille chaud", en revanche, apporte les informations secrètes nécessaires pour déplacer vos sats aussi près que possible du réseau. Si vous voulez dépenser fréquemment, vos clés doivent être facilement accessibles. Un portefeuille lightning, par exemple, est un portefeuille "chaud" : les clés privées qui vous permettent de dépenser vos sats sont connectées à l'internet à tout moment. Si votre ordinateur ou votre smartphone est compromis, vos fonds sont en danger. Tels sont les compromis entre les portefeuilles "chauds" et le stockage "froid".

"Chaud" et "froid" sont encore, bien sûr, des métaphores. Un portefeuille chaud est chaud comme un micro dans un studio d'enregistrement est chaud. Cela signifie qu'il est chargé, enflammé, et qu'il doit être manipulé avec précaution, et non que sa température a réellement augmenté.

Nous pouvons constater que le langage n'est ni singulier ni statique, ce qui rend la frontière entre une métaphore utile et une attaque linguistique pure et simple très floue.

La métaphore de la "clé", par exemple, n'est pas terriblement fausse. Nous pouvons en fait considérer la signature comme un déverrouillage. Les éléments sous-jacents responsables de la dépense des sats sont appelés scripts de verrouillage et de déverrouillage, et ce pour une bonne raison. Ces scripts sont de petits programmes informatiques qui définissent les conditions nécessaires au déplacement de certains ensembles de sats. On peut voir les choses comme suit : ceux qui veulent déplacer des sats doivent résoudre une énigme cryptographique. En général, une clé privée est nécessaire pour remplir la condition de dépense : la clé est la clé du puzzle. Donc si on pense "clé du puzzle", ce n'est même pas faux. Et de toute façon, j'ai bien peur que nous soyons coincés avec ça.

Deux autres choses : la raison pour laquelle votre clé privée peut être représentée par des mots est qu'elle est, comme tout le reste du bitcoin, une information. Et la raison pour laquelle nous appelons ces mots une "phrase de semence" est que votre clé privée est la semence à partir de laquelle toutes vos autres clés et, finalement, les adresses sont dérivées. Ce qui nous amène au mot suivant : "adresse".

"Adresse"

C'est probablement le pire de tous. Pour citer Luke Dashjr : "C'est tellement mauvais que nous avons fait une BIP pour nous en débarrasser". Il parle du BIP 179, une proposition d'amélioration de Bitcoin dont le seul but est de proposer un nouveau terme pour "adresse". Le nouveau terme est "facture", qui est le terme par défaut dans lightning et qui est en fait plus précis - techniquement parlant - même sur la couche de base. Il est plus précis parce que les transactions en bitcoins n'ont pas d'" adresse de départ ", même si vous pouvez penser que c'est le cas, surtout si votre esprit est empoisonné par la métaphore de l'" adresse ".

Le concept d'une "adresse de départ" n'existe que de manière heuristique. Dans Bitcoin, seules les adresses de réception existent. Une transaction ne contient pas d'adresse de départ. Une transaction ne contient que les scripts mentionnés ci-dessus, qui sont des défis et des solutions à des défis. Si vous pouvez résoudre le défi, vous pouvez déplacer les pièces.

La façon d'y penser correctement est de penser aux flux, et non aux pièces. Disons que vous prélevez une grande quantité d'eau d'un lac et que ce lac est alimenté par de nombreux cours d'eau. C'est un lac vierge dans une région montagneuse, alors vous remplissez votre bouteille pour vous rafraîchir avec une boisson rafraîchissante. Vous vous asseyez, prenez une gorgée et réfléchissez à la question suivante : d'où vient l'eau de votre bouteille ?

Du lac, évidemment, mais de quel ruisseau ? Et combien de molécules sont venues directement des nuages, tombant en pluie sur le lac ? Pouvez-vous le dire, même en principe ? Une entité divine le pourrait probablement, puisque l'eau est constituée de molécules et que vous pourriez, du moins en théorie, suivre ces molécules.

Vous pouvez comprendre le bitcoin et les transactions bitcoin de manière similaire : les transactions peuvent avoir plusieurs entrées et plusieurs sorties, c'est-à-dire des flux entrants et sortants, pour rester dans la métaphore du liquide. Toutefois, il existe une différence importante : il n'y a pas de molécules dans le bitcoin ; il n'y a que de la comptabilité. Vous ne pouvez pas suivre quoi que ce soit avec certitude ; vous ne pouvez que faire des suppositions éclairées - des hypothèses qui, dans de nombreux cas, sont tout simplement fausses.

Il n'y a pas de molécules dans le bitcoin parce que chaque transaction "détruit" toutes les entrées et crée de nouvelles sorties. Si vous êtes déterminé à penser aux pièces de monnaie, c'est-à-dire si vous considérez chaque UTXO comme une pièce de monnaie de taille différente, vous pouvez considérer chaque transaction comme un processus de fusion. Tous les intrants sont liquéfiés dans un grand fourneau, et de nouvelles pièces sont créées en tant que produits.

Cela nous amène à la prochaine métaphore problématique : les pièces de monnaie.

"Pièces"

J'ai toujours aimé cette citation de Peter Van Valkenburgh, qui s'interroge sur le caractère local du bitcoin - ou son absence :

"Où est-il, en ce moment, en transit ? [...] Premièrement, il n'y a pas de bitcoins. Il n'y en a tout simplement pas. Ils n'existent pas. Il y a des entrées de grand livre dans un grand livre qui est partagé [...] Ils n'existent dans aucun lieu physique. Le grand livre existe dans chaque emplacement physique, essentiellement. La géographie n'a pas de sens ici - elle ne vous aidera pas à définir votre politique ici."

- Peter Van Valkenburgh

Ce que nous appelons "pièces" n'existe que par convention. Le protocole ne tient pas compte de notre notion de pièces. Il ne connaît que les sats et les sorties de transactions dépensées ou non. Les sorties dépensées sont les entrées des transactions passées. Si la somme d'une ou plusieurs sorties s'élève à 100 millions de sats, nous l'appelons "un bitcoin".

Bien sûr, il est beaucoup plus facile de parler de "pièces", d'"adresses" et de "portefeuilles", car nous les connaissons intimement grâce à notre expérience du monde réel. Nous avons une compréhension intuitive de ces métaphores, de sorte que nous comprenons clairement ce qui se passe lorsqu'une "pièce" passe d'un "portefeuille" à un autre "portefeuille", du moins c'est ce que nous pensons.

Si l'image mentale de pièces passant d'un portefeuille à l'autre de manière intuitive et facile à comprendre est réconfortante, elle est néanmoins fausse. Ce qui se passe sous le capot du bitcoin est bien plus merveilleux, bien plus élégant et bien plus magique que le déplacement de pièces d'or d'un porte-monnaie en cuir à un autre. Cela doit l'être. Le bitcoin est une information, pas une chose physique. Il est téléporté à la vitesse de la lumière, et non déplacé dans un sens physique. Ce n'est pas pour rien qu'il s'agit de monnaie magique sur Internet, et j'ai bien peur que nous devions tous en comprendre les rouages dans une certaine mesure, surtout si nous voulons être correctement équipés pour lutter contre toutes les attaques linguistiques, présentes et futures.

Partie 2 : Le langage utilisé pour attaquer le bitcoin

Le bitcoin est attaqué, toujours. L'argent est contradictoire par nature parce que l'argent est utilisé entre des parties qui ne se font pas entièrement confiance en premier lieu. Par conséquent, un système monétaire est un système contradictoire.

Tout le monde aimerait avoir quelque chose pour rien, tromper le système et s'en sortir. Tout le monde est un arnaqueur;1 tout le monde veut obtenir des sats gratuitement.

Bitcoin est le plus grand pot de miel que le monde ait jamais vu ; tout le monde et sa grand-mère aimerait le casser. De plus, les pouvoirs en place sont, au moins en partie, puissants grâce aux imprimantes de monnaie fiduciaire qui sont rendues obsolètes par la pièce orange. S'attaquer à Bitcoin devient une stratégie nécessaire si votre survie même est menacée par cette monnaie.

Mais quelles parties du bitcoin attaquer ? Il est difficile de définir précisément ce qu'est le bitcoin et en quoi il consiste. J'aime à penser qu'il s'agit d'un grand fouillis de deux parties de logiciel et de deux parties de matériel - ou de wetware, pour être plus précis. Un mélange de technologie et de biologie, avec une bonne dose d'économie par-dessus.

Si l'on considère que Bitcoin est composé d'idées, de personnes, de codes et de nœuds, il est facile de comprendre que certaines attaques sont plus évidentes que d'autres.

Une attaque évidente serait un exploit logiciel qui mettrait hors service un grand nombre de nœuds bitcoin, par exemple. Une attaque encore plus évidente serait une attaque à grande échelle de son infrastructure physique. Si les fonderies qui produisent la génération actuelle de puces ASIC SHA-256 sont bombardées ou si diverses opérations minières à grande échelle sont la proie des flammes, nous pouvons affirmer avec certitude que le bitcoin est attaqué. Dans la même veine, si les bitcoiners sont déclarés ennemis de l'État et sont incarcérés ou tués en masse, nous pouvons également en déduire que le bitcoin est attaqué.

Mais : comment attaquer une idée ? Avec de mauvaises idées, voilà comment. La guerre civile du débat sur la taille des blocs était une telle attaque contre le bitcoin de l'intérieur, et sa résolution était un hard fork - une instanciation économique de ladite idée.

En plus des attaques de l'intérieur, nous avions déjà de nombreuses attaques de l'extérieur. Presque dès son apparition, le bitcoin a été attaqué par les politiciens, les banquiers centraux, les investisseurs traditionnels attachés au système monétaire, ainsi que par les analphabètes économiques et techniques. Nous avons déjà entendu tout cela : le bitcoin n'est utilisé que par des criminels, le bitcoin n'a aucune valeur, la valeur du bitcoin est basée sur la pure spéculation, le bitcoin est une vieille technologie, le bitcoin est trop lent, le bitcoin est une bulle, et ainsi de suite.

Permettez-moi de souligner quelques-uns des termes et des phrases les plus récents imaginés par ceux qui s'accrochent aux tétons des divers imprimeurs de monnaie, qu'il s'agisse de politiciens, de groupes d'intérêts spéciaux ou de crypto-bros.

"Portefeuille non hébergé"

Deux mots, un seul objectif : pousser les utilisateurs à s'éloigner de l'argent sain et de l'indépendance vers quelque chose que nous connaissons tous trop bien du système fiat : la confiance, et la dépendance.

La nature discrète de cette phrase est ce qui rend cette attaque si ingénieuse. Dire d'un portefeuille bitcoin ordinaire qu'il est "non hébergé" donne l'impression qu'il devrait être "hébergé" en premier lieu, qu'il manque quelque chose à ce qu'il devrait être, comme un puzzle inachevé ou une poutre non soutenue.

La discussion ne devrait pas porter sur l'"hébergement" en premier lieu. Elle devrait porter sur le contrôle. Qui peut accéder à vos fonds ? Qui peut geler votre compte ? Qui est le maître, et qui est l'esclave ?

Tout comme "le nuage est l'ordinateur de quelqu'un d'autre", un "portefeuille hébergé" est le portefeuille de quelqu'un d'autre. Il devrait être évident que la centralisation du contrôle est à l'origine de tous les problèmes monétaires, mais je crains que nous ne devions tirer les leçons de l'histoire et de l'affaire Mt. Gox encore et encore et encore : l'argent détenu et contrôlé par d'autres peut être et sera manipulé. Nous ne voulons pas refaire cette erreur, c'est pourquoi ce qui suit est devenu une sorte de mantra : pas vos clés, pas votre bitcoin.

Les portefeuilles Bitcoin sont censés être non hébergés - ou, pour utiliser un mot qui n'a pas été inventé par des marionnettistes diaboliques : indépendants. L'objectif de Bitcoin est d'apporter la pleine souveraineté à l'individu et de supprimer toute dépendance à l'égard de tiers de confiance. Pas de dirigeants, pas de maîtres, pas d'hôtes. Seulement des pairs.

Au lieu d'utiliser le terme "portefeuille non hébergé", on pourrait qualifier les portefeuilles bitcoin ordinaires de portefeuilles indépendants ou de portefeuilles de liberté. L'opposé d'un portefeuille indépendant est un service de garde, ce qui signifie que vous avez une autorisation, rien de plus. En utilisant un service de garde, vous détruisez ce qui fait la valeur du bitcoin en premier lieu. Vous revenez au modèle d'argent fondé sur la permission : une relation de dette entre maîtres et esclaves, ce qui est le système fiat dont nous voulons nous éloigner. Certains ont tout le pouvoir, les utilisateurs n'en ont aucun.

Un tel service de garde, un service qu'ils veulent que vous appeliez un "portefeuille hébergé" - mais qui pourrait être mieux décrit comme un portefeuille d'esclave - n'offre rien d'autre que des reconnaissances de dette : des autorisations et des certificats de dette qui peuvent être révoqués, multipliés, réémis et détruits à tout moment. L'esclave n'a rien ; le maître a tout.

Ne vous y trompez pas : il s'agit d'une guerre de récits, et les enjeux ne pourraient pas être plus élevés. La liberté contre la dépendance, le contrôle contre la propriété personnelle, la confiance contre la responsabilité. Un portefeuille devrait être auto-hébergé, et l'auto-hébergement n'est pas un crime. Cependant, nous ne devrions pas penser aux "hôtes" en premier lieu. Un porte-monnaie n'a pas besoin d'être hébergé parce qu'un porte-monnaie, comme nous l'avons vu précédemment, n'est rien d'autre qu'une clé - une information privée - combinée à un matériel ou un logiciel qui vous permet de faire quelque chose avec ladite clé, par exemple, dériver des adresses ou signer des transactions.

Avoir 12 mots dans la tête ne fait pas de vous le propriétaire d'un porte-monnaie cérébral non hébergé ; c'est ridicule. Vous n'avez pas besoin de permission pour vous souvenir de 12 mots par cœur, et toute loi qui rend illégal le fait de se souvenir de 12 mots est une loi très, très, (très !) stupide. Mais même en ignorant cette stupidité pour un moment, une telle loi ne peut pas être appliquée. Elle devrait être vidée de son sens dès qu'elle est adoptée. Vous ne pouvez pas prouver que j'ai 12 mots en tête, tout comme je ne peux pas prouver que vous ne pensez pas à un éléphant orange en ce moment même. Détenir une clé, c'est connaître un secret, et le problème avec les secrets, c'est que si vous ne le dites pas, personne ne le sait.

Laisser quelqu'un d'autre détenir vos clés détruit tous les avantages que le bitcoin apporte avec lui. Si l'on pouvait faire confiance aux autres avec notre argent, nous n'aurions pas eu besoin de bitcoin en premier lieu. Et si personne ne prend la responsabilité d'assurer sa propre garde, le bitcoin sera capturé, tout comme l'or avant lui.

Par conséquent, le terme "portefeuille non hébergé" est une attaque contre Bitcoin que nous devons prendre au sérieux, ainsi que les implications qu'une interdiction réussie entraînerait. Il s'agit d'une attaque très ingénieuse et malicieuse, subtile mais efficace, qui recadre ce qu'est et devrait être un portefeuille.

Le fait que quelqu'un se soit assis et ait inventé cette phrase me fait penser que les pouvoirs en place commencent à comprendre ce qu'est le bitcoin et à quel point il est puissant, c'est pourquoi ils feront tout ce qu'ils peuvent pour vous garder engourdis, dépendants et asservis. "Ils veulent plus pour eux et moins pour tous les autres", pour citer George Carlin. "Ils ne veulent pas de personnes bien informées, bien éduquées et capables de pensée critique. "2

0:00
/
Vidéo originale de Lubomir Arsov, remixée par The Outcome. Audio de George Carlin, tiré de son émission spéciale Life is Worth Losing de 2005.

Demandez-vous si le fait de tirer à pile ou face 256 fois sur une pièce de monnaie devrait être illégal. Qu'en est-il des mathématiques ? Et le fait d'avoir certaines pensées ? Voulons-nous vraiment vivre dans un monde où le fait d'avoir 12 mots en tête fait de vous un hors-la-loi ?

#ChangeTheCode

Une autre phrase, une autre implication. La campagne #ChangeTheCode est ingénieuse, il faut le reconnaître. Elle implique que le code de Bitcoin ne peut pas être modifié, ce qui ne pourrait pas être plus éloigné de la vérité.

Bitcoin est un logiciel libre3 et open-source publié sous la licence MIT.4 Cela signifie que tout le monde peut modifier le code, Greenpeace ou non, sans avoir à demander la permission.

Permettez-moi de reproduire la licence dans son intégralité :

*L'autorisation est accordée par la présente, gratuitement, à toute personne obtenant une copie de ce logiciel et des fichiers de documentation associés (le "logiciel"), de traiter le logiciel sans restriction, y compris, sans s'y limiter, les droits d'utilisation, de copie, de modification, de fusion, de publication, de distribution, de sous-licence et/ou de vente de copies du logiciel, et d'autoriser les personnes à qui le logiciel est fourni à le faire, sous réserve des conditions suivantes :

L'avis de copyright ci-dessus et cet avis d'autorisation doivent être inclus dans toutes les copies ou parties substantielles du logiciel.

LE LOGICIEL EST FOURNI " EN L'ÉTAT ", SANS GARANTIE D'AUCUNE SORTE, EXPRESSE OU IMPLICITE, Y COMPRIS, MAIS SANS S'Y LIMITER, LES GARANTIES DE QUALITÉ MARCHANDE, D'ADÉQUATION À UN USAGE PARTICULIER ET DE NON-VIOLATION. EN AUCUN CAS, LES AUTEURS OU LES DÉTENTEURS DE DROITS D'AUTEUR NE POURRONT ÊTRE TENUS RESPONSABLES DE TOUTE RÉCLAMATION, DE TOUT DOMMAGE OU DE TOUTE AUTRE RESPONSABILITÉ, QUE CE SOIT DANS LE CADRE D'UNE ACTION CONTRACTUELLE, DÉLICTUELLE OU AUTRE, DÉCOULANT DE OU LIÉE AU LOGICIEL OU À SON UTILISATION OU À D'AUTRES TRANSACTIONS.*

Tout le monde est et a toujours été libre de modifier le code de Bitcoin. La nature libre et open-source de Bitcoin est la raison pour laquelle nous avons des milliers de forks et de clones en premier lieu, y compris des forks qui mettent en œuvre ce que les militants de la campagne #ChangeTheCode proposent.5

Bien que toute cette campagne visant à "changer le code" ne doive pas être prise au sérieux, les tactiques qui la sous-tendent nous éclairent sur la motivation de l'attaquant et sur ce qui l'attend. #ChangeTheCode a été financé par Chris Larsen, fondateur de Ripple, la société qui a créé le shitcoin qu'est XRP. Ce genre de shitcoins ne peut pas rivaliser avec le bitcoin sur le plan du mérite, car ils sont autorisés, centralisés et n'ont pas de politique monétaire fiable, entre autres choses. Par conséquent, ils doivent recourir à des campagnes de dénigrement et à l'embauche de tueurs à gages de réputation.

Le problème de l'argent est que toutes les formes d'argent sont en concurrence, directement ou indirectement. Toutes les monnaies sont en concurrence pour la liquidité, la crédibilité, l'attention, la valeur stockée, etc. Par conséquent, les départements marketing de pratiquement toutes les monnaies de merde dirigent des fonds pour écarter ou attaquer le bitcoin d'une manière ou d'une autre en laissant entendre que le bitcoin ne peut pas être changé, qu'il est utilisé pour des activités illicites, ou qu'il est trop lent ou gaspilleur.

Bitcoin, cependant, n'est ni lent ni gaspilleur. La preuve de travail est incroyablement efficace si votre objectif est de créer un système monétaire libre de toute politique et sécurisé de manière publique et transparente. Si vous ne valorisez pas un tel système, il vous semblera toujours inutile.

Ceci, par coïncidence, nous amène à l'attaque suivante.

"Proof of Stake"

Mettons les choses au clair : il n'y a pas de preuve, il n'y a pas d'enjeu6 et il n'est même pas comparable à son homonyme, le proof-of-work.

J'ai beaucoup écrit sur la preuve de travail(proof of work) dans le passé, alors dans l'intérêt de ne pas me répéter ad nauseam, je vais essayer d'être bref : la preuve de travail a résolu le problème de la lecture de l'heure dans un système décentralisé, le problème de la sélection aléatoire, le problème de l'émission équitable et le problème du coût infalsifiable dans le domaine numérique. Il intègre directement une vérité objective dans une masse de données, ce qui explique son absence de confiance et sa fiabilité. L'information "parle d'elle-même", pour citer Satoshi.7

La preuve d'enjeu, en revanche, n'a pas de vérité objective, pas de temps objectif, pas de sélection aléatoire, pas d'émission équitable, pas de coût extérieur, pas de coût opérationnel, et se centralise avec le temps. C'est la machine à mouvement perpétuel des mécanismes de consensus, ce qui revient à dire que ce n'est pas du tout un mécanisme de consensus. Il est pourri à la base parce qu'il repose sur la confiance de bout en bout.

La preuve d'enjeu devrait être appelée "fais-moi confiance, mon frère", et c'est là que réside le problème ainsi que l'astuce linguistique : en l'appelant preuve d'enjeu, on pourrait penser qu'elle est comparable à la preuve de travail : "Ah, celui-ci est exactement comme l'autre ! Juste un autre de ces mécanismes de consensus, tout aussi bon que la preuve de travail de Bitcoin." Non, c'est faux. La preuve d'enjeu est une illusion, et elle conduira inévitablement à tous les maux dont souffre le monde de l'illusion du système monétaire fiduciaire, comme les différents échecs de ces systèmes l'ont montré à maintes reprises.8

Conclusion

Les mots ont un sens, c'est pourquoi nous devons les choisir avec sagesse et attention. Bitcoin n'est pas un gaspillage.9 Bitcoin n'est pas une source fermée.4 Bitcoin n'est pas contrôlé par des supercoders de l'ombre.10 Bitcoin n'est pas la guerre. Un ASIC n'est pas une arme à feu. En fait, Bitcoin est un jeu de langage wittgensteinien11, qui utilise les mots et la chance pour résoudre pacifiquement les conflits.

L'allocation suit la perception, tout comme la politique publique. La perception, à son tour, est façonnée par notre compréhension et les mots mêmes que nous utilisons pour parvenir à cette compréhension et la décrire.

Dans un monde inondé d'euphémismes et de mensonges flagrants, appeler quelque chose par son nom propre est rebelle en soi. Bitcoin est synonyme de liberté et d'autosouveraineté, et non de demande de permission. Il s'agit d'indépendance et de vérité vérifiable, de propriété et de responsabilité extrêmes, d'espoir12 et de droits de l'homme13.

La meilleure façon de combattre les mauvaises idées et la mauvaise terminologie est d'utiliser de bonnes idées et une bonne terminologie. Ainsi, nous devrions tous faire un effort pour appeler les choses par leur nom, essayer de comprendre leur fonctionnement interne et les expliquer en termes simples aux autres.

Bitcoin n'est pas aussi compliqué qu'il n'y paraît au premier abord. Il est simplement très étranger, et c'est pourquoi toutes les métaphores que nous utilisons pour le décrire s'effondrent à un moment donné. Comme nous l'avons vu, les portefeuilles, les clés, les adresses, les pièces et bien d'autres mots que nous utilisons sont insuffisants pour expliquer réellement ce qui se passe.

La confusion qui naît inévitablement de ce malentendu est utilisée et exploitée par les détracteurs du bitcoin, qu'ils appartiennent à l'église du "fiat" ou au culte du "crypto ".14

De toute évidence, "Honeybadger ne se soucie pas" de la plupart de ces attaques. Bitcoin poursuivra sa marche malgré tout, mais cela ne signifie pas que nous devons céder aux divers récits et encadrements mis en place par ceux qui veulent contrôler et opprimer (ou ceux qui veulent faire de l'argent rapidement). Le bitcoin est fait de personnes, et ce sont les personnes individuelles qui souffriront, que ce soit de réglementations à courte vue, de répercussions économiques, d'huile de serpent empoisonnée ou de commotions induites par le tapis.

Le bitcoin est un retour à la raison, qui fait cruellement défaut dans le monde fou de l'infini QE et des taux d'intérêt négatifs. La tragicomédie de notre système financier actuel se lit comme l'introduction d'un jeu télévisé : "A qui appartient le déficit ? Une économie où tout est inventé et où les points n'ont pas d'importance".

Les points de Bitcoin ont de l'importance, tout comme les mots que nous utilisons pour le décrire. Bitcoin est véridique et précis dans son discours, et nous devrions nous efforcer de l'être aussi.


Notes de bas de page

  1. M. Goldstein (2014). Everyone’s a Scammer
  2. “Les politiciens sont là pour vous donner l'idée que vous avez la liberté de choix. Ce n'est pas le cas. Vous n'avez pas le choix. Vous avez des propriétaires. Ils vous possèdent. Ils possèdent tout. Ils possèdent toutes les terres importantes. Ils possèdent et contrôlent les sociétés. Ils ont depuis longtemps acheté et payé le Sénat, le Congrès, les maisons d'état, les mairies. Ils ont les juges dans leurs poches et ils possèdent toutes les grandes entreprises de médias, donc ils contrôlent à peu près toutes les nouvelles et les informations que vous entendez. Ils vous tiennent par les couilles. Ils dépensent des milliards de dollars chaque année en lobbying. Du lobbying pour obtenir ce qu'ils veulent. Eh bien, nous savons ce qu'ils veulent. Ils veulent plus pour eux et moins pour les autres, mais je vais vous dire ce qu'ils ne veulent pas. Ils ne veulent pas d'une population de citoyens capables de pensée critique. Ils ne veulent pas de personnes bien informées, bien éduquées, capables de penser de manière critique. Cela ne les intéresse pas. Cela ne les aide pas. C'est contre leurs intérêts.” —George Carlin
  3. What is Free Software? par Free Software Foundation
  4. "Bitcoin est et a toujours été un logiciel libre et open-source. Il est publié sous la licence MIT. "Être open source signifie que n'importe qui peut examiner le code de manière indépendante. S'il était fermé, personne ne pourrait en vérifier la sécurité. Je pense qu'il est essentiel pour un programme de cette nature d'être open source." —Satoshi Nakamoto (2009)
  5. "Trois forks historiques qui mettent en œuvre ce que #ChangeTheCode préconise sont "Bitcoin Oil", "Bitcoin Stake" et "Bitcoin Interest". Voir cette discussion BitcoinTalk de 2018." See this BitcoinTalk discussion from 2018.
  6. Proof-of-stake souffre du problème du " rien en jeu ". "Vous ne perdez rien à vous comporter mal, vous ne perdez rien à signer chaque fork, votre incitation est de signer partout car cela ne vous coûte rien."
  7. “Proof-of-Work présente l'avantage de pouvoir être relayée par des intermédiaires non fiables. Nous n'avons pas à nous soucier d'une chaîne de contrôle de la communication. Peu importe qui vous dit que la chaîne est la plus longue, la preuve de travail parle d'elle-même..” —Satoshi Nakamoto (2010)
  8. Voir dergigi.com/pos pour comprendre pourquoi la preuve d'enjeu est et sera toujours un mécanisme de consensus défectueux.
  9. Parker Lewis (2019). Bitcoin Does Not Waste Energy
  10. Jonathan Bier (2021). The Blocksize War
  11. Allen Farrington (2020). Wittgenstein’s Money
  12. Michael Saylor, hope.com
  13. Alex Gladstein (2022), Check Your Financial Privilege. Voir aussi cette compilation de vidéos du Forum de la liberté d'Oslo 2022.
  14. Il convient de noter que "crypto" est une nouvelle attaque linguistique contre le bitcoin, donnant l'impression qu'il existe de nombreux autres projets intéressants, viables ou comparables. Cela ne pourrait pas être plus éloigné de la vérité. La quasi-totalité de la "crypto" est une escroquerie. Le mot "crypto" laisse également de côté l'autre moitié de ce qui fait fonctionner le bitcoin, à savoir la partie "écon". Après tout, le bitcoin est un système cryptoéconomique.

Conversations


Sauf indication contraire, le contenu de cet article est sous licence CC BY-SA 4.0