Vous Serez Facturé à La Fin

Bitboxer partage son point de vue sur le article de blog de deux conseillers de la BCE intitulé "Les coûts cachés du bitcoin pour la société sont énormes". Il démonte les fausses déclarations et affirmations de la BCE à l'aide de données factuelles.

Vous Serez Facturé à La Fin

Auteur: BitBoxer | Date originale: 31/03/2022 | Traduit par: Cyber Hornet | Medium (BitBoxer)

Le article de blog original intitulé "Abgerechnet wird am schluss - Bitcoins verdeckte kosten für die gesellschaft sind enorm" (il est réglé à la fin - les coûts cachés de Bitcoin pour la société sont énormes) par Jürgen Schaaf & Ulrich Bindseil de la "Banque centrale européenne" a été publié le 23 mars 2022. En réponse à ce billet de blog, BitBoxer analyse dans cet article le billet de blog des " Conseillers de la Banque centrale " selon son point de vue (une version de cette analyse par Bitboxer a été publiée à l'origine en allemand à Block-Height 729,858).

Définitions utilisées dans cet article

  • Bitcoin : Le mot Bitcoin, commençant par la lettre majuscule "B", est utilisé pour faire référence au réseau.
  • bitcoin : Le mot bitcoin, commençant par la lettre "b" minuscule, est utilisé pour faire référence à la pièce.
  • Exploitation minière : Il s'agit du processus utilisé par Bitcoin pour ajouter de nouvelles transactions à son registre.
  • Preuve de travail : La preuve de travail fait référence aux calculs mathématiques effectués par Bitcoin, pour permettre le consensus sur le réseau Bitcoin.
  • Récompense de bloc : Les mineurs sont payés avec la récompense de bloc pour sécuriser le réseau. Jusqu'en 2140, la récompense de bloc sera constituée des nouveaux bitcoins à distribuer et des frais de transaction des transactions incluses dans le bloc (frais payés par les utilisateurs pour inclure leurs transactions dans les blocs et les enregistrer dans le grand livre ouvert. Par la suite, les mineurs ne seront payés qu'avec les frais de transaction.
  • Hash : Une fonction de hachage cryptographique est une chaîne alphanumérique de longueur fixe générée de manière aléatoire à partir d'une entrée de longueur variable. La fonction de hachage SHA-256 est utilisée dans le réseau Bitcoin.
  • Nonce : Le nonce est une variable utilisée pour trouver la valeur de hachage dans la zone cible. L'abréviation signifie Number Once, c'est-à-dire un nombre qui n'est généré qu'une seule fois.

La première impression

Après avoir lu l'article du blog, j'ai le sentiment qu'il ne s'agit pas d'un article avec une approche scientifique écrit par les deux titulaires d'un doctorat (c'est-à-dire les auteurs de l'article du blog de la BCE). Ici, on a essayé d'induire en erreur le lecteur peu familier avec le bitcoin en utilisant des instruments de propagande du fond du tiroir à toutes les attentes et hypothèses existantes. Les affirmations du billet de blog proviennent de sources scientifiques douteuses et utilisent ou reflètent presque toujours des idées péjoratives et des faits négatifs sur le bitcoin. Même si les sources citées dressent un tableau différencié du bitcoin, le meilleur sentiment positif que les auteurs mettent en avant est une petite note annexe qui semble aussi neutre que possible. Honnêtement, la BCE affirme toujours qu'elle a commencé avec l'euro pour la libre concurrence et qu'elle ne devrait donc pas en avoir peur. Mais quand on lit le billet de blog, on a l'impression que la BCE n'est plus confiante et que la peur de la concurrence se glisse par toutes les fissures.

En outre, force est de constater que les deux auteurs n'ont aucune connaissance du bitcoin, ou tout au plus une connaissance rudimentaire. L'exemple le plus clair est le mot "Awards".

Depuis quand les "Awards" sont-ils attribués aux mineurs ? Dans le réseau Bitcoin, les mineurs reçoivent la récompense du bloc. Celle-ci se compose de la subvention de bloc (bitcoins nouvellement distribués) et des frais de transaction des participants au réseau.

Un gaspillage d'énergie et une pollution sans précédent

La toute première phrase du billet de blog de la BCE plante le décor : Bitcoin, le pollueur, sans aucun précédent. Belle entrée en matière, mais ce qui est livré ensuite n'est rien d'autre qu'un breuvage froid et insipide. Comme les critiques ne peuvent rien proposer de nouveau, la vieille comparaison familière "Bitcoin utilise autant d'énergie que le pays X", doit être utilisée à nouveau. Quels pays candidats avons-nous déjà eus ? - Les Pays-Bas, la Suisse et l'Argentine viennent rapidement à l'esprit. En raison des événements actuels, c'est l'Ukraine qui est à l'honneur cette fois-ci. Quel aperçu nous apporte une telle comparaison relative ? Examinons les données.

Les deux auteurs du billet de blog comparent la consommation d'électricité de l'Ukraine à celle du réseau Bitcoin. Quel résultat obtenez-vous lorsque vous comparez le réseau Bitcoin, avec sa consommation de 125 TWh, aux 124,5 TWh utilisés par l'Ukraine ? Exactement, aucun. Donc sans aucune préséance, juste en comparant deux chiffres aléatoires.

Il faut donc comparer d'autres chiffres clés pour comprendre à quoi cette énergie est utilisée. Le bitcoin utilise l'énergie électrique pour sécuriser le réseau, notamment l'historique des transactions et la propriété des bitcoins qu'il contient. Cela correspond actuellement à la valeur équivalente de 824 milliards de dollars américains (consulté le 29 mars 2022). L'Ukraine utilise l'énergie électrique et l'utilise indirectement pour la production d'une partie de son produit intérieur brut de 155,5 milliards de dollars US pour 2021. Il faut garder à l'esprit que l'Ukraine utilise d'autres sources d'énergie, comme le pétrole et le gaz, pour produire son produit intérieur brut. Il est impossible d'obtenir une ventilation précise de la source d'énergie qui représente la part maximale du produit intérieur brut.

Même si l'on tient compte de ces données supplémentaires, on constate que la comparaison relative de l'utilisation de l'électricité n'améliore pas les connaissances, mais est plutôt utilisée à des fins de manipulation. Faire de telles comparaisons relatives implique qu'une utilisation de l'électricité est bonne et que l'autre est mauvaise. Cependant, il s'agit d'une évaluation subjective d'un fait objectif basée sur des versions personnelles de ce qui est bon ou mauvais, qui dépend en outre du niveau personnel des avantages. Cela n'a de sens que si l'on compare la "consommation d'énergie" à la "quantité d'énergie produite dans le monde". Cela vous permet de déterminer objectivement la relation entre l'utilisation et la quantité produite. Si vous faites cela, vous vous rendez rapidement compte que le bitcoin utilise environ 0,14 % de l'énergie produite dans le monde, avec une utilisation de seulement 220 TWh. Si vous prenez la valeur de 125 TWh donnée par les deux auteurs et que vous supposez que la quantité d'énergie produite dans le monde est restée la même, alors le réseau Bitcoin a besoin d'environ 0,08%. Ces deux pourcentages sont des erreurs d'arrondi basées sur la quantité totale d'énergie produite dans le monde. Cependant, l'image ci-dessous fournit un autre fait très intéressant : la quantité d'énergie perdue en raison des inefficacités du système énergétique. Cela représente environ 32 %, ou, pour le dire autrement, les pertes d'énergie sont 227 à 400 fois supérieures à la quantité d'énergie utilisée par le réseau Bitcoin. Cela soulève la question de savoir qui est vraiment le gaspilleur et le pollueur d'énergie.

Consommation d'énergie du bitcoin par rapport à la quantité produite

En outre, il faut comprendre que l'industrie minière du bitcoin utilise le plus de sources d'énergie renouvelables par rapport à des pays entiers (comme le montre la représentation graphique ci-dessous).

L'utilisation des énergies renouvelables par Bitcoin

Vous trouverez ci-dessous une comparaison purement informative de la consommation d'énergie de Bitcoin par rapport à d'autres industries. Comme décrit plus haut, une telle comparaison peut être utilisée pour se faire une idée de l'utilisation de l'énergie, car chacune des industries présentées ici a ses avantages pour les gens et vous ne pouvez pas les opposer les unes aux autres.

La consommation d'énergie de Bitcoin par rapport à d'autres industries

On pourrait s'étonner que le texte ci-dessus mentionne deux valeurs différentes de consommation d'énergie pour le réseau Bitcoin, 125 TWh et 220 TWh. Il est important de se rappeler que la valeur de 125 TWh correspondait à la consommation d'énergie lorsque les mineurs chinois de Bitcoin étaient hors du pays. À ce moment-là, un maximum de 50 % du taux de hachage du réseau Bitcoin avait été temporairement perdu.

Si vous pensez maintenant que vous pouvez simplement extrapoler les valeurs d'utilisation de l'énergie dans le futur, vous devriez considérer que des institutions telles que le forum économique mondial l'ont déjà essayé et se sont ridiculisées jusqu'à l'os. Que s'est-il passé ? En 2017, le WEF a publié une étude selon laquelle le bitcoin consommera plus d'énergie en 2020 que tous les autres consommateurs d'énergie dans le monde réunis au cours de l'année 2017. Quelques chiffres : la consommation d'énergie mondiale en 2017 était d'environ 22.469 TWh, l'utilisation du réseau Bitcoin dans l'année cumulée en 2020 était d'environ 195 TWh, et la prévision était décalée d'un facteur d'environ 115.

Consommation nette d'électricité dans le monde en 2017
La consommation d'énergie de Bitcoin en 2020

Comment cela peut-il se produire ? En général, cet exemple montre où cela mène quelqu'un quand on pense linéairement dans un système non linéaire. Dans ce cas précis, les auteurs de l'étude du WEF avaient oublié que les améliorations de l'efficacité énergétique du matériel de minage de Bitcoin s'étaient améliorées de manière exponentielle. De 2009 à 2021, l'efficacité énergétique du matériel s'est améliorée de 40 000 %. Cela signifie que vous pouvez calculer plus de fonctions de hachage avec moins d'énergie.

Amélioration de l'efficacité énergétique du matériel d'extraction de bitcoins

Puis vient la masse de déchets électroniques et qui en est la source - M. Alex de Vries, qui est " aimé tendrement " par les bitcoiners, avec son site Digiconomist (un blog personnel aux noms multiples tels que " Dogeconomist ", " Digiconomist ").

Tout en citant cette source, il convient également de souligner qu'Alex de Vries est un analyste de données à temps plein travaillant pour la Banque centrale néerlandaise et payé par elle.

Une étude de de Vries affirme qu'une transaction en bitcoins utilise autant de matériel que deux smartphones. Cette affirmation est une variante recyclée de son affirmation selon laquelle une "transaction bitcoin utilise autant d'énergie que X". À la fin de ce chapitre, j'expliquerai cette affirmation plus en détail.

Pourquoi la masse de déchets électroniques est-elle factuellement fausse ? M. de Vries part arbitrairement du principe que la période d'amortissement du matériel est de 1,5 an et qu'après cette période, le matériel minier est mis au rebut. Cette affirmation n'a rien à voir avec la réalité de l'industrie minière du bitcoin. Les grandes sociétés minières américaines cotées en bourse supposent un amortissement financier de la machine sur 3 ans, ce qu'elles considèrent comme très prudent. Cette période d'amortissement est une hypothèse - car les sociétés cotées sont tenues de divulguer leurs calculs financiers. L'amortissement financier n'a rien à voir avec le fait que le matériel soit mis au rebut à la fin de cette période. Environ 25 % du matériel minier est encore constitué de machines Bitmain S9, qui ont maintenant 6 ans. En outre, il existe un important marché de l'occasion pour les anciennes machines qui peuvent encore être utilisées à la maison, par exemple. Si ces machines doivent être réparées, elles le seront. Même si les machines minières doivent être éliminées à un moment donné, presque toutes les pièces peuvent être réutilisées. Il s'agit principalement d'aluminium, de câbles en cuivre, de plastique pour les ventilateurs et les cartes de circuits imprimés principales avec les processeurs ASIC. Le matériel minier plus ancien devient moins économique à exploiter au fil du temps lorsque les prix de l'énergie sont élevés. Toutefois, si ces machines sont utilisées là où le prix de l'énergie est plus bas, elles peuvent continuer à fonctionner pendant de nombreuses années.

Cycle de vie du matériel minier Bitcoin

Les deux auteurs tentent ensuite de décrire la procédure de preuve de travail. Malheureusement, ils échouent. Les mineurs créent un bloc à partir des transactions qui se trouvent dans le mempool. Ce paquet est haché, puis le hachage du dernier bloc est pris (pour faire la chaîne) ainsi qu'un nonce. À partir de ce paquet, qui se compose des trois entrées, un hachage est à nouveau calculé. Si le hasard fait bien les choses avec l'aide du calcul mathématique, le mineur trouvera un hash dans la zone cible. Si cela échoue, seul le nonce est modifié et le processus recommence. Si le mineur a trouvé le hash dans la zone cible après les 10 minutes prévues, un paquet de l'entrée et de la sortie est envoyé au réseau. Les nœuds du réseau valident alors ce paquet et ce n'est qu'alors que le mineur reçoit la récompense du bloc à laquelle il a droit. Ainsi, il devrait être clair que la création et la validation d'un bloc relèvent de deux parties distinctes dans le réseau. Le hasard mathématique est nécessaire pour résoudre pratiquement le problème bien connu dans la technologie de l'information des "généraux byzantins". Il n'existe aucune autre méthode permettant de garantir la création d'un bloc toutes les 10 minutes dans un réseau décentralisé comptant un nombre inconnu de mineurs à un moment donné.

Toute personne qui pense maintenant à simplement acheter plus de matériel de minage pour obtenir beaucoup de bitcoins qui doivent encore être distribués (via les récompenses de bloc) devrait penser à l'ajustement de la difficulté de tous les blocs 2016. Ainsi, la botte de foin devient automatiquement de plus en plus grande à mesure que davantage de personnes tentent d'y trouver l'aiguille. Cela signifie que même si le prix du bitcoin continue à augmenter en termes de fiat, il est impossible de trouver plus de bitcoin. Cela ne s'est jamais produit auparavant.

Si vous voulez en savoir plus sur le bitcoin et savoir pourquoi seul le mécanisme de consensus proof-of-work peut conduire à un réseau décentralisé et résistant à la censure, je vous recommande le livre "Discovering Bitcoin" de Yan Pritzker.

Ensuite, le marteau du gaspillage d'énergie est à nouveau brandi. En termes purement physiques, l'énergie ne peut jamais être gaspillée, mais seulement convertie. Les deux auteurs de l'article du blog doivent également s'en tenir à la réalité de la thermodynamique. Que vous ayez un problème avec la consommation d'énergie est et reste un problème personnel.

Si vous demandez aux biologistes quand une espèce a évolué, c'est toujours uniquement parce que cette espèce a évolué et a développé la capacité d'exploiter plus d'énergie. Lorsque les humains commencent à dicter à d'autres humains la façon d'utiliser l'énergie ou même de la restreindre, l'humanité s'engage sur un chemin qui mène aux ténèbres.

Les auteurs ne reconnaissent absolument pas que les ressources énergétiques sont inégalement réparties dans le monde et que, malheureusement, elles ne se trouvent souvent pas à proximité des grandes agglomérations humaines. Ils ne reconnaissent pas non plus que les réseaux électriques et les générateurs sont toujours conçus pour une utilisation maximale, par exemple pendant la journée la plus chaude de l'année, lorsque la plupart des systèmes de climatisation fonctionnent et consomment un maximum d'énergie. Cependant, cela signifie inévitablement que le réseau énergétique n'est pas exploité au point de conception maximal pendant les 364 jours restants et qu'il est donc intrinsèquement inefficace. Maintenant, comme les auteurs, vous pouvez fermer les yeux sur cette inefficacité, ou vous pouvez l'utiliser, par exemple pour l'extraction de bitcoins. Il s'agit d'un acheteur constant d'énergie excédentaire dont la consommation peut varier rapidement.

Un bon exemple est que cette année, le réseau électrique du Texas ne s'est pas effondré pendant la tempête hivernale comme il l'avait fait l'année précédente. Que s'est-il passé ?

Les autorités responsables du Texas ont judicieusement reconnu que l'exploitation minière de Bitcoin agit comme un équilibreur de charge dans le réseau électrique, générant ainsi un approvisionnement plus important en électricité. L'année dernière, les centrales électriques mises en place comme réserve n'ont pas pu monter en puissance assez rapidement pour compenser l'effondrement de la production et l'augmentation de la demande. Le résultat a été dévastateur, le réseau électrique s'est effondré et des vies humaines ont été perdues en conséquence. Cette année, le Texas a bénéficié d'une réserve de production d'électricité qui a largement dépassé la demande. Le delta a été racheté par les exploitants de centrales minières. Lorsque la tempête hivernale est arrivée, les installations minières ont été fermées temporairement et rapidement. Cela a permis d'absorber le pic de la demande et la chute de certains producteurs. Le résultat est éloquent.

Vous pouvez maintenant ajouter le fait que vous pouvez également arrêter d'autres installations industrielles pour empêcher l'effondrement du réseau électrique dans un tel cas. Voici quelques chiffres qui montrent les possibilités sans perturber la production :

  • Une aciérie peut arrêter 96 % de sa charge pendant un maximum de 2 heures.
  • Une cimenterie peut arrêter 70 % de sa charge pendant un maximum de 3 heures.
  • Les plateformes d'extraction de bitcoins peuvent arrêter 97 % de leur charge indéfiniment.

Il faut également tenir compte de l'investissement en capital et de la consommation de ressources rares pour installer et relocaliser d'autres acheteurs d'énergie excédentaire, comme les fonderies d'aluminium. Ce dernier cas peut se produire si d'autres acheteurs arrivent sur le marché et sont prêts à payer plus cher l'électricité existante.

Réponse à la demande pour différents secteurs de l'industrie

Le seul souhait des auteurs dans ce paragraphe est que l'utilisation de l'énergie soit encore plus taxée. C'est pour le moins inhumain.

Ce que les deux auteurs n'abordent pas du tout, c'est que le minage de Bitcoin peut favoriser l'expansion des énergies renouvelables. C'est un fait que le vent n'est pas au plus fort lorsque la consommation d'énergie est la plus élevée. Cela nécessite la mise en place d'une surcapacité. La quantité d'électricité qui n'est pas achetée par d'autres consommateurs peut être achetée de manière très flexible par les mineurs de bitcoins. Ainsi, la surcapacité peut être exploitée de manière rentable et sans coûts élevés pour les autres consommateurs.

Vous pourriez maintenant objecter que l'on pourrait utiliser l'énergie excédentaire pour produire de l'hydrogène "vert". Il convient ici de se familiariser avec les électrolyseurs inefficaces qui sont nécessaires pour produire l'hydrogène "vert". En outre, il faut se demander qui est prêt à payer le prix fort pour des produits fabriqués à partir d'hydrogène "vert". Ces produits peuvent être fabriqués à moindre coût à proximité des centrales hydroélectriques suédoises, car il y a là un surplus constant d'énergie. Pour y parvenir, il serait possible d'accorder des subventions publiques pour ces produits ou d'introduire des barrières douanières intra-européennes.

Tout le monde devrait se demander comment les producteurs d'énergie éolienne vont survivre économiquement si la demande d'énergie éolienne ne peut être conciliée avec la demande du marché. Voici un exemple tiré de l'ouest du Texas, une région moins peuplée mais très ventée. Pour chaque heure vendue à 100 $ par MWh, il y avait 7 heures à 0 $ par MWh. S'il n'y a pas d'acheteur mobile pour cette énergie sur le marché, cela signifie :

  • soit l'opérateur fait faillite,
  • moins de centrales sont construites,
  • soit le client final est obligé de subventionner cette énergie directement ou indirectement.

Si vous souhaitez en savoir plus sur la question de la transmission et de la demande de suivi qui n'a pas suivi l'expansion de la production d'énergie éolienne et solaire au cours de la dernière décennie, je vous recommande ce fil Twitter.

Distribution des prix de l'énergie dans l'ouest du Texas

Les deux auteurs soulignent ensuite que les autorités suédoises de surveillance financière veulent interdire le minage de bitcoins, car les objectifs climatiques ne pourraient être atteints sans cette interdiction.

Cependant, les deux auteurs dissimulent soigneusement le fait qu'en réaction à cette déclaration, la société Vattenfall, contrôlée par l'État suédois, a contredit les déclarations de cette autorité deux jours plus tard et avait avancé les points suivants :

  • Que l'exploitation minière est un excellent " tampon " dans la production d'énergie, très utile pour la gestion contrôlable de la charge et un moyen de monétiser l'énergie excédentaire qui serait autrement perdue.
  • Le réseau électrique s'en trouve renforcé et non affaibli.
  • Si le régulateur financier et l'agence de protection de l'environnement suédois se préoccupaient de l'environnement, ce serait une mauvaise décision d'interdire l'extraction de crypto-monnaies ici (en Suède) où il y a - beaucoup d'énergie verte.
  • Que si les pays ayant un bon accès et une bonne infrastructure pour extraire de l'énergie sans fossile interdisaient le minage, ce qui impliquerait la migration vers des pays où il y a un risque que le minage se fasse avec de l'énergie fossile et donc avec plus d'émissions de CO₂. Une interdiction en Suède ferait plus de mal que de bien à la nature.

Comment en est-on arrivé à ce désastre de communication ? Apparemment, la déclaration des régulateurs s'est basée sur quelques recherches sur Google. Ce travail non scientifique des autorités suédoises constitue désormais la base d'une éventuelle réglementation en Europe.

Chacun peut avoir son opinion sur la négligence dont font preuve les décideurs politiques en Europe.

Dans ce chapitre, il faut reconnaître aux deux auteurs de l'article de blog le mérite d'avoir contourné une falaise qui a déjà jeté en pâture pas mal de critiques. Ils n'ont pas cité l'étude de Mora et al. de 2018, qui affirme que les émissions de bitcoin garantiront à elles seules une augmentation de la température mondiale supérieure à 2°C. Tout d'abord : le bitcoin lui-même ne provoque aucune émission. Celles-ci sont causées lorsque l'énergie est générée. Deuxièmement, si vous avez lu attentivement les paragraphes supérieurs de ce chapitre, vous devriez avoir des doutes considérables sur la manière dont le bitcoin pourrait y parvenir. Ce qui est très intéressant dans l'étude de Mora et. al, c'est qu'elle utilise comme référence, parmi d'autres sources, une étude de de Vries, A. Joule 2, 801-805 (2018) et le Bitcoin Energy Usage Index du site Digiconomist, publié en 2017.

Pour confirmer l'affirmation de Mora et. al, selon laquelle les "émissions de bitcoin à elles seules assureront une augmentation de la température supérieure à 2 °C", pour mener ad absurdum, voici une comparaison avec les émissions mondiales totales de CO₂.

Le total des émissions mondiales de CO₂ était de 36,4 milliards de tonnes en 2021, soit 36 400 mégatonnes.

La production d'énergie du réseau Bitcoin a l'empreinte carbone suivante :

  • Digiconomist, prédit environ 114 mégatonnes de CO₂, soit 0,3% du total des émissions mondiales.
  • Coin-Shares, prédit environ 41 mégatonnes de CO₂ ou 0,1% sur la base des émissions totales.

Comment quelque chose qui n'est qu'une erreur d'arrondi dans le total des émissions mondiales de CO₂ peut-il avoir un impact aussi important sur la température comme le postule l'étude de Mora et. al ?

Une explication possible est que cette étude n'a pas été écrite par Camilo Mora lui-même, mais par " des étudiants de premier cycle de l'Université d'Hawaï à Manoa ". "Si vous voulez en savoir plus sur cette comédie sordide, je vous recommande cet épisode du podcast.

La thèse de Mora et. al et l'étude de de Vries (2018) citée al est la thèse dans laquelle la consommation d'énergie du réseau Bitcoin a été exprimée en termes de " consommation d'électricité par transaction " et formulée de cette manière. Voici une citation de la conclusion.

Comme le réseau Bitcoin ne traite que 200 000 transactions par jour, cela signifie que la consommation moyenne d'électricité par transaction est d'au moins 300 kWh et pourrait dépasser 900 kWh par transaction d'ici la fin de l'année 2018.

Trois commentaires sur cette déclaration :

  • Premièrement, le réseau bitcoin utilise de l'énergie pour sécuriser le réseau contre les attaques, notamment l'historique des transactions et la propriété des bitcoins. Rien qu'avec ce fait, l'affirmation de la "consommation d'électricité par transaction" est scientifiquement indéfendable.
  • Deuxièmement, le réseau Bitcoin dispose désormais d'applications dites de couche 2, comme le réseau Lightning. Ce réseau est théoriquement capable d'exécuter jusqu'à 40 millions de transactions par seconde sans affecter la consommation d'énergie de la couche de base du bitcoin.
  • Troisièmement, M. de Vries a ensuite fait la déclaration suivante dans une interview :
Bien sûr, je suis d'accord pour dire qu'il est faux de dire que plus de transactions signifient automatiquement plus de consommation d'énergie.

Par ailleurs, en comparant l'indice énergétique du bitcoin des sites internet Digiconomist et Cambridge Centers for Alternative Finance (CCAF), les observations suivantes peuvent être faites :

  • À la fin de l'année 2017, Digiconomist a fait état d'une consommation d'énergie d'environ 37 TWh et le CCAF d'environ 40 TWh. Il s'ensuit que la CCAF a déclaré une valeur supérieure de 7,5 % pour la consommation d'énergie à ce moment-là.
  • À la mi-novembre 2018, Digiconomist a fait état d'une utilisation d'énergie d'environ 73 TWh, qui a chuté à environ 43 TWh à la mi-décembre. En comparaison, la CCAF-FCVI a indiqué une utilisation d'énergie de 52 TWh, qui a ensuite chuté à 37 TWh. Pour cette période, Digiconomist rapporte des valeurs de consommation supérieures d'environ 29% pour la mi-novembre et d'environ 14% pour le mois de décembre. Ces deux moments ont été choisis parce que c'est à ce moment-là que le marché du bitcoin est passé d'un marché haussier à un marché baissier. Cela a rendu le minage non rentable pour certains opérateurs, entraînant une réduction du taux de hachage et finalement de la consommation d'énergie.

On peut en déduire qu'il est toujours conseillé de consulter différentes sources sur l'utilisation de l'énergie, surtout pour une étude dont la thèse est aussi audacieuse que celle de Mora et. al.

Bitcoin-Consommation d'énergie, Digiconomist
Consommation d'énergie des bitcoins, CCAF

Cependant, ces deux graphiques révèlent un autre fait très intéressant. Au cours de la période allant de mai à décembre 2021, Digiconomist a signalé une augmentation constante de l'utilisation de 81 TWh à 201 TWh, cependant, au cours de la même période, la CCAF a connu une baisse significative de l'utilisation de l'énergie. Cette période a été choisie parce que les mineurs de bitcoins ont été interdits en RPC pendant cette période. Par conséquent, le taux de hachage a chuté d'environ 50 % au maximum. À partir de la fin de 2018, cela devrait indiquer une chute correspondante de l'utilisation de l'énergie. Pourquoi Digiconomist ne le mentionne-t-il pas ? Le site web Digiconomist publie la déclaration suivante :

Bien entendu, une baisse aussi importante du nombre de dispositifs actifs a également une incidence sur la consommation d'énergie du réseau. Malheureusement, on ne peut jamais dire exactement dans quelle mesure. Une baisse de 50 % de la puissance de calcul ne signifie pas nécessairement une baisse de 50 % de la consommation d'énergie.
Tout ajustement serait arbitraire en raison des difficultés rencontrées jusqu'à présent pour déterminer les impacts les plus probables sur la consommation d'énergie. C'est pourquoi aucun ajustement n'a été effectué pour refléter l'impact immédiat de l'interdiction.

Maintenant, on devrait se demander pourquoi la CCAF parvient à cartographier le fait physiquement requis qu'une réduction du taux de hachage s'accompagne d'une réduction de la consommation d'énergie du bitcoin et que Digiconomist ne le fait pas ? En outre, pourquoi Digiconomist a-t-il fait cela à la fin de 2018 ? Vous pouvez donc trouver plus de détails sur cette question ici.

Le danger de la redistribution de bas en haut

Les auteurs écrivent maintenant qu'il existe un consensus sur le fait que le bitcoin ne s'est pas imposé comme une monnaie. Il faut garder à l'esprit que deux économistes titulaires d'un doctorat écrivent ici et qu'ils ne semblent pas connaître la différence entre argent et monnaie. S'ils le savaient, ils auraient réalisé à quel point leur déclaration est absurde. Le bitcoin est de l'argent et non une monnaie.

Une monnaie est émise par un État, son utilisation est imposée par l'État par le biais de divers monopoles et elle a donc cours légal. L'argent est une forme de monnaie qui est largement acceptée par le marché et qui est très liquide. L'argent peut, mais ne doit pas nécessairement, être une monnaie.

Pour voir comment le bitcoin se compare à d'autres moyens de paiement, vous devez le comparer à d'autres en fonction de diverses caractéristiques.

L'un des plus grands gestionnaires de patrimoine au monde, Fidelity, a publié il y a quelque temps une étude intitulée "Bitcoin Avant Tout", dont j'ai tiré le graphique suivant. En l'état actuel des choses, le bitcoin est le grand vainqueur des monnaies fiduciaires en termes de propriétés monétaires. Il est très surprenant de voir comment les deux auteurs sont arrivés à leur conclusion.

Comparaison des bitcoins, de l'or et des monnaies fiduciaires dans différentes propriétés

On peut maintenant affirmer que le bitcoin est volatile. Il convient de rappeler ici que le bitcoin évolue en tant que monnaie et qu'il doit passer par plusieurs étapes avant de devenir un moyen d'échange général et une unité de compte. Vijay Boyapati a décrit quatre étapes dans son article "The bullish case for bitcoin". Un bien qui va se transformer en monnaie doit passer par ces étapes :

  1. collectionnable ;
  2. réserve de valeur ;
  3. moyen d'échange ;
  4. unité de compte.

Le bitcoin est sur le point de passer par la deuxième étape de ce développement. Au fur et à mesure de l'évolution du bitcoin, sa volatilité diminuera, mais sa valeur mesurée en fiat augmentera également.

Une explication possible de la raison pour laquelle tant de personnes ont des difficultés avec le bitcoin est que le bitcoin est en train de devenir une monnaie à part entière en l'espace d'une, ou au maximum deux générations humaines. À titre de comparaison, l'or a eu besoin d'environ 5000 ans pour cela.

Au cours des 13 années d'histoire du réseau Bitcoin, il a toujours été démontré que, mesuré en monnaie fiduciaire sur une période maximale de 4 ans, on n'a jamais subi de perte. Comme l'effet de réseau augmente continuellement d'année en année, on peut supposer qu'il en sera de même à l'avenir. Ce qui frappe une fois de plus, c'est que le bitcoin est mal présenté et que pas un mot n'est dit sur les faiblesses de la comparaison du côté du système fiat. Il convient toutefois de rappeler que l'euro n'a cessé de perdre du pouvoir d'achat depuis sa création. Il a perdu 32% de son pouvoir d'achat depuis le début. Si l'on considère le dollar américain, 100 dollars américains de 1913 ne valent plus que 3,87 dollars américains aujourd'hui. Cela représente une perte de 96,13% de son pouvoir d'achat.

Perte du pouvoir d'achat du dollar américain de 1913 à 2019

Se pourrait-il que les deux auteurs tentent désespérément de détourner l'attention des faiblesses évidentes du système de monnaie fiduciaire ?

Vient maintenant l'argument spéculatif. Le bitcoin n'est qu'un investissement spéculatif et la bulle va bientôt éclater. Le réseau Bitcoin existe depuis 13 ans, sans PDG et sans département marketing pour distribuer des brochures colorées et fantaisistes. Comparé à l'euro lui-même, qui n'existe que depuis 22 ans. Néanmoins, il est passé de zéro euro à une valeur marchande d'environ 741 milliards d'euros et la bulle ne veut tout simplement pas éclater, même si les deux auteurs le souhaitent. La question du pourquoi se pose ici.

Cela est dû à l'effet de réseau : à mesure que de plus en plus de personnes choisissent d'utiliser le bitcoin volontairement, le réseau se renforce et devient donc plus attrayant pour d'autres personnes qui pourraient peut-être aussi l'utiliser volontairement à l'avenir.

Cet effet est comparable à la croissance d'Internet, du courrier électronique et de divers services de messagerie. On peut maintenant affirmer qu'un autre bitcoin plus performant est tout simplement en cours de développement. Bitcoin est un logiciel libre et peut être copié et modifié par quiconque le souhaite. Pour ceux qui veulent encore essayer, plusieurs personnes ont pensé la même chose et plus de 60 projets ont tous plus ou moins échoué. Ce qui ne peut pas être copié, ce sont les utilisateurs du réseau. Un utilisateur de Bitcoin n'utilisera un autre réseau de paiement que si celui-ci est au moins 10 fois meilleur dans la somme de ses propriétés individuelles. Par exemple, rappelez-vous la dernière fois que vous avez complètement changé de service de messagerie.

Si vous comparez les taux d'adoption entre l'Internet et le réseau bitcoin, vous pouvez constater qu'ils sont en phase. On peut le voir très clairement dans le graphique suivant, tiré du magazine de recherche "Concept" de la Deutsche Bank. Il se trouve à la page 60 de ce magazine.

Comparaison entre l'Internet et le taux d'adoption du bitcoin

Le graphique suivant donne un bon aperçu des taux d'adoption de Bitcoin ; 32,7 millions de personnes dans le monde utilisent actuellement le réseau Bitcoin.

Chronologie du prix et de l'adoption du bitcoin.

Si vous pensez avoir raté le coche, je peux vous assurer que ce n'est pas le cas. L'adoption du réseau Bitcoin ne fait que commencer, comme le montre le graphique ci-dessous. Ce graphique est tiré de l'article de Davethewave intitulé "Mass Adoption, and the S Curve". Un autre article très lisible que je peux vous recommander est "Speculative Bitcoin Adoption/Price Theory" par Michael B. Casey.

Comparaison de l'adoption de différentes technologies avec le bitcoin

Les deux auteurs avancent ensuite l'argument selon lequel la cohésion sociale serait définitivement perturbée. Le raisonnement est que les personnes qui ont ensuite rejoint le réseau ont subi des pertes. Comme nous l'avons vu plus haut, il a fallu un maximum de 4 ans en termes de possession de bitcoins, pour même envisager une quelconque perte en termes de monnaie fiduciaire.

Maintenant, la question se pose : qu'est-ce qui a des conséquences plus graves pour la perturbation durable de la cohésion sociale ? Que les gens rejoignent volontairement un autre réseau monétaire non contrôlé par la banque centrale ? Ou l'expansion irresponsable de la masse monétaire dans le système bancaire, qui montre ensuite ses effets socialement destructeurs dans l'effet Cantillon, la surexploitation des ressources, l'inflation du prix des actifs et la perte du pouvoir d'achat de la monnaie nationale ?

Pour moi, la perte progressive et régulière du pouvoir d'achat a l'effet le plus corrosif et le plus durable sur la cohésion sociale. Car elle pousse de plus en plus les personnes qui vivent au bas de l'échelle de notre société dans le coin de la détresse existentielle et rend la vie et la participation à la société de plus en plus difficiles.

La dévaluation du pouvoir d'achat est le véritable monstre froid qui soutient l'État et vole les gens en secret, froidement et durablement.

Comment la répartition des richesses a-t-elle évolué au fil du temps ? D'un côté, il y a le système fiduciaire qui a vu le jour après la levée de l'ancrage de l'or en 1971. De l'autre côté, le réseau Bitcoin existe depuis 2008. Ce que vous pouvez très bien voir dans les deux graphiques ci-dessous, c'est que dans le système fiat soutenu par l'État, les 0,1 % des personnes les plus riches s'enrichissent. Dans le réseau Bitcoin, en revanche, la proportion d'adresses possédant de nombreux bitcoins, appelées baleines, diminue constamment et régulièrement.

Répartition de la richesse des ménages américains
Distribution des bitcoins dans le réseau bitcoin

Vous trouverez ci-dessous un autre aperçu qui soutient l'argument selon lequel, avec le temps, les bitcoins passeront des grandes adresses aux petites.

Répartition entre les différentes classes du réseau Bitcoin

L'aperçu suivant montre la dénomination des adresses dans l'écosystème Bitcoin.

Nommage des différentes classes dans le réseau Bitcoin

Voici un aperçu similaire, mais qui montre la distribution en pourcentage des tailles d'adresses dans l'écosystème Bitcoin.

Répartition en pourcentage des différentes classes dans le réseau Bitcoin

Si l'on observe la répartition des richesses entre les différentes couches de la population dans un système de monnaie d'État adossé ou non à l'or, appelé étalon fiat, il est facile de voir où se situe le problème. L'expansion de la masse monétaire dans l'étalon fiat sans que le papier-monnaie ne soit adossé à de l'or, plus l'effet Cantillon, assure un transfert de richesse du bas vers le haut. Ce transfert est créé et soutenu par des institutions publiques telles que la banque centrale et le système bancaire subordonné.

La répartition des revenus aux États-Unis

La question suivante se pose alors. Pouvons-nous blâmer les plus riches pour la répartition inégale des richesses ? Je pense que non, il y avait, il y a et il y aura toujours des différences dans la société. Comme le montre la figure ci-dessus, avant l'abolition de l'étalon-or, la croissance de la richesse au sein de la population était répartie de telle sorte que les sections les plus pauvres de la population ont pu augmenter leur richesse davantage en termes de pourcentage que les sections les plus riches de la population. À mon avis, l'augmentation disproportionnée de la richesse des personnes les plus riches dans l'étalon fiat est un symptôme, pas la cause. Celle-ci doit être recherchée dans le système financier sous-jacent. Un candidat possible pour cela est l'expansion de la masse monétaire. Maintenant, la question suivante doit être posée : comment l'expansion de la masse monétaire est-elle assurée ?

Une explication possible est que les personnes les plus riches possèdent des actions, des biens immobiliers et des entreprises. Ces biens ont une chose en commun : ils sont rares. Cela signifie qu'ils ne peuvent pas être reproduits facilement, arbitrairement et à faible coût. Au fur et à mesure que la masse monétaire disponible sur le marché s'accroît et qu'elle rencontre ces biens rares, le prix que l'on doit payer pour ces biens rares ne peut qu'augmenter. Voici quelques images qui illustrent cela, en prenant l'exemple des États-Unis.

Répartition des richesses aux États-Unis
Composition de l'actif
Répartition de la richesse entre 1990 et 2020

La question suivante se pose alors inévitablement. Un actionnaire peut-il ajouter de la valeur lorsqu'une masse monétaire en constante expansion rencontre cette denrée rare ? Si l'on observe l'évolution de l'indice boursier S&P 500 mesuré en masse monétaire M2 en dollars américains depuis 1997, on ne peut qu'arriver à la conclusion suivante. Les actionnaires, s'ils ont acheté au bon moment, ont pu augmenter leur richesse, d'autres l'ont maintenue, et d'autres encore ont subi une perte.

S&P 500 mesuré en dollar US M2 masse monétaire

Si vous comparez le graphique du haut avec celui du bas, vous pouvez voir un semblant qui nous donne l'illusion de quelque chose qui n'existe pas, l'augmentation de la prospérité des actionnaires. Le graphique ci-dessous montre le même indice boursier S&P 500, mais cette fois-ci mesuré en dollars américains. Ce que l'on peut voir ici, c'est que quel que soit le moment où vous avez investi votre argent durant cette longue période, vous avez toujours pu bénéficier d'une hausse des cours.

S&P 500 mesuré en dollars US

On pourrait penser que l'on aurait préféré miser sur l'or ou l'immobilier, mais là aussi, mesurées en termes de masse monétaire M2, les courbes de ces classes d'actifs sont presque plates, voire légèrement négatives. Ce qui est intéressant à voir, c'est que seul le bitcoin a été capable d'ajouter de la valeur, mesurée par l'expansion de la masse monétaire. Pourquoi ? L'argent le meilleur, le plus dur et le plus rare l'emportera, même si les économistes "traditionnels" ne veulent pas l'admettre.

Diverses classes d'actifs mesurées en masse monétaire M2 dollars US

Les graphiques ci-dessus se réfèrent à la période allant de 1997 à aujourd'hui, comment était-ce avant ? Les graphiques suivants montrent l'évolution de l'ensemble du marché boursier américain, mesurée en masse monétaire M2, de 1971 à 2022.

En janvier 1971, le rapport entre les deux était de 1,38. En février 2022, ce rapport est passé à 2,03. Cela signifie que la valeur marchande de l'ensemble du marché boursier américain a augmenté à un rythme de 0,012 par an. Sur l'ensemble de la période de 51 ans, le ratio est passé de 0,65.

Que s'est-il passé en 1971 ? Le président américain Richard Nixon a temporairement supprimé la garantie or du dollar américain.

Valeur marchande de l'ensemble du marché boursier américain mesurée en masse monétaire M2, janvier 1971
Valeur de marché de l'ensemble du marché boursier américain mesurée en masse monétaire M2, février 2022

Comme le montrent les deux graphiques ci-dessus, après l'éclatement de la "bulle Internet", le marché boursier américain n'a pu enregistrer aucune valeur ajoutée par rapport à la masse monétaire M2. Comment cela a-t-il pu se produire ? C'est là que l'assouplissement quantitatif de la politique monétaire entre en jeu. Ce n'est rien d'autre qu'un euphémisme pour désigner une forme non conventionnelle d'expansion de la base monétaire, ou de la masse monétaire, par la banque centrale.

S&P 500 et les principaux actifs des banques centrales, y compris l'assouplissement quantitatif

On pourrait objecter que les unités monétaires nouvellement créées à faible coût s'infiltrent dans le système et entrent à un moment donné dans le cycle économique. Cependant, si l'on compare la masse monétaire M2 et la vitesse de circulation du dollar américain, on constate que ce n'est pas le cas. L'argent nouvellement créé est directement investi dans des placements tels que les actions, l'immobilier, l'or, etc.

Dollar américain, masse monétaire M2 et vélocité de la masse monétaire M2

Puisque beaucoup de choses ont été écrites sur la masse monétaire M2 et sa croissance dans cet article, voici quelques détails.

La masse monétaire M2 pour le dollar américain a les valeurs suivantes :

  • en janvier 1971, elle était de 632,9 milliards (US : trillion) de dollars US ;
  • en janvier 1997, elle était de 3.834,6 milliards (US : trillion) de dollars US ;
  • en janvier 2022, elle était de 21 728,8 milliards (trillions) de dollars US.

Il s'ensuit que cette masse monétaire a eu un taux de croissance annuel composé d'environ 7,2% sur la période de 51 ans, y compris les 25 dernières années.

À titre de comparaison, le produit intérieur brut américain de 1997 à 2022 présente les valeurs suivantes :

  • En 1997, il était de 8 577,55 milliards de dollars ;
  • En 2021, il était de 24 796,08 milliards de dollars.

Cela équivaut à un taux de croissance annuel composé d'environ 4,3 % du produit intérieur brut américain pour les 25 dernières années.

Quelle est la situation dans la zone euro ? La masse monétaire M2 de la zone euro présente les valeurs suivantes :

  • En 2009, elle était de 8 208,8 milliards d'euros ;
  • A la fin de 2021, elle était de 14 692,6 milliards d'euros.

Il s'ensuit que sur une période de 12 ans, cette masse monétaire a connu un taux de croissance annuel composé d'environ 5 %.

À titre de comparaison, le produit intérieur brut de la zone euro présente les valeurs suivantes :

  • En 2009, il était de 9,27 trillions d'euros ;
  • En 2021, il était de 12,26 trillions d'euros.

Cela se traduit par un taux de croissance annuel composé d'environ 2,4 % du produit intérieur brut de la zone euro au cours des 12 dernières années.

Maintenant, la dernière question pour ce chapitre. Quel système est le plus juste à long terme ?

Que chacun se fasse une opinion sur la base des arguments présentés dans ce chapitre.

Depuis la naissance du système fiduciaire, la masse monétaire M2 a augmenté plus rapidement que le produit intérieur brut et assure l'inflation du prix des actifs. Comme nous l'avons mentionné plus haut dans ce chapitre, ceux qui possèdent des biens rares tels que des actions, des biens immobiliers et de l'or peuvent éventuellement compenser la croissance de la masse monétaire et cela correspond à l'illusion que les personnes les plus riches peuvent accroître leur richesse plus rapidement.

Pour moi, il est clair que le réseau bitcoin se développe dans la bonne direction, et comment les bitcoins sont distribués au sein du réseau. Ce qui a également un sens physique, la distribution a toujours lieu dans un système fermé. L'accumulation ne peut se produire que si vous fournissez de l'énergie, ou si vous échangez vos fiats contre des bitcoins. Vous pouvez également effectuer un travail demandé par un marché libre et être récompensé en bitcoins. Une autre option consiste à devenir un mineur de bitcoins. Si vous ne produisez rien qui soit demandé, vous ne pouvez qu'épargner ou consommer vos bitcoins. Toutefois, lorsque vous épargnez, vous devez gagner votre vie à partir d'autres sources, sinon vous mourrez inévitablement de faim.

Cependant, je ne veux pas clore le chapitre sans remercier les deux auteurs de ne pas avoir avancé l'argument de la "tulip mania". Pour ceux qui veulent apprendre pourquoi la "tulip mania" - qui est toujours utilisée par les sceptiques du bitcoin - n'a jamais existé en réalité, je recommande le merveilleux article de Lorraine Boissoneault "There Never Was a Real Tulip Fever" dans Smithsonian Magazine.

Financement des activités criminelles, des organisations terroristes et des États voyous

Dans ce chapitre du billet de blog, les deux auteurs postulent que le réseau Bitcoin est devenu le véhicule de prédilection des activités criminelles pour blanchir de l'argent ou pour d'autres activités illégales. Si vous aviez un peu plus de connaissances sur le réseau Bitcoin, vous vous rendriez compte que cette affirmation est absurde. Le réseau Bitcoin fonctionne de manière pseudonyme. Cela signifie que lorsque les adresses sont créées, leurs propriétaires ne sont pas connus. Cependant, toutes les transactions entre ces adresses sont stockées dans le grand livre du réseau Bitcoin (un registre public de toutes les transactions) et sont accessibles à tous tant que le réseau Bitcoin est opérationnel. En comparaison, l'"argent" du système fiduciaire fonctionne de manière anonyme, ce qui signifie qu'il est très difficile, voire impossible, de comprendre comment et où l'argent circule. Sur la base de cette simple comparaison, cela devrait être clair pour tout le monde.

J'ai écrit plus haut que les détenteurs de l'adresse ne sont pas connus, mais ce n'est que la moitié de la vérité. L'adresse est générée de manière anonyme, mais dès que cette adresse entre en contact avec le monde extérieur, c'est-à-dire le système Fiat, elle peut être associée à des noms réels grâce aux directives KYC ("Know Your Customer"). Grâce à cette connexion, presque tous ceux qui ont eu l'intelligence d'utiliser le réseau Bitcoin pour leurs activités illégales ont été traqués sur le long terme.

L'une des sources permettant de connaître la proportion de transactions illégales en bitcoins est la société Chainalysis, très impopulaire parmi les bitcoinistes. Dans leur dernier rapport "Crypto Crime", ils soulignent que dans l'ensemble de l'écosystème cryptographique, 14 milliards de dollars US proviennent d'activités illégales en 2021, un pourcentage qui représente 0,15% du volume transactionnel total. Puisque le bitcoin fait partie de l'écosystème, ces valeurs doivent encore être mises à l'échelle et mettre en évidence quel pourcentage de ce 0,15% correspond au bitcoin. Enfin, le graphique de domination du bitcoin peut être utilisé pour faire une déclaration significative. La part du bitcoin a varié autour de 40 %, contre 70 % en 2021. Par conséquent, on estime qu'absolument 5,6 milliards de dollars (en termes de domination de 40 %) à 11,9 milliards de dollars (en termes de période de domination de 70 %) ont été utilisés à des fins illégales via le réseau Bitcoin. En termes de pourcentage, cela représente 0,06 % à 0,105 % du volume total des transactions.

Pourcentage de transactions illégales
Part de Bitcoin dans le marché total

Pour pouvoir juger de ce fait, ces valeurs doivent être placées en relation avec le système Fiat. Il est donc logique de consulter un rapport des Nations Unies sur l'estimation des dommages causés par l'évasion fiscale, le blanchiment d'argent et la corruption. Je me permets de citer ici un paragraphe entier de ce rapport. Que chacun puisse s'en faire une idée et y réfléchir.

Selon le rapport, les gouvernements sont incapables de se mettre d'accord sur le problème ou la solution, tandis que les ressources qui pourraient aider les pauvres du monde sont drainées par l'abus d'impôts, la corruption et la criminalité financière. Les estimations comprennent :

- 500 milliards de dollars de pertes pour les gouvernements chaque année en raison du transfert de bénéfices des entreprises ;

- 7 000 milliards de dollars de richesses privées cachées dans des paradis fiscaux, 10 % du PIB mondial étant détenu à l'étranger ;

- un blanchiment d'argent d'environ 1 600 milliards de dollars par an, soit 2,7 % du produit intérieur brut mondial.

Une autre source permettant de deviner l'ampleur du problème des transactions illégales dans le système fiat est une méta-analyse de diverses études. Celle-ci montre que les activités illégales représentent en moyenne 3,6 % (avec une fourchette de 2,3 % à 5,5 %) du produit intérieur brut mondial. Pour 2009, ce chiffre était de 2,1 trillions de dollars américains. Pour avoir une idée de l'échelle, c'est le produit intérieur brut cumulé de l'Australie, du Canada, du Danemark, de la Norvège, de l'Arabie saoudite, de Singapour, de l'Espagne et de la Suisse.

Aperçu des dommages causés par les transactions illégales dans le système fiat

Maintenant, comparons les deux systèmes. Pour ne pas rendre les choses trop désastreuses pour le système fiat, j'ai juste pris le chiffre du blanchiment d'argent du rapport de l'ONU, qui est de 1,6 trillion de dollars US. Les 11,9 milliards de dollars US ont été utilisés pour des transactions illégales sur le réseau Bitcoin. Cela signifie que 134,45 fois plus d'argent est utilisé à des fins illégales dans le système fiat.

On pourrait maintenant arguer que le produit intérieur brut mondial est plus élevé que le volume des transactions en bitcoins. Si l'on compare les deux systèmes en termes de pourcentage, dans le système Fiat, 2,7 % du produit intérieur brut mondial est utilisé à des fins illégales, tandis que dans le réseau Bitcoin, les transactions liées à des fins illégales représentent un maximum de 0,105 % du volume transactionnel. Cela signifie que 25,7 fois plus d'argent est utilisé à des fins illégales dans le système Fiat.

Vient maintenant le détail factuel désastreux. Le taux d'élucidation de la directive AML ("Anti Money Laundering"), qui a été spécialement créée pour mieux élucider les flux d'argent illégal dans le système Fiat, est un incroyable 0,2%. En prenant les 1,6 trillions de dollars américains pour le blanchiment d'argent du rapport de l'ONU, les criminels ont pu garder les 1,599 trillions de dollars américains. Cela signifie que dans le système Fiat, les criminels peuvent garder 134,37 fois plus de dollars US que la valeur totale du réseau Bitcoin utilisé pour les activités illégales.

Taux de réussite de la politique de lutte contre le blanchiment d'argent

Qu'en est-il de l'autre arme contre les transactions illégales dans le système fiduciaire, la fameuse politique de connaissance du client (KYC) ? Voici quelques faits :

  • Qu'a-t-elle apporté ?
    Presque rien, voir le résultat de l'AML.
  • Qu'est-ce que cela coûte à l'utilisateur ?
    Toutes ses informations privées doivent être divulguées lors de son inscription. Là encore, ces données constituent un pot de miel pour les pirates informatiques, qui parviennent souvent à les pirater et à les vendre. Ce sont les utilisateurs qui sont responsables des dommages, et non les institutions et entreprises qui conservent ces données.
  • Combien cela coûte-t-il aux entreprises ?
    Le coût total de cette politique est estimé à 2 000 milliards de dollars par an. Cela représente environ 2 % du produit intérieur brut mondial. Qui supporte les coûts ? Les utilisateurs doivent payer des prix plus élevés pour tous les biens de consommation.
  • Cette politique stimule-t-elle l'innovation des entreprises ?
    Non, l'effort administratif augmente et le pouvoir d'innovation diminue.
  • Quels en sont les effets secondaires dans les pays du tiers monde ?
    Cette politique tue des gens que nous devrions aider. Que se passe-t-il si un pays se retrouve sur la liste des pays non conformes et que les banques refusent de transférer de l'argent vers ces pays pour que les gens là-bas puissent acheter de la nourriture ou des médicaments ? Tout le monde peut imaginer cela.
  • Que fait cette politique ?
    Un système de surveillance mondial qui restreint massivement et de manière permanente notre liberté. Nous abandonnons notre liberté pour un gain de sécurité ridicule.

Si vous voulez en savoir plus sur les directives AML et KYC, vous devriez lire cet article de CoinDesk et suivre le Dr Ron Paul sur Twitter (@ronpaul).

Selon les deux auteurs de l'article du blog, " le bitcoin a fait ses preuves comme moyen de paiement à des fins criminelles ". Honnêtement, je ne sais pas quoi dire d'une telle déclaration de la part de deux représentants rémunérés du système Fiat, compte tenu des faits. Ici, des tentatives désespérées sont faites pour détourner l'attention de tous sur le véritable mal dans le monde.

On cite ensuite une étude selon laquelle 90 % des transactions du réseau Bitcoin sont utilisées à des fins illégales. Nous avons ici une étude de scientifiques et de l'autre côté, nous avons les données de Chainalysis. Chainalysis, une entreprise qui travaille pour le gouvernement américain et d'autres gouvernements dans le monde entier et qui est le premier choix lorsqu'il s'agit d'enquêter sur des activités illégales dans l'espace crypto. Alors, à qui faire confiance ?

Pour moi, il est clair que la source à laquelle je fais le plus confiance est celle des personnes qui travaillent quotidiennement dans ce domaine et qui le connaissent bien.

Dans les paragraphes suivants, les auteurs montrent à nouveau que leur connaissance du bitcoin ne peut être décrite que comme insuffisante. Je le répète encore une fois : Bitcoin fonctionne de manière pseudonyme et non anonyme, il y a une énorme différence. Ils essaient également d'effrayer le lecteur en lui disant que 2 millions de dollars ont été confisqués par le gouvernement américain sur des comptes crypto attribués à des organisations terroristes. Si l'on se souvient des chiffres du tableau de la domination du bitcoin, la part était comprise entre 40 et 70 %. Cela signifie que la part de bitcoin mise à l'échelle peut être estimée à environ 0,8 à 1,4 million de dollars. Si l'on compare ce chiffre aux sommes indiquées dans le rapport de l'ONU mentionné ci-dessus et que l'on se souvient du taux d'élucidation de la directive AML, on peut constater la différence factuelle.

Ce qui est frappant ici, c'est que les auteurs veulent mettre le bitcoin sous un mauvais jour et citent toujours "crypto". Si vous voulez seulement critiquer le bitcoin, alors prenez la peine de calculer la part des bitcoins. Pourquoi ne le font-ils pas ? Trop paresseux, trop incompétents ou cela ne fait tout simplement pas partie de leur programme ? Soyons honnêtes : on peut s'attendre à un travail un peu plus scientifique de la part de deux hommes chevronnés titulaires d'un doctorat.

Enfin, il est ensuite supposé que les sanctions peuvent être contournées à l'aide de "crypto-actifs". Là encore, on mélange deux faits et on joue avec l'ignorance du lecteur au sujet des sanctions ou, pire encore, les deux auteurs n'ont pas compris ce fait eux-mêmes. En résumé : si une sanction initiée par les États-Unis est imposée à des personnes physiques ou morales, les noms de ceux qui sont sanctionnés se retrouvent sur une liste. Toute personne morale ou physique qui fait néanmoins du commerce avec les personnes sanctionnées et les aide à éviter les sanctions se retrouve sur la même liste. Par conséquent, cette entreprise est alors exclue du commerce international. Peu importe la manière dont la marchandise est payée, c'est-à-dire en Fiat, Bitcoin, crypto, or ou autre. On peut supposer que les deux auteurs essaient d'imputer quelque chose au seul bitcoin. Bitcoin est un outil, qui est neutre. Les gens peuvent l'utiliser pour le bien ou le mal.

Conclusions

La bulle du bitcoin va-t-elle vraiment éclater ? Même de nombreux économistes respectés, dont les lauréats du "Prix de la Banque nationale de Suède en économie en mémoire d'Alfred Nobel", se sont ridiculisés avec une thèse aussi abrupte.

Pour ceux qui spéculent sur la survenue d'un tel événement, sachez que le niveau d'endettement mondial du système de monnaie fiduciaire a atteint son plus haut niveau depuis 50 ans. En 2020, celle-ci a atteint 256 % du produit intérieur brut mondial. En se basant sur les faits suivants :

  • les presses à imprimer ne se sont pas arrêtées en 2021 non plus ;
  • au début de 2022, de nouvelles crises mondiales ont éclaté ;
  • et leurs effets sont déjà visibles à l'horizon ;

Il est s peu probable que nous assistions à une lente croissance de la dette mondiale en raison de la spirale de mort de cette bulle Fiat. Que se passera-t-il lorsque la bulle Fiat éclatera à cause de sa croissance illimitée. Quels seront les dommages subis par la société et l'environnement en conséquence ?

S'ils stoppent l'expansion monétaire ou augmentent les taux d'intérêt pour freiner l'inflation, nous en verrons les conséquences sur les marchés boursiers, immobiliers, de l'or et bien sûr du bitcoin. La question est la suivante : aurons-nous simplement une récession ou une dépression ? La douleur s'apparente à celle d'un toxicomane qui se débarrasserait de ses médicaments et se ferait soigner d'un coup sec.

Statut de la dette dans le système fiduciaire

Bien sûr, si vous travaillez et êtes payé par une banque centrale et que vous vivez dans un pays du premier monde où le système monétaire centralisé fonctionne, vous n'avez peut-être pas la capacité mentale d'imaginer qu'un système monétaire décentralisé et résistant à la censure comme le bitcoin a une quelconque utilité. Les personnes qui adhèrent à cette attitude devraient se demander pourquoi les taux d'adoption du bitcoin sont les plus élevés dans les pays qui ne disposent pas d'un système monétaire central opérationnel et qui sont également loin d'une démocratie stable ?

Rappelons l'article 1 de la Déclaration universelle des droits de l'homme :

"Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent se traiter mutuellement dans un esprit de fraternité."

Sur la base de ce seul fait, chaque personne devrait être libre de choisir le système monétaire qu'elle souhaite utiliser volontairement. Il est ainsi libre de choisir dans quel système il veut économiser son temps de travail non utilisé ou comment il veut payer les biens qu'il doit consommer.

Ma conclusion de l'article
Selon les deux auteurs, le bitcoin serait à l'origine de nombreux dégâts sociaux. Dans cet article, j'ai essayé de générer quelques angles différents sur cette affirmation. Le lecteur doit se forger son propre jugement pour savoir lequel des deux systèmes cause le plus de dommages à la société et à l'environnement.

Je tiens à remercier expressément les deux auteurs de l'article du blog pour avoir proposé le titre "Vous Serez Facturé à La Fin" ; je n'aurais pas pu mieux le choisir.

Si vous êtes arrivés jusqu'ici, une dernière requête à la fin : J'ai donné ici mon point de vue sur les choses. L'adage "Don't trust, verify" bien connu dans le domaine du bitcoin s'applique également à cet article. Veuillez vous lancer dans votre propre voyage, il y a de nombreuses branches dans cet article, suivez ces chemins à la recherche de la vérité.

Je voudrais terminer cet article par une citation d'Alice au pays des merveilles de Lewis Carroll :

"Ceux qui suivent le lapin blanc voient le pays des merveilles de la réalité avec de nouveaux yeux."